Que faites-vous de votre temps ?

Notre vie représente du temps, et ce que nous en faisons façonne notre caractère, notre bonheur, notre réussite et notre avenir.

Il y a quelques années, une amie africaine visitant pour la première fois un pays occidental est venue nous rendre visite. Elle observait ma femme s’affairant dans la maison et préparant le dîner. Elle s’étonnait de tous les appareils ménagers, qui nous économisent du temps : la cuisinière, le réfrigérateur/congélateur, le lave-vaisselle, la machine à laver, la sécheuse, et l’aspirateur.
 
Consternée, elle finit par se tourner vers mon épouse et lui demanda : « Que faites-vous de tout votre temps ? » Elle, passait la plupart de ses journées à faire à la main ce que nos appareils ménagers font pour nous, et elle avait du mal à imaginer de quoi étaient faits nos temps libres.
 

Tout notre temps ?

Question pertinente ! Que faisons-nous, en effet, de tout notre temps ?
 
Contrairement à ce qu’on peut penser, les gens ont aujourd’hui plus de temps libre que jamais auparavant. Pendant une grande partie de l’histoire, les êtres humains ont dû consacrer le plus gros de leur temps à chercher de la nourriture, des vêtements, un toit, pour eux et les leurs. C’est toujours le cas dans beaucoup de pays.
 
Or, d’après un rapport récent du ministère américain du travail, les Américains de plus de 15 ans disposent en moyenne de plus de cinq heures par jour de temps libre, soit presque le tiers du temps pendant lequel nous sommes éveillés ! Et toujours d’après ce rapport, ce temps libre, on le passe la plupart du temps à se divertir en regardant la télévision, à voguer sur l’Internet, à jouer à des jeux vidéo, etc. 
 

Notre temps libre – bénédiction ou malédiction ?

Certains, pendant leurs temps libres, s’attirent de gros ennuis. On attribue à Geoffrey Chaucer, au 14e siècle, la remarque : « L’oisiveté est la mère de tous les vices ». Quand on dit que quelqu’un n’a rien à faire, on s’attend à ce qu’il fasse quelque bêtise.
 
Il importe que nous réfléchissions sérieusement à l’usage que nous faisons de nos temps libres. La vie est une allocation de temps, et ce que nous faisons de notre temps équivaut à ce que nous faisons de notre vie. Comment nos temps libres nous affectent-ils ? Le chrétien devrait-il éviter de se détendre ? La Bible nous dit-elle à quoi consacrer nos temps libres ?
 

Ce qui nous amuse nous affecte

Jésus corrigeait fréquemment les pharisiens pour leur hypocrisie ; ils essayaient de donner une bonne impression, soignaient les apparences, mais leur cœur était corrompu. 
 
Il leur dit notamment : « Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! parce que vous nettoyez le dehors de la coupe et du plat, et qu’au-dedans ils sont pleins de rapine et d’intempérance. Pharisien aveugle ! nettoie premièrement l’intérieur de la coupe et du plat, afin que l’extérieur aussi devienne net. » (Matthieu 23:25-26).
 
Cette critique acerbe montre que ce qui se passe dans notre tête compte plus pour Dieu que ce que nous donnons l’impression d’être.
 
Jésus a également indiqué que désirer quelque chose d’interdit viole la loi divine, même si nous ne passons pas aux actes. « Vous avez appris qu’il a été dit : Tu ne commettras point d’adultère. Mais moi, je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur. » (Matthieu 5:27-28).
 
Il importe donc que nous gardions nos pensées et nos cœurs purs. Cela veut dire que le chrétien devrait proscrire toute sorte d’amusement qui le pousse à vouloir violer la loi ou la voie divine.
 

Des fréquentations virtuelles

Au 1er siècle, l’apôtre Paul corrigea les chrétiens de Corinthe pour avoir, comme on le dirait de nos jours, « de mauvaises fréquentations ». Il leur dit : « Ne vous y trompez pas, les mauvaises compagnies corrompent les bonnes mœurs. Revenez à vous-mêmes, comme il est convenable, et ne péchez point ; car quelques-uns ne connaissent pas Dieu, je le dis à votre honte. » (1 Corinthiens 15:33-34).
 
