Les leçons d’un « Murmure doux et léger » venant de Dieu ?

Que pouvons-nous apprendre de la rencontre d’Élie avec Dieu?

À I'ssue de l’un des passages bibliques les plus prenants – dans lequel Dieu agit miraculeusement pour révéler Sa puissance, on apprend que le prophète Élie s’enfuit, étant menacé de mort. Il s’enfuit de son pays et s’éloigne de son peuple pour échapper à l’infâme reine Jézabel, épouse du roi Achab (1 Rois 19:1-3).

Elle a juré de faire exécuter le prophète, après que – dans un déploiement stupéfiant de la puissance divine au mont Carmel – Élie ait exécuté 450 prêtres de Baal. Élie a fait exécuter ces faux prophètes, conformément à la loi divine.

Bien saisir ce qui se passe ici, quand – dans une réaction tout à fait humaine – Élie faiblit spirituellement, malgré la démonstration extraordinaire de la puissance suprême de Dieu qui vient d’intervenir,  n’est qu’un premier pas quand il s’agit de comprendre le comportement du prophète, sa fuite. En fait, ce qui est évoqué dans ce passage de 1 Rois 19 peut être déroutant.

Dieu dit au prophète – qui s’est enfui seul au mont Horeb – « Sors, et tiens-toi dans la montagne devant l’Éternel ! » (verset 11). Là, Élie s’attend à ce que Dieu Se manifeste. Or,  s’il y a un vent fort et violent qui déchire les montagnes et brise les rochers et, après le vent, un tremblement de terre ; puis, après le tremblement de terre, un feu, il est cependant précisé que Dieu n’est dans aucune de ces perturbations (versets 9-12).

Que se passe-t-il donc ? Pourquoi Élie s’attend-il à ce que Dieu Se manifeste dans un vent violent ou dans un tremblement de terre ou dans un feu ? Que sommes-nous supposés tirer du « murmure doux et léger » dans lequel Dieu finit par Se manifester ?

Le mystère s’éclaircit quand nous nous rendons compte de deux choses :

Premièrement, l’état d’esprit d’Élie ; ce qui veut dire que nous commençons par mesurer la gravité des évènements décrits au chapitre 18. Deuxièmement, l’influence possible des évènements qui se produisirent dans la vie de Moïse – plus de 500 ans plus tôt – sur ce que pense Élie à ce moment-là.

Un feu venant du ciel

Le contexte immédiat de la fuite d’Élie, menacé par Jézabel, est celui de sa confrontation avec les 450 prophètes de Baal (1 Rois 18:20-40). Élie a dit à Achab de les rassembler au mont Carmel pour une compétition visant à déterminer - de Dieu ou de Baal - qui est digne d’être adoré.

Ce concours a habilement été organisé. Baal est supposément le dieu accordant la fertilité et la pluie. Le test d’Élie a donc lieu à la suite d’une sécheresse qui dure depuis 3 ans ½ (Jacques 5:17) et a pour but de vérifier si Baal a bien les pouvoirs qu’on lui attribue.

Élie propose que lui et les faux prophètes offrent deux taureaux en holocauste, mais sans y mettre le feu. On doit s’attendre à ce qu’un feu venu du ciel dévore l’holocauste (1 Rois 18:24). Cela peut sembler étrange, mais cela s’est déjà produit. C’est en effet ce que le Dieu d’Israël a fait antérieurement à au moins trois reprises.

La première fois que cela s’est produit, c’est à l’inauguration de la prêtrise d’Aaron (Lévitique 9:24). Cela s’est aussi produit quand David a bâti un autel sur l’aire d’Ornan, le Jébusien (1 Chroniques 21:18, 26). Une fois encore quand – quelques années plus tard – Salomon a dédié le nouveau temple, érigé au même endroit. Là encore,  « le feu descendit du ciel » (2 Chroniques 3:1 ; 7:1).

Ces trois incidents étaient des évènements significatifs dans l’histoire du peuple de Dieu. Dans chaque cas,  Dieu a agi de façon dramatique pour bien montrer qu’Il est impliqué dans les affaires humaines. Pour Élie, cette confrontation avec les prêtres de Baal était un tournant significatif dans l’histoire d’Israël. Le moment était venu pour le peuple de choisir entre Dieu et Baal (1 Rois 18:21) et, de ce fait, un moment opportun pour Dieu pour démontrer Sa puissance.

Ce qu’Il fit ! Pendant cette compétition, les adorateurs impuissants de Baal ne cessèrent de crier à leur dieu, pendant des heures, essayant désespérément d’attirer son attention se mutilant rituellement, individuellement, et dansant. Rien ne se produisit.

