« Toutes choses » ? Êtes-vous sérieux ?

Dans Romains 8:28, Paul a écrit que « toutes choses concourent au bien ». Que signifie cette merveilleuse promesse, surtout quand les choses vont mal ?

Joe balaya du regard le sol de sa cellule. Le gardien venait de refermer bruyamment la porte du cachot. Ses yeux s’acclimatèrent peu à peu à la sinistre pénombre. Il se demanda ce qu’il avait bien pu faire pour mériter un tel sort, ce qu’il allait bien pouvoir tirer de positif de cette expérience. Où était Dieu, dans tout cela ?

Myrte semblait perdue dans ses pensées. La menace réelle qui pesait sur tous les siens, sur toute la communauté, pesait lourdement sur sa conscience. Ce n’était pas ce qu’elle avait prévu. Comment la situation avait-elle pu dégénérer à ce point ? Pourquoi Dieu n’était-il pas intervenu ?

Paul s’assura qu’il avait repris pied, se redressa péniblement et s’étira. La journée s’était de nouveau avérée douloureuse. Comment les choses en étaient-elles arrivées là ? Pourquoi ces démêlés croissants, quasiment quotidiens avec des individus violents ? Peu importe la ville, il était toujours battu.

Rien de neuf

Ce genre de récit souligne le cycle incessant d’épreuves si courantes de nos jours. Le vieil adage selon lequel « ce qui a été, c’est ce qui sera … il n’y a rien de nouveau sous le soleil » (Ecclésiaste 1:9) semble fort à propos lorsqu’il s’agit de décrire les affres éprouvées par des individus comme Joe, Myrte et Paul. Il est question d’eux trois dans la Bible (bien que les noms de deux d’entre eux aient été changés). Leur foi, leur conviction et leur engagement envers Dieu étaient forts. En dépit de leur dévouement pour l’Éternel, ils affrontèrent des obstacles énormes – se retrouvèrent dans des situations graves et dangereuses.

Joseph – le fils favori d’Israël – fut vendu comme esclave par ses propres frères (Genèse 37). Il fut piégé et faussement accusé par la femme de son maître qui voulait coucher avec lui. Ayant refusé ses avances, il fut jeté en prison où ceux qu’il aida finirent par l’oublier (Genèse 39-40). Pourtant, en dépit de la sévérité de ses épreuves, il demeura fidèle à Dieu.

Myrte – la traduction de son vrai nom, Hadassa – fut enlevée, alors qu’elle était jeune fille, du milieu des siens et promise à un roi païen (Esther 2). Elle se vit soudainement privée de ses rêves, de ses aspirations et de ses projets d’avenir, du fait de sa jeunesse et de sa beauté. Par la suite, devenue reine, Esther apprit le complot de génocide de son propre peuple. Pourtant, elle eut foi en Dieu.

Paul – un apôtre de Jésus-Christ – connut des épreuves constantes. Son récit le prouve : « … par les coups, bien plus ; par les emprisonnements, bien plus. Souvent en danger de mort, cinq fois j’ai reçu des Juifs quarante coups moins un, trois fois j’ai été battu de verges, une fois j’ai été lapidé, trois fois j’ai fait naufrage, j’ai passé un jour et une nuit dans l’abîme. Fréquemment en voyage, j’ai été en péril sur les fleuves, en péril de la part des brigands […] J’ai été dans le travail et dans la peine, exposé à de nombreuses veilles, à la faim et à la soif, à des jeûnes multipliés, au froid et à la nudité » (2 Corinthiens 11:23-27). Pourtant, il poursuivit sa tâche et sa mission au service de Dieu.

Une profonde sagesse

Ce qui est stupéfiant, c’est que ces individus demeurèrent fidèles à Dieu, agonisant, endurant de dures épreuves avec conviction et espoir. Comment accomplirent-ils une telle prouesse ? Ils adoptèrent une profonde sagesse spirituelle qui leur servit d’ancre dans ces dures et déroutantes épreuves. Paul fut inspiré d’énoncer ce principe : « Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein » (Romains 8:28).

Ce principe est une déclaration de foi. Paul déclara : « nous savons », et non pas nous avons l’impression que ou voici notre théorie. Il était convaincu que « toutes choses » – les situations agréables et les situations frustrantes – concourent à l’accomplissement d’un dessein édifiant et positif. C’est une déclaration puissante et positive sur le plan de Dieu, ses projets et son dessein !

Cet encouragement inclut les aspects positifs, fades et hideux de la vie, dans le contexte du résultat final pour toutes choses qui – pour ceux qui aiment Dieu – est immensément positif. Cela requiert une perspective éternelle quand on se débat avec cette vie physique. L’adoption de ce principe libère les individus des fers de l’inquiétude, du désespoir et du doute. Point n’est besoin pour nous de savoir d’avance quels vont être les moindres méandres de la vie. Il ne nous est pas demandé de manipuler les évènements ou les gens à notre profit.

Ceux qui aiment Dieu

Certes, n’importe qui souhaiterait bénéficier de ce concept. Est-ce à la portée de tous ? Dieu l’offre à ceux qu’il appelle – un nombre limité, pour commencer – éventuellement l’humanité entière (Jean 6:44 ; 1 Timothée 2:4). Nous vous proposons à cet effet notre article Appelés et élus. Paul limite aussi ce bénéfice merveilleux à « ceux qui aiment Dieu ». Cette liberté, cette paix et cette satisfaction sont disponibles pour ceux qui aiment sincèrement Dieu. Mais que signifie aimer Dieu ?

