La recette de la réussite

Comment définir la réussite ? Voici comment le fait de se fixer un objectif, de s’y préparer et de persévérer peut nous aider à accomplir ce qu’il y a de plus important dans la vie.

Si un recruteur vous demandait « Quelle est votre définition du succès ? », que répondriez-vous ?
 
Et que répondriez-vous si un membre de votre famille, ou votre pasteur, vous posait la même question ?
 
Bref, que vous faut-il, à votre avis, pour que votre vie soit une réussite ?
 
À lire diverses citations sur le succès, de personnes ayant réussi, on pourrait conclure que ce dernier a de multiples définitions. Que c’est un sujet plus vaste que celui de l’argent et de la célébrité. En fait, les personnes riches et célèbres ont souvent été échaudées par ces derniers et, pour elles, c’est autre chose :
  • « Le succès provient de ce qu’à votre avis, vous avez fait le maximum pour devenir ce que vous êtes » – John Wooden, entraineur sportif connu. 
  • « Si vous réfléchissez sérieusement à ce que vous voudriez qu’on dise à votre sujet à vos funérailles, vous trouverez votre définition du succès » – Stephen Covey, auteur du bestseller « Les 7 habitudes des gens très efficaces ».
  • « Je mesure le succès au nombre de personne qui m’aiment » – Warren Buffet, philanthrope milliardaire.
Tout compte fait, réussir, c’est réaliser ce qu’il y a de plus important dans la vie. Et il y a des étapes pratiques à franchir pour y parvenir.
 
Ces clés du succès ont été énoncées de diverses manières, mais je pense surtout aux trois suivantes : objectif, préparation et persévérance.
 

Objectif et enthousiasme : de bons objectifs

 
« Le secret du succès est d’être prêt lorsque l'opportunité se présente » – Benjamin Disraeli.
 
Quand j’étais étudiant, on m’avait demandé de lire un livre intitulé « Si vous ne savez pas où vous allez, vous finirez probablement quelque part ailleurs ».
 
Définir vos objectifs – vous fixer ce que vous voulez accomplir – est un point de départ nécessaire. Vous pouvez redéfinir vos objectifs en cours de route, mais si vous n’avez pas d’objectifs, vous allez finir par tourner en rond.
 
Tous les ouvrages sur la réussite ont un chapitre sur les objectifs ; par conséquent, plutôt que de ressasser la même chose, concentrons-nous sur ce que Dieu veut que nous ayons comme priorités.
 
« Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée » (Matthieu 22:37 ; 6:33 ; Ecclésiaste 12:13).
 
De prime abord, il ne semble pas que ce soit la définition standard de la réussite, mais pratiquer ce principe-clé met tout en perspective. Ressembler  de plus en plus à Dieu « est utile à toutes choses, ayant la promesse de la vie présente et de celle qui est à venir » (1 Timothée 4:8 ; version Ostervald). Dieu souhaite que nous profitions de la vie au maximum et que nous nous réjouissions (Ecclésiaste 9:7-10 ; Jean 10:10 ; Philippiens 4:4). Par conséquent, une fois que nous donnons la priorité à Dieu, nous pouvons fixer nos objectifs secondaires, tels qu’aimer notre prochain (Matthieu 22:39) et avoir une carrière ou une vocation, mus par l’enthousiasme. 
 
Nous vous proposons à cet effet notre article Le Premier Commandement : Tu n’auras pas d’autres dieux.
 

Préparation : Augmenter ses connaissances, ses compétences, être débrouillard et faire preuve de sagesse

 
« Avant tout, la préparation est la clé du succès » – Alexandre Graham Bell
 
Pour atteindre son but, il faut avoir certaines connaissances. Rassemblez les faits et informez-vous pour savoir comment atteindre votre objectif. Une certaine culture est de mise, mais une formation pratique et sur le tas vous permettra d’élever vos connaissances au niveau supérieur – la sagesse.
 
Avec la sagesse, nous devons ensuite développer les compétences nécessaires, et cela requiert de la pratique.
 
