Cinq croyances préjudiciables à propos de Jésus-Christ

Non seulement ces croyances religieuses courantes ne sont pas bibliques, mais elles nuisent à notre compréhension du rôle de notre Roi Sauveur.

Je pensais autrefois que si un grand nombre de personnes croyaient quelque chose, il y avait de fortes chances pour que ce soit vrai ; et que si seulement un nombre limité d’individus croyaient quelque chose, c’était probablement faux.
Dans notre monde de post-vérité habitué aux actualités tendancieuses et aux caisses à résonnance de médias sociaux, on ne peut certes pas se baser sur des chiffres de sondages pour connaître la vérité. Et lorsqu’il s’agit de vérités spirituelles, ce n’est pas non plus sur ces méthodes que se base la Bible. Dieu a établi des principes et des plans éternels que ne modifient pas la crédulité ou l’incrédulité humaine. Dieu n’établit pas la moralité en se basant sur la majorité des opinions ou les positions doctrinales populaires.
 

La Source de la vérité

Dieu a tout créé ; Il est amour, et vérité. Nous ayant créés, Il sait ce qui est préférable pour nous et – dans Son Manuel d’instructions, la Bible – Il nous dit sans ambages de quoi il en retourne.
Or, avec les milliers d’Églises qui existent, avec toutes ces croyances diverses, de nombreuses croyances nuisibles sont apparues depuis que Christ est venu sur terre.
Quelles sont les croyances qui sont justes ? Jésus a dit : « Ta parole est la vérité » (Jean 17:17). Nous devons donc consulter la Bible pour avoir la vérité à propos de Dieu et de la manière dont Il veut que nous vivions.
Les Églises ne puisent-elles pas leurs croyances dans la Bible ? Si c’est le cas, pourquoi ne s’entendent-elles pas entre elles ? Et tout ce qu’elles enseignent s’appuie-t-il sur la Bible ?
 

Cinq croyances courantes

Examinons cinq croyances fort répandues, et vérifions ce que la Bible en dit. Se peut-il que tant de chrétiens – voire la majorité des chrétiens – se méprennent à propos de Christ ? Se peut-il que certaines traditions séculaires soient erronées ? Se peut-il que certaines croyances et certains dogmes théologiques, bien que sincèrement adoptés, nuisent à notre compréhension de notre Seigneur et Sauveur et à nos rapports avec Dieu ?
 

Premier croyance préjudiciable: Jésus n’était pas parfait

D’après une enquête menée par le groupe Barna, plus de la moitié des Américains (52%) sont d’avis que Jésus « commit des péchés comme n’importe qui d’autre ». Si c’est le cas, la Bible a tort et Jésus ne pourrait pas être notre Sauveur. Et sans Sauveur, il n’y aurait plus aucun espoir pour nous.
 
De nombreux versets insistent clairement sur le fait que nous avons un Sauveur parfait, mais nous n’en citerons qu’un : À propos de Jésus, il est écrit : « Nous n’avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses ; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché » (Hébreux 4:15 ; c’est nous qui soulignons tout au long).
 
Jésus, le Fils de Dieu qui Se dépouilla pour un temps des privilèges d’être Dieu dont Il avait jouis de toute éternité S’est abaissé au point de faire l’expérience de la vie humaine, comme nous (Philippiens 2:5-8). Il subit des tentations, sans jamais y succomber – et ne pécha jamais. Néanmoins, Il comprend ce que nous traversons, et Il nous aime à tel point qu’Il était disposé à payer une amende qu’Il ne méritait pas. Il est mort à notre place pour payer l’amende de nos fautes.
 
Penser que Jésus était un pécheur est hautement préjudiciable et c’est une croyance hérétique. Si nous ne croyons pas qu’Il était sans péché – comme le révèle la Bible – comment pouvons-nous croire qu’Il pardonnera tous nos péchés, comme elle le déclare (Actes 2:28) ?

Deuxième croyance préjudiciable : Jésus nous aime tellement que cela ne Le dérange pas si nous péchons.

On a demandé à des Américains ce qu’ils pensent de la déclaration suivante : « Même le plus petit péché mérite la damnation éternelle ! » Soixante-et-un pour cent d’entre eux ont déclaré ne pas être d’accord du tout (Ligonier Ministries and LifeWay Research).
 
Bien des gens pensent que le péché n’est pas si grave, ou que Jésus n’y attache pas beaucoup d’importance. Certes, Jésus nous aime, mais la Bible précise bien que si nous péchons, Il S’en soucie énormément. C’est le péché qui L’a tué – nos péchés !
 
Pourquoi cela Le dérange-t-il autant ? Réfléchissez bien à la définition du péché : C’est la transgression de la loi que Dieu a instituée pour nous (1 Jean 3:4 ; Deutéronome 10:13). Quand nous transgressons Ses principes, le mal en résulte. Le péché est la cause initiale de tout mal et de toute souffrance.
 
En plus de toutes les souffrances que provoque le péché dans nos vies, sa voie conduit à la mort. « le salaire du péché, c’est la mort » (Romains 6:23). Tout péché est le contraire de l’amour, l’opposé de la nature divine. Dieu le hait !
 
Notre Père céleste et Christ nous aiment tellement que Jésus est mort à notre place pour nous donner un nouveau départ. Cela ne veut pas dire que cela ne Le dérange pas si nous continuons de pécher (Romains 6:1-2). À la femme surprise en flagrant délit d’adultère, Jésus fit une déclaration qui s’adresse à nous tous : « Va, et ne pèche plus » (Jean 8:11).
 
Christ nous aime tellement qu’Il veut que nous nous repentions de nos péchés (Marc 1:15) et nous efforcions d’observer Ses commandements (Matthieu 19:17 ; Jean 15:10).
 

Troisième croyance préjudiciable : Satan a le dessus

Quand on songe au nombre d’êtres humains – dans le passé comme à présent – se disant chrétiens, comparé au restant, il semblerait que Satan est vainqueur. Néanmoins, le sera-t-il indéfiniment ? Et la plupart des êtres humains sont-ils perdus à jamais ? Il est écrit que Dieu « veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité » (1 Timothée 2:4). Mais s’agit-il d’un désir non fondé de la part d’un Être qui semble perdre la majorité des gens au profit de Satan ?
 
La Bible révèle qu’effectivement une bataille fait rage (Luc 4:1-13 ; Apocalypse 12:7-12), mais Dieu en maîtrise les moindres aspects, y compris son issue finale. Par exemple, dans le livre de Job, le diable a dû demander à Dieu la permission d’infliger les épreuves qu’il souhaitait infliger à Job (Job 1:11-12 ; 2:4-6).
 
Vérifiez qui est maître de la situation, d’après les passages suivants :
  • « Tu crois qu’il y a un seul Dieu, tu fais bien ; les démons le croient aussi, et ils tremblent » (Jacques 2:19).
  • « Soumettez-vous donc à Dieu ; résistez au diable, et il fuira loin de vous » (Jacques 4:7).
  • « Et le diable, qui les séduisait, fut jeté dans l’étang de feu et de soufre, où sont [où avaient été jetés] la bête et le faux prophète. Ils seront tourmentés jour et nuit, aux siècles des siècles » (Apocalypse 20:10).
Dans ce dernier passage, Satan est mentionné pour la dernière fois. Il est clair que Dieu gagne !
 

Quatrième croyance préjudiciable : Tous ceux qui n’ont jamais entendu le nom de Jésus brûleront éternellement en enfer.

Par rapport au point précédent, nous devons nous demander ce qu’il adviendra des milliards de gens qui n’ont jamais entendu le nom de Jésus-Christ – le seul nom par lequel nous puissions être sauvés. Comme l’a écrit l’apôtre Pierre, « Il n’y a de salut en aucun autre ; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés » (Actes 4:12).
 
Certains croyants répondent en disant qu’ils ne sont pas d’accord avec ce qu’a écrit Pierre. Dans un sondage effectué par LifeWay Research Survey, 26% des personnes interrogées ont déclaré, en substance, que « Si une personne recherche Dieu sincèrement, elle peut obtenir la vie éternelle par d’autres religions que le christianisme ».
 
