7 moyens de rester positifs quand la vie nous déçoit

Quand rien ne va plus, que nos plans échouent et que nos amis nous laissent tomber, comment réagir ? Nous vous proposons des moyens bibliques de demeurer positifs dans un monde négatif.

Il est facile de sourire quand tout va bien. Hélas, la vie ne nous gâte pas toujours. Des déceptions et des revers se dressent immanquablement çà et là sur notre chemin.

Que faire quand on est déçu ?

Nos contrariétés sont souvent temporaires, comme un échec professionnel ou une mauvaise note en classe ; comme l’abandon d’un ami ; comme lorsqu’on n’a pas décroché l’emploi désiré ; ou comme lorsque nos plans tombent à l’eau du fait du COVID -19.

Il arrive aussi que les coups de boutoir soient plus durs et aient des conséquences quasi permanentes comme…

Un accident de la route qui nous handicape pour le restant de nos jours.

Un membre de notre famille atteint d’un mal qui risque fort d’être fatal.

La nouvelle que notre couple ne peut avoir d’enfants.

La réalisation que notre mariage n’est pas le conte de fée dont nous avions rêvé.

Nos enfants adultes qui coupent tout contact avec nous.

Quand nous sommes déçus, dans la vie, deux choix s’offrent à nous. Ou bien nous nous efforçons de rester positifs, nous disant que tout finira par s’arranger même si des obstacles majeurs se dressent sur notre chemin. Ou bien nous sombrons dans le négativisme, nous inquiétons de tout ce qui fait mal, et imaginons les pires scénarios.

Il est écrit : « Un cœur joyeux est un bon remède, mais un esprit abattu dessèche les os » (Proverbes 17:22). Les émotions positives comme la joie, le contentement et l’optimisme peuvent améliorer notre santé et augmenter la durée de nos vies.

Par contre, nous laisser envahir par des émotions négatives comme le pessimisme, l’anxiété et le désespoir peut affaiblir notre système immunitaire, nous prédisposant à la maladie et à un vieillissement prématuré. Nous devrions apprendre à maîtriser nos émotions négatives et à adopter une approche optimiste.

Mais comment y parvenir ?

En dehors des gourous

On pense souvent qu’il suffit simplement d’adopter des pensées positives et de chasser toute pensée négative. Les orateurs motivants et les gourous de l’amélioration individuelle prétendent souvent que « si vous demeurez positif, cela vous attirera de bonnes choses » et « si vous en rêvez, vous pouvez l’accomplir ». Notre culture est saturée de l’idée que toute pensée positive assure la réussite. Le problème, avec ce point de vue, c’est que cela attribue des pouvoirs mystiques à nos idées – ce que Barbara Ehrenreich dénonce dans son livre Bright-Sided: How Positive Thinking Is Undermining America (2009).  

Elle y explique qu’un concept de base dans le mouvement « Pensez positif » est que « nos pensées – allez donc savoir comment – peuvent affecter directement le monde physique. Les pensées négatives ont le chic pour produire des résultats négatifs, alors que les pensées positives se traduisent par la santé, la prospérité et le succès […] Cela exige qu’on se séduise délibérément, qu’on ne cesse de s’efforcer de refouler ou de bloquer toute possibilité désagréable et toute pensée négative » (p. 5 ; c’est nous qui traduisons).

La Bible nous dit de bien réfléchir à ce qui est édifiant (Philippiens 4:8), et il est bien évident que ce que nous acceptons mentalement peut affecter notre comportement. Néanmoins, le mouvement « Pensez positif » basé sur le raisonnement humain est différent, et enseigne des principes loin d’être bibliques.

On ne peut tout simplement pas provoquer des situations agréables en se contentant de les espérer, de bien rehausser son humeur ou en prétendant que tout va mieux que cela ne l’est en réalité.

Un point de vue véritablement positif consiste en une paix intérieure et un contentement issus d’une relation avec Dieu qui ne dépend pas de notre situation – positive ou négative. Nous pouvons affronter les épreuves de manière positive, sachant que Dieu S’en sert pour accomplir Son œuvre en nous et à travers nous. Heureusement, la Bible contient beaucoup de conseils pour nous aider à demeurer positifs dans l’adversité.

Nous vous proposons sept stratégies clés fondées sur la Bible :

1. Ayez les yeux sur Dieu

J’ai eu récemment une conversation avec une amie qui vient d’être opérée d’un cancer. Elle était consciente de la gravité de sa situation. Ses factures médicales s’empilaient ; elle ne pouvait pas travailler, et son pronostic n’était guère réjouissant. Or, elle avait le sourire et était optimiste.

