La paix intérieure

Dans ce monde en ébullition, d’une crise à l’autre, le stress et l’anxiété abondent. Comment trouver la paix intérieure quand la vie semble si imprévisible et si incontrôlable ?

Même avant la pandémie de coronavirus et la crise économique qui en a résulté, la vie était déjà stressante et incertaine pour bien des gens. Mais face à l’offensive de cet ennemi invisible et aux mesures d’urgence sans précédent mises en place, le niveau d’anxiété et de stress de chacun a considérablement augmenté. Et tels des ouragans catastrophiques, ces crises ont engendré des tornades de traumatismes pour maintes familles et maints individus, de par le monde.

On a estimé que les crises de cette année ont été parmi les pires catastrophes de l’histoire, y compris celles des guerres mondiales du siècle dernier. On se dit que rien ne sera plus comme avant. La panique et le sentiment que l’on n’est plus maître de rien alimentent nos inquiétudes et nos angoisses, nos dépressions et nos addictions. Nos tourments mentaux nous ravissent tout espoir et toute tranquillité d’âme.

Notre réaction instinctive face aux désastres

Les experts reconnaissent que l’on peut s’attendre à ce qu’on soit moralement en détresse lors de désastres. Les Centres de Contrôle des Maladies américains (CDC) estiment qu’« il est naturel de se sentir stressé, angoissé, affligé et inquiet lors d’une catastrophe et après celle-ci. Chacun réagit différemment et nos émotions changent au fil du temps. Prenez note de vos réactions et acceptez ce que vous éprouvez. Soigner sa santé émotionnelle en cas d’urgence nous aidera à y voir plus clair et à réagir face à des besoins urgents, pour nous protéger et protéger notre famille ». Néanmoins, affronter un flot constant de crises rend cela encore plus éprouvant.

La nouvelle normalité

Faut-il se contenter d’accepter l’imprévisibilité de notre époque comme nouvelle normalité ? Notre époque n’est certes pas normale ! Et ses fruits ne sont ni bons ni durables. Comment trouver la paix intérieure et la sérénité auxquelles nous aspirons, en ces temps stressants et incertains ?

La paix intérieure

Comment connaître la sérénité ? Qui peut nous aider à l’acquérir ? Quelqu’un possédant le pouvoir, la sagesse et la bienveillance nécessaires pour calmer les tempêtes et nous procurer la paix d’esprit que nous souhaitons ?

Un récit de navigateurs chevronnés affrontant une tempête nous aide à découvrir la solution.

Jésus et Ses disciples traversaient la mer de Galilée sur une petite embarcation, et Jésus, épuisé, S’endormit pendant la traversée. Or, «  il s’éleva un grand tourbillon, et les flots se jetaient dans la barque, au point qu’elle se remplissait déjà […] Ils le réveillèrent, et lui dirent : Maître, ne t’inquiètes-tu pas de ce que nous périssons ? » (Marc 4:37-38)

Plusieurs des disciples étaient des pêcheurs professionnels, et si leur vie était en péril, ils étaient bien placés pour le savoir. Or, au lieu de vider le bateau de son eau ou de S’apprêter à plonger, Jésus S’étant réveillé, « menaça le vent, et dit à la mer : Silence ! tais-toi ! Et le vent cessa, et il y eut un grand calme » (verset 39).

Le Dieu aimant qui a le pouvoir de créer la terre, la mer et le vent, et de les contrôler, peut facilement calmer les tempêtes de l’inquiétude, du doute et de l’incertitude qui nous affligent.

William Barclay conclut son commentaire sur ce passage par la remarque suivante : « Il nous apaise dans les tempêtes de l’anxiété. L’ennemi principal de la paix est l’inquiétude – l’inquiétude à propos de ce qui nous arrive, envers un avenir inconnu, ou les êtres qui nous sont chers. Or, Jésus nous parle d’un Père dont la main ne permettra jamais que Son enfant verse la moindre larme inutile et d’un amour au-delà duquel ni nous ni ceux que nous aimons ne pourrons jamais nous égarer. Dans la tempête de l’inquiétude, il nous apporte la paix de l’amour divin » (Daily Study Bible, note sur Marc 4:35-41).

Je vous laisse la paix

Au moment le plus traumatisant de Sa vie, Jésus fit à Ses disciples une promesse étonnante et magistrale. La veille de Son arrestation, de Son procès, de Ses souffrances aux mains des soldats romains et de Sa crucifixion, Il déclara : « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre cœur ne se trouble point, et ne s’alarme point » (Jean 14:27).

