Le message du Messie : Repentez-vous

Après avoir expliqué que le temps était accompli, et que le Royaume de Dieu était proche, Jésus exhorta le peuple à se repentir. Que voulait-Il dire par cela ?

Les deux premières explications que Jésus donna quand Il prêchait l’Évangile du Royaume de Dieu – « Le temps est accompli » et « le royaume de Dieu est proche » – ont été traitées précédemment dans cette revue. Nous en venons maintenant au premier de deux ordres que Jésus donna : « Repentez-vous » (Marc 1:15).
 
Dans l’article précédent de cette série, nous avons vu que « la chair et le sang ne peuvent hériter le royaume de Dieu » (1 Corinthiens 15:50). Notre corps physique doit être changé en un « corps spirituel » (verset 44) si nous voulons faire partie de ce Royaume.
 
Obéir à l’ordre de Christ de nous repentir est la première étape du processus nous préparant à passer d’un corps de chair et de sang à un corps spirituel. Ce changement est nécessaire pour que nous devenions membres de la famille immortelle de Dieu et des dirigeants dans Son Royaume éternel (Jean 1:12 ; Apocalypse 1:6 ; 5:10).
 

Un thème-clé

Encourager les gens à se repentir de leurs péchés faisait partie intégrante de l’Évangile que Jésus proclamait. Faisant allusion à deux évènements où plusieurs personnes avaient péri, Jésus déclara : « Je vous le dis […] si vous ne vous repentez, vous périrez tous également » (Luc 13:3, 5 ; c’est nous qui soulignons, tout du long). Par la suite, « il se mit à faire des reproches aux villes dans lesquelles avaient eu lieu la plupart de ses miracles, parce qu’elles ne s’étaient pas repenties » (Matthieu 11:20). 
 
L’histoire révèle que les disciples que Jésus forma « prêchèrent la repentance » (Marc 6:12). Comme Pierre l’expliqua par la suite, le repentir et le baptême sont les étapes initiales que tout chrétien doit franchir quand il pratique l’Évangile (Actes 2:38).
 

Une autre mentalité ; un comportement différent 

Dans le Nouveau Testament, dans l’original, lorsqu’il est question de se repentir, il s’agit de « se comporter autrement dans la vie, du fait que l’on a une autre conception du péché et de la justice » (J.P. Louw et Eugene Nida, Greek-English Lexicon of the New Testament Based on Semantic Domains, 1988). La personne qui se repent se rend compte qu’elle a péché – transgressé les lois saintes et bénéfiques de Dieu – et qu’elle doit changer.
 

Des étapes-clés du repentir

Quelles étapes précises doit-on franchir pour se repentir ? La Bible indique plusieurs mesures à prendre pour y parvenir :

  • Reconnaissez devant Dieu que vous avez péché. Bien que, d’après l’Écriture, tous pèchent (Romains 3:23), nous n’aimons pas admettre personnellement que nous avons transgressé les lois saintes et bénéfiques de notre Créateur. Bien qu’elle soit difficile, cette première étape est celle que nous devons franchir d’abord pour nous repentir.
     
  • Demandez à Dieu de vous aider. Bien que nous pensions pouvoir accomplir tout ce que nous voulons, en vérité, nous avons besoin de l’aide divine pour nous repentir. Le repentir est un don de Dieu (2 Timothée 2:25). C’est Lui qui pousse les gens à se repentir (Romains 2:4).
     
  • Mettez-vous à pratiquer les lois divines. De par nature, nous n’aimons pas obéir à Dieu, mais nous devons lutter contre notre nature rebelle et garder les commandements de Dieu (Romains 8:7, 13 ; Matthieu 19:17)
     
  • Continuez de vous repentir. Même après que nous soyons baptisés et que nous ayons reçu le Saint-Esprit, il nous arrive encore de pécher occasionnellement. Et quand c’est le cas, nous devons confesser nos péchés à notre Père céleste (1 Jean 1:7-10) et prendre la ferme résolution de ne plus les commettre (Romains 6:1-2).

Pour en savoir plus sur ce qu’implique le repentir, consulter notre article intitulé Que signifie se repentir ? sur VieEspoirEtVerite.org

L’appel, et le désir de se repentir – de vivre autrement – vient de notre Père céleste (Jean 6:44). Comme Paul l’écrivit aux chrétiens de Rome, « Méprises-tu les richesses de sa bonté, de sa patience et de sa longanimité, ne reconnaissant pas que la bonté de Dieu te pousse à la repentance ? » (Romains 2:4) 
 
Bien que notre prise de conscience du besoin pour nous, de changer, survienne de diverses manières – comme à un moment significatif dans notre vie ; à un moment de contemplation ; après avoir entendu une présentation émouvante ; ou par l’exemple d’un ami – elle est toujours marquée par un changement de cœur, c’est-à-dire dans notre façon de penser (Actes 2:37). Au lieu d’ignorer les directives divines, comme nous l’avions fait jusque-là, nous nous mettons à vouloir en savoir toujours plus sur les lois divines et nous cherchons à tout prix à nous y conformer. La ligne de vie divine devient la nôtre ; nous aimons les instructions divines et nous souhaitons à tout prix faire ce qu’Il attend de nous (1 Jean 5:3).
 
Conscients du fait qu’un changement énorme a lieu dans notre façon de penser quand nous nous repentons de nos péchés, certains se sont mis à décrire cet événement comme un événement consistant à « donner son cœur au Seigneur ». S’il est vrai que notre cœur a énormément affaire avec ce processus, il faut bien comprendre que le repentir est loin de se limiter à l’émotion d’un moment. Quand nous nous repentons sincèrement, nous agissons aussi en conséquence – en vivant pieusement pour le restant de nos vies. Le vrai repentir n’est pas un événement isolé. C’est une manière de penser et de vivre continuelle, conformément aux instructions divines se trouvant dans la Bible.
 

De quoi se repent-on ?

Si nous souhaitons obéir au commandement de Christ de se repentir, nous devons aussi comprendre de quoi l’on doit se repentir. Nous devons, évidemment, nous repentir de nos péchés – de ce que nous avons ignoré ou transgressé la loi de Dieu. Comme l’apôtre Pierre l’expliqua à la foule, à Jérusalem, « Repentez-vous donc et convertissez-vous, pour que vos péchés soient effacés » (Actes 3:19).
 
La Bible explique que le péché est la transgression de la loi (1 Jean 3:4). De ce fait, quels sont les péchés que Christ dit aux gens de Son temps, et du nôtre, de se repentir ? En voici quelques-uns :
 
Hélas, une foule de croyants, au sein du christianisme traditionnel, n’ont plus la moindre idée de ce qu’est le péché. On enseigne, ou on approuve, un certain nombre d’actions dont Christ veut qu’on se repente. Les nobles traits que sont la tolérance, l’amour et le respect ont été à tel point déformés et mal appliqués qu’on croit souvent, à présent, que Jésus approuve les comportements qui étaient des péchés au premier siècle, et continuent d’en être.
 
On a beau avoir le cœur vivement touché, et être ému, par le message du Messie, trop souvent, de nos jours, on continue – à tort – de vivre contrairement aux enseignements divins. Ceux qui négligent de comprendre – ou sont incapables de comprendre – ce que représente en fait le repentir, lequel implique nos cœurs à fond et sous-entend que nous obéissons aux instructions bibliques, ne réagissent pas comme ils le devraient à l’ordre de Christ de se repentir.
 
Dieu n’a pas changé d’avis à propos de ce que c’est que le péché (Malachie 3:6 ; Hébreux 13:8). Pour nous repentir, nous devons accepter la définition divine du péché, et agir en conséquence.
 

Le baptême

D’après la Bible, quand on se repent sincèrement de ses péchés, on n’a qu’une envie : se faire baptiser. Comme Pierre l’expliqua à la foule rassemblée à Jérusalem pour la Pentecôte, en l’an 31, « Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, à cause du [ou pour le] pardon de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint-Esprit. » (Actes 2:38).
 
Quand nous sommes baptisés, nous sommes lavés de nos péchés (Actes 22:16). Le Saint-Esprit nous aide à comprendre les instructions divines éternelles, en dépit de la confusion religieuse qui règne dans le monde (Jean 16:13 ; 1 Jean 5:19). Cette puissance d’en haut, issue de Dieu (Luc 24:49), élimine notre aveuglement spirituel (2 Corinthiens 3:14-16 ; Éphésiens 4:18) ; et quand nous la recevons, lors du baptême, elle nous identifie comme « enfants de Dieu » (Romains 8:9, 14,16).
 
En plus de ces merveilleux bénéfices issus de la présence, en nous, du Saint-Esprit, il y a une autre bénédiction significative que Dieu nous accorde quand Son Esprit agit en nous ; la garantie que nous recevrons la vie éternelle. Comme Paul l’a écrit, « Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous » (Romains 8:11).
 
La nouvelle vie que nous recevrons sera éternelle. Et comme Paul l’a précisé, cette vie-là nous sera accordée quand nos corps mortels, formés de la poussière du sol, seront changés en corps immortels, similaires – dans leur composition – à celui de Dieu (1 Corinthiens 15:35-53 ; 1 Jean 3:1-2).
 
Le repentir et le baptême, pour la rémission de nos péchés, nous permettant de recevoir le Saint-Esprit, sont donc des étapes nécessaires à franchir pour entrer dans le Royaume de Dieu. Nous le répétons : Jésus a bien dit : « Je vous le dis […] si vous ne vous repentez, vous périrez tous également » (Luc 13:3).
 
Dans le dernier article de cette série, nous examinerons l’ordre de Christ « Croyez à la bonne nouvelle [l’Évangile] » (Marc 1:15).
 
Pour en savoir plus sur ce sujet, consulter notre article dans VieEspoirEtVerite.org intitulé