Les miracles de Jésus

Les miracles sont des évènements impressionnants qui ne peuvent s’expliquer par les lois de la nature. Jésus accomplissait beaucoup de miracles et ils aidaient à prouver qui il était.

On a généralement entendu parler des miracles de l’Ancien Testament. La traversée de la mer Rouge par les Israélites était stupéfiante. Il y a aussi les récits de Daniel dans la fosse aux lions, de ses trois compagnons dans la fournaise ardente, de Josué et de l’écroulement des murailles de Jéricho, et beaucoup d’autres.

Le Nouveau Testament nous parle de beaucoup d’autres miracles. Les évangiles nomment plus de 30 miracles accomplis par Jésus. Notre Sauveur guérissait des malades, des estropiés, des aveugles et des sourds. Il ressuscitait des morts. Il chassait des démons et fit beaucoup d’autres miracles, qui émerveillaient les gens.

Ces miracles aidaient les gens à croire que Jésus était le Fils de Dieu. Ses disciples en furent convaincus après qu’ils l’aient vu en accomplir plusieurs. Dieu se servait aussi de ces prodiges pour montrer sa puissance et son amour pour nous. Il s’en sert pour affermir notre foi, exaucer nos prières, et pour bien d’autres raisons.

L’eau changée en vin

Le premier miracle de Jésus mentionné dans la Bible eut lieu à des noces, à Cana (Jean 2:1-11).

Marie, sa mère, était présente. Et lui et ses disciples avaient aussi été invités. Les banquets de noces, en ce temps-là, duraient parfois sept jours. À un moment donné, Marie se rendit compte que le vin venait à manquer et, sachant que Jésus pouvait remédier à ce problème, elle lui dit : Ils n’ont plus de vin (verset 3). Or, il y avait là six vases de pierre. Jésus dit aux serviteurs: Remplissez d’eau ces vases. Et ils les remplirent jusqu’au bord. Puisez maintenant, leur dit-il, et apportez-en à l’ordonnateur du repas. L’eau venait d’être changée en vin. Quand l’ordonnateur du repas eut goûté l’eau changée en vin, satisfait, il appela l’époux et lui dit : tu as gardé le bon vin jusqu’à présent (versets 6-9). Ayant vu ce miracle, les disciples crurent que Jésus était le Fils de Dieu.

Questions :

Voici deux questions à se poser ou à débattre en famille :

  1. Si vous étiez l’un des serviteurs, que penseriez-vous en voyant l’eau changée en vin ?
  2. En informeriez-vous d’autres de ce qui vient de se produire ?

De la nourriture aux affamés

Jésus et ses disciples parcouraient le pays, enseignant les gens. Une grande foule le suivait, parce qu’elle voyait les miracles qu’il opérait sur les malades (Jean 6:2-13 ; Matthieu 14:14-21). Jésus monta sur la montagne, et là il s’assit avec ses disciples. Ayant levé les yeux, et voyant qu’une grande foule venait à lui, Jésus eut pitié d’elle. Ceux qui étaient là avaient faim, surtout les petits enfants.

Jésus demanda à Philippe, l’un de ses disciples : Où achèterons-nous des pains, pour que ces gens aient à manger ? Un autre disciple suggéra qu’il les renvoie pour qu’ils aillent  acheter de quoi manger dans l’une des villes voisines. Jésus lui dit de plutôt leur donner à manger. Les disciples se demandèrent comment faire pour nourrir tous ces gens. André, un autre disciple, déclara : Il y a ici un jeune garçon qui a cinq pains d’orge et deux poissons ; mais qu’est-ce que cela pour tant de gens ? 

