Le fruit de l’Esprit : la joie

Dans notre monde plein de tragédies et de chaos, il peut être difficile d’exprimer quelque joie. Que représente, en somme, ce trait de caractère positif énuméré dans la liste biblique du « fruit de l’Esprit » ?

En français, la joie a des synonymes comme bonheur, plaisir, allégresse et ravissement. Néanmoins, la manière dont on se sert aujourd’hui de ces mots ne reflète pas nécessairement l’idée contenue dans la Bible.

Entre bonheur égoïste et joie chrétienne

On se dit souvent que la recherche du bonheur consiste à essayer de trouver  ce qui va nous rendre heureux. Or, la Bible dit-elle aux chrétiens que tant qu’ils font ce qui leur plait, cela ne saurait être mauvais ? Par exemple, si nous pensons que coucher avec plusieurs partenaires ; tricher dans notre déclaration d’impôts pour avoir un meilleur remboursement ; critiquer les gens ou les rudoyer pour nous rendre important sont des bonnes choses, le sont-elles pour autant ?

Nullement ! Il est écrit que « c’est une joie pour le juste de pratiquer la justice, mais la ruine est pour ceux qui font le mal » (Proverbes 21:15 ; c’est nous qui soulignons tout du long). La joie dont il est écrit – dans Galate 5 :22 – qu’elle est le fruit de l’Esprit, est la disposition positive et joviale de l’individu que Dieu appelle et qui comprend à quel point il est avantageux de suivre la voie divine.

Transgresser cette dernière ne produit jamais une joie réelle et durable. Ce n’est pas non plus en recherchant égoïstement sa propre satisfaction que l’on éprouve vraiment de la joie. La vraie joie est un don divin, et c’est quelque chose que Dieu veut que nous procurions généreusement aux autres. Nous pouvons éprouver la joie qui vient de Dieu même lorsque nous affrontons des situations qui rendent habituellement malheureux, comme les épreuves (Jacques 1:2).

La Bible nous promet qu’en fin de compte, la joie, le bonheur et le plaisir se rejoindront. Notez le Psaume 16 : « Tu me feras connaître le sentier de la vie ; il y a d’abondantes joies devant ta face, des délices éternelles à ta droite » (verset 11).

La joie est la prise de conscience du fait que Dieu nous aime et souhaite donner de bonnes choses à Ses enfants – à ceux qui se sont repentis, se sont faits baptiser et ont reçu Son Saint-Esprit (Actes 2:38). L’une de ces bonnes choses est le Royaume de Dieu, quand Christ gouvernera un monde paisible et prospère : « Les nations se réjouissent, elles poussent des cris de joie ; car tu juges les peuples avec droiture, tu conduis les nations sur la terre » (Psaumes 67:4).

Les chrétiens connaissent la joie divine quand ils sont ravis de ce que Dieu leur a donné Sa précieuse vérité et leur permet de comprendre un mode de vie qui apporte l’épanouissement – à présent et définitivement.

Pourquoi Dieu veut-Il que nous démontrions ce qu’est la joie ?

Comme nous l’avons vu plus haut, la joie qu’on éprouve  en assouvissant ses désirs égoïstes et en faisant ce qui nous plait ne procure qu’une satisfaction superficielle, temporaire. Il existe, en revanche, une joie qu’on éprouve grâce au Saint-Esprit et quand on pratique la voie divine, laquelle procure une réelle satisfaction et des sentiments en tous points positifs et optimistes.

Dieu veut que nous démontrions cette joie afin de prouver au monde que c’est Lui qui procure le vrai bonheur. Les mines de Satan procurent pour un temps une certaine satisfaction, mais elles finissent par exploser et déchirer nos vies. Or, comme tout ce qui est issu de l’Esprit, l’exemple des chrétiens est un phare montrant que la vraie joie est meilleure qu’une joie égoïste, précaire et superficielle.

Et quand nous démontrons notre joie, nous révélons quelles sont nos priorités. Notez la parabole du trésor caché dans un champ : « Le royaume des cieux est encore semblable à un trésor caché dans un champ. L’homme qui l’a trouvé le cache ; et, dans sa joie, il va vendre tout ce qu’il a, et achète ce champ » (Matthieu 13:44).  

La joie qu’on éprouve en sachant que le Royaume de Dieu approche et en étant conscient de ce que notre Père céleste nous a révélé rend tout le reste, dans la vie, secondaire. Les chrétiens grincheux, ingrats, négatifs et coléreux ne démontrent certes pas ce qu’est le Royaume de Dieu – si merveilleux que rien d’autre ne devrait compter davantage. C’est quelque chose dont on peut se réjouir continuellement, quotidiennement – au travail, chez soi, en conduisant, en jouant, bref… partout et en tout temps.