« L’idée que l’excellence dans l’accomplissement d’une tâche complexe requiert un niveau minimum critique de pratique refait toujours surface dans les enquêtes des experts », écrit Malcom Gladwell dans Outliers: The Story of Success. Il cite le neurologue Daniel Levitin. « L’image qui ressort de ce genre d’enquêtes est que 10 000 heures de pratique sont nécessaires à l’acquisition du niveau de maîtrise que doit avoir un expert de réputation mondiale – dans n’importe quelle discipline » (p. 39-40).
 
Pour supporter sa règle des 10 000 heures, Gladwell cite des exemples comme celui des Beatles et de Bill Gates. Ceux qui se préparent pour la réussite doivent consacrer le temps et la pratique requis pour exceller.
 
À mesure que nous gagnons en maitrise, nous devons acquérir l’aptitude à trouver le moyen de relever chaque défi et chaque obstacle qui se présentent. On peut appeler ce type de résolution des problèmes « débrouillardise » ou « ingéniosité ».  Être créatif et « sortir des sentiers battus » nous aide à résoudre des difficultés nouvelles ou tenaces.
 
La Bible appelle sagesse le plus haut degré de réflexion. Salomon loue et personnifie la sagesse : « Voici le commencement de la sagesse : Acquiers la sagesse, et avec tout ce que tu possèdes acquiers l’intelligence. Exalte-la, et elle t’élèvera ; elle fera ta gloire, si tu l’embrasses » (Proverbes 4:7-8). 
 
Notre préparation en vue d’atteindre des objectifs physiques peut nous procurer une sagesse pratique et terre-à-terre. Nos objectifs spirituels requièrent une sagesse différente – « la sagesse d’en-haut » (Jacques 3:17). Dieu nous invite à la Lui demander : « Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée » (Jacques 1:5).
 
De même que la pratique d’une compétence physique mène à sa maitrise, la pratique de l’obéissance à Dieu procure une meilleure compréhension et une sagesse spirituelle (Psaumes 111:10).
 
Bien des gens ont hâte de terminer leur éducation et leur préparation. Ils ont hâte d’atteindre leurs objectifs. Or, on ne devrait jamais cesser d’apprendre, et la pratique doit se poursuivre pendant toute notre vie.
 
La clé suivante nous aide à édifier sur notre préparation et à accéder au succès.
 

La persévérance : aller de l’avant et s’accrocher

 
« Je suis persuadé qu’à 50%, ce qui distingue les entrepreneurs prospères de ceux qui échouent, c’est purement la persévérance » – Steve Jobs.
 
« Le succès n’est pas accidentel. Il s’agit de travailler dur, de persévérer, d’apprendre, d’étudier, de se sacrifier, mais par-dessus tout, d’aimer ce que vous faites et d’apprendre à le faire » – Pelé.
 
Vous ne pouvez pas gagner la course si vous abandonnez, franchir la ligne d’arrivée si vous faites du sur-place ou faites marche-arrière. Tout le planning et toute la préparation du monde ne serviront à rien si vous abandonnez.
 
Pour persévérer, nous devons nous rappeler quel est notre objectif – ce qui nous passionne – et ne pas le perdre de vue. Des difficultés se présenteront, mais nous devons nous engager à nous accrocher à nos objectifs.
 
Notre degré de motivation et notre persévérance sont affectés par notre santé et notre résistance. Prendre l’habitude de faire de l’exercice, surveiller notre régime alimentaire et dormir suffisamment peuvent nous rendre vigoureux et nous aider à relever nos défis. Pour réussir, nous devons augmenter notre niveau d’activité. Il est écrit que « le paresseux ne rôtit pas son gibier ; mais le précieux trésor d’un homme, c’est l’activité » (Proverbes 12:27).
 
