Le fruit de l’Esprit : l’amour

L’amour est probablement le fruit de l’Esprit le plus connu, mais aussi le plus mal compris. Comment être certains que nous pratiquons l’amour véritable ?

Songez aux nombreuses définitions que l’on donne de l’amour : « Je t’aime bien, mon ami ! » ; « Je suis amoureux ! » ; « L’amour seul, et le vrai, peut briser le sortilège ! » ; « J’aime le chocolat ! » ; « Dis à ta sœur que tu l’aimes et que tu regrettes de l’avoir frappée ! » ; « Je ne t’aime plus ! » ; « Si tu m’aimais, tu me laisserais faire… ! »

La définition de l’amour

On abuse fréquemment de ce mot. On s’en sert pour décrire une convoitise sexuelle débridée ; pour « excuser » passivement la perpétuation d’horribles péchés perpétrés contre des êtres chers ; pour décrire une émotion incontrôlable engendrant un comportement destructeur ; ou comme un terme dont on se sert aveuglément et superficiellement.

L’amour décrit comme « fruit de l’Esprit » dans Galates 5:22 est fort différent. Dans l’original grec, il s’agit du mot agapè, qui décrit ici la forme la plus noble de l’amour, issue du Saint-Esprit. L’amour dont nous sommes censés être animés doit être divin, provenir de Dieu, l’Être qui personnifie ce trait.

Notons 2 Jean 1:6 : « L’amour consiste à marcher selon ses commandements. C’est là le commandement dans lequel vous devez marcher, comme vous l’avez appris dès le commencement » (c’est nous qui soulignons tout du long).

L’amour dont les chrétiens sont supposés être animés, et pratiquer en tant que fruit de l’Esprit, est issu des deux grands Commandements qui nous disent d’aimer Dieu et notre prochain (Matthieu 22:35-40). L’amour peut être défini comme une profonde bienveillance qui s’exprime par le respect des commandements donnés par Dieu dans la Bible. Les Dix Commandements nous montrent comment avoir une relation intime avec notre Créateur (le respect qui Lui est dû, L’adorant comme il se doit) et comment interagir avec les autres êtres humains (évitant ce que la Bible qualifie de péché – lequel détruit les relations).

Que représente l’amour ? C’est un merveilleux cadeau divin. D’après la Bible, « l’amour est patient […] plein de bonté […] n’est point envieux […] ne se vante point […] ne s’enfle point d’orgueil […] ne fait rien de malhonnête […] ne cherche point son intérêt […] ne s’irrite point […] ne soupçonne point le mal […] ne se réjouit point de l’injustice, mais il se réjouit de la vérité […] excuse tout […] croit tout […] espère tout […] supporte tout […] ne périt jamais » (1 Corinthiens 13:4-8).

Devenant davantage comme Dieu

Dieu est amour. L’apôtre Jean nous dit : « Bien-aimés, aimons-nous les uns les autres ; car l’amour est de Dieu, et quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu. Celui qui n’aime pas n’a pas connu Dieu, car Dieu est amour » (1 Jean 4:7-8).

Dieu a tant aimé le monde qu’Il a permis que Son Fils soit torturé et crucifié, et paie l’amende du péché, pour que nos péchés soient pardonnés et que nous ayons accès à Son Saint-Esprit (Jean 3:16). Ceux qui se disent chrétiens et qui s’efforcent de suivre les traces de Christ (1 Jean 2:6) se rendent compte que Dieu veut que nous démontrions l’altruisme de l’amour car notre Père céleste veut que nous Lui ressemblions davantage.

Les êtres humains essaient depuis des millénaires de se débrouiller sans aimer Dieu et sans s’aimer entre eux, et cela n’a pas réussi. Le monde est plein de misère, de douleurs, de morts, de souffrances et de bien d’autres réalités horribles. La version humaine de l’amour ne provient malheureusement pas de Dieu, mais de Satan – un ange déchu et amer qui fait tout ce qui est en son pouvoir pour corrompre toutes les bonnes choses que Dieu a données à l’homme.

Pourquoi Dieu veut-Il que nous fassions preuve d’amour ? L’amour Le décrit et L’identifie, et Il veut que nous le pratiquions et montrions à notre entourage que nous n’avons pas besoin de nous contenter du mirage de l’amour superficiel et tordu de Satan.

