Peut-on prouver que Jésus est bien ressuscité ?

Le seul signe que le Christ ait donné à Sa génération qu’Il était bien le Messie concernait Sa résurrection. Existe-t-il des preuves qu’Il soit ressuscité ?

Les disciples du Christ devraient être certains que la résurrection de notre Sauveur avait bien eu lieu. En fait, comme nous allons le voir, la promesse – selon laquelle tous les chrétiens convertis seront ressuscités et changés en esprit à Son retour sur Terre – en dépend. Le monde rejette généralement l’idée d’une résurrection. Beaucoup de chrétiens – par leurs croyances traditionnelles en un au-delà post mortem – nient, en substance, le besoin d’une résurrection des croyants selon la Bible.

Du temps de l’apôtre Paul, on prétendait qu’il n’y aurait pas de résurrection (1 Corinthiens 15:12). Un groupe important de dirigeants religieux, à l’époque, les sadducéens, le niait également. Or, comme Paul le fit remarquer, si c’était le cas, nous n’aurions pas de Sauveur. Les péchés des croyants ne seraient pas pardonnés, et les membres de l’Église de Dieu n’auraient aucun espoir d’être un jour ressuscités (versets 17-18) !

Paul, au 15e chapitre de sa première Épître aux Corinthiens, souligne le fait que la résurrection de Jésus-Christ représentait un segment important de l’Évangile (versets 1-4). La mort et la résurrection de notre Seigneur sont vitales pour la rédemption de l’humanité entière – premièrement pour ceux ayant vécu depuis Abel jusqu’au premier Avènement de Jésus-Christ (les patriarches et les prophètes), et deuxièmement pour tous ceux qui, dans l’Église de Dieu, ont la possibilité de recevoir le Saint-Esprit, à notre époque, de devenir les prémices de la moisson spirituelle de Dieu, puis, à une époque ultérieure, pour le restant de l’humanité.

Si la résurrection du Christ est une supercherie, les ministres de ce Dernier, y compris les apôtres, sont des menteurs (verset 15) et l’humanité n’a aucun espoir pour l’avenir. Les êtres humains n’ont plus qu’à vivre comme ils l’ont toujours fait, comme ils estiment bon de le faire.

Deux types de témoignages

Pour contrer ceux qui niaient la résurrection de Jésus, Paul fit appel à deux types de témoignages. Premièrement : l’accomplissement des écrits de l’Ancien Testament concernant la mort, l’ensevelissement et la résurrection de Jésus (versets 3 et 4) – détails qu’il aurait été impossible aux disciples d’accomplir d’eux-mêmes – et deuxièmement : le témoignage d’individus, nommés personnellement, ayant vu le Christ ressuscité et ayant passé du temps avec Lui (versets 5-8).

De leur nombre était Pierre, qui avait renié le Maître quand on l’avait accusé d’être l’un de Ses disciples (Luc 22:61-62) ; les 12 – qui avaient abandonné Jésus quand les gardes étaient venus Le saisir (Matthieu 26:56-57) ; 500 frères, dont bon nombre vivaient encore quand Paul rédigea son Épître (1 Corinthiens 15:6) ; Jacques – le demi-frère de Jésus – qui avait antérieurement douté que Christ soit le Messie (Jean 7:3-5) ; puis Paul.

Paul était un pharisien zélé, bien connu pour son soutien des autorités en place, et un persécuteur et un ennemi de quiconque suivait le Christ. Avant sa conversion, il n’était assurément pas quelqu’un dont on se serait attendu à ce qu’il soutienne l’existence du Christ ressuscité (Actes 8:2-4 ; 9:1-7) !

Une harmonisation des récits de Matthieu, de Marc, de Luc et de Jean à propos de la mort, de l’ensevelissement et de la résurrection de Jésus révèle des preuves supplémentaires de la résurrection. Dieu ajoute des détails et divers points de vue, d’un récit à l’autre. Les événements décrits sont logiques, et révèlent que Dieu a soutenu une communauté dévastée par la mort cruelle de Son Chef – de Celui dont on avait cru qu’Il délivrerait Israël de l’occupation romaine.

Luc, le médecin et l’historien

Luc, « le médecin bien-aimé » (Colossiens 4:14), accompagna Paul dans plusieurs de ses voyages. Il enregistra des actes et des événements de manière détaillée et dans un ordre logique (Luc 1:1-3). Il lui arriva, lors de ses voyages, d’être le seul soutien humain de Paul (2 Timothée 4:11). Il est possible qu’il ait été avec Paul quand ce dernier rédigea sa Première Épître aux Corinthiens dans laquelle il mentionne des personnes ayant vu le Christ ressuscité.

