La conversion c'est quoi ?

Des millions de gens se disent chrétiens, pensant, dans bien des cas, s’être convertis au christianisme. Or, est-ce bien le cas ? La conversion, c’est quoi, au juste ? Se convertir, c’est changer !

Se déclarer chrétien et avoir son nom inscrit dans le registre des membres d’une Église suffit-il à prouver qu’on est un disciple converti du Christ ?

La Bible déclare : « Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l’Esprit, si du moins l’Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas » (Romains 8:9).

C’est clair ! On n’est chrétien que lorsque le Saint-Esprit habite en soi.

La conversion débute par le repentir

Notez ce que Dieu souhaite : « Que le méchant abandonne sa voie, et l’homme d’iniquité ses pensées ; qu’il retourne à l’Eternel, qui aura pitié de lui, à notre Dieu, qui ne se lasse pas de pardonner» (Ésaïe 55:7).

Pour devenir chrétien, l’on doit commencer par se repentir de ses péchés. Notez ce que le Christ a déclaré : « Je vous le dis […] si vous ne vous repentez, vous périrez tous également » (Luc 13:3).

Quand Jésus commença à proclamer l’Évangile du Royaume de Dieu, Il déclara : « Le temps est accompli, et le royaume de Dieu est proche. Repentez-vous, et croyez à la bonne nouvelle » (Marc 1:15).

Il faut donc commencer par se repentir, et par croire, mais ces deux conditions ne font pas, à elles seules, d’un être humain un chrétien. Elles ne représentent que la première étape à franchir dans le processus de conversion chrétienne. Comme nous venons de le lire, il faut aussi avoir l’Esprit de Dieu.

Comment reçoit-on le Saint-Esprit ? L’apôtre Pierre nous le dit : « Pierre leur dit : Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, à cause du [ou pour le] pardon de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint-Esprit » (Actes 2:38). La conversion est un processus qui débute par le repentir, et par le baptême par immersion.

Une fois que l’on a reçu le Saint-Esprit, l’on doit se laisser guider par lui (Romains 8:14).

Songez au papillon aux couleurs chatoyantes. Avant de devenir ce bel insecte, il ressemblait à bien autre chose. C’était, pour commencer, un œuf minuscule pratiquement invisible à l’œil nu, puis une chenille. Puis il a subi diverses transformations avant de devenir ce qu’il est.

La Bible révèle que, nous aussi, nous devons – pour devenir des chrétiens convertis – subir une véritable métamorphose, car c’est bien de cela qu’il s’agit.

Veuillez noter ce que l’apôtre Paul a écrit : « Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait » (Romains 12:2).

Dieu exige que nous renoncions à nos anciennes voies et changions radicalement de direction en nous tournant vers Lui. Nous devons passer des ténèbres à la lumière, et de la puissance de Satan à celle de Dieu. Comme l’a déclaré Pierre, « Repentez-vous donc et convertissez-vous, pour que vos péchés soient effacés,  afin que des temps de rafraîchissement viennent de la part du Seigneur » (Actes 3:19-20).

Se repentir, d’après le Barnes’ Notes on the Bible [Notes de Barnes sur la Bible] « c’est "se détourner, reprendre la voie dont on s’était écartée ; se détourner de ses péchés, ou y renoncer”. C’est un mot qui, en général, signifie se tourner vers Dieu.

« Le fait que la forme du mot utilisé ici … (epistrepsate) ne dénote pas la passivité peut clairement s’expliquer par la lecture de passages où la même forme du mot est employée » (remarque sur Actes 3:19).

C’est le cas, par exemple, de 1 Thessaloniciens 1:9 : « On raconte, à notre sujet, quel accès nous avons eu auprès de vous, et comment vous vous êtes convertis à Dieu, en abandonnant les idoles pour servir le Dieu vivant et vrai ». Se convertir, c’est se détourner du péché, et c’est là un processus continuel.

Une nouvelle vie

Le chrétien converti, une fois qu’il a reçu le Saint-Esprit, se concentre sur ce que Jésus a dit dans Matthieu 6:33 : « Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus ».

Il n’est guère facile de chercher le Royaume et la justice de Dieu. Il ne fait aucun doute que l’apôtre Paul était un chrétien converti. Il s’était repenti, avait accepté le Christ en tant que son Sauveur, et avait reçu le Saint-Esprit. Mais vivre en chrétien et vaincre le péché était pour lui une lutte constante.

Notez les commentaires qu’il fait dans Romains 7:7-23.  Pour commencer, il parle du péché : « Que dirons-nous donc ? La loi est-elle péché ? Loin de là ! Mais je n’ai connu le péché que par la loi. Car je n’aurais pas connu la convoitise, si la loi n’avait dit, Tu ne convoiteras point » (verset 7).

Ensuite, il explique que le péché est une force difficilement maitrisable, qui continue de se manifester de manière inique : « Et le péché, saisissant l’occasion, produisit en moi par le commandement toutes sortes de convoitises … Pour moi, étant autrefois sans loi, je vivais ; mais quand le commandement vint, le péché reprit vie, et moi je mourus » (versets 8-9).