Par contre, quand Élie recouvrit abondamment d’eau l’holocauste, puis offrit une courte prière, ce qui s’ensuivit dut être stupéfiant et spectaculaire : « Le feu de l’Éternel tomba, et il consuma l’holocauste, le bois, les pierres et la terre, et il absorba l’eau qui était dans le fossé » (verset 38).

Élie ordonna ensuite au peuple, qui reconnaissait enfin le vrai Dieu, de se saisir des prophètes de Baal, et il ordonna qu’on les mette à mort.

Cette action rendit Jézabel furieuse, et elle jura la perte d’Élie.

Deux puissants serviteurs de Dieu

Élie s’enfuit à Béer-Shéba. Laissant son serviteur, il marcha encore dans le désert un jour de plus, et là, il demanda à Dieu de lui ôter la vie (1 Rois 19:4).

Apparemment, Élie perdit de vue la puissance prodigieuse de Dieu qui venait de se manifester, se laissant intimider par la méchanceté humaine, certes bien intense et vicieuse mais seulement humaine.

Dans les versets suivants, on apprend que Dieu envoie un ange pour le nourrir et le somme de se rendre au mont Horeb (versets 5-8). Dans ce passage, on apprend que cette nourriture va soutenir Élie « quarante jours et quarante nuits » (verset 8). Et cela nous donne une idée de ce qui a dû passer par la tête d’Élie à ce moment-là.

Premièrement, il se dirigeait vers « la montagne de Dieu, à Horeb » – là même où Moïse rencontra Dieu pour la première fois, devant le buisson ardent (voir la charte comme comparaison) et qui est plus connue comme le mont Sinaï. Quand Israël campa devant cette montagne, Moïse ne prit pas non plus de nourriture ni de liquides pendant quarante jours et quarante nuits, et cela, à deux reprises !

Ayant consacré sa vie à servir le vrai Dieu, Élie a dû établir un rapport entre ses expériences et celles de Moïse. Ces deux hommes avaient fui devant des dirigeants hostiles, tyranniques. Tous deux s’étaient rendus dans le désert. Toux deux s’étaient découragés, demandant à Dieu de les laisser mourir. Tous deux avaient consommé une nourriture venant de Dieu, et tous deux avaient jeûné en allant au sommet de la montagne de l’Éternel.

Quand Élie eut gravi la montagne, il alla dans une caverne (verset 9), ou plus précisément « la caverne ». Il ne pouvait s’agir que du « creux du rocher » dans lequel Dieu avait placé Moïse quand il était sur cette montagne (Exode 33:22).

Ces expériences, similaires à celles de Moïse, incitèrent peut-être Élie à s’attendre à ce que Dieu Se révèle à lui aussi spectaculairement qu’Il l’avait fait pour Moïse, par un vent violent, un tremblement de terre et du feu, bien des années auparavant. Avec les autres moments dramatiques qu’Élie avait déjà connus dans sa vie, il n’est pas étonnant qu’il se soit attendu à ce que Dieu Se révèle puissamment. Or, ce n’est pas ce qui se produisit.

Le murmure doux et léger

Étonnamment, Dieu S’adressa à Élie dans « un murmure doux et léger » (1 Rois 19:12). Dieu décida donc, cette fois, de ne pas S’adresser à Son prophète avec du feu et du tonnerre. Élie devait apprendre ce que nous avons tous besoin d’apprendre. Bien que Dieu, à certaines occasions, S’adresse à nous de manière extraordinaire et spectaculaire, Il peut tout aussi bien le faire de manière plutôt ordinaire. Et cela nous oblige tous à répondre à une question importante.

Attachons-nous tant d’importance au feu, à la fumée, au tonnerre, au vent, à la tempête et au tremblement de terre, que nous en oublions de tenir compte du message de Dieu ?

Il nous instruit le plus souvent par notre lecture et notre étude des Écritures ou lorsque nous écoutons un sermon, surtout quand nous prenons le temps de méditer ce que nous avons lu ou entendu.

Il S’attend peut-être aussi à ce que nous tenions compte d’un conseil d’une frère ou d’une sœur en Christ, et que nous prenions au sérieux le conseil de l’un des ministres de Dieu. Et aussi, bien sûr, quand nous voulons faire quelque chose qui ne s’accorde pas avec la volonté divine et que notre conscience nous travaille.

Sommes-nous à l’écoute ?

Pour en savoir plus sur la manière d’écouter le message de Dieu, lire nos articles Sujets d’étude biblique et Comment étudier la Bible ?