À réapprendre à vivre

Pour bien des gens, subissant les conséquences de mauvais choix, il semble qu’il n’y ait aucun espoir. Néanmoins, Dieu va tenir Sa promesse d’offrir à tous une meilleure vie !

Tant de gens, de nos jours, n’espèrent rien. Beaucoup sont piégés par la drogue, le crime, un gang ou un groupe terroriste.

Réfléchissez aux récits déchirants suivants :

Prise dans l’esclavage de la toxicomanie

Dans un documentaire de la BBC intitulé « L’essor du fentanyl », une jeune femme appelée Anne décrit sa vie, étant sous l’emprise totale d’une addiction aux opiacées.

« Je ne sais plus comment vivre autrement. Ai-je tort ? Du genre… nous ignorons ce que nous pourrions faire d’autre. Me comprenez-vous ? C’est comme lorsqu’on se casse le bras et les jambes… on a besoin de réadaptation pour marcher. Comme… nous avons besoin de rééducation pour réapprendre à vivre, repartir à zéro. »

Alex, qui a 48 ans, se lamente du fait qu’il est devenu « une épave » – situation qu’il ne souhaiterait même pas à ses pires ennemis. Il prend du fentanyl six fois par jour pour « fonctionner » et précise que s’il en est privé, il devient malade. Il voudrait bien se débarrasser de cette addiction et redevenir « un bon fils, un bon frère et un bon père ».

La conclusion dudit documentaire est bien triste. Le fentanyl a aggravé la crise de l’addiction. Cette opiacée synthétique est 50 fois plus puissante que l’héroïne, et a provoqué une rapide augmentation des décès par surdose, faisant plus de 72 000 victimes aux États-Unis, rien qu’en 2017.

Néanmoins, le documentaire montre aussi deux autres personnes – Britney et Steve – qui ont suivi une cure de désintoxication pour se débarrasser de leur addiction.

Britney s’est engagée à vaincre son addiction. Elle a la ferme intention de ne pas en mourir, pour pouvoir s’occuper de sa fille.

Steve reconnait être devenu esclave de l’héroïne. Elle lui a tout pris et l’a poussé à faire des choses qu’il n’aurait pas faites en temps ordinaire. 

Britney et Steve s’efforcent à présent de vivre sans dépendance.  Ils réapprennent à vivre.

Devenue esclave du terrorisme

Halima a eu une enfance heureuse et aimait la vie. Mais on l’a forcé à se marier à 14 ans. Son mari était membre du groupe terroriste Boko Haram selon lequel « l’éducation occidentale ou non-islamique est un péché ». Boko Haram a promis aux gens une vie meilleure issue de l’élimination de la corruption et de l’instauration d’un État islamiste pur dans le nord du Nigeria. Ce groupe terroriste est responsable de la mort de 27 000 personnes et de la déportation de 1,8 million d’êtres humains.

Halima a dû suivre son mari dans les camps de Boko Haram. Elle a connu la soif et la faim et a vu des nouveau-nés mourir dans des conditions horribles. Après plusieurs tentatives d’évasion, on l’a menacée en lui disant : « Si tu t’évades à nouveau, nous t’abattrons comme une bête ».

La dernière fois qu’elle a quitté le camp, elle et six autres ont été forcées d’être des  kamikazes ayant pour mission de tuer le maximum de gens dans un marché, au Tchad. Elle espérait sauter sur l’occasion pour s’échapper, mais on l’avait droguée et elle n’était qu’à demi consciente de ce qui se passait.

Au lieu de mourir ce jour-là, elle a été sauvée par les villageois qu’elle était supposée tuer. Elle a néanmoins perdu ses deux jambes dans l’explosion et à présent, à 20 ans, elle marche avec des prothèses et réapprend à vivre.

Dans l’engrenage du crime

Ceux qui font de la prison pour des crimes qu’ils ont commis  cherchent souvent à prendre un nouveau départ, mais ignorent comment s’y prendre. Quand des prisonniers sont libérés, ils ont peu d’argent et rien d’autre que ce qu’ils ont sur le dos. Ils se sentent parfois dépassés par des tâches ordinaires, comme donner un appel sur un smartphone. Après plusieurs années d’incarcération, ils ignorent tout bonnement comment faire ce que les gens du dehors font par routine.

Ils sont nombreux à « se retrouver en tôle », le seul milieu qui leur soit familier.

Certaines prisons ont débuté des programmes  de réinsertion sociale. On y prépare les prisonniers à franchir, une fois libérés, les obstacles qu’ils rencontrent ; on les aide à se débrouiller, à trouver du travail, à se faire soigner, à reprendre contact avec la famille et les amis et à devenir tout compte fait des citoyens respectueux des lois n’ayant plus besoin d’être surveillés.

Une prison a constaté que ceux qui font des études pendant leur incarcération se retrouvent rarement de nouveau en prison une fois libérés. Ils réapprennent à vivre.