Un exemple d’amour à imiter

Le comportement de Jonathan pour David (dans 1 Samuel 18-20) est un bon exemple d’amour pour Dieu et son prochain. C’était une période éprouvante pour David, qui avait été choisi par Dieu pour devenir roi d’Israël, et le père de Jonathan – le roi Saül, que David devait remplacer – haïssait ce choix.

Saül cherchait à tuer David. Néanmoins, Jonathan aimait David et ne voyait aucun inconvénient à ce que ce dernier ait été choisi par Dieu, plutôt que lui, comme héritier du trône. Il brava le comportement destructeur de son père, attachant plus d’importance à l’amour envers Dieu et à son amitié pour son ami (à juste titre) qu’à la loyauté envers le membre de sa famille bien décidé à commettre le mal.

L’exemple de Jonathan va à l’encontre de bien des notions modernes de l’amour. Jonathan n’était pas partisan de pécher pour un profit quelconque. Il refusait d’aider quelqu’un pour en tirer quelque avantage, et il voulait impliquer Dieu.

Un exemple à éviter

La Bible contient un bien triste exemple d’amour déplacé : celui de l’un des fils de David – Amnon – qui « aimait » sa sœur. Il en est question dans 2 Samuel 13. Cela se passe bien des années après que David soit devenu roi d’Israël.

Amnon écouta son cœur et – pris de convoitise – se rendit littéralement malade, ne pouvant coucher avec sa sœur Tamar. Quand enfin il en eut l’occasion, il la viola et éprouva presque aussitôt de l’aversion pour elle, oubliant apparemment à quel point il l’« aimait ». Mis à part l’horreur du viol, ce qu’Amnon éprouvait était loin d’être de l’amour. C’était égoïste ; c’était un péché ; et ce sentiment était fort destructeur !

L’issue de cet incident fut dévastatrice pour Tamar, qui vécut dans l’isolement le restant de ses jours. Quant à Amnon, il s’attira la haine de son frère Absalom, qui finit par le tuer.

L’« amour » d’Amnon ne tenait pas compte du fait que le viol est un péché, qui allait avoir des conséquences désastreuses. Cet « amour » l’éloignait de Dieu et le poussait à agir sans faire preuve de la décence la plus élémentaire. Même de nos jours, la société s’offusquerait d’un tel comportement. Hélas, bien des gens – à notre époque – n’établiraient pas le lien entre le désir physique purement égoïste et purement sexuel d’Amnon et les conceptions qu’on a généralement de l’amour dans la société actuelle.

Questionnaire d’introspection sur l’amour

  1. Quelle est ma définition de l’amour ? Coïncide-t-elle avec ce que Dieu a révélé ?
  2. Mon comportement reflète-t-il l’amour de Dieu, ou l’idée que se fait le monde de l’amour ? Pourquoi ?
  3. Mon amour ne bénéficie-t-il que moi, ou surtout les autres ?
  4. Est-ce que j’aime Dieu plus que n’importe quel être humain ? Qu’est-ce qui, dans ma vie, le démontre ?

Comment pouvons-nous faire davantage preuve d’amour?

Il ne serait guère exagéré de dire que l’amour est le plus important des fruits de l’Esprit, compte tenu du fait que Dieu est amour. De ce fait, comment faire davantage preuve d’amour ?

  • Interrogeons-nous continuellement, mentalement, à propos de nos actions (nous demandant si elles reflètent l’amour, aux yeux de Dieu et de notre prochain).
  • Notons par écrit nos pensées égoïstes quand nous les décelons, et demandons-nous comment nous mettre à raisonner de manière altruiste plutôt qu’égoïste (exemple : Au lieu de nous dire que nous n’avons pas le temps de nous occuper des problèmes d’untel, ayant besoin d’être seul, disons-nous : « Mon ami a besoin qu’on l’écoute, besoin de confier à un ami ses problèmes ; il faut que je reste avec lui et que je l’aide »).
  • Étudions et intériorisons les Dix Commandements (lesquels nous montrent comment aimer Dieu et aimer son prochain), et efforçons-nous de les pratiquer chaque jour de notre vie.

Notre monde moderne encourage des mauvais types d’« amour » qui n’ont fait que détruire totalement l’humanité. Les chrétiens doivent être les phares d’un type différent d’amour – d’un amour qui finira par sauver l’humanité.