Pour ne pas cesser d'être outrés

Nous vivons une époque où il y a de quoi être outré. Il se passe chaque année des choses qui ont de quoi nous rendre furieux. Comment éviter de devenir blasés ?

On dirait qu’il ne se passe pas un jour sans que des évènements horribles et abominables aient lieu et que nous soyons outrés.

Certaines de ces histoires sont fortement ciblées par les médias ; d’autres, hélas, ne sont même pas contées.  Nous ne pourrions certes pas appréhender l’énormité de tout le mal qui se commet autour de nous – les millions de personnes qui souffrent et que cachent les statistiques, comme les enfants maltraités, le trafic d’esclaves, la violence, la cruauté, l’injustice, les crimes de guerre, les préjugés, la corruption et les meurtres.

Les effets de ce monde méchant sur le peuple de Dieu

Dieu S’irrite des péchés qui poussent notre monde vers le précipice de sa propre destruction, et Il veut que Son peuple soupire et gémisse à cause de toutes les abominations qui se commettent (Ézéchiel 9:4).(Lire notre article intitulé « La colère de Dieu »).

L’apôtre Pierre souligne l’impact que ces maux révoltants ont sur le peuple de Dieu. Il parle du juste Lot « profondément attristé de la conduite de ces hommes sans frein dans leur dérèglement » (2 Pierre 2:7-8).

Nous risquons d’être abattus, déprimés, et même de devenir blasés, vu toutes les méchancetés qui sont commises autour de nous.  Que faire pour que ces dernières ne nous affectent pas négativement et ne nous poussent pas à devenir insensibles (Matthieu 24:12) ? Qu’est-ce que Dieu veut que nous fassions afin de pouvoir persévérer jusqu’à la fin (verset 13) ? Pierre nous montre sur quoi nous devrions nous concentrer. L’exemple de Lot (neveu d’Abraham) révèle que « le Seigneur sait délivrer de l’épreuve les hommes pieux, et réserver les injustes pour être punis au jour du jugement » (2 Pierre 2:9).

Dieu maitrise la situation et Il fera en sorte que tout finisse bien.

Éviter de devenir blasés

Dieu souhaite-t-Il que nous soyons continuellement outrés au point d’en être frustrés et jusqu’à l’épuisement ? Nullement. La Bible fournit un plan divin équilibré pour notre croissance spirituelle et notre bien-être. Il veut que nous haïssions le mal, et non que nous nous enfouissions la tête dans le sable ; il veut que nous refusions d’accepter le mal. Il veut néanmoins que nous ayons beaucoup plus – comme le fruit de Son Esprit :

« L’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, la douceur, la maîtrise de soi » (Galates 5:22-23).

Le conseil de Paul aux Philippiens est particulièrement utile pour ceux qui se sentent opprimés par toutes les mauvaises nouvelles dont nous sommes bombardés :

« Ne vous inquiétez de rien ; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces » (Philippiens 4:6).

La première étape à franchir est de reconnaître que Dieu maitrise la situation et que nous n’avons pas besoin de nous inquiéter. Nous pouvons nous adresser à Lui par des prières ferventes pour notre sécurité et pour la délivrance du monde entier lors du retour de Jésus-Christ.

Il peut paraître étrange de nous concentrer sur la gratitude à ce stade, mais la gratitude est vitale pour avoir la bonne perspective. Pour pouvoir prier avec foi sans nous inquiéter, nous devons nous rappeler nos bénédictions et le fait qu’elles proviennent de Dieu. Nous pouvons être reconnaissants à notre Père céleste de ce qu’Il va mettre fin à toutes les horribles souffrances de ce monde.

La réponse divine dépassera tout ce que nous pourrions demander ou imaginer : « Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus-Christ » (verset 7).

Notre tête est un champ de bataille, et Dieu nous offre la protection dont nous avons besoin, pourvu que nous suivions Ses instructions.

Nos ordres de marche mentaux continuent au verset 8 : « Au reste, frères, que tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est aimable, tout ce qui mérite l’approbation, ce qui est vertueux et digne de louange, soit l’objet de vos pensées ».

Votre mission

Croire en Dieu et espérer en Lui n’équivaut pas à ignorer les maux de ce monde. Cela ne veut pas dire que nous ne devrions pas faire notre possible pour éliminer le mal de nos vies et essayer d’alléger les souffrances des autres.

Paul a dit à l’Église : « Ne nous lassons pas de faire le bien   car nous moissonnerons au temps convenable, si nous ne nous relâchons pas. Ainsi donc, pendant que nous en avons l’occasion, pratiquons le bien envers tous, et surtout envers les frères en la foi » (Galates 6:9-10).

Dans ce monde mauvais aux problèmes humainement insolubles, il est normal qu’on se lasse et qu’on soit littéralement consumé. Néanmoins, avec l’optique chrétienne – si nous avons la foi et nous tournons vers le Dieu de toute espérance – nous pouvons trouver le repos ; avoir beaucoup moins de frustrations et le sentiment que tout n’est que futilité. Nous pouvons avoir confiance et hâter la vraie solution devant bientôt être appliquée par notre Libérateur – Christ.

Entre-temps, nous nous efforçons de pratiquer le bien envers tous. À commencer par l’Église, les besoins de nos frères et sœurs nous étant connus et c’est là notre responsabilité « familiale » (1 Jean 3:17 ; 4:20). Pour les autres, dans le monde, nos efforts sont peut-être comme une goutte dans un seau, mais nous devons faire ce que nous pouvons.

Dieu a confié à Son Église la tâche de faire du bien de la manière qu’Il estime la plus importante et la plus efficace. Nous devons proclamer la bonne nouvelle de Son Royaume proche (Matthieu 24:14), et fai[re] de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit », les enseignant à observer tout ce qu’Il nous a prescrit. Et Il nous a promis : « Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde » (Matthieu 28:19-20).

Participer à cette mission de préparer le Royaume de Dieu tout en vivant dans un territoire gouverné par l’ennemi n’est pas pour les mauviettes, mais Dieu a promis d’affermir nos cœurs et de nous aider à lutter contre la lassitude.

« Ne le sais-tu pas ? ne l’as-tu pas appris ? C’est le Dieu d’éternité, l’Eternel, qui a créé les extrémités de la terre ; il ne se fatigue point, il ne se lasse point ; on ne peut sonder son intelligence. Il donne de la force à celui qui est fatigué, et il augmente la vigueur de celui qui tombe en défaillance […] mais ceux qui se confient en l’Eternel renouvellent leur force. Ils prennent leur vol comme les aigles ; ils courent, et ne se lassent point, ils marchent, et ne se fatiguent point » (Ésaïe 40:28-31).

Forts de cette optique, et avec cette force, nous pouvons éviter de nous désensibiliser et accomplir la mission que Dieu nous a confiée.