Jésus dit : Faites-les asseoir. Il y avait dans ce lieu beaucoup d’herbe. Ils s’assirent donc, au nombre d’environ cinq mille hommes. Jésus prit les pains, rendit grâces, et les distribua à ceux qui étaient assis ; il leur donna de même des poissons, autant qu’ils en voulurent. Lorsqu’ils furent rassasiés, il dit à ses disciples : Ramassez les morceaux qui restent, afin que rien ne se perde. Ils les ramassèrent donc, et ils remplirent douze paniers avec les morceaux qui restèrent des cinq pains d’orge, après que tous eurent mangé. 

Questions :

  1. Pourquoi les gens suivaient-ils Jésus ?
  2. Combien de pains et de poissons le jeune garçon avait-il ?
  3. À partir de ce peu de nourriture, combien de personnes furent nourries ce jour-là ?
  4. Combien de paniers de restes y eût-il ? Plus que ce qu’ils avaient, au départ ?
  5. Auriez-vous donné votre nourriture à Jésus pour qu’il puisse nourrir les gens ?

La guérison d’un aveugle-né

Il y avait un aveugle qui, chaque jour, se tenait au même endroit, fréquenté par beaucoup de gens. Il mendiait (Jean 9:1-8). On savait qu’il était aveugle de naissance et qu’il était assis à cet endroit depuis des années. Ses disciples lui posèrent cette question : Rabbi, qui a péché, cet homme ou ses parents, pour qu’il soit né aveugle ? Jésus répondit : c’est afin que les œuvres de Dieu soient manifestées en lui. Après avoir dit cela, il cracha à terre, et fit de la boue avec sa salive. Puis il appliqua cette boue sur les yeux de l’aveugle, et lui dit : Va, et lave-toi au réservoir de Siloé.

Il obéit à Jésus, y alla, se lava les yeux. Il vit immédiatement clair. Il pouvait voir tout ce qui l’entourait. Il n’avait jamais vu le visage de ses parents ni de qui que ce soit. Il n’avait jamais vu le ciel, le soleil, la lune, les oiseaux, les animaux, les plantes ou les arbres. Or, maintenant, il voyait tout. Ses voisins, qui savaient qu’il avait été aveugle de naissance, étaient étonnés. Ils lui demandèrent ce qui s’était passé. Il leur raconta ce que lui avait fait Jésus.

On amena cet homme aux pharisiens et on leur dit ce qui s’était produit. Les pharisiens ne le crurent pas. Ils appelèrent ses parents, qui confirmèrent qu’il était leur fils, mais ils prétendirent ignorer pourquoi il voyait dorénavant. Les pharisiens interrogèrent plusieurs fois l’aveugle guéri. Il leur répondit : Je vous l’ai déjà dit, et vous n’avez pas écouté ; pourquoi voulez-vous l’entendre encore ? Il est étonnant que vous ne sachiez d’où il est ; il m’a ouvert les yeux. Si cet homme ne venait pas de Dieu, il ne pourrait rien faire. Furieux, ils l’expulsèrent de la synagogue.

Jésus apprit qu’ils l’avaient chassé ; et, l’ayant rencontré, il lui dit : Crois-tu au Fils de Dieu ?

Il répondit : Et qui est-il, Seigneur, afin que je croie en lui ? Tu l’as vu, lui dit Jésus, et celui qui te parle, c’est lui. Et il dit : Je crois, Seigneur. Et il l’adora. Puis il devint l’un de ses disciples.

Questions :

  1. D’après vous, quelle réaction eut l’homme quand il s’aperçut qu’il voyait ?
  2. Couvrez vos yeux pour comprendre ce que l’on ressent quand on ne peut pas voir. Imaginez quelle réaction l’on aurait si, aveugle, on se mettait soudain à voir.

Lazare ressuscité des morts

Marie, Marthe et leur frère Lazare étaient des disciples proches de Jésus. Il séjournait chez eux quand il était de passage dans les environs. Lazare tomba gravement malade. Ses sœurs envoyèrent quelqu’un en informer Jésus. Elles savaient qu’il les aimait tous. Sans doute pensaient-elles qu’il viendrait aussitôt (Jean 11:1-44).

