Les chrétiens devraient-ils célébrer Noël ?

Cette question peut paraître étrange, car il s’agit supposément d’une fête à propos du Christ. Mais Jésus naquit-Il un 25 décembre ? Qui plus est, veut-Il que nous célébrions Noël ?

Cette fête semble être la plus chrétienne des fêtes religieuses. Les chrétiens ne devraient-ils pas la célébrer ? Se pourrait-il que notre Seigneur ne soit pas né un 25 décembre ? De surcroit, de nombreux articles ne sont-ils pas publiés chaque année dans les journaux sur les origines païennes de cette fête ?

Certains ecclésiastiques qui observent Noël ont même publié des articles à ce sujet, comme celui sur le site Internet Grace to You [Que la grâce soit avec vous !] On peut y lire : « La décision de célébrer Noël le 25 décembre a été prise pendant le 4e siècle par les évêques de Rome. Il y avait une raison bien précise à cela.

« Ayant cessé depuis longtemps d’adorer le vrai Dieu, Créateur de toutes choses, beaucoup de cultures primitives, dans l’empire romain, s’étaient abaissées à adorer le soleil. Conscients de leur dépendance sur la révolution annuelle du soleil dans le ciel, elles observaient des fêtes vers le solstice d’hiver, en décembre, quand les jours sont les plus courts. Lors de ces dernières, elles allumaient des feux de joie afin de donner de la force au dieu soleil et de le faire revivre. Quand il devenait évident que les jours rallongeaient, on se livrait à de grandes réjouissances.

« Les dirigeants ecclésiastiques à Rome décidèrent de célébrer la naissance du Christ pendant le solstice d’hiver, espérant christianiser ces célébrations païennes populaires. Dans l’ensemble, leurs efforts visant à inciter les païens à se conformer [à leurs enseignements] échouèrent, et les festivités païennes continuèrent à être célébrées ».

De nos jours, on cherche souvent à remettre Jésus-Christ dans Noël ; or, Il n’en a jamais fait partie. Le 25 décembre était une fête polythéiste basée sur des mythes.

Adopter des coutumes païennes est-il acceptable aux yeux de Dieu ?

Que doit faire le chrétien de ces « détails » ? Devrait-il célébrer Noël ? En décembre 2007, le journaliste de l’AP Tom Breen a cité Clyde Kilough, un pasteur de l’Église de Dieu, Association Mondiale : « Il est bien connu que Noël et ses coutumes n’ont rien à voir avec la Bible […] La question théologique qu’on doit se poser est bien simple : Est-il acceptable, aux yeux de Dieu, que les humains décident de L’adorer en adoptant les célébrations les plus populaires du paganisme et en les étiquetant « chrétiennes » ?

La Bible révèle que Dieu ne veut pas que les humains L’adorent de la même manière que les païens adorent leurs dieux. En nous basant sur les Écritures, nous croyons que Dieu et Son Fils ne veulent pas que les chrétiens célèbrent Noël. Dieu avait clairement averti l’ancien Israël de ne pas incorporer des coutumes païennes dans leur culte du vrai Dieu.

« Lorsque l’Eternel, ton Dieu, aura exterminé les nations que tu vas chasser devant toi, lorsque tu les auras chassées et que tu te seras établi dans leur pays, garde-toi de te laisser prendre au piège en les imitant, après qu’elles auront été détruites devant toi. Garde-toi de t’informer de leurs dieux et de dire : Comment ces nations servaient-elles leurs dieux ? Moi aussi, je veux faire de même. Tu n’agiras pas ainsi à l’égard de l’Eternel, ton Dieu ; car elles servaient leurs dieux en faisant toutes les abominations qui sont odieuses à l’Eternel, et même elles brûlaient au feu leurs fils et leurs filles en l’honneur de leurs dieux. Vous observerez et vous mettrez en pratique toutes les choses que je vous ordonne ; vous n’y ajouterez rien, et vous n’en retrancherez rien » (Deutéronome 12:29-32).

Dans Marc 7:6-9, Jésus-Christ fit remarquer à un groupe « très religieux » : « Hypocrites, Esaïe a bien prophétisé sur vous, ainsi qu’il est écrit : Ce peuple m’honore des lèvres, mais son cœur est éloigné de moi. C’est en vain qu’ils m’honorent, en donnant des préceptes qui sont des commandements d’hommes. Vous abandonnez le commandement de Dieu, et vous observez la tradition des hommes […] Vous rejetez fort bien le commandement de Dieu, pour garder votre tradition. »

Qu’est-ce qui « cloche » dans la scène traditionnelle de la nativité ?

Ce que les chrétiens devraient aussi bien comprendre, c’est que bon nombre des scènes de la nativité ne sont pas bibliques.

Notez par exemple ce qui suit, dans l’Évangile selon Luc : « Il y avait, dans cette même contrée, des bergers qui passaient dans les champs les veilles de la nuit pour garder leurs troupeaux. Et voici, un ange du Seigneur leur apparut, et la gloire du Seigneur resplendit autour d’eux. Ils furent saisis d’une grande frayeur. Mais l’ange leur dit : Ne craignez point ; car je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera pour tout le peuple le sujet d’une grande joie : c’est qu’aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur. » (Luc 2:8-11)

Comme l’indique un commentaire biblique connu, « Ces bergers n’ayant pas encore rentré leurs troupeaux, on peut en déduire qu’octobre n’était pas encore arrivé et que, de ce fait, notre Seigneur ne naquit pas le 25 décembre, quand il n’y a plus aucun troupeau dans les champs. À partir de ce détail, la nativité en décembre devrait être rejetée » (Adam Clarke’s Commentary [Commentaire d’Adam Clarke, remarque sur] Luc 2:8).