La promesse d’un lendemain

A la fin de ce documentaire de la BBC, on demandait à Anne ce qu’elle souhaitait dire à sa mère. Retenant ses larmes, elle déclara être désolée et ajouta que « demain n’est une promesse ni pour elle ni pour moi ».

Hélas, pour ceux qui sont esclaves de leurs mauvais choix dans la vie, il semble souvent que demain ne soit porteur d’aucun espoir.

Or, en dépit de toutes les situations désespérées évoquées de nos jours, Christ est venu pour que nous ayons la vie. Il a dit : « Je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles l’aient en abondance » (Jean 10:10).

L’addiction, le terrorisme, le crime, et les nombreux autres vices sont comme des voleurs qui n’offrent qu’un faux espoir. Ils ravissent la vie des gens et les privent de leur humanité, de leurs relations, de leur aptitude à réussir et à agir, de leur temps, de leur joie et de leurs espoirs.

Une chance pour ceux qui n’en ont jamais eue

Christ est venu afin de permettre à Ses disciples de vaincre ce monde, pour leur permettre d’espérer dans cette vie et avoir l’espérance d’une vie nouvelle (Nous vous proposons à cet effet notre brochure gratuite Transformez votre vie).

D’après la Bible, ceux qui n’auront pas appris comment vivre de la bonne façon dans cette vie auront l’occasion de revivre. Ce ne sera pas une seconde chance d’être sauvés car il est écrit que nous n’avons qu’une chance de l’être (Hébreux 6:4-6). Mais ce sera une chance de revivre pour ceux qui n’ont jamais été appelés à comprendre la voie divine dans cette vie (Jean 6:44).

Ils seront ressuscités et se tiendront devant le « grand trône blanc » à cette seconde résurrection d’êtres humains (la première étant celle des saints, ressuscités au retour de Christ). À cette époque-là, « les livres [seront] ouverts » (Apocalypse 20:11-12 ; version Ostervald). Ces livres sont ceux de la Bible, et ils leur deviendront compréhensibles ; ces gens-là comprendront alors la voie divine.

Il est ensuite précisé : « On ouvrit aussi un autre livre, celui qui est le livre de vie ». Ce qui veut dire que Dieu rendra la vie éternelle accessible à tous ceux qui sont présents.

Débutera alors une période durant laquelle ils seront jugés par ce qui est écrit dans la Bible – la ligne de vie prescrite par Dieu, qui procure la joie et est source d’espoir. Cette période de jugement ressemble au jugement auquel Dieu soumet Son Église à présent (1 Pierre 4:17). Les vrais chrétiens, dans leur vie, prouvent qu’ils suivent fidèlement Christ. Ce qui sera différent, lors de la seconde résurrection, c’est que Satan ne pourra plus influencer personne. Étant mis à l’écart, il ne pourra plus séduire les nations (Apocalypse 20:10).

Ce sera une période où les drogues, le terrorisme, les crimes et autres vices de ce genre appartiendront au passé.

De l’espoir pour l’avenir

La Bible est remplie d’espoir pour l’avenir de tous ceux qui revivront – cette fois, de la bonne manière.

Tous connaîtront Dieu : De même que de bons programmes de réhabilitation pour les prisonniers comprennent une certaine éducation, l’éducation représentera aussi un aspect-clé du Royaume de Dieu. Les saints ressuscités lors de la première résurrection seront alors des rois et des sacrificateurs qui montreront aux gens sur la terre à vivre de la bonne manière, en respectant les lois divines (Apocalypse 5:10 ; 20:6 ; Ésaïe 30:20-21). En fin de compte, tous les êtres humains comprendront Dieu et ce qu’Il souhaite pour nous. Dieu pardonnera nos péchés et il y aura beaucoup de joie (Ésaïe 11:9 ; Jérémie 31:34 ; Zacharie 8:4-5).

Il n’y aura plus de violence : Les guerres appartiendront au passé et Christ Lui-même jugera les nations (Michée 4:3). Les bêtes sauvages seront apprivoisées (Ésaïe 11:6-8). Satan, qui inspire le terrorisme et les guerres, ne sera plus là pour influencer l’humanité (Apocalypse 20:1-3, 10).

La paix et la justice régneront : Jésus va revenir et mettre en place un gouvernement – le Royaume de Dieu. C’est là la bonne nouvelle qu’Il est venu prêcher, et c’est un message souvent réitéré dans la Bible (Marc 1:14-15 ; Hébreux 11:13-16 ; Ésaïe 9:6-7 ; Daniel 7:27). Il est né pour être Roi (Jean 18:37), et quand les justes règnent, le peuple se réjouit (Proverbes 29:2). Ce nouveau programme inaugurera une période de paix et de bonheur sans fin.

Une époque merveilleuse s’en vient. Comme l’apôtre Jean l’a précisé vers la fin de la Bible, « Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus ; il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu » (Apocalypse 21:4).

Vous en saurez plus sur ce monde utopique en lisant notre brochure Le mystère du Royaume et sur les changements dans le cœur des humains qui rendront la paix possible en lisant notre brochure Transformez votre vie.