Aimer Dieu, c’est déjà choisir de vivre conformément aux paramètres de sa volonté, ce que l’apôtre Jean explique en ces termes : « L’amour de Dieu consiste à garder ses commandements. Et ses commandements ne sont pas pénibles » (1 Jean 5:3). Jean comprenait que notre capacité à aimer Dieu s’accroit dès que l’on désire de tout son être rechercher la volonté divine et obéir à Dieu.

C’est un défi pour quiconque fait partie de la famille des humains. La paix, la confiance et la foi qu’avaient Joseph, Esther et Paul – et bien d’autres – exigent des choix volontaires de notre part. Jésus a clairement précisé : « Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements » (Matthieu 19:17).

Ce mode de vie ne se limite pas à se tourner les pouces sans rien faire. La Bible le décrit comme solide, fascinant et confiant en l’avenir. Aimer Dieu, c’est un choix personnel quotidien sérieux. Dieu encourage par ces mots ceux qui veulent lui obéir : « Tout ce que ta main trouve à faire avec ta force, fais-le » (Ecclésiaste 9:10). En chemin, les chrétiens – comme Joseph, Esther et Paul – fautent inévitablement et ne se montrent pas à la hauteur. Nos erreurs et nos péchés ont dès à présent des conséquences néfastes. Dieu permet cela aussi, et bien qu’il soit préférable que nous ne péchions pas, quand nous nous repentons, il fait en sorte qu’en fin de compte, pour la vie éternelle, tout finisse par s’arranger et que nous en tirions de précieuses leçons. Nous vous invitons à cet effet à consulter notre article Le vrai christianisme : Des gens imparfaits s’efforçant d’atteindre la perfection.

Nous soupirons en nous-mêmes, en attendant

On se méprend parfois sur Romains 8:28, pensant qu’il n’arrive que de bonnes choses à ceux qui aiment Dieu. Cette fausse conception provoque le découragement et le doute chez ceux qui traversent des épreuves et rencontrent des obstacles dans leur vie chrétienne. On se sert même de ce passage pour promouvoir un « évangile de santé et de prospérité », prétendant que les vrais chrétiens sont toujours en parfaite santé et sont toujours prospères – philosophie qui réduit nos rapports avec Dieu à une sorte de marchandage – ce qui est totalement erroné.

Romains 8:28 ne dit pas qu’il n’arrive aux vrais chrétiens que de bonnes choses. Jésus a bien dit : « Si le monde vous hait, sachez qu’il m’a haï avant vous. Si vous étiez du monde, le monde aimerait ce qui est à lui ; mais parce que vous n’êtes pas du monde, et que je vous ai choisis du milieu du monde, à cause de cela le monde vous hait. Souvenez-vous de la parole que je vous ai dite : Le serviteur n’est pas plus grand que son maître. S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi ; s’ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre » (Jean 15:18-20). « Haïront » et « persécuteront » sont des mots qui évoquent la méchanceté ; qu’on n’exprime pas quand on fait le bien.

Paul a préfacé Romains 8:28 en déclarant que nous autres, chrétiens, « soupirons en nous-mêmes » (ou gémissons), « nous espérons ce que nous ne voyons pas, nous l’attendons [le royaume de Dieu] avec persévérance » (verset 25). À l’instar de Joseph, d’Esther et de Paul – et de tous ceux qui ont aimé Dieu au fil des siècles – les vrais chrétiens connaissent des épreuves et des défis qui les font parfois soupirer, gémir, mais le résultat final en vaut la peine.

Prenez courage

Jésus nous encourage : « Je vous ai dit ces choses, afin que vous ayez la paix en moi. Vous aurez des tribulations dans le monde ; mais prenez courage, j’ai vaincu le monde » (Jean 16:33 ; c’est nous qui soulignons tout du long). Le principe énoncé dans Romains 8:28 est applicable plus que jamais. Les chrétiens peuvent voir ce qu’il y a de positif dans une situation, que l’expérience soit agréable ou déchirante. Dieu ne nous a pas promis que tout serait agréable. Il nous a dit : « Prenez courage » car, en fin de compte, tout concourra à notre bien.

Prenez le cas de Joseph. Plus tard dans sa vie, il comprit pourquoi Dieu avait permis qu’il traverse de si dures épreuves. S’adressant à ses frères, il leur dit : « Maintenant, ne vous affligez pas, et ne soyez pas fâchés de m’avoir vendu pour être conduit ici, car c’est pour vous sauver la vie que Dieu m’a envoyé devant vous […] » (Genèse 45:5-8). Joseph comprit plus tard que les plans de Dieu à long terme étaient pour leur bien, malgré les épreuves endurées.

Dans certaines situations, ce qui est pour notre bien peut ne pas nous être pleinement révélé de notre vivant. Face à ses épreuves, Paul adopta l’optique suivante : « J’ai appris à être content dans l’état où je me trouve. Je sais vivre dans l’humiliation, et je sais vivre dans l’abondance. En tout et partout j’ai appris à être rassasié et à avoir faim, à être dans l’abondance et à être dans la disette. Je puis tout par celui qui me fortifie » (Philippiens 4:11-13).

Toutes choses

Que tirer de ce principe ? Notre approche devrait consister à rechercher le bien en tout, que nous soupirions ou non en attendant le royaume. Il nous faut persévérer entre temps ; ce que nous faisons en aimant sincèrement Dieu, « sachant que l’affliction produit la persévérance, et la persévérance la victoire dans l’épreuve, et cette victoire l’espérance » (Romains 5:3-4). Cette espérance, celle de la vie éternelle en tant qu’enfants de Dieu, n’a pas de prix !

Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein.