Le sens des paraboles de Jésus : Les apparences sont trompeuses !

On prétend souvent que Jésus Se servait de paraboles pour rendre des vérités spirituelles plus pertinentes, pour les expliquer. Or, d’après la Bible, ce n’est pas du tout le cas.

Imaginez la scène.

« Il y a un nouveau venu dans le village. Il a accompli plusieurs guérisons impressionnantes d’aveugles et d’handicapés. Et parfois, Ses amis et Lui distribuent gratuitement de la bonne nourriture. On dit que ce qu’il prêche diffère considérablement de ce qu’enseignent les autres dirigeants religieux comme les scribes et les pharisiens. Allons vérifier ce qu’Il fait. Il est à présent au bord du lac ! »

Une histoire d’agriculteur

« Ce même jour, Jésus sortit de la maison, et s’assit au bord de la mer. Une grande foule s’étant assemblée auprès de lui, il monta dans une barque, et il s’assit. Toute la foule se tenait sur le rivage. Il leur parla en paraboles sur beaucoup de choses, et il dit :

« Un semeur sortit pour semer. Comme il semait, une partie de la semence tomba le long du chemin : les oiseaux vinrent, et la mangèrent. Une autre partie tomba dans les endroits pierreux, où elle n’avait pas beaucoup de terre : elle leva aussitôt, parce qu’elle ne trouva pas un sol profond ; mais, quand le soleil parut, elle fut brûlée et sécha, faute de racines. 

« Une autre partie tomba parmi les épines : les épines montèrent, et l’étouffèrent. Une autre partie tomba dans la bonne terre : elle donna du fruit, un grain cent, un autre soixante, un autre trente. Que celui qui a des oreilles pour entendre entende » (Matthieu 13:1-9).

C’est cela, Son message ?

Ce jour-là, c’est ce que la foule entendit ! Une courte histoire sur un agriculteur semant des graines sur des terrains divers, et sur la productivité de chacun des sols. À présent, on appelle souvent cette histoire « la parabole du semeur ».

Mais que signifiait-elle ?

Ses disciples voulaient savoir

Après que Jésus ait donné ce bref message à la foule, Ses disciples Lui demandèrent : « Pourquoi leur parles-tu en paraboles ? » (verset 10)

Rien d’étonnant ! Ces derniers devaient se dire que s’ils ne comprenaient pas ce dont Il  parlait, la foule – elle non plus – n’avait pas dû tirer grand-chose de cette parabole.

Jésus répondit : « Il vous a été donné de connaître les mystères du royaume des cieux, et […] cela ne leur a pas été donné » (verset 11).

Il précisa que puisque la multitude préférait ignorer la signification spirituelle de la vérité, Il allait lui parler de manière à voiler le sens de ce qu’Il dirait à la majorité des gens. Lisez les versets 12 à 17 (Matthieu 13:12-13, 14-15, 16-17).

La réponse de Jésus à Ses disciples révèle deux vérités étonnantes, souvent négligées. La première étant que Dieu ne cherche pas à sauver tout le monde à présent ; notre époque n’est pas la seule époque de salut. La seconde vérité étant qu’une infime minorité est appelée par Dieu dans l’ère présente et qu’elle seule comprend ce que représente le Royaume de Dieu.

Un monde séduit, spirituellement endurci

L’apôtre Jean a précisé que Satan a séduit le monde entier (Apocalypse 12:9), y compris des millions de croyants et le clergé. La plupart des gens sont satisfaits de la connaissance qui a été transmise d’une génération à l’autre.

Ils ont élaboré leurs propres systèmes et leurs propres croyances ; ils en sont satisfaits, et ils ne souhaitent pas être dérangés ou qu’on remette en question ou contredise leurs croyances et leur mode de vie. « Car le cœur de ce peuple est devenu insensible ; Ils ont endurci leurs oreilles, et ils ont fermé leurs yeux » (Matthieu 13:15).

Cet endurcissement causé par Satan remonte à nos premiers parents, Adam et Ève. Ces derniers décidèrent de croire le serpent – Satan – plutôt que Dieu. Et c’est le modèle qu’a suivi, depuis, lors, l’humanité dans son ensemble. Dieu l’a permis. Il savait que beaucoup de gens préféreraient suivre leur propre voie avant d’essayer la Sienne. L’une des grandes leçons de l’histoire est que les voies humaines ne donnent pas de bons résultats. Le moment venu, l’humanité s’assagira et sera prête à essayer une autre voie – celle de Dieu – menant à une meilleure vie physique et tout compte fait à la vie éternelle.

Sachant que plus nous en savons et plus nous sommes responsables (Luc 12:48), Jésus S’adressa moins clairement à la multitude. C’était miséricordieux de Sa part. Il allait S’occuper d’elle plus tard. Tous les êtres humains ayant vécu sans comprendre le message que Jésus communiqua revivront un jour, à une époque où l’endurcissement spirituel ne sera plus un obstacle à la compréhension de la vérité divine. (Pour en savoir plus à ce sujet, lire nos articles « Combien de gens sont perdus à jamais » et « Christ n’a pas condamné les non-chrétiens à l’enfer ». 

« Heureux sont vos yeux »

Ces disciples de Christ étaient en mesure de comprendre. Leur aveuglement spirituel avait été ôté.