La plupart des fidèles approuvent la condition biblique qu’il faut connaître Christ. Cela soulève la question suivante : « Qu’adviendra-t-il des êtres humains qui n’ont jamais entendu parler de Christ et, par conséquent, n’ont jamais compris Son enseignement et de ce fait n’ont jamais eu l’occasion de s’y conformer ? » Si l’on en croit les enseignements de beaucoup d’Églises, ces gens-là vont souffrir éternellement en enfer.
 
Beaucoup de problèmes nuisibles sont attachés à cette croyance. Elle fait de Dieu un Être injuste et même cruel. Elle s’appuie sur des enseignements non bibliques comme le concept grec ancien de l’immortalité de l’âme et sur la description poétique et satyrique de Dante Alighieri d’un feu éternel qui torture ces âmes pour l’éternité.
 
La Bible, elle, déclare que « l’âme qui pèche, c’est celle qui mourra » et que « tous les hautains et tous les méchants seront comme du chaume ; le jour qui vient les embrasera » (Ézéchiel 18:1 ; Malachie 4:1). L’apôtre Paul a établi le contraste entre la mort et le don de la vie éternelle. Mourir de la seconde mort, c’est périr, cesser définitivement d’exister (Apocalypse 20:14 ; Jean 3:16), ne pas hériter la vie éternelle et se retrouver dans un endroit différent, et douloureux.
 
Il est clair, d’après la Bible, que Satan n’est pas vainqueur et qu’il va tout compte fait être mis hors d’état de nuire, et chaque être humain ayant jamais vécu aura la possibilité d’être sauvé. C’est là l’une des vérités les moins comprises de la Bible, et pourtant, c’est un lien essentiel au merveilleux plan divin.
 

Cinquième croyance préjudiciable : Jésus n'est roi que figurativement

Beaucoup d’Églises enseignent que le règne millénaire de Christ n’est que figuratif. Les « amillénnialistes »  ne croient pas que Jésus sera Roi de toute la terre pendant mille ans, comme promis dans Apocalypse 20:4.  

Pourtant, Jésus dit au gouverneur romain Pilate qu’Il était né pour devenir roi (Jean 18:37). Son royaume n’est pas [encore] « de ce monde » (verset 36) – pas « d’origine ou de nature terrestre » (Thayer’s Greek Lexicon). Il sera d’origine céleste, mais la Bible indique clairement que Christ va revenir sur terre (Zacharie 14:4 ; Actes 1:11 ; Apocalypse 1:7 ; 11:15 ; 19:11-21). Ses disciples aussi s’assiéront sur des trônes pour juger les 12 tribus d’Israël (Luc 22:29-30).

Jésus a dit que les humbles de cœur « hériteront la terre » (Matthieu 5:5) et que c’est ce qu’ils feront littéralement quand le Royaume de Dieu englobera le monde entier. Jésus nous a aussi demandé de prier régulièrement « Que ton règne vienne » (Matthieu 6:10).

Si nous ne croyons pas que Christ va revenir en tant que Roi des rois pour régner sur la terre, nous ne nous préparerons pas à Le seconder. Jésus nous a averti de veiller, d’être prêts, fidèles, sages, de servir, d’être généreux (Matthieu 24:42-47; 25:34-36; Luc 21:34-36). Le Millenium et le Royaume de Dieu sont des aspects clés du plan divin – et Ses disciples doivent les adopter.

La parole de vérité

Se méprendre sur Christ et sur les enseignements de la Bible est  étonnamment courant (comme l’indique notre rubrique « Christ face au christianisme »). Ne vous contentez pas de nous croire. Effectuez vous-même des recherches dans la Bible afin de prouver ce que nous vous disons, comme le faisaient les chrétiens de Bérée, qui « examinaient chaque jour les Ecritures, pour voir si ce qu’on leur disait était exact » (Actes 17 :11).

Priez Dieu de vous aider à bien comprendre « la parole de la vérité » et être enseigné, convaincu, corrigé, instruit dans la justice qu’Il vous offre (2 Timothée 2:15 ; 3:16). Ainsi, au lieu d’être trompé par des croyances non bibliques, vous  deviendrez « accompli et propre à toute bonne œuvre » (2 Timothée 3:17).