Pourquoi être animé de cette joie ? Si nous croyons réellement ce que Dieu nous dit dans la Bible, nous avons bien des raisons de nous réjouir. Il y a, dans la vie, des moments affligeants (comme la disparition d’êtres chers et autres écueils), mais même dans ces moments d’affliction, la joie sous-jacente du plan divin pour l’humanité (y compris la résurrection de nos chers disparus et la solution aux problèmes de ce monde) doit régner dans nos cœurs et motiver nos actes. Plus facile à dire qu’à pratiquer, n’est-ce pas ?

Un exemple à suivre

L’apôtre Jean nous donne un exemple de joie devant être présente dans nos vies. Dans sa lettre à Gaïus, il écrit : « J’ai été fort réjoui, lorsque des frères sont arrivés et ont rendu témoignage de la vérité qui est en toi, de la manière dont tu marches dans la vérité. Je n’ai pas de plus grande joie que d’apprendre que mes enfants marchent dans la vérité » (3 Jean 1:3-4).

Jean se réjouissait immensément de ce que ceux dont il s’était occupé continuaient de marcher dans la vérité. Il en éprouvait une grande joie parce qu’il savait qu’aussi longtemps qu’ils le faisaient, ils allaient être heureux et joyeux, pour l’éternité.

L’exemple de Jean révèle l’origine de la joie, et explique pourquoi elle est importante. La joie provient de ce que l’on demeure fidèle aux enseignements divins, et c’est important car cela procure de la joie aux autres et car cela indique que l’on est reconnaissant de ce que l’on a reçu.

Un exemple à éviter

Christ mentionne la joie dans Sa parabole du semeur : « Celui qui a reçu la semence dans les endroits pierreux, c’est celui qui entend la parole et la reçoit aussitôt avec joie ; mais il n’a pas de racines en lui-même, il manque de persistance, et, dès que survient une tribulation ou une persécution à cause de la parole, il y trouve une occasion de chute (Matthieu 13:20-21). 

La joie dont il est ici question n’est que temporaire, superficielle.

La personne ayant reçu la semence « dans les endroits pierreux » peut avoir éprouvé une joie sincère, au départ, mais elle ne tarde pas à se concentrer sur les épreuves de la vie, et elle laisse sa joie se dissiper. Notre joie, notre enthousiasme et notre satisfaction pour Dieu doivent toujours augmenter, ce qui est rendu possible quand nous demeurons proches de Lui et permettons au Saint-Esprit d’agir dans nos vies.

Un questionnaire pour évaluer notre joie

Développons-nous le fruit de l’Esprit qu’est la joie ? Posons-nous les questions suivantes, pour le savoir.

  1. Suis-je généralement positif, ou négatif ? Que révèle ma vie à ce sujet ?
  2. Ma joie pour la vérité de la Bible et le Royaume de Dieu surpasse-t-elle ma joie pour les choses physiques ? Comment le sais-je ?
  3. Suis-je un rouspéteur (suis-je critique et casseur) ou est-ce que j’encourage les gens ? Comment le sais-je ?
  4. Dit-on que je suis toujours de bonne humeur, ou pessimiste et grincheux ? Pourquoi dit-on cela de moi ?

Comment être plus joyeux ?

Bien des choses peuvent nous ravir notre joie : un emploi stressant ; la maladie ; la mort d’êtres chers ; des ennuis pécuniaires ; des situations dangereuses ; des contrariétés et des frustrations quotidiennes ; l’accusation que nous nous faisons des illusions, à suivre la Bible, etc.

Comment connaître davantage la joie, dans nos vies ? C’est simple : Nous devons cesser de raisonner comme nous le faisons. Il importe de bien comprendre qu’il s’agit là d’une lutte de toute une vie dans notre tête. Voici quelques suggestions :

  • Quand vous priez, dressez une liste de toutes les bénédictions spirituelles qui vous viennent à l’esprit. Efforcez-vous d’être reconnaissant et heureux de tout ce que vous avez reçu.
  • Remémorez-vous continuellement les avantages de la voie divine, comparée à celle de Satan. Songez à l’état du monde actuel, et à ce qu’il sera quand Christ reviendra. Peut-être souhaiterez-vous vous rappeler ces choses en les inscrivant sur votre portable, sur des petites notes ou autre, afin d’y réfléchir souvent.
  • Textez d’autres personnes, écrivez leur des petites notes ou appelez-les en les encourageant, en leur donnant des passages bibliques ou des commentaires amusants, sachant que la joie éprouvé pour les bénédictions divines et la vérité biblique est contagieuse entre croyants. Par exemple : « Bonne journée au travail, à être une lumière dans ce monde d’obscurité » ou « La joie de l’Eternel sera votre force » (Néhémie 8:10) ou « Un sourire est une courbe qui redresse tout ! » (Phillis Diller)

Quand nous réfléchissons à l’étonnante vérité du Royaume de Dieu et à la part que nous y jouons, et que nous y croyons, comment ne pas nous réjouir dans tous les domaines de notre vie ! Souriez ! Dieu est réel, et Il ne ment pas.