Les gens qui réussissent sont généralement connus pour leur dynamisme – l’intensité de leurs efforts. L’acteur et musicien Will Smith a un jour déclaré « je ne me suis jamais vraiment pris pour quelqu’un de talent. Là où j’excelle, c’est dans mon éthique de travail » (cité dans Grit: The Power of Passion and Perseverance, p. 46). Songeant à son exemple et à celui de bien d’autres, l’auteur Angela Duckworth conclut : « Eu égard à notre palmarès dans le marathon de la vie, nos efforts sont énormément importants » (p. 47).
 
Le Dr Duckworth,  professeur de psychologie à l’université de Pennsylvanie et fondatrice et PDG de Character Lab, étudie l’importance  du cran dans la réussite. Elle déclare que « le cran consiste à œuvrer à quelque chose qui vous intéresse tellement que vous êtes disposé à vous y accrocher […] c’est faire ce que vous aimez faire, pas seulement vous y intéresser à fond, mais aussi conserver votre enthousiasme » (p. 54). Son œuvre montre que quand on est passionné par ce que l’on fait, on persévère.
 
L’apôtre Paul, auteur d’au moins 13 lettres ou épîtres, dans le Nouveau Testament, était motivé et persévérait.Dans 2 Corinthiens 11, il dresse une liste de défis qu’il rencontra et sut relever dans l’accomplissement de sa mission :
 
« Par les travaux, bien plus ; par les coups, bien plus ; par les emprisonnements, bien plus. Souvent en danger de mort […] trois fois j’ai fait naufrage, j’ai passé un jour et une nuit dans l’abîme. Fréquemment en voyage, j’ai été en péril sur les fleuves, en péril de la part des brigands, en péril de la part de ceux de ma nation, en péril de la part des païens, en péril dans les villes, en péril dans les déserts, en péril sur la mer, en péril parmi les faux frères. J’ai été dans le travail et dans la peine, exposé à de nombreuses veilles, à la faim et à la soif, à des jeûnes multipliés, au froid et à la nudité. Et, sans parler d’autres choses, je suis assiégé chaque jour par les soucis que me donnent toutes les Églises » (versets 23, 25-28).
 
En dépit de toutes ces épreuves, Paul fonda des congrégations, enseigna des milliers de personnes, et écrivit un segment important du plus grand bestseller que le monde ait connu.
 
Comme le déclara le Premier ministre britannique Winston Churchill, le 29 octobre 1941, pendant l’une des périodes les plus éprouvantes de la Deuxième Guerre mondiale…
« N'abandonnez jamais, n’abandonnez jamais, jamais, jamais, jamais, jamais ! N'abandonnez rien, ni de grand ni de petit, rien d'important ni rien d'insignifiant ; n'abandonnez rien sauf quand l'honneur et la raison l'exigent. Ne cédez jamais à la force, ne cédez jamais à la puissance apparemment irrésistible de l’ennemi. »
 
Non seulement la diligence et la persévérance sont des clés de la réussite physique, elles le sont encore plus pour la réussite spirituelle et éternelle. Comme l’a écrit Pierre, « C’est pourquoi, frères, appliquez-vous d’autant plus à affermir votre vocation et votre élection ; car, en faisant cela, vous ne broncherez jamais. C’est ainsi, en effet, que l’entrée dans le royaume éternel de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ vous sera largement accordée » (2 Pierre 1:10-11).
 
Les luttes et les épreuves seront, un jour, toutes oubliées. Paul a écrit : « J’estime que les souffrances du temps présent ne sauraient être comparées à la gloire à venir qui sera révélée pour nous » (Romains 8:18). 
 
À quoi ressemble la réussite éternelle ?  « Tu me feras connaître le sentier de la vie ; il y a d’abondantes joies devant ta face, des délices éternelles à ta droite » (Psaumes 16:11). La Bible révèle notre avenir fascinant quand nous serons devenus éternels et aurons une vie de réalisations stupéfiantes, lorsque nous accomplirons le merveilleux dessein pour lequel Dieu nous a créés.
 
Nous vous proposons nos articles La vie a-t-elle un sens ? ; Le plan de Dieu  et Y a-t-il un au-delà ?.
 
Nous vous conseillons aussi notre article « L'étonnante clé de la réussite » en page 7.