Une fois que Paul prit conscience du fait que convoiter est un péché, il dut se mettre à lutter pour éliminer la convoitise de sa vie. Mais il comprenait que la loi n’était pas à blâmer. « Car le péché saisissant l’occasion, me séduisit par le commandement, et par lui me fit mourir. La loi donc est sainte, et le commandement est saint, juste et bon. Ce qui est bon a-t-il donc été pour moi une cause de mort ? Loin de là ! Mais c’est le péché, afin qu’il se manifeste comme péché en me donnant la mort par ce qui est bon, et que, par le commandement, il devienne condamnable au plus haut point » (versets 11-13).

Paul parle ensuite de la nature charnelle (de « l’affection de la chair » ou des « tendances de la chair » – Romains 8:7) qu’il savait devoir vaincre : « Nous savons, en effet, que la loi est spirituelle ; mais moi, je suis charnel, vendu au péché. Car je ne sais pas ce que je fais : je ne fais point ce que je veux, et je fais ce que je hais. Or, si je fais ce que je ne veux pas, je reconnais par là que la loi est bonne. Et maintenant ce n’est plus moi qui le fais, mais c’est le péché qui habite en moi » (Romains 7:14-17).

Son combat continuel contre le péché est aussi décrit en ces mots : « Ce qui est bon, je le sais, n’habite pas en moi, c’est-à-dire dans ma chair : j’ai la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien. Car je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas. Et si je fais ce que je ne veux pas, ce n’est plus moi qui le fais, c’est le péché qui habite en moi » (versets 18-20).

Comment Paul explique-t-il ici ce qui lui arrive ? « Je trouve donc en moi cette loi : quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi. Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l’homme intérieur ; mais je vois dans mes membres une autre loi qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché qui est dans mes membres » (versets 21-23).

Cette lutte dans laquelle Paul était engagée était terriblement frustrante. Et il le reconnaissait : « Misérable que je suis ! Qui me délivrera de ce corps de mort ? » Question à laquelle il répond en disant : « Grâces soient rendues à Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur ! …  Ainsi donc, moi-même, je suis par l’entendement esclave de la loi de Dieu, et je suis par la chair esclave de la loi du péché » (versets 24-25).

Paul explique ici que sa délivrance provenait du Christ, qui nous fournit à nous aussi la force de nous détourner du péché et de nous convertir.

Que représente le repentir, et qu’advient-il quand il est total ?

L’Écriture nous fournit l’encouragement suivant : « Ainsi, mes bien-aimés, comme vous avez toujours obéi, mettez en œuvre votre salut avec crainte et tremblement, non seulement comme en ma présence, mais bien plus encore maintenant que je suis absent ; car c’est Dieu qui produit en vous le vouloir et le faire, selon son bon plaisir » (Philippiens 2:12-13).

Dieu veut nous aider à vaincre le péché. Pourquoi ?

Dieu veut nous accorder la vie éternelle : « Le Seigneur ne tarde pas dans l’accomplissement de la promesse, comme quelques-uns le croient ; mais il use de patience envers vous, ne voulant pas qu’aucun périsse, mais voulant que tous arrivent à la repentance » (2 Pierre 3 :9).

Veuillez également noter Hébreux 12:1-2 : « Nous donc aussi, puisque nous sommes environnés d’une si grande nuée de témoins [ceux qui sont mentionnés dans le chapitre précédent], rejetons tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte, ayant les regards sur Jésus, qui suscite la foi et la mène à la perfection ».

Le chrétien est exhorté à vaincre le péché et à persévérer jusqu’à la fin : « A celui qui vaincra, et qui gardera jusqu’à la fin mes œuvres, je donnerai autorité sur les nations » (Apocalypse 2:26).

Quel est le fruit de la conversion ? L’apôtre Paul nous le dit : « J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi.  Désormais, la couronne de justice m’est réservée ; le Seigneur, le juste juge, me la donnera dans ce jour-là, et non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement » (2 Timothée 4:7-8).

Ce que vous devez faire

Maintenant que vous savez ce qu’est la conversion, vous devez commencer à pratiquer ce que vous avez appris. Demandez à Dieu, par la prière, de vous aider à vous repentir et à vous convertir. Demandez-Lui de vous aider à comprendre, et à prouver, Sa vérité telle qu’elle est révélée dans la Bible. Demandez-Lui de vous donner le courage d’obéir, même si votre entourage ne se soucie pas de ce que Dieu déclare, et ne comprend pas ce qu’Il dit.

Si vous tenez réellement à être converti, demandez à votre Créateur de vous aider en ce sens. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous les poser. Nous sommes toujours heureux de montrer aux gens la vérité divine et de les encourager à se détourner du péché pour vivre une existence de foi envers Dieu et d’obéissance à Ses lois. C’est ce qu’il y a de plus important dans votre vie. Ne ratez pas cette occasion d’approfondir votre relation avec Dieu !