Ces chrétiens passaient du temps avec des individus vivant de manière immorale ; cela les affectait profondément. Ces mauvais exemples les faisaient oublier Dieu, et selon Paul, c’était honteux.
 
Salomon nous a laissé l’avertissement suivant : « Ne fréquente pas l’homme colérique, ne va pas avec l’homme violent, de peur que tu ne t’habitues à ses sentiers, et qu’ils ne deviennent un piège pour ton âme. » (Proverbes 22:24-25). Les personnes avec qui nous passons du temps nous influencent. Que nous soyons ou non disposés à l’accepter, nous finissons par leur ressembler.
 
De nos jours, des personnes qui n’auraient jamais pensé avoir affaire avec des revendeurs de drogue, des assassins et des prostitués passent des centaines d’heures à imiter ce genre de vie en jouant à des jeux très réalistes, en lisant des livres décrivant ces choses ou en regardant des films dans les mêmes veines. Ils écoutent des chansons aux paroles envoutantes qui gravent à leur insu dans leur esprit des idées erronées sur la sexualité. Des fréquentations virtuelles peuvent aussi corrompre de bonnes habitudes.
 
Tous les jeunes barbares qui ont participé à des fusillades dans des écoles jouaient souvent des jeux vidéo violents très graphiques dans lesquels le joueur est celui qui tire sur des images représentant des personnes. Cela ne veut pas dire que quiconque joue à ces jeux tue quelqu’un, mais cela montre que ces jeux ont souvent une influence psychologique négative évidente sur les joueurs.
 
Pratiquer à de nombreuses reprises certaines actions nous désensibilise ; nous devons donc veiller à protéger notre esprit. Nous ne devons pas nous laisser désensibiliser face aux comportements destructeurs du péché : « Garde ton cœur plus que toute autre chose, car de lui viennent les sources de la vie » (Proverbes 4:23). Nous devons faire des choix pour ce que nous laissons entrer dans notre cœur et dans notre esprit ; cela nous affecte. C’est directement lié au genre de spectacles ou de loisirs que nous choisissons.
 

Deux pièges

Deux des thèmes les plus destructeurs dans les spectacles actuels sont la violence et des pratiques sexuelles néfastes. Les films, les livres et les jeux électroniques sont de plus en plus graphiques et violents. Les producteurs dépassent de plus en plus les bornes, cherchant à surprendre et à choquer les gens.
 
Hélas, on s’attend de plus en plus à voir de la violence, et l’on insiste même souvent pour en avoir. Les films d’horreur décrivent la torture et des mutilations sadiques d’innocents. Les jeux vidéo permettent aux joueurs d’assassiner virtuellement des milliers de personnes, sans fournir le moindre cadre moral.
 
Toute une génération de jeunes se désensibilise et s’accommode de la violence. 
 
Une sexualité destructive est encouragée dans les vidéos musicales, dans des films et des jeux électroniques de plus en plus graphiques. Ce qu’on cherche à nous faire croire, c’est que le sexe n’est pas réservé à un mariage heureux mais à une envie animale incontrôlée à se livrer à ce qui nous plait toutes les fois que le désir nous prend, et avec n’importe qui.
 
Les conséquences tragiques de ces comportements sont de plus en plus évidentes dans notre société : foyers brisés, enfants grandissant dans des familles dysfonctionnelles, et l’acceptation croissante de perversions choquantes.
 
La pornographie sur Internet est un fléau révoltant. Selon Focus on the Family (un site sur la famille), entre autres : 
  • La pornographie est addictive et cette dépendance est progressive. Quand une personne a ce type de dépendance, son besoin de pornographie augmente ; elle devient de moins en moins sensible à l’obscénité, et cette addiction et cette désensibilisation poussent de nombreux drogués (et il s’agit bien d’une drogue) à vivre leurs fantasmes avec d’autres.
  • Les experts estiment qu’une addiction à la pornographie est probablement plus difficile à traiter qu’une addiction à l’héroïne. 
  • La pornographie détruit les mariages et les familles ; elle contribue fortement au divorce.
  • La pornographie est largement responsable des violences sexuelles. Les assassins pratiquant des meurtres en série ont en commun un fort intérêt pour la pornographie hardcore. 
Les chrétiens doivent être conscients des dégâts psychologiques et même physiques provoqués par la pornographie et l’éviter à tout prix.
 

