Le Quatrième Commandement : Souviens-toi du jour du repos

Dieu institua le sabbat à la fin de la semaine de la Création, et il nous rappelle notre Créateur. Comment Dieu veut-Il que nous nous en « souvenions » à présent ?

Dieu a communiqué le Quatrième Commandement dans Exode 20:8-11 :

« Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier. Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage. Mais le septième jour est le jour du repos de l’Eternel, ton Dieu : tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l’étranger qui est dans tes portes. Car en six jours l’Eternel a fait les cieux, la terre et la mer, et tout ce qui y est contenu, et il s’est reposé le septième jour : c’est pourquoi l’Eternel a béni le jour du repos et l’a sanctifié ».

Le sabbat fut institué lors de la Création

Dieu institua le sabbat à la fin de la semaine de la Création, et il nous rappelle notre Créateur : « Ainsi furent achevés les cieux et la terre, et toute leur armée. Dieu acheva au septième jour son œuvre, qu’il avait faite : et il se reposa au septième jour de toute son œuvre, qu’il avait faite. Dieu bénit le septième jour, et il le sanctifia, parce qu’en ce jour il se reposa de toute son œuvre qu’il avait créée en la faisant » (Genèse 2:1-3).

Nous suivons l’exemple et l’ordre divins en nous le rappelant et en nous reposant ce jour-là, chaque semaine. Si Dieu ne nous avait pas donné ce commandement, comment pourrions-nous savoir de quelle manière Il veut être adoré ? Comment l’homme mortel saurait-il ce qui, dans la semaine, représente une période sacrée ? Il fallait que Son Créateur le lui révèle ; et c’est précisément de que l’Éternel a fait. Hélas ! De nos jours, peu se « souviennent » du sabbat du septième jour.

Le commandement du sabbat est répété dans Deutéronome 5:12-15, mais dans ce passage, Dieu insiste sur le thème de la liberté. Les Israélites avaient été libérés de l’esclavage auquel Pharaon, roi d’Égypte, les avait réduits. Cette libération préfigurait la liberté que nous pouvons avoir quand nous sommes libérés de Satan et du péché. De même que Celui qui allait devenir plus tard Jésus-Christ délivra Israël de l’Égypte avec une main puissante (1 Corinthiens 10:4), Jésus est notre Libérateur et notre Sauveur à présent.

À qui appartient le sabbat ?

« Le septième jour est le jour du repos de l’Eternel, ton Dieu » (Exode 20:10). Il appartient à Dieu. Jésus a dit qu’Il est « maître même du sabbat » (Marc 2:28), et Il a précisé que le septième jour a été créé pour notre bien : « Le sabbat a été fait pour l’homme, et non l’homme pour le sabbat » (verset 27).

Ce jour de repos n’a pas pour objet de faire ce qui nous plait. Nous devons aussi laisser nos serviteurs (nos employés) se reposer (Deutéronome 5:14). Et le Christ a précisé qu’il n’y avait aucun mal à faire du bien ce jour-là, donnant plusieurs exemples de situations d’urgence et montrant l’exemple en soignant les malades et les blessés (Matthieu 12:10-13).

Pourquoi les pharisiens et les dirigeants religieux accusaient-ils Jésus et les disciples de faire « ce qu’il n’est pas permis de faire pendant le sabbat » (Matthieu 12:2) ? Parce qu’eux et leurs ancêtres n’avaient pas appris les leçons qu’ils auraient dû apprendre du châtiment d’Israël qui, entre autres, avait transgressé le sabbat. Ils avaient ajouté des règles et des préceptes de leur cru qui imposaient des restrictions qui n’avaient pas été prévues par Dieu le jour du sabbat. Les commandements de l’Éternel ne sont pas pénibles (1 Jean 5:3) ; par contre, les règles du judaïsme, elles, l’étaient ! (Matthieu 23:4).

Le sabbat à présent, et à l’avenir

Les 3e et 4e chapitres de l’Épître aux Hébreux entrelacent les thèmes du sabbat, de l’entrée dans la Terre Promise et de l’entrée dans le Royaume de Dieu. Chacun d’eux préfigure un repos – la Terre Promise décrivant de façon imparfaite le futur Royaume paisible de Dieu.

Le sabbat, le jour où Dieu Se reposa, est à la fois le type et le rappel hebdomadaire du merveilleux repos à venir, où l’humanité sera enfin libérée de l’esclavage du péché (Hébreux 4:4, 9). « Il y a donc un repos de sabbat réservé au peuple de Dieu » (Hébreux 4:9).

Dans le Royaume futur, de Dieu, le monde entier rendra un culte à l’Éternel, le jour du sabbat (Ésaïe 66:23).

Le Commandement du sabbat à présent

Nous devons toujours travailler diligemment pendant six jours pour pourvoir à nos besoins et pour bien nous préparer pour le sabbat, chaque semaine. Cela nous enseigne à être diligents, à planifier et à fixer nos priorités. Dieu nous ordonne de nous reposer un jour non pour fainéanter, mais parce que nous en avons besoin.

Plutôt que d’être un jour où l’on reste à ne rien faire, le sabbat est un jour où nous devons faire quelque chose… de différent : Porter nos regards sur Dieu, Lui rendre un culte et fraterniser avec des chrétiens partageant nos convictions (Hébreux 10:24-25), priant, étudiant la Bible, et méditant.

Le sabbat est un jour où l’on resserre ses liens avec la famille, où l’on admire la Création et où l’on fait du bien – rendant, par exemple, visite à des veuves et à des orphelins (Jacques 1:27). Le sabbat devrait être un délice et non un jour où l’on se livre à ses passe-temps favoris ; un jour où l’on honore Dieu, cherche à Lui plaire et à faire Sa volonté (Ésaïe 58:13-14).