Dire « Shalom ! » (mot hébreu pour « paix ») était une salutation courante, mais la promesse de Jésus allait bien plus loin.

« La paix dont parlait Jésus n’allait pas être exempte de conflit et d’épreuve. La crucifixion qu’Il savait proche l’avait « troublé » (Jean 12:27). La paix dont Il parlait alors était la sérénité qu’Il éprouvait en Se confiant à Dieu. Il éprouvait cette paix car Il était certain de l’amour et de l’approbation du Père. Il pouvait donc aller de l’avant et affronter la crise sans crainte ni hésitation » (The Expositor’s Bible Commentary Abridged Edition, note sur  Jean 14:27).

Christ fit en sorte que Ses disciples puissent avoir cette même paix intérieure en se soumettant à Dieu et en s’appuyant pleinement sur Son amour. Ce qu’Il offrait était une entière paix d’esprit.

« Ce monde ne peut offrir qu’une fausse paix – laquelle provient essentiellement de l’ignorance d’un péril ou de la confiance qu’on place en soi » (ibid.)

« J’ai vaincu le monde »

Plus tard, ce soir-là, Jésus ajouta : « Je vous ai dit ces choses, afin que vous ayez la paix en moi. Vous aurez des tribulations dans le monde ; mais prenez courage, j’ai vaincu le monde » (Jean 16:33).

La paix que nous offre Jésus ne se trouve pas dans un monastère quelconque, retranché du monde, mais au milieu des difficultés et des incertitudes de notre monde. « Jésus n’ignore pas l’épreuve qui va les affecter et L’affecter personnellement, car c’est inévitable dans ce monde retranché de Dieu. Par contre, Il proclame qu’on peut la vaincre » (ibid., remarque sur Jean 16:33).

Même quand les soucis nous accablent, nous pouvons demeurer sereins. Christ nous a montré comment avoir la paix d’esprit et être joyeux en dépit de terribles épreuves. Il l’a fait en Se concentrant sur Sa mission majeure dans l’accomplissement du plan divin de salut et sur son résultat final – le Royaume paisible de Dieu. Il veut aussi que nous nous concentrions sur la mission qu’Il nous a confiée et sur le monde merveilleux qui sera créé à Son retour (lire à cet effet nos articles « Quatre moyens de trouver de la joie dans les épreuves » et « Que représente l’Église ? »)

« Ne vous inquiétez de rien »

L’apôtre Paul identifie la paix comme l’un des fruits produits par le Saint-Esprit chez tout chrétien qui se repente (lire à cet effet notre article « Le fruit de l’Esprit : la paix »).

Paul a aussi cité plusieurs mesures que nous pouvons prendre pour jouir d’une paix qui dépasse notre imagination. « Ne vous inquiétez de rien ; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces. Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus-Christ » (Philippiens 4:6-7).

Quand, adorant Dieu, nous Lui adressons des prières confiantes et que ces dernières comprennent des supplications et des actions de grâces, Il nous promet de nous accorder Sa paix. William Barclay écrit : « Paul insiste sur le fait que nous devons rendre grâce à Dieu en toutes choses, dans les joies comme dans les peines. Cela sous-entend deux choses : Que l’on est reconnaissant, et que l’on se soumet entièrement à Sa volonté. C’est seulement quand nous sommes pleinement convaincus, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, que nous pouvons réellement Lui vouer la pleine gratitude exigée d’une prière faite avec foi » (Daily Study Bible, note sur Philippiens 4:6).

Non seulement la paix de Dieu élimine le besoin d’être anxieux et mal à l’aise, mais elle surpasse notre intelligence.

William Barclay ajoute : « Autrement dit, la paix de Dieu est si précieuse que l’esprit de l’homme – avec toutes ses aptitudes et tout son savoir – ne pourra jamais la produire. Il ne pourra jamais s’ingénier à la produire ; c’est un don de Dieu. Le chemin de la paix se trouve dans la prière dans laquelle nous et tous nos êtres chers nous plaçons entre les mains aimantes de Dieu ». Comme l’a expliqué Paul, la paix de Dieu agit comme une sentinelle qui veille sur nos cœurs et nos pensées.

« Que toutes ces choses occupent vos pensées »

Paul, au verset 8, fournit un plan pour diriger nos pensées. Être positif est un autre moyen d’avoir la paix intérieure.

« Au reste, frères, que toutes les choses qui sont véritables, toutes celles qui sont honnêtes, toutes celles qui sont justes, toutes celles qui sont pures, toutes celles qui sont aimables, toutes celles qui sont de bonne réputation, et où il y a quelque vertu, et qui sont dignes de louange ; que toutes ces choses occupent vos pensées » (version Ostervald).