Luc mentionne que Jésus a fourni « plusieurs preuves » (Actes 1:3) qu’Il était vivant. Dans son évangile et dans le 1er chapitre du livre des Actes, Luc relate ce que Jésus a fait et enseigné jusqu’au moment de Son ascension au ciel (Actes 1:2).

Prenons le cas de quelques passages bibliques de l’Ancien Testament accomplis lors des événements ayant eu lieu lors de la mort, de l’ensevelissement et de la résurrection de Jésus. Notez bien qu’aucun homme (si Jésus n’était qu’un homme) ni aucun groupe de disciples n’aurait pu faire s’accomplir ces prophéties afin de séduire des disciples éventuels. Et cela, pour plusieurs raisons comme, par exemple,

  • Le fait qu’autant de personnes, n’ayant rien à voir avec les disciples, aient pu être de connivence.

  • Le fait que les disciples eux-mêmes ignoraient comment les choses allaient tourner, au point d’estimer devoir s’armer pour défendre le Christ.

  • Le fait que les disciples de Jésus étaient enthousiastes et ne pensaient pas que Jésus allait mourir, et pas davantage… ressusciter.

  • Le fait qu’ils n’auraient pas pu pousser les soldats romains à tirer au sort la tunique du Maître, ou Lui percer le côté.

  • Le fait que les principaux sacrificateurs et les pharisiens avaient placé des gardes devant le sépulcre et avaient scellé la pierre le fermant pour l’empêcher d’être roulée ; les disciples n’auraient pas pu déplacer le corps de Jésus.

Pour ces raisons, et plusieurs autres, un subterfuge aurait été impossible.

Le premier témoignage : celui des prophéties accomplies

Paul savait que les Saintes Écritures – l’Ancien Testament – représentent la Parole de Dieu aux hommes. Si la mort, l’ensevelissement et la résurrection de Jésus ont accompli ce qui avait été prophétisé par Dieu à propos du Messie, cela montre que Jésus était bien le Christ. Cela prouve en outre l’existence de Dieu, et Son implication dans nos vies et notre avenir.

Nous reproduisons ci-dessous plusieurs passages du Nouveau Testament indiquant les prophéties de l’Ancien Testament qui ont été accomplies. Songez à l’infime probabilité que ces 17 prophéties aient pu s’accomplir par hasard ou par les disciples du Christ s’ils avaient essayé de les faire s’accomplir eux-mêmes !

1 – Matthieu 21:5 (Jean 12:15) : « Dites à la fille de Sion : Voici, ton roi vient à toi, plein de douceur, et monté sur un âne, sur un ânon, le petit d’une ânesse » (Zacharie 9:9).

2 – Matthieu 21:9 (Marc 11:9 ; Luc 13:35 ; 19:38 ; Jean 12:13) : « Hosanna au Fils de David ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! Hosanna dans les lieux très hauts ! » (Psaumes 118:26).

3 – Matthieu 26:31 (Marc 14:27) : « Jésus leur dit : Je serai pour vous tous, cette nuit, une occasion de chute ; car il est écrit : Je frapperai le berger, et les brebis du troupeau seront dispersées » (Zacharie 13:7).

4 – Jean 13:18 : « Ce n’est pas de vous tous que je parle ; je connais ceux que j’ai choisis. Mais il faut que l’Ecriture s’accomplisse : Celui qui mange avec moi le pain a levé son talon contre moi » (Psaumes 41:9).

5 – Matthieu 27:9-10 : « Alors s’accomplit ce qui avait été annoncé par Jérémie, le prophète : Ils ont pris les trente pièces d’argent, la valeur de celui qui a été estimé, qu’on a estimé de la part des enfants d’Israël ; et ils les ont données pour le champ du potier, comme le Seigneur me l’avait ordonné » (Jérémie 32:6-9 ; Zacharie 11:12-13).

6 – Matthieu 27:26 (Jean 19:1) : «  Alors Pilate leur relâcha Barabbas ; et, après avoir fait battre de verges Jésus, il le livra pour être crucifié » (Ésaïe 53:5).

7 – Actes 8:32-33 : « Le passage de l’Ecriture qu’il lisait était celui-ci : Il a été mené comme une brebis à la boucherie ; et, comme un agneau muet devant celui qui le tond, il n’a point ouvert la bouche. Dans son humiliation, son jugement a été levé. Et sa postérité, qui la dépeindra ? Car sa vie a été retranchée de la terre » (Ésaïe 53:7-8).