Que faire dans nos temps libres ?

Nous sommes libres quand notre travail est fini et que nous avons récupéré. Ces moments sont précieux car nous pouvons nous en servir pour nous améliorer.
 
Dieu a établi un modèle en fixant un jour de repos, chaque semaine – le jour du sabbat – pour que nous resserrions nos liens avec Lui, avec nos familles et avec d’autres chrétiens. Cela montre qu’il faut prendre le temps de réfléchir à sa vie, faire le bilan, et s’assurer qu’on recherche ce qui compte le plus dans la vie.
 
La Bible nous dit de faire un usage judicieux de notre temps : « Prenez donc garde afin de vous conduire avec circonspection, non comme des insensés, mais comme des sages ; rachetez le temps, car les jours sont mauvais » (Éphésiens 5:15-16). Racheter le temps, c’est en faire le meilleur usage possible, investir chaque minute dans des activités de qualité et non dans des bêtises. C’est prendre conscience du fait que notre vie est faite de temps, que le temps que nous avons est limité, et que nous devons nous en servir pour atteindre d’importants objectifs spirituels.
 
L’apôtre Pierre a écrit que nous « rendrons compte » un jour de la manière dont nous aurons dirigé nos vies et de ce que nous aurons accompli (1 Pierre 4:3-6). Que dirons-nous à Dieu à ce moment-là ? Faudra-t-il que nous admettions avoir gâché des heures et des heures à nous amuser bêtement ou de manière destructive, ou serons-nous en mesure de démontrer que nous aurons développé notre caractère, auront crû spirituellement et passé notre temps à
Le servir et à servir nos frères humains ?
 
Que ce serait triste si Dieu répondait : « N’as-tu rien fait de mieux des années que je t’ai données ? »
 

Quelques conseils

La Bible nous fournit quelques directives pouvant nous aider à décider quel genre de loisirs avoir et comment utiliser notre temps. « Au reste, frères, que tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est aimable, tout ce qui mérite l’approbation, ce qui est vertueux et digne de louange, soit l’objet de vos pensées. » (Philippiens 4:8)
 
Ces qualités devraient nous aider à décider comment passer nos temps libres. Dans cette liste, pratiquement aucune activité moderne classée spectacles ou loisirs ne figure.
 
Voici quelques suggestions sur la manière de passer vos temps libres :
  • Parlez à Dieu par des prières, et laissez-Le vous parler en étudiant Sa Parole (la Bible).
  • Cimentez les liens familiaux et enseignez à vos enfants des leçons et des compétences utiles. 
  • Rendez service à ceux qui sont dans le besoin, notamment les veuves et les orphelins (Jacques 1:27).
  • Lisez des ouvrages éducatifs et inspirants, comme des biographies et des histoires. Regardez des documentaires. Cela vous aidera à mieux comprendre le monde où nous vivons, et la vie en général.
  • Continuez à vous éduquer, à améliorer vos aptitudes, de manière à avancer dans votre carrière.
  • Apprenez à apprécier de la bonne musique et à jouer d’un instrument.
  • Ayez des conversations stimulantes et édifiantes avec vos amis, sur des sujets qui en valent la peine.
  • Apprenez une langue étrangère.
Dieu nous dit que l’un des objectifs du chrétien doit être d’[amener] toute pensée captive à l’obéissance de Christ » (1 Corinthiens 10:5). Cela s’applique à tous les aspects de la vie, y compris l’usage que nous faisons de nos temps libres.
 
Nous avons la chance d’avoir plus de temps libres que jamais auparavant. Faire un bon usage de notre temps, c’est bien vivre, et cela plait à notre Créateur.
 
Qu’allez-vous faire de votre temps ?