Quand Jésus reçut la nouvelle, il savait que Lazare allait mourir, mais il savait aussi qu’il allait le ressusciter pour montrer à quel point Dieu est puissant. Il demeura deux jours de plus à l’endroit où il se trouvait. Puis il dit à ses disciples : Retournons en Judée. Lazare, notre ami, dort ; mais je vais le réveiller. Les disciples lui dirent : Seigneur, s’il dort, il sera guéri. Jésus avait parlé de sa mort, mais ils crurent qu’il parlait de l’assoupissement du sommeil. Alors Jésus leur dit ouvertement : Lazare est mort.

Lorsque Jésus arriva à Béthanie, il y avait quatre jours que Lazare était mort. La famille et les amis étaient assemblés et essayaient de consoler les sœurs. Quand Marthe apprit que Jésus arrivait, elle alla à sa rencontre et lui dit : Si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort. Elle retourna à la maison et dit à Marie : Le maître est ici, et il te demande. Dès que Marie eut entendu, elle se leva promptement, et alla vers lui, tomba à ses pieds, et lui dit la même chose que Marthe. Jésus lui dit : Où l’avez-vous mis ? 

Jésus se rendit au sépulcre. C’était une grotte, et une pierre était placée devant.  Jésus dit : Otez la pierre et  lui dit : Ne t’ai-je pas dit que, si tu crois, tu verras la gloire de Dieu ? Ils ôtèrent donc la pierre. Et Jésus pria le Père, puis il cria d’une voix forte : Lazare, sors ! Et Lazare sortit du sépulcre. Il était de nouveau vivant. Plusieurs des Juifs qui étaient venus vers Marie, et qui virent ce que fit Jésus, crurent en lui.

Questions :

  1. Un homme fut ressuscité. À votre avis, quelle fut sa réaction ?
  2. Selon vous, que ressentirent ses sœurs, quand elles le virent de nouveau en vie ?
  3. Beaucoup de gens virent ce miracle. Selon vous, la nouvelle se répandit-elle rapidement ?

L’oreille d’un homme guérie

Jésus passait sa dernière nuit avec ses disciples. Ayant terminé le repas de la Pâque, ils se rendirent au mont des Oliviers (Luc 22:39-51). Jésus savait que sa mort approchait et il alla au jardin pour prier. Ses disciples restèrent à proximité. Il s’agenouilla et pria, fortement troublé, sachant ce qui l’attendait. Dieu envoya un ange pour le réconforter. Il se leva et retrouva ses disciples, qui dormaient. Il les réveilla. Alors qu’il leur parlait, une foule arriva, armée d’épées et de bâtons, guidée par l’un des disciples de Jésus. Avant la Pâque, Judas avait rencontré les principaux sacrificateurs, qui en voulaient à Jésus. Judas avait accepté de les aider, moyennant une somme d’argent (versets 3-5).

Judas s’approcha de Jésus pour lui donner un baiser. Jésus lui dit : Judas, c’est par un baiser que tu livres le Fils de l’homme ! Les disciples se rendirent compte de ce qui se passait et ils s’apprêtèrent à défendre Jésus. Ils lui demandèrent: Seigneur, frapperons-nous de l’épée ? Avant même qu’il ait pu répondre, l’un de ses disciples tira son épée et coupa l’oreille droite du serviteur du souverain sacrificateur. Aussitôt, Jésus ayant touché l’oreille de cet homme, le guérit. Ce fut le dernier miracle que Jésus accomplit avant sa mort. Cela prouvait, une fois de plus, qu’il était le Fils de Dieu.

Questions :

  1. À votre avis, que pensa le serviteur quand Jésus guérit son oreille ?
  2. Si vous en aviez été témoin, qu’auriez-vous pensé ? Que c’était un miracle ?
  3. Selon vous, un miracle, c’est quoi ?

Ne manquez pas de lire notre article Les miracles de Jésus étaient-ils dus à la puissance du Saint-Esprit ?