Le guide du chrétien pour lutter contre la CRQC

Il y a 20 ans, on n’en parlait même pas. À présent, on ne cesse d’y faire allusion. La CRQC risque, certes, d’être paralysante si vous n’avez aucune stratégie pour la contrer.

Vous ratez quelque chose.

J’ignore quoi, exactement, mais on parle d’un moment, d’une occasion, ou d'un évènement unique précis.

Vous auriez pu être là, mais – vous dit-on – vous avez raté l’occasion.  Peut-être n’en avez-vous pas été informé à temps. Sans doute aviez-vous d’autres responsabilités, d’autres obligations. Peut-être n’étiez-vous pas avec les bonnes personnes, au bon moment. Ou bien vos amis vous ont oublié.

Qu’éprouvez-vous ?

L’apparition de la CRQC

La CRQC – acronyme pour « Crainte de Rater Quelque Chose » – est un drôle de canard. C’est un malaise qu’ont les gens depuis des siècles – voire des milliers d’années – mais que l’on n’a identifié que récemment. Avec l’apparition des médias sociaux, on n’est supposément plus enclin à en être victime qu’autrefois.

Il vous suffit de parcourir votre site social en ligne pour que s’affiche aussitôt tout un catalogue numérique d’activités amusantes auxquelles se livrent vos amis. Leurs vacances, leurs achats, leurs rénovations, les étapes cruciales de leurs relations, leurs occasions uniques, leurs laissez-passer, leurs conventions, leurs réceptions et leurs aventures – tout y est, téléchargé en haute résolution et diffusé en temps réel.

Et vous vous apercevez que vous avez tout raté !

Une définition

Dans une enquête effectuée en 2013, des chercheurs ont défini cette fameuse CRQC d’« appréhension endémique que les autres puissent avoir des expériences enrichissantes que l’on n’a pas,  … caractérisée par le désir de se maintenir constamment impliqué dans ce que font les autres » (Andrew Przybylski, et al.).

Cette crainte peut se manifester de bien des façons. Elle peut vous pousser à lire tout ce qui est affiché sur les médias sociaux. Elle peut vous pousser à vous mordre les doigts en découvrant que toutes les offres qui ont atterri dans votre boite de courriels étaient limitées et ont expiré.

Elle peut vous pousser à accepter toutes les invitations qu’on vous envoie ; à vous inciter à dépenser de l’argent que vous n’avez pas, pour des choses dont vous n’avez pas besoin, histoire d’impressionner des inconnus ; à vous détourner de vos responsabilités quotidiennes majeures, vous poussant à négliger votre famille ; à ne pas payer vos factures à temps ; à vous relâcher dans votre travail ; à ne pas dormir suffisamment ; et même à négliger votre relation avec Dieu.

Non traitée, la CRQC va gruger votre paix d’esprit et consumer votre temps jusqu’à ce que vous n’ayez plus ni de l’une ni de l’autre. Ne l’oubliez pas ; « votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera » (1 Pierre 5:3) – et vous pouvez être certain qu’il y a plusieurs choses qu’il aimerait bien dévorer avant de gruger votre paix d’esprit et votre temps.

Comment vous débarrasser de la CRQC ? Voici ce que nous vous proposons.

1. Ajustez votre lentille

Aussi spontané et naturel que semble être tout ce qui est affiché sur votre page d’informations numériques, n’oubliez pas qu’il est rare qu’on ne l’ait pas élaboré avec grand soin. Consciemment ou non, nous affichons généralement à notre sujet ce qu’il y a de plus flatteur – des moments où nous avons les meilleures poses, nos meilleures réalisations, ce qui nous rend heureux, et ce qui nous donne bonne presse.

C’est ce que vous faites, et c’est ce que font toux ceux qui ont accès à votre page. Vous ne voyez pas leur vie ; vous n’en voyez que les meilleures bribes. Ne cherchez pas à rivaliser avec une réalité qui n’existe que sur votre fil de nouvelles ; c’est peine perdue et c’est malsain.

Ce problème n’est pas nouveau. L’apôtre Paul mit les chrétiens de Corinthe en garde contre les dirigeants religieux rivaux, disant : « En se mesurant à leur propre mesure et en se comparant à eux-mêmes, ils manquent d’intelligence » (2 Corinthiens 10:12).

2. Donnez une chance à la JRQC

Vous allez rater certaines choses, et probablement bien des choses ; c’est inévitable. Il n’y a que 24 heures dans un jour, et vous êtes unique ; vous allez rater bien des occasions, et vous ne pouvez rien y changer.

D’où le besoin d’éprouver de la JRQC – de la joie à rater quelque chose ! Si rater quelque chose est inévitable, vous pouvez vous en accommoder ou vous rendre fou à essayer de vous y opposer.

Opter pour la JRQC au lieu de la CRQC, c’est accepter que vous ne pouvez pas être partout à la fois. C’est vous détourner de ce que tout le monde fait et vous concentrer sur ce qui se passe (ou ne se passe pas) là où vous êtes.

Les disciples étant de retour, ayant fructueusement parcouru le pays, Christ leur dit : « Venez à l’écart dans un lieu désert, et reposez-vous un peu. Car il y avait beaucoup d’allants et de venants, et ils n’avaient même pas le temps de manger. Ils partirent donc dans une barque, pour aller à l’écart dans un lieu désert » (Marc 6:31-32).

Le monde est plus affairé qu’il y a 2 000 ans, ce qui rend le conseil de Christ encore plus pertinent à présent. Il est physiquement et spirituellement avantageux de s’écarter des allants et venants et de prendre plaisir à rater certaines choses.

3. Ce qui importe

Vous devez rater certaines occasions, mais pas toutes.

Qu’est-ce qui, à vos yeux, importe le plus, en ce monde ? De tout ce que vous pouvez faire dans la vie, qu’est-ce que vous n’êtes pas disposé à rater ?

Jésus dit à Ses disciples : « C’est pourquoi je vous dis : Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps, de quoi vous serez vêtus […] Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus » (Matthieu 6:25, 33).

Il nous a aussi avertis : « Nul serviteur ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l’un et aimera l’autre ; ou il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon » (Luc 16:13).

Nous devrions craindre de rater certaines choses – et le Royaume de Dieu est une occasion formidable qui ne se présente à nous qu’une fois dans l’éternité. Si nous voulons en faire partie, il importe que ce soit notre priorité.

Le reste ?

Si quelque chose s’interpose entre vous et le Royaume, cela vaut la peine d’être raté.

Si vous voulez en savoir plus sur ce Royaume, nous vous invitons à lire notre article « Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ».