Les témoins de la résurrection de Jésus

L’apôtre Paul parle de personnes qui virent Christ ressuscité pendant les 40 jours précédant Son ascension. Qui étaient-ils ?

Est-il prouvé que Jésus soit ressuscité ? De nombreux critiques ont du mal à accepter un tel miracle. L’apôtre Paul dût mettre fin à un certain nombre de rumeurs circulant dans l’Église de Dieu à Corinthe, d’après lesquelles Jésus n’aurait pas été ressuscité, nommant – dans 1 Corinthiens 15:5-8 – plusieurs témoins ayant vu le Messie ressuscité.

On doutait de l’une des vérités fondamentales du christianisme, à savoir que notre Seigneur est ressuscité. Pouvons-nous prouver, personnellement, d’après la Bible, que Jésus-Christ ressuscita des morts et qu’Il vit à présent ?

Les documents auxquels nous allons faire allusion sont disponibles dans le monde entier. Les événements décrits ont eu un tel impact sur plusieurs anciens ennemis de Jésus et sur Ses disciples qu’ils acceptèrent de mourir, tant ils croyaient dur comme fer à la résurrection de leur Sauveur. Veuillez prendre note des preuves suivantes à cet effet :

  • De nombreux textes dignes de confiance : Il existe un grand nombre de documents, de manuscrits et de fragments de la Bible – Ancien et Nouveau Testaments – en plus de sources séculières mentionnant la résurrection du Christ. Cela contraste radicalement avec le nombre très limité de documents mentionnant des figures historiques comme Jules César. Dieu a fait en sorte que les preuves de la résurrection du Messie soient préservées avec exactitude pour nous.

  • Les dates des manuscrits bibliques : Les commentateurs de la Bible croient que les Évangiles synoptiques – Matthieu, Marc et Luc – furent rédigés entre 20 et 30 ans après la résurrection de Jésus. L’apôtre Jean rédigea son évangile entre 50 et 70 ans après les événements dont nous parlons. La première Épître de Paul aux membres de l’Église de Dieu à Corinthe fut rédigée 25 ans après la résurrection de Jésus. Les dates de rédaction de ces documents s’accordent avec le fait que ces rédacteurs ont pu se prononcer avec autorité sur la véracité de cet événement.

  • Un grand nombre de témoins : À la lecture des Évangiles, des Actes et des Épîtres de Paul, on constate que beaucoup de témoins de la résurrection étaient encore vivants quand ceux-ci furent rédigés. Ces personnes auraient aisément pu nier les faits établis par certains des rédacteurs du Nouveau Testament si ce qu’ils écrivaient était faux. Or, une parfaite homogénéité existe entre tous les écrits de ces rédacteurs. D’anciens persécuteurs et détracteurs comme Paul (Saul) n’objectèrent en rien à ce qu’avaient écrit les apôtres. Les chrétiens acceptaient de vivre sous la menace constante de la mort – ce qui eut été impensable s’ils n’avaient pas été convaincus que Jésus n’était pas un charlatan. De plus, nous avons la promesse que le Saint-Esprit allait guider les divers auteurs du Nouveau Testament, les aidant à se souvenir avec précision de ce qui s’était passé (Jean 14:26 ; 16:13).

L’importance des témoins oculaires

Dieu Se sert de témoins pour affirmer quoi que ce soit. En Israël, les accusations contre une personne ayant commis un péché grave devaient être confirmées par deux ou trois témoins (Deutéronome 17:6 ; 19:15).

L’apôtre Paul avertit Timothée de ne pas accepter d’accusations contre un autre ancien en l’absence de deux témoins ou plus (1 Timothée 5:19). Jésus fit allusion à ce principe quand Il exhorta les croyants à conserver de bons rapports dans l’Église (Matthieu 18:16-17), mettant à nouveau l’accent sur la nécessité de fournir des témoins en cas d’accusation.

Luc rassembla ses informations pour son récit sur la vie de Jésus, à partir de témoins (Luc 1:2).

Les autres Évangiles furent également rédigés à partir de témoins oculaires de la vie, de la mort, de l’ensevelissement, et de la résurrection de Jésus. Matthieu et Jean étaient des témoins oculaires. Pierre, apparemment, fournit à Marc une foule de détails dont il se servit dans son Évangile, et comme nous venons de le mentionner, Luc s’informa auprès d’un certain nombre de témoins oculaires, avec l’aide – indubitablement – de Paul qui fut instruit personnellement par le Christ ressuscité (Galates 1:11-12).

Le besoin de documents écrits

Hérode fit exécuter Jacques, frère de Jean (Actes 12:1-2), et il menaça de faire mourir Pierre, un autre témoin de la résurrection de Jésus (verset 3). Ces situations incitèrent fortement les apôtres à rédiger des récits historiques sur la vie et sur les enseignements de Jésus tant qu’ils en étaient encore capables.

Songez aux rumeurs sur la mort et sur la résurrection de Jésus. On a prétendu qu’Il n’est jamais mort. D’autres répandirent la rumeur que les disciples avaient dérobé le corps de Jésus, essayant de faire croire aux gens que le Christ n’était pas ressuscité (1 Corinthiens 15:12-13). Ces situations montraient à quel point il importait d’établir des documents historiques exacts.

Les écrits bibliques reflètent la minutie avec laquelle les détails relatifs à la mort, à l’ensevelissement, à la résurrection de Jésus – et à Ses diverses apparitions après cette dernière – ont été enregistrés. Les événements mentionnés dans les Évangiles et dans les Actes correspondent, dans l’ordre, à ceux de témoins oculaires mentionnés par Paul dans 1 Corinthiens 15:3-8.

Plusieurs détails significatifs

Le texte biblique offre bien plus de détails sur la mort et sur la résurrection du Christ qu’il n’y paraît de prime abord. Notez, par exemple, ce qui suit :

  • Il y eut des nombreux témoins de la mort de Jésus, y compris la famille, les disciples, les Romains accusateurs et hostiles ! Ils furent témoins de trois heures de ténèbres et d’un tremblement de terre qui fendit des rochers, ouvrit des sépulcres, et du déchirement, de haut en bas, du voile très épais du temple. Les disciples de Jésus se lamentaient, et la foule garda le silence, beaucoup se frappant la poitrine. Si ces événements inhabituels ne s’étaient pas produits comme la Bible l’indique, peu auraient cru ce récit.

  • Jésus était bien mort ; cela ne faisait aucun doute dans l’esprit de Pilate, du centurion romain, et des administrateurs juifs. Joseph d’Arimathée demanda à Pilate le corps de Jésus pour le placer dans un sépulcre. Pilate convoqua le centenier pour savoir si Jésus était bien mort. Il s’agissait du centurion qui avait reconnu, voyant Jésus rendre Son dernier souffle, qu’il était « le Fils de Dieu ». Joseph d’Arimathée et Nicodème, tous deux membres du sanhédrin, mirent le corps de Jésus dans le tombeau avant le jour saint (Jean 19:38-42).

  • Les principaux sacrificateurs demandèrent à Pilate une garde au sépulcre, apparemment le premier jour des pains sans levain (un jour saint). Ils scellèrent le sépulcre et le gardèrent. Il ne faisait aucun doute dans leur esprit qu’Il était mort !

  • Les femmes de la famille, qui avaient suivi Jésus, étaient convaincues qu’Il était mort. Elles achetèrent des aromates, après le jour saint. Elles les préparèrent avant le sabbat hebdomadaire, ayant l’intention de les ajouter à la myrrhe et à l’aloès que Nicodème avait apportés (Jean 19:39).

  • Plusieurs saints ressuscitèrent au moment de la mort de Jésus. Quelques jours plus tard, quand Jésus eut été ressuscité, ces saints se rendirent à Jérusalem (Matthieu 27:51-53). Beaucoup de personnes, dans la parenté, et maints amis, devinrent des témoins oculaires de la résurrection de ces serviteurs de Dieu. C’était un événement stupéfiant dont furent témoins plusieurs milliers de personnes !

  • Après un autre tremblement de terre, un ange descendit du ciel et roula la pierre bloquant l’entrée du sépulcre. Plusieurs femmes, disciples de Jésus, quittèrent leur domicile très tôt le premier jour de la semaine pour apporter des aromates. Il faisait encore nuit. Avant leur arrivée, les gardes furent effrayés à la vue de l’ange. Leur rapport aux principaux sacrificateurs allait témoigner de l’intervention divine.

  • Des anges parlèrent aux femmes. Avant le lever du soleil, les femmes arrivèrent au sépulcre et constatèrent avec stupéfaction que la pierre en bloquant l’entrée avait été roulée. Les anges confirmèrent la résurrection et leur dirent que Jésus Se rendait en Galilée, comme Il l’avait dit quelques jours avant. Les femmes devaient aller voir les disciples et leur dire que Jésus était ressuscité.

  • Les disciples ne crurent pas les femmes qui leur communiquaient le message des anges. Marie de Magdala leur dit que le corps de Jésus avait disparu.

  • Pierre et Jean coururent au sépulcre pour vérifier ce qui se passait. Apparemment, Jean fut convaincu par ce qu’il y vit. Pierre, lui, ne sut que penser.

  • Le Christ ressuscité apparut en premier à Marie de Magdala près du sépulcre, et plus tard à deux autres femmes, disciples de Jésus. Paul omet de mentionner ces apparitions dans 1 Corinthiens 15, peut-être parce qu’il voulait parler du témoignage d’hommes désignés par le Christ comme témoins officiels (Actes 1:8, 21-22 ; Luc 24:48).

  • Les disciples ne crurent pas Marie, quand elle leur dit que Jésus lui était apparu. Entre-temps, Jésus apparut à un groupe de femmes qui L’avaient suivi. Il leur dit d’avertir les frères d’aller en Galilée.

  • Les soldats reçurent une forte somme d’argent des sacrificateurs et des anciens (du sanhédrin) pour répandre la fausse rumeur que les disciples étaient venus prendre le corps de Jésus. Ils devinrent de faux témoins.

  • Jésus apparut à deux disciples sur le chemin d’Emmaüs. L’un d’eux s’appelait Cléopas. En leur expliquant les prophéties sur le Messie à partir des Écritures, et en prenant un repas avec eux, Jésus les aida à comprendre qu’Il était le Christ ressuscité. Ils s’empressèrent d’aller rejoindre les autres disciples.

  • Les disciples d’Emmaüs parlèrent aux « onze », c’est-à-dire aux apôtres. Mais cela ne veut pas dire que les 11 étaient présents. Quand on poursuit sa lecture, dans Luc 24, on s’aperçoit que Thomas n’était pas présent.

  • Jésus leur apparut, et ils Le touchèrent. Lorsque les deux disciples leur parlèrent de leur expérience, Jésus leur apparut et prit de la nourriture pour leur montrer qu’Il peut se matérialiser dans un corps physique. Il leur montra Ses cicatrices dans Ses mains, Ses pieds, et Son côté, et ils les touchèrent. Il leur reprocha de ne pas avoir cru ceux à qui Il était déjà apparu.

  • Huit jours plus tard, Jésus leur apparut de nouveau – Thomas, cette fois, étant présent. Jean précise qu’Il fit beaucoup de choses en présence de Ses disciples, qui les convainquirent qu’Il était le Christ ressuscité.

  • Les disciples se rendirent en Galilée, où Jésus les rejoignit sur une montagne. Il leur apparut sur les bords de la mer de Galilée. Jésus était déjà apparu à Pierre trois fois.

  • Partis pêcher ? En attendant que Jésus Se montre à eux, Pierre et six autres disciples décidèrent d’aller à la pêche. Jésus remplit miraculeusement leurs filets de 153 gros poissons.

  • Plus de 500 frères virent le Christ en Galilée, dont la plupart vivaient encore quand Paul écrivit 1 Corinthiens 15:6, environ 30 ans plus tard.

  • Jacques et Jude étaient incrédules : Au départ, les demi-frères de Jésus ne croyaient pas qu’Il fut le Christ (Jean 7:3-5). Bien qu’il n’en soit pas directement question dans les Évangiles, Paul nous dit que Jésus apparut à Son demi-frère Jacques. Lorsque la conférence ministérielle d’Actes 15 eut lieu, Jacques était devenu le pasteur de l’Église de Dieu à Jérusalem. Il était devenu un disciple fervent du Christ ressuscité, lui et au moins un autre des demi-frères du Seigneur, Jude.

  • D’autres disciples virent le Christ : Comme le précise Paul, il peut s’agir de ceux qui, en plus des 12, faisaient partie des 120 disciples présents dans la chambre haute le jour de la Pentecôte, en l’an 31. Comme nous l’avons vu plus haut, il y avait plus de 500 frères qui avaient été des témoins oculaires de la présence du Christ ressuscité, en Galilée

  • Les apôtres retournèrent à Jérusalem et poursuivirent leur formation, sous le Christ, jusqu’au terme des 40 jours (Actes 1:1-8). Il leur dit de ne pas s’éloigner de Jérusalem jusqu’à ce qu’ils aient reçu le Saint-Esprit, événement qui eut lieu le jour de la Pentecôte. Une forte croissance se produisit du fait des nombreux miracles et des signes qui eurent lieu, et du fait de la prédication des apôtres.

  • Un ennemi vicieux devient défenseur de la foi. Paul ajouta son nom à la liste des témoins oculaires. Pharisien zélé, il avait violemment persécuté les chrétiens (Galates 1:13-14 ; Actes 8:3). Il avait assisté au martyre d’Étienne et l’avait approuvé. En route pour Damas afin d’arrêter, et de jeter en prison des croyants, il fut frappé d’aveuglement ; le Christ lui apparut. Jésus l’appela à une nouvelle vie, à promouvoir la foi qu’il s’était efforcé de détruire. Paul indique en termes plus ou moins voilés avoir été enseigné par le Christ ressuscité, en Arabie (Galates 1:17).

Des preuves indéniables

Les événements entourant la résurrection de Jésus étaient si significatifs, et furent vécus par des personnes si diverses, qu’il est honnêtement impossible de les nier.

De nombreuses prophéties ont été accomplies par la mort, l’ensevelissement et la résurrection de Jésus ; et nous avons le témoignage solide de maints témoins oculaires. Néanmoins, l’ultime preuve que Jésus est le Sauveur ressuscité de l’humanité est celle des changements qui ont lieu dans nos vies quand Lui et le Père font leur demeure en nous (Jean 14:23).

Christ vivant en nous constitue la preuve indéniable de la résurrection de Jésus. Il le prouve quotidiennement en agissant directement ou indirectement dans nos pensées et dans nos vies. Et si Jésus vit en nous, nous aussi nous serons, dans un avenir proche, glorifiés lors d’une résurrection (Romains 8:9-11).