Déchargez-vous sur Lui de tous vos soucis

Quelle tempête affrontez-vous ? Déchargez-vous sur Dieu de tous vos soucis et demandez-Lui, avec actions de grâces, de vous donner la paix d’esprit et de vous aider à affronter vos défis avec foi et dans une attitude positive. Quand Il dit : « Silence ! tais-toi ! » (Marc 4:39), des miracles ont lieu. Acceptez Son offre de connaître Sa paix, qui surpasse toute intelligence.

Quelques conseils pratiques contre le stress

Nous nous sentons naturellement stressés quand nous avons des problèmes et quelque traumatisme. Les experts mentionnent les bénéfices des activités suivantes, aptes à diminuer le stress :

  • Faire du sport. D’après Mayoclinic.org, « l’exercice sous pratiquement toutes ses formes peut réduire le stress. Être actif peut stimuler la production de vos endorphines, vous aidant à vous sentir bien, et cela vous fait oublier vos soucis journaliers ».
  • Admirer la création divine. Le psychologue clinicien Robert Puff fournit le conseil suivant : « Avoir pour habitude quotidienne d’apprécier la nature est l’une des activités les plus bénéfiques que vous puissiez pratiquer pour être plus heureux et être moins stressé. Commencez par faire une petite marche de quelques minutes, chaque jour. Ce faisant, débranchez tous vos appareils électroniques » (psychologytoday.com).
  • S’occuper d’un animal de compagnie. Cela peut venir s’ajouter aux deux autres points. D’après l’article de l’Institut National de la Santé américain,  The Power of Pets , « rien n’est comparable à la joie de retrouver, en rentrant chez soi, un compagnon loyal. L’amour inconditionnel d’un animal de compagnie fait plus que vous tenir compagnie. Les animaux domestiques peuvent aussi réduire le stress, améliorer l’état de votre cœur, et aident même les enfants avec leurs capacités émotionnelles et sociales ».
  • Passer moins de temps devant un écran. « Passer beaucoup de temps devant un écran peut affecter négativement votre santé mentale, écrit Nina Schroder sur le site National Alliance on Mental Illness. Diverses recherches indiquent que quand on passe moins de temps sur les médias sociaux, on se sent mieux ».

Qu’est-ce qui perturbe votre paix intérieure ?

  • «Ce qui perturbe le plus ma paix d’esprit, ce sont les médias sociaux et le degré de panique et de fausses informations que j’y trouve. La solution, pour moi, consiste à passer moins de temps sur Facebook et plus de temps à prier, à étudier et avec ma famille ». —Kevin
  • « Ce qui me contrarie le plus, c’est quand je laisse la peur m’éloigner de Dieu. J’ai connu des traumatismes, étant jeune, qui me font de nouveau peur, et me poussent à chercher l’aide de Dieu, mais mes craintes me maintiennent éloignée de Lui. Une fois que je me suis repentie de mes craintes et Lui permet de m’aider, je trouve la paix ». —Françoise
  • « Je cesse souvent d’être sereine quand j’ai le sentiment de ne pas pouvoir tout faire. Avec sept enfants adultes et 16 petits-enfants, je me décourage facilement quand je ne peux pas être disponible pour tous quand je sens qu’ils ont besoin de moi. Je lis souvent les Psaumes pour m’aider à garder la bonne optique. Pour me calmer, quand je suis seule, j’écoute souvent un sermon et tricote ou fait du crochet ».—Sarah
  • « Je permets à tant de choses d’occuper mon espace mental et de saper mon énergie… Ce peut être une foule de choses dans ce monde fou et distrayant. Respecter un emploi du temps décent, être suffisamment organisée et ne pas permettre à quoi que ce soit d’empiéter sur nos prières et sur l’étude de la Bible fait beaucoup pour assurer ma paix d’esprit. Peu importe ce que je n’ai pas pu faire – qu’il s’agisse de laver la vaisselle ou de répondre à un mél au travail – laisser cela de côté et faire ce qui est plus important doit être prioritaire. Chaque jour qui passe est une autre occasion de donner à chaque chose sa place légitime ! » —Sandrine
  • « Quand ma paix intérieure est agressée, c’est parce que je ne fais pas ma part, spirituellement, dans ma relation avec Dieu ; ce qui veut dire que j’ai permis à quelque chose – dans ma vie spirituelle, comme la prière, l’étude de la Bible, le jeûne et la méditation  – d’être relégué à ce qui est secondaire ». —Monique