Cela, une autre source le confirme : « Ces humbles bergers sont dans les champs la nuit avec leurs troupeaux – un détail du récit qui contredit l’idée de la naissance (du Christ) le 25 décembre, le temps ne le permettant pas » (The Interpreter’s One-Volume Commentary [Le commentaire des interprètes en un volume], 1971, remarque sur Luc 2:4-7)

Commentant un autre aspect de la scène traditionnelle de la nativité, Joe Kovacs, auteur de Shocked by the Bible [Choqué par la Bible], écrit : « Il n’y avait pas trois mages, dans l’étable, quand Jésus naquit ».

Cette déclaration s’appuie sur ce qu’on lit dans Matthieu 2:1, 11 : « Jésus étant né à Bethléhem en Judée, au temps du roi Hérode, voici des mages d’Orient arrivèrent à Jérusalem […] Ils entrèrent dans la maison, virent le petit enfant avec Marie, sa mère, se prosternèrent et l’adorèrent ; ils ouvrirent ensuite leurs trésors, et lui offrirent en présent de l’or, de l’encens et de la myrrhe. »

La Bible ne précise pas combien il y avait de mages, mais elle précise qu’ils se rendirent « dans la maison » et non à l’étable, et qu’ils y virent non plus un bébé mais, comme l’indiquent d’ailleurs plusieurs versions françaises « l’enfant ». L’histoire des trois rois mages dans la crèche, dans l’étable, n’est pas biblique.

Il faut bien comprendre que se contenter de qualifier quelque chose de chrétien ne suffit pas à le rendre « chrétien », peu importe les traditions que nous avons ou les rationalisations que nous employons.

Par exemple, depuis des décennies, les parents font croire à leurs enfants que le Père Noël existe. Le problème, c’est que ce n’est pas vrai. Il n’existe pas, pas plus qu’il n'a un atelier au Pôle Nord. Où, dans la Bible, Dieu nous autorise-t-Il à mentir, notamment à nos enfants ?

Bien souvent, on ne voit pas non plus pourquoi il serait mal d’échanger des cadeaux à cette époque de l’année. Or, dans son livre 4,000 Years of Christmas: A Gift From the Ages [4 000 ans de célébration de Noël – un cadeau des siècles], 1997), le prêtre épiscopalien Earl Count établit avec ferveur les rapports historiques entre l’échange de cadeaux lors des 12 jours de Noël et les coutumes originaires de l’ancienne Babylone païenne. Il montre aussi que le gui fut adopté par les druides dans leurs rites mystérieux et que le 25 décembre a davantage de rapport avec les anciennes Saturnales romaines qu’avec Jésus.

Comment expliquer cela à mes proches ?

Les chrétiens devraient-ils célébrer Noël ? Après avoir étudié la question, nombreux sont ceux qui tirent la conclusion qu’ils ne le devraient pas. Et c’est à ce stade que beaucoup posent la question : « D’accord, mais comment expliquer à ma famille et à mes proches que je ne célébrerai plus Noël ? » Nous conseillons à ces personnes de faire preuve de tact, expliquant à leur entourage qu’elles ne peuvent plus, en toute bonne conscience, continuer à célébrer une fête qui n’est pas autorisée par la Bible. Et si on les interroge sur les cadeaux, nous leur conseillons de répondre qu’il y a bien d’autres occasions dans l’année pour honorer ceux que l’on aime par des présents.

Certains proches accepteront cette décision ; d’autres peuvent avoir de la difficulté à comprendre ; il est donc préférable de ne pas essayer de les faire changer d’avis et d’éviter de les contrarier. Souvent, quand on reconnait l’origine non biblique de Noël, on essaie d’éviter d’entrer dans des discussions à ce sujet à moins que des questions soient posées. Nous essayons d’appliquer le principe énoncé dans 1 Pierre 3:15 : « Sanctifiez dans vos cœurs Christ le Seigneur, étant toujours prêts à vous défendre avec douceur et respect, devant quiconque vous demande raison de l’espérance qui est en vous ». Si quelqu’un veut en savoir plus, il n’y a aucun mal à lui expliquer les origines païennes de cette fête et le commandement de Dieu de ne pas L’adorer comme le font les païens.

Les membres de l’Église de Dieu, Association Mondiale (qui tient ce site) ne s’impliquent pas dans les célébrations de Noël. Il est écrit que nous devons honorer Jésus-Christ lors de l’anniversaire de Sa mort (et non de Sa naissance). Lire 1 Corinthiens 11:23-29 à ce propos. Jésus-Christ rappela à Ses disciples (alors qu’ils mangeaient le pain et buvaient le vin, nouveaux symboles de la Pâque dans le Nouveau Testament) : « Faites ceci en mémoire de moi » (Luc 22:19).

Jésus naquit en tant que notre Sauveur, mais Il va aussi revenir en tant que Roi des rois et Seigneur des seigneurs (Apocalypse 19:15-16). Le règne millénaire de Christ débutera alors sur Terre. Cet événement est préfiguré et accentué lors de la Fête annuelle des Tabernacles qui a lieu en automne dans l’hémisphère Nord (Lévitique 23:33-35). Christ a dit à Ses disciples de célébrer cette fête, comme Lui l’observait (Jean 7:2, 14, 37-39). Par conséquent, au lieu de célébrer Noël, les chrétiens devraient célébrer les Fêtes que Dieu nous a ordonnées d’observer.

Ne manquez pas de lire nos autres articles affichés dans cette section afin d’en savoir plus sur les Jours Saints bibliques qui révèlent le plan de salut que Dieu a pour l’humanité.