« Les disciples s’approchèrent, et lui dirent : Pourquoi leur parles-tu en paraboles ?  Jésus leur répondit : Parce qu’il vous a été donné de connaître les mystères du royaume des cieux, et que cela ne leur a pas été donné » (Matthieu 13:10-11).

Et Jésus d’ajouter : « Mais heureux sont vos yeux, parce qu’ils voient, et vos oreilles, parce qu’elles entendent ! Je vous le dis en vérité, beaucoup de prophètes et de justes ont désiré voir ce que vous voyez, et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l’ont pas entendu » (versets 16-17).

Ils pouvaient voir ce que la plupart des gens ne pouvaient voir.

Qu’en est-il de vous ? Comprenez-vous ce que vous lisez sur ce site ? Ce que vous découvrez dans la Bible vous parait-il logique ? Si c’est le cas, il y a de fortes chances que Dieu ouvre vos yeux comme Il le fit pour les premiers disciples. Comme Il l’a toujours fait, sur les milliards d’individus vivant sur terre à présent, Il choisit un petit nombre de personnes à qui Il permet, avant la majorité, de comprendre Son plan merveilleux de salut.

Dieu doit d’abord appeler

« Si notre Evangile est encore voilé, il est voilé pour ceux qui périssent ; pour les incrédules dont le dieu de ce siècle a aveuglé l’intelligence, afin qu’ils ne voient pas briller la splendeur de l’Evangile de la gloire de Christ, qui est l’image de Dieu » (2 Corinthiens 4:3-4).

Ce qui était vrai à l’époque l’est toujours à présent. L’humanité dans son ensemble – « toute la terre » (Apocalypse 12:9) – est spirituellement aveugle, ne pouvant comprendre l’Évangile que Jésus proclama, et que Paul et les serviteurs de Christ par la suite, n’ont cessé de prêcher.

Cet endurcissement subsiste jusqu’à ce que Dieu intervienne dans la vie d’une personne et lui permette de comprendre Sa vérité. Jésus a dit : « Nul ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire ; et je le ressusciterai au dernier jour » (Jean 6:44). Ce qu’Il précise de nouveau, quelques versets plus loin : « C’est pourquoi je vous ai dit que nul ne peut venir à moi, si cela ne lui a été donné par le Père » (verset 65).

La plupart des gens, de nos jours, ne répondent pas à l’appel de Dieu (Matthieu 22:14), mais quelques-uns sont invités par Dieu le Père à devenir membres de l’Église que Christ a promis à Ses disciples de fonder (Matthieu 16:18). S’ils répondent à cette invitation, Dieu ôte de leurs yeux le voile qui les aveuglait spirituellement.

« Ils sont devenus durs d’entendement. Car jusqu’à ce jour, le même voile demeure quand ils font la lecture de l’Ancien Testament, et il ne se lève pas, parce que c’est en Christ qu’il disparaît […]  mais lorsque les cœurs se convertissent au Seigneur, le voile est ôté » (2 Corinthiens 3:14, 16). Pour en savoir plus sur ce sujet, lire notre article Appelés et élus.

« Que celui qui a des oreilles pour entendre entende »

Le voile d’endurcissement avait été ôté des yeux et des oreilles des disciples de Jésus.

« Puis il dit : Que celui qui a des oreilles pour entendre entende » (Marc 4:9). Il le répète quelques versets plus loin : « Si quelqu’un a des oreilles pour entendre, qu’il entende » (verset 23). Une oreille qui entend est un don de Dieu, mais l’on doit décider ce qu’on va en faire. Nous devons choisir d’écouter. Nous devons prêter attention à ce que Dieu veut que nous apprenions.

Puis Jésus leur dit : « Prenez garde à ce que vous entendez » (verset 24 ; c’est nous qui soulignons). N’écoutez pas n’importe qui ni n’importe quoi. Il y a des faux prophètes. Adam et Ève auraient dû écouter plus attentivement ce que Dieu leur avait dit ; ils n’auraient pas écouté le serpent. Nous devrions toujours comparer ce qu’on nous dit à ce que la Bible déclare. Soyez sélectif dans ce que vous lisez et écoutez.

Comme Luc le précise, Jésus a également dit : « Prenez donc garde à la manière dont vous écoutez » (Luc 8:18). Nous décidons d’écouter ou de ne pas écouter ; ce que nous écoutons ; et la manière dont nous écoutons.

La manière dont nous écoutons est importante. Nous devons prendre au sérieux ce que Dieu a écrit pour nous. Mais ce n’est qu’un début. À quoi sert la connaissance si nous ne la pratiquons pas ? Nous devons mettre en pratique la parole, et ne pas nous borner à l’écouter (Jacques 1:22).

Si vous commencez à comprendre ces vérités merveilleuses, nous vous disons : « heureux sont vos yeux ! », car vous commencez à voir et à comprendre des choses que la majorité des gens ne voient pas encore et ne comprennent pas encore. Nous serions heureux de vous aider alors que vous vous engagez dans la voie spirituelle qui mène au Royaume de Dieu. Embarquez-vous pour nos parcours bibliques, à commencer par notre Parcours 1 : Connaître Dieu