Le fruit de l’Esprit

L’apôtre Paul a énuméré neuf traits que nous devons développer si nous voulons être appelés chrétiens. Que représente le fruit du Saint-Esprit ?

Quels fruits l’Esprit produit-il ?

Dans Galates 5:22-23, sont énumérés neuf traits de caractère qualifiés de « fruit de l’Esprit » :

  • L’amour
  • la joie
  •  la paix
  • la patience
  • la bonté
  • la foi (ou fidélité)
  • la douceur
  • la maîtrise de soi

Le verset 23 conclut par les mots « La loi n’est pas contre ces choses ». Ces traits s’harmonisent pleinement avec l’intention spirituelle de la loi sainte et bénéfique de Dieu, et quel est le gouvernement humain qui ne serait pas heureux d’avoir des citoyens affichant ceux-ci.

Dieu S’attend à ce que ceux qui ont décidé de se tourner vers Lui développent ce « fruit de l’Esprit ». Ces traits ne sont ni des suggestions ni de simples possibilités ; ce sont des traits que possède Dieu. Nous devons raisonner et agir de plus en plus comme notre Père céleste, et « le fruit de l’Esprit » nous guide, nous autres chrétiens, dans ce sens.

Ceux qui se disent chrétiens n’affichent pas toujours ces fruits. Se contenter de se dire chrétien ne suffit pas. Il faut avoir le Saint-Esprit pour produire « le fruit de l’Esprit ».

Ceux qui se sont fait baptiser et ont reçu le Saint-Esprit devraient chaque jour afficher ces traits de plus en plus. En fait, sans le Saint-Esprit, la pleine maturité du « fruit de l’Esprit » ne saurait être atteinte. L’esprit humain peut seulement afficher ces caractéristiques en apparence, et il produit plus souvent « les œuvres de la chair » dont parle Paul dans le même chapitre, aux versets 19 à 21 :

« Les œuvres de la chair sont évidentes ; ce sont la débauche, l’impureté, le dérèglement, l’idolâtrie, la magie, les rivalités, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l’envie, l’ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d’avance, comme je l’ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront point le royaume de Dieu ».

Ce que révèle le fruit de l’Esprit

Les chrétiens qui ont reçu le Saint-Esprit ont l’occasion de devenir des « publicités ambulantes » de l’existence et de la sagesse de Dieu. Quand nous affichons le fruit de l’Esprit, les gens le remarquent. Qu’ils nous ridiculisent et nous trouvent naïfs parce que nous faisons patiemment confiance à Dieu dans les épreuves ou qu’ils nous félicitent de notre attitude généreuse et aimante, ils sont témoins de nos propos et de notre comportement. Qu’ils se moquent de nous parce que nous maitrisons nos impulsions ou qu’ils s’étonnent de ce que nous demeurions sereins dans des situations tragiques, ils nous remarquent.

Le fruit de l’Esprit démontre que la voie, les enseignements, la vérité et l’Esprit de Dieu portent de bons fruits. Il indique que Dieu savait ce qu’Il faisait quand Il inspira les rédacteurs de la Bible d’écrire ce qu’ils y ont écrit. Il indique que nous nous consacrons à notre Père céleste et souhaitons aider les autres à faire Sa connaissance.

Plus important encore : Notre démonstration du fruit de l’Esprit indique qu’il y a une autre ligne de vie que celle de Satan – que suit l’humanité séduite (Apocalypse 12:9 ; 2 Corinthiens 4:3-4). Elle pointe les gens vers le Royaume de Dieu proche, et les incite à se détourner de ce qui est charnel – voie qui n’engendre que la douleur, la misère et la destruction. 

Porter le fruit de l’Esprit, ce n’est pas se contenter d’attendre passivement le Royaume, mais plutôt se former pour pratiquer dès à présent la voie divine, dans toutes ses pensées et toutes ses actions. L’exemple de paix et de bien-être qu’apportent ces changements d’attitude et de critères démontre à quel point notre pauvre monde a désespérément besoin du Royaume de Dieu.

Nous devons développer en nous ce fruit de l’Esprit

Si nous nous disons chrétiens, prétendons avoir les pensées de Christ en tant que nouvelles créations, nous devons afficher de plus en plus le fruit de l’Esprit. Ce qui va immanquablement affecter notre entourage, du fait de notre exemple, mais ce qui va nous affecter, nous aussi. 

Dans 1 Thessaloniciens 5:19, Paul dit aux chrétiens : « N’éteignez pas l’Esprit. » Nous devons maintenir le contact avec Dieu et continuellement Lui demander plus de Son Esprit. Nous devons Lui obéir et nous servir de Son Esprit pour Lui ressembler de plus en plus. Nous relâcher en ce domaine – ne pas exhiber le fruit du Saint-Esprit de Dieu – est spirituellement dangereux. Pour nous autres chrétiens, le Saint-Esprit représente « les arrhes de l’Esprit », « un gage de notre héritage », de la vie éternelle (2 Corinthiens 1:21-22 ; Éphésiens 1:13-14).

Sachant ces choses, qu’advient-il si la démonstration visible de la présence en nous du Saint-Esprit diminue et même disparaît, du fait de notre cynisme, des épreuves de la vie, du fait que nous devenons désinvoltes et nous relâchons ?

Comparons le Saint-Esprit à un bon feu de camp. Qu’advient-il des flammes quand on cesse de l’alimenter et qu’on y jette de la terre ? Il s’éteint. Il cesse de produire chaleur et clarté.  Parallèlement, si nous négligeons nos rapports avec Dieu et nous mettons à nous concentrer sur les choses de ce monde, nous éteignons l’Esprit de Dieu dans nos vies et cessons de produire son fruit.

En plus de démontrer comment le Saint-Esprit peut agir dans leurs vies, les chrétiens ne doivent jamais sous-estimer la nécessité de respecter l’alliance qu’ils ont conclue avec le Dieu de l’univers quand ils se sont fait baptiser et ont reçu le plus merveilleux de tous les dons – celui du Saint-Esprit.

Nous vous proposons les articles suivants, pour de plus amples informations :

Le Saint-Esprit est-il une personne ?

Comment savoir si le Saint-Esprit est en vous ?

La conversion, c’est quoi ?