8 – Matthieu 27:35 (Jean 19:24) : « Après l’avoir crucifié, ils se partagèrent ses vêtements, en tirant au sort, afin que s’accomplisse ce qui avait été annoncé par le prophète : Ils se sont partagé mes vêtements, et ils ont tiré au sort ma tunique » (Psaumes 22:18).

9 – Marc 15:28 (Luc 22:37) : « Car, je vous le dis, il faut que cette parole qui est écrite s’accomplisse en moi : Il a été mis au nombre des malfaiteurs » (Ésaïe 53:12).

10 – Matthieu 27:46 (Marc 15:34) : « Et vers la neuvième heure, Jésus s’écria d’une voix forte : Eli, Eli, lama sabachthani ? c’est-à-dire, Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » (Psaumes 22:2).

11 – Luc 23:46 : « Jésus s’écria d’une voix forte : Père, je remets mon esprit entre tes mains. Et, en disant ces paroles, il expira » (Psaumes 31:6).

12 – Jean 19:33-37 : « S’étant approchés de Jésus, et le voyant déjà mort, ils ne lui rompirent pas les jambes ; mais un des soldats lui perça le côté avec une lance, et aussitôt il sortit du sang et de l’eau. Celui qui l’a vu en a rendu témoignage, et son témoignage est vrai ; et il sait qu’il dit vrai, afin que vous croyiez aussi. Ces choses sont arrivées, afin que l’Ecriture soit accomplie : Aucun de ses os ne sera brisé. Et ailleurs l’Ecriture dit encore : Ils verront celui qu’ils ont percé » (Psaumes 34:21 ; Exode 12:46 ; Zacharie 12:10).

13 – Matthieu 27:57, 59-60 : « Le soir étant venu, arriva un homme riche d’Arimathée, nommé Joseph, qui était aussi disciple de Jésus… Joseph prit le corps, l’enveloppa d’un linceul blanc, et le déposa dans un sépulcre neuf, qu’il s’était fait tailler dans le roc. Puis il roula une grande pierre à l’entrée du sépulcre, et il s’en alla » (Ésaïe 53:9).

14 – Actes 13:35 (Actes 2:25-28) : « C’est pourquoi il dit encore ailleurs : Tu ne permettras pas que ton Saint voie la corruption » (Psaumes 16:8-10).

15 – Matthieu 12:40 « Car, de même que Jonas fut trois jours et trois nuits dans le ventre d’un grand poisson, de même le Fils de l’homme sera trois jours et trois nuits dans le sein de la terre ». (Pour de plus amples détails, consulter notre article sur le signe de Jonas : « Jésus fut-Il crucifié un « vendredi saint » et ressuscité le « dimanche de Pâques » ?)

16 – Hébreux 10:12-14 : « lui, après avoir offert un seul sacrifice pour les péchés, s’est assis pour toujours à la droite de Dieu ; il attend désormais que ses ennemis soient devenus son marchepied. Car, par une seule offrande, il a amené à la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiés » (Psaumes 110:1 ; Daniel 9:26-27).

17 – Galates 4:4 : « lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme, né sous la loi » (Daniel 9:26-27). La prophétie connue de Daniel sur les 70 semaines prophétiques (Daniel 9:24-27) indiquait précisément le moment où le Messie allait apparaître, depuis l’édit de reconstruire Jérusalem. Elle indique également que le Christ serait « retranché » – qu’Il mourrait – pour les péchés de toute l’humanité. La mort de Jésus a mis fin à la nécessité, pour Ses disciples, d’offrir des sacrifices pour le pardon des transgressions – Sa vie ayant payé pour nos fautes (Hébreux 10:4-14) (Ne manquez pas de lire également, à cet effet, notre article sur la prophétie de Daniel sur les 70 semaines.

Psaumes 110:1 indique que le Christ ressuscité allait S’asseoir à la droite du Père, attendant le moment de revenir sur Terre pour subjuguer tous Ses ennemis. Quand cela se produira, il ne subsistera plus aucun doute que le Christ, notre Sauveur, le Messie, est ressuscité !

Nous vous conseillons également la lecture de notre article intitulé « Les témoins oculaires de la résurrection de Jésus ». Avec tous les témoins de la mort, de l’ensevelissement et de la résurrection, nul ne pouvait honnêtement, à l’époque – comme nul ne le peut de nos jours – nier que le Christ soit ressuscité. Les preuves sont effectivement nombreuses.