Ses propos étaient on ne peut plus véridiques : « Tout compte fait, je suis entre les mains de Dieu. Il est mon Père et Il veille sur moi. S’il me faut lutter contre ce mal, soit ! Grâce à Lui, je m’en sortirai ! »

Le point de départ, pour voir les choses de façon positive, c’est d’apprendre à vivre de manière à plaire à Dieu, puis s’appuyer sur l’aide fournie par Ses promesses. Il subvient à nos besoins et est notre Protecteur. Il nous soutient quand nous sombrons dans le désespoir et nous affermit quand nous sommes faibles (Ésaïe 41:10). Il est notre Refuge, notre Rocher, notre Forteresse, notre Libérateur, notre Force, notre Bouclier, notre Aide et notre Bastion. (Lire à cet effet nos « versets bibliques encourageants »)

Nous devons apprendre à nous fier à Dieu et à Le rechercher diligemment en étudiant la Bible, en priant, en méditant et en jeûnant. Il est écrit : « Approchez-vous de Dieu, et il s’approchera de vous » (Jacques 4:8). Il est aussi écrit : « Invoque-moi au jour de la détresse ; je te délivrerai, et tu me glorifieras » (Psaume 50:15).

Nos qualités, nos ressources et nos aptitudes sont limitées. Dieu est notre Appui sûr, dans la vie, et la seule Source d’aide sur laquelle nous puissions compter dans les difficultés. Quand nous nous fions à Lui, nous pouvons être certains qu’Il prendra soin de nous. Plus nous Lui faisons confiance, plus nous serons joyeux et optimistes.

2. Faites de vos revers des occasions de croître

Pendant la pandémie et le confinement du COVID-19, ce qui m’a frappée, c’est que les personnes optimistes étaient celles qui trouvent que cette situation  avait du bon. Et c’était le cas d’individus ayant perdu leur emploi ou leur commerce, ayant été atteints du virus, ayant dû annuler des évènements importants qu’ils avaient planifiés, ou ceux dont la vie était en suspens.

Plusieurs amis m’ont avoué avoir plus de temps pour prier, étudier la Bible, faire de l’exercice ou partager leurs repas en famille. Le confinement les a forcés à réajuster leurs priorités et à emprunter de nouvelles routines constructives.

Quand ses actions à la Bourse ont chuté, une personne qui a perdu la plupart de ses économies m’a avoué que cela l’a obligée à se demander sur quoi elle s’appuyait. L’adversité nous pousse parfois à nous rapprocher de Dieu et à croitre spirituellement. Cela peut nous apprendre à nous appuyer sur Dieu en tout, augmente notre dépendance envers Lui et fortifie notre foi. Nous pouvons développer de la patience, de la persévérance et plusieurs autres traits de caractère divins. (Nous vous conseillons à cet effet notre article « Quatre moyens de trouver de la joie dans les épreuves »).

Il importe cependant que nous soyons disposés à tirer des leçons de nos épreuves. Si nous ignorons ce que Dieu cherche à nous apprendre, nos problèmes seront une source d’angoisse et de frustrations. En revanche, tirer des leçons de nos souffrances nous rend positifs.

3. Affrontez ce qui est négatif

Ce n’est pas en niant nos déceptions et nos problèmes que nous les ferons disparaître. Dans Positively Powerless (paru en 2015), L.L. Martin explique que les émotions négatives peuvent en fait être constructives en ce qu’elles nous poussent à effectuer d’importants changements dans nos vies et nous aident à identifier les mesures qui doivent être prises.

Il écrit, dans son introduction : « Parfois, la vérité fait mal ; elle condamne ; elle nous abaisse et ouvre nos yeux. Nous avons besoin de ces moments humiliants plus souvent que nous le pensons si nous voulons ressembler davantage à notre Sauveur ».

Nous devons noter ce qui ne va pas en nous et les situations dans lesquelles nous nous trouvons, afin d’apprendre les leçons que Dieu veut que nous apprenions.

Être réellement positif, c’est – avec l’aide de Dieu – confronter ce qui en nous est négatif. Ce faisant, nous nous rapprochons de Dieu et éprouvons davantage la confiance et la joie qui ne proviennent que de Lui. Évidemment, quand nous sommes conscients de ce qui, en nous, est négatif, cela ne doit pas nous contrarier outre mesure (car cela nuirait à notre santé physique, émotionnelle et spirituelle). Nous devrions vivre, dans l’ensemble, en nous rappelant ce qui est vertueux (Philippiens 4:8).

4. Entourez-vous de personnes encourageantes

La Bible nous avertit que « les mauvaises compagnies corrompent les bonnes mœurs » (1 Corinthiens 15:33). Les personnes que nous fréquentons ne manquent pas de nous influencer. Si nous passons beaucoup de temps avec des personnes négatives, il y a de fortes chances pour que nous devenions comme elles. Nous devrions choisir des amis qui exercent une influence positive sur nous. Notamment quand nous sommes abattus.

