Le fruit de l’Esprit : la fidélité

On loue tellement l’opportunisme et scepticisme qu’il est difficile de développer la vraie fidélité. Pourquoi cette dernière est-elle un fruit si essentiel de l’Esprit ?

La fidélité figure en septième place dans la liste des fruits de l’Esprit, dans Galates 5:22. En somme, notre fidélité envers Dieu consiste à  Lui être loyaux et à respecter Ses enseignements, et elle devrait façonner notre comportement et nos idées.

Ce que la Bible déclare à propos de la foi et de la fidélité

Le mot fidélité apparaissant dans certaines versions, et traduit par foi dans d’autres, est le mot pistis dans la version originale grecque. Il y a, dans ce dernier, ces deux éléments – fidélité et foi – mais il semble que dans Galates 5:22 « l’idée de fiabilité prévale » (Zondervan NIV Bible Commentary).

La Bible nous dit, en somme, ce qu’il faut entendre par pistis dans Hébreux 11:1 : « La foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas » (Nouvelle Édition de Genève) ou « la réalité de ce qu’on espère, l’attestation de choses qu’on ne voit pas » (Nouvelle Bible Segond).

Notre foi augmente à mesure que nous utilisons le pouvoir que Dieu nous accorde par Son Saint-Esprit, lequel nous aide à Lui obéir et à développer une relation avec Lui. La foi en Dieu augmente en nous comme elle augmenta chez Abraham, à mesure que nous prenons conscience du fait que Dieu tient toujours Ses promesses (Romains 4:18-22). La fidélité comprend donc une entière confiance en Dieu et en Ses promesses.

Le 11e chapitre de l’Épître aux Hébreux – souvent appelé le chapitre de la foi précise en outre : « C’est par la foi que nous reconnaissons que l’univers a été formé par la parole de Dieu, en sorte que ce qu’on voit n’a pas été fait de choses visibles » (verset 3). La foi nous empêche de croire que notre présence sur terre est purement accidentelle – elle nous assure de l’existence et de l’amour de notre Créateur.

La foi inclut notre manière de vivre. Paul a écrit que « nous marchons par la foi et non par la vue » (2 Corinthiens 5:7).

La fidélité est empreinte de loyauté. Dans Tite 1:9, après avoir énuméré plusieurs qualifications requises de tout pasteur, Paul précise que l’évêque (en grec : episcopos qui veut dire surveillant, responsable)  doit être « attaché à la véritable doctrine qui doit être enseignée, afin qu’il soit capable, tant d’exhorter, selon la saine doctrine, que de convaincre ceux qui s’y opposent » (version Ostervald). Être « attaché à la véritable doctrine » équivaut à être loyal envers ce que l’on a appris dans la parole de Dieu.

Le fruit de l’Esprit qu’est la fidélité exige qu’on fasse confiance à Dieu, qu’on Lui soit loyal et qu’on s’attache à Ses doctrines.

Pourquoi Dieu veut-Il que nous fassions preuve de fidélité ?

Dans Luc 18:8, Christ pose la question : « Quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » L’absence de fidélité, de nos jours, n’est guère encourageante. Il existe, dans le  monde, plusieurs milliers de « christianismes », prétendant tous être fidèles à Dieu et à Ses enseignements, mais beaucoup trop ont fait des compromis avec ce que déclare la Bible, faisant ce qui leur plait. De surcroit, au niveau individuel, l’infidélité est une pratique courante.

Dieu est fidèle à Son peuple, et Il S’attend à ce que ce soit réciproque. Tous les « fruits de l’Esprit » sont conformes à ce modèle, et la foi ne fait pas exception.

Il est écrit : « Les bontés de l’Eternel ne sont pas épuisées, ses compassions ne sont pas à leur terme ; elles se renouvellent chaque matin. Oh ! que ta fidélité est grande ! » (Lamentations 3:22-23). Dieu attend de nous une promesse envers Lui, lors de notre baptême. Allons-nous Lui être fidèles comme Il l’est envers nous ?

Pourquoi Dieu veut-Il que nous Lui soyons fidèles ? Comment pourrait-Il savoir si – oui ou non – nous Lui faisons confiance et avons fermement l’intention de faire un jour partie de Sa famille ? N’est-il pas écrit : « Il en est ainsi de la foi : si elle n’a pas les œuvres, elle est morte en elle-même. Mais quelqu’un dira : Toi, tu as la foi ; et moi, j’ai les œuvres. Montre-moi ta foi sans les œuvres, et moi, je te montrerai la foi par mes œuvres. Tu crois qu’il y a un seul Dieu, tu fais bien ; les démons le croient aussi, et ils tremblent. Veux-tu savoir, ô homme vain, que la foi sans les œuvres est inutile ? » (Jacques 2:17-20) ?

Notre fidélité affecte considérablement la manière dont nous aimons Dieu et notre prochain, y compris notre degré de loyauté dans nos relations, envers la vraie doctrine et envers Dieu.

