L’imaginaire est-il sans danger ?

On croit que même si l’on a des mauvaises pensées, elles sont inoffensives pour autant qu’on ne passe pas aux actes. Est-il vrai que l’imaginaire ne fait de mal à personne ?

Vous avez probablement entendu un conseil du genre « Il est bon d’imaginer certaines choses ; notre vie ne s’en porte que mieux ! ». C’est ce que conseille Ethel S. Perso, professeure de psychiatrie clinique et auteur de By Force of Fantasy. Elle ajoute que « vous avez besoin d’imaginer des choses, mais il faut savoir s’arrêter. Imaginer que vous tuez votre patron peut vous procurer un certain plaisir et faire baisser votre tension, mais le meurtre est quelque chose de terrible. »

N’y a-t-il aucun mal à imaginer que vous tuez votre patron ? Est-ce une bonne chose, pour autant que vous ne le faites pas ? Et que dire des fantasmes sexuels grâce auxquels vous donnez libre cours à votre imagination, rêvant que vous vous trouvez dans des situations taboues, commettant des actes pervers contraires à la bienséance ?

Vous imaginant faisant quoi ?

Ce que je tiens à préciser

Je ne parle pas ici d’histoires imaginaires ni de parties de football imaginaires (sauf quand il s’agit de s’imaginer transgressant indirectement les lois divines). Je veux parler des moments où l’on rêve de pécher, où l’on imagine que l’on se livre à des plaisirs défendus et où l’on savoure des sujets tabous proscrits dans la Bible. Mais – me direz-vous – n’y a-t-il pas une différence entre le fait d’imaginer qu’on commet un acte défendu, et sa pratique réelle ?

Ce qui nous passe par la tête n’y reste pas

La Bible nous avertit que nos pensées se soldent par des actes. Notez ce que déclare Jacques à propos des tentations : « Chacun est tenté quand il est attiré et amorcé par sa propre convoitise. Puis la convoitise, lorsqu’elle a conçu, enfante le péché ; et le péché, étant consommé, produit la mort » (Jacques 1:14-15).

Nous imaginer que nous pouvons laisser mijoter la tentation dans notre tête sans pour autant passer aux actes, quand l’occasion se présente, est insensé et peu clairvoyant. Un tel raisonnement est une invitation adressée à Satan. Même si nos fantasmes ou nos mauvaises pensées ne se traduisent pas par des actes mais demeurent imaginaires, Dieu se soucie de ce qui nous passe par la tête ; c’est surtout cela qui l’intéresse. « Vous avez appris qu’il a été dit : Tu ne commettras point d’adultère. Mais moi, je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur » (Matthieu 5:27-28). Pourquoi ?

Notre apparence et nos actions peuvent être trompeuses, mais Dieu se soucie réellement de nos raisonnements – de notre caractère et de nos motifs – car nos pensées révèlent notre vraie nature (1 Samuel 16:7). L’homme est « tel que sont ses arrière-pensées » (Proverbes 23:7 ; Nouvelle Bible Segond). Dieu veut voir en nous des pensées, des sentiments et des idées qui vont faire de nous des enfants paisibles, productifs, charitables, obéissants et affectueux dans sa famille, pour l’éternité. Les fantasmes illicites lui montrent le contraire – des pensées et des sentiments égoïstes et rebelles qui ne mènent finalement qu’au malheur et au chagrin.

Cela ne nuit à personne ?

On pense souvent que certains péchés – surtout ceux qui ne sont que mentaux – ne font aucune victime. Or, les fantasmes sexuels ne nuisent-ils à personne ? Voici quelques-unes des victimes des fantasmes sexuels :

  • Vous, qui n’avez pas les relations merveilleuses et fascinantes que Dieu a prévu que vous ayez. Le monde des fantasmes est superficiel, fade et stérile. C’est un piège. Il vous prive du potentiel que Dieu vous a donné.
  • Vous, si vous vous engagez dans la masturbation et la pornographie. (Lire à cet effet nos articles « Ce que vous devez savoir à propos de la révolution sexuelle » et « Est-ce un péché que de regarder de la pornographie ? »).
  • Ceux qui sont exploités et piégés par l’industrie pornographique.
  • Votre conjoint(e) ou futur(e) conjoint(e) qui est lésé(e) de l’expérience sexuelle pure qui lui est due.
  • Tout le monde dans votre entourage, car vous ne vous montrez pas à la hauteur de votre vrai potentiel et devenez perverti dans votre raisonnement.

Et j’ajouterai Jésus-Christ qui était disposé à mourir pour payer l’amende que nous nous attirons quand nous avons des fantasmes et pratiquons n’importe quel autre péché.

Contrôlez ce qui se passe dans votre esprit

Nous sommes quotidiennement bombardés de spectacles, de publicités et de tentations nous invitant à nous imaginer dans des situations mauvaises mais oh combien alléchantes ! Comment nous protéger contre ces attaques mentales et faire en sorte que nos pensées soient agréables à Dieu ?

1. Repentez-vous et demandez à Dieu de vous aider.

Se repentir, c’est changer, raisonner différemment, admettre ses péchés et s’efforcer de ne plus les commettre. D’après la Bible, le repentir est le point de départ d’une nouvelle vie qui comprend le baptême et la réception du Saint-Esprit – dont nous avons besoin pour notre transformation spirituelle.  

2. Contrôlez ce qui entre dans votre cerveau.

Cela signifie choisir soigneusement d’éviter tout loisir ou spectacle ou situation qui sème le péché dans votre esprit. Dieu nous aide également par son Saint-Esprit et le fruit qu’il porte. Par exemple, Paul a écrit que « la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus-Christ » (Philippiens 4:7).

3. Remplacez les mauvaises pensées et les fantasmes par de bonnes pensées et actions.

La nature a horreur du vide. Il en va de même pour votre esprit. Écartez les mauvaises pensées en remplissant votre esprit des paroles de Dieu, en étudiant la Bible. Immergez-vous dans l’imaginaire divin et méditez ce que Dieu révèle sur notre avenir. Que des plans charitables remplacent vos fantasmes égoïstes ! Accomplissez vos plans de manière à plaire à Dieu, afin de pouvoir devenir l’un de ses enfants.

Il y a beaucoup d’autres choses dans la Bible, aptes à vous aider dans cet important processus, et bon nombre de nos articles offrent des études sur ces sujets. En plus des articles mentionnés plus haut, nous vous proposons nos articles Sept étapes pour vaincre le péché et Face à l’addiction.