Nous avons besoin de personnes spirituellement mûres que nous pouvons consulter, à qui nous pouvons confier nos inquiétudes et qui peuvent nous indiquer des solutions. Qui – lorsque nous ne raisonnons pas de façon rationnelle – vont nous le dire et vont nous promettre de prier pour nous. Toutes les fois que j’ai eu ce genre de discussion, j’en suis ressortie prête à agir et confiante.

Parler à des personnes ayant connu des situations similaires aux nôtres peut s’avérer particulièrement encourageant. Elles ont été éprouvées et ont souvent de précieux conseils à offrir. Savoir que quelqu’un d’autre a connu la même situation et s’en est sorti peut nous motiver. Mais il faut savoir choisir le bon moment. Nous ne devrions pas nous lamenter et vider notre cœur sur quelqu’un qui est dans le même pétrin que nous et est fort abattu ; cela risquerait de nous abattre, eux et nous, encore davantage.

5. Prenez l’habitude d’être reconnaissant

Il est plutôt difficile d’être reconnaissant quand on est éprouvé ; néanmoins, la Bible nous dit : « Rendez grâces en toutes choses » (1 Thessaloniciens 5:18). Nous devons toujours nous rappeler tout ce que Dieu a fait pour nous. Cela nous aide à nous fier de plus en plus à Lui, à voir nos problèmes avec la bonne optique, et à rester positifs.

Il y a quelques années, une amie a perdu sa maison dans un incendie. Pratiquement tout ce que sa famille possédait avait été détruit. Pourtant, elle résuma la situation en ces mots : « Ma famille et moi sommes indemnes ; je n’ai donc à me plaindre de rien ! »

Elle se réjouissait de ce qu’elle et les siens étaient sains et saufs, et cela la remplissait de paix et de contentement.

Nous devrions remercier Dieu quotidiennement dans nos prières. Il y a même des gens qui ont un « journal de gratitude », qui  écrivent chaque jour plusieurs choses pour lesquelles ils sont reconnaissants. Peu importe les ténèbres dans lesquelles nous nous trouvons, il y a toujours un rayon de lumière à apprécier.

6. Rendez service

Ce qui m’a gardé occupée pendant ce confinement du COVID-19, c’est que j’ai employé le temps supplémentaire que j’avais soudain pour envoyer des cartes et des lettres à des amis, surtout à ceux qui sont seuls ou sont malades, et pour cuire des gâteaux pour nos voisins âgés. Diriger mon énergie vers ce qui encourage les autres m’a aidée à cesser de m’apitoyer sur mon sort. Rendre service est un moyen sûr de se remonter le moral, car on fait quelque chose pour aider les autres. Cela, en retour, nous donne le sentiment d’accomplir quelque chose d’utile et on se sent bien. Rendre service devrait faire partie intégrante de nos vies.

Quand c’est possible, nous devrions le faire, par exemple, en ayant des invités à dîner ; en étant de bons auditeurs ; en aidant un voisin avec son jardinage ; en servant de tuteur à un jeune ; en visitant des personnes âgées dans une maison de retraite ; en priant pour ceux qui souffrent ; en faisant du volontariat, etc.

7. Gardez le tableau d’ensemble divin à l’esprit

Si nous sombrons dans le négativisme, ce n’est pas seulement que nous nous préoccupons de ce qui est désagréable. Cela reflète aussi le fait que nous ne pensons qu’au moment présent et à notre situation présente, qu’à ce qui nous déçoit, nous contrarie et nous inquiète sur le moment, négligeant de ce fait le plan de Dieu, Son Royaume futur, et les projets qu’Il a pour nous.

Pour être vraiment positifs, nous devons garder les yeux sur « le tableau d’ensemble ». Dieu accomplit un dessein magistral par les difficultés que nous rencontrons (lire à cet effet notre article  « Par beaucoup de tribulations »). Il est notre Maître Potier ; Il nous forme afin que nous devenions comme Lui, et Il Se sert de nos épreuves pour édifier en nous  l’expérience, le caractère et la sagesse nécessaires pour faire partie de Son Royaume.

La douleur que nous éprouvons est réelle, et point n’est besoin de prétendre le contraire comme le mouvement « Penser positif » le suggère. En revanche, nous devons aborder nos épreuves avec la bonne optique et essayer de voir notre situation du point de vue divin.

L’apôtre Paul a écrit : « J’estime que les souffrances du temps présent ne sauraient être comparées à la gloire à venir qui sera révélée pour nous » (Romains 8:18). Nos problèmes sont minimes, comparés à l’avenir qui nous est réservé dans le Royaume de Dieu.

Nous connaissons tous des revers et des déceptions. C’est inévitable. La vie n’est pas toujours facile ; elle est même cruelle parfois. Néanmoins, nous pouvons malgré tout être joyeux, optimistes et positifs si nous gardons les yeux sur Dieu, nous efforçant de pratiquer Sa ligne de vie et plaçant notre ultime espérance dans Son Royaume proche.