Des exemples de fidélité à imiter

Le 11e chapitre de l’Épître aux Hébreux mentionne Abraham et Sara comme exemples de personnes ayant fait bien des choses avec foi. Abraham quitta son pays, ne sachant pas où il allait, mais faisant confiance à Dieu. Il vécut dans un pays étranger avec sa femme et attendit pendant bien des années l’accomplissement des promesses divines. Sara reçut de Dieu la force d’enfanter à un âge où il n’était plus possible de le faire, s’accrochant à la promesse que lui avait faite l’Éternel. Abraham fut même disposé à obéir à l’ordre de Dieu d’offrir son fils en sacrifice, étant convaincu qu’Il pourrait le ressusciter des morts.

Les exemples de fidélité d’Abraham et de Sara sont intemporels. Il est clair qu’ils crurent Dieu et Lui firent confiance en dépit de leurs limitations physiques croissantes. Leur foi ne fut pas toujours constante (comme indiqué ci-dessous) mais ils donnèrent à Dieu la priorité, et Dieu les bénit abondamment.

Abraham renonça à tout ce que Dieu n’approuvait pas et alla de l’avant, se laissant uniquement guider par les promesses divines. Quel bel exemple de fidélité !

Des exemples à éviter

L’histoire d’Abraham et de Sara (Genèse 12 à 24) est souvent comparée à un « parcours de la foi », car leurs vies offrent aussi divers exemples à éviter. Il y eut des moments où tous deux eurent du mal à accepter ce que Dieu leur avait dit et doutèrent qu’Il tiendrait Sa promesse. (Néanmoins, par la suite, ils devinrent convaincus que non seulement Il avait le pouvoir de faire ce qu’Il avait promis, mais aussi qu’Il le ferait.)

Abraham mentit à deux occasions à propos de Sara, prétendant qu’elle était sa sœur, doutant de la protection divine dans ces situations (Genèse 12:11-20 ; 20:2-13). Sara, estimant ne pas pouvoir avoir d’enfant d’Abraham, insista pour que sa servante Agar porte le fils que Dieu leur avait promis (Genèse 16:1-15), s’attirant de ce fait divers conflits et bien des déchirements (notamment quand Isaac, le fils légitime de la promesse divine, parut). En fait, Sara et Abraham rirent tous deux quand Dieu leur annonça qu’ils auraient ensemble un fils (Genèse 17:17 ; 18:12). Bien que leur foi ait été forte, dans la plupart des cas, ils durent cependant apprendre quelques leçons à son sujet.

Ce que Dieu nous ordonne de faire, dans la Bible, semble physiquement impossible, et nous avons souvent du mal à y croire. Sans doute est-ce parce qu’elles sont physiquement impossibles et exigent l’intervention et l’aide divines, que nous doutons. Comme le fait – pour Abraham et Sara – d’avoir un enfant dans leur vieillesse ! Tous deux durent apprendre à être fidèles, mais en fin de compte, Dieu fut fidèle et ils le furent également.

Un questionnaire sur notre degré de fidélité

  1. Suis-je loyal envers Dieu ? Ma foi me fait-elle accorder la priorité à Dieu dans ma vie ? Comment cela ?
  2. Qu’est-ce qui m’empêche d’être fidèle ? Pourquoi ai-je du mal à faire confiance à Dieu ?
  3. Suis-je satisfait par des preuves spirituelles, ou ai-je toujours besoin de preuves physiques pour croire ?
  4. Quels sont les domaines, dans ma vie, où je ne suis pas entièrement fidèle à Dieu ? Que puis-je faire pour que cela change ?

Comment être plus fidèle ?

Placer un Être invisible et un ouvrage ancien au centre de nos vies requiert beaucoup de foi et de fidélité. Nous devons laisser notre foi en Dieu et les enseignements de la Bible façonner nos idées, nos propos et nos actes envers l’Éternel et nos semblables.

Comment avoir plus de foi et de fidélité ? Nous pouvons :

  • Dresser une liste des raisons pour lesquelles nous croyons ce que nous croyons. S’il nous manque des preuves spirituelles, dans certains domaines, nous pouvons réfléchir pourquoi, demander à Dieu d’affermir notre foi dans ces derniers, et méditer notre situation.
  • Nous rappeler tous les domaines de la vie dans lesquels Dieu est fidèle ; Il nous protège, pourvoit à nos besoins, pardonne nos péchés, nous promet la vie éternelle et Son Royaume paisible. Nous pouvons nous inspirer de Sa fidélité et devenir à notre tour fidèles. 
  • Donner à Dieu et à d’autres la priorité. Comment cela ? Nous pouvons dresser une liste de nos relations et de nos engagements et honnêtement nous demander dans quelle mesure nous leur avons été fidèles. Tout comportement déloyal doit être éliminé.

Être fidèle ne se limite pas à se contenter d’être accessible. C’est un engagement total et une loyauté envers Dieu qui défient tout raisonnement humain. Il est facile de croire en Dieu, mais il faut être fidèle pour croire suffisamment à Ses enseignements pour modifier sa vie.

Nous vous proposons notre article La foi pour croire Dieu et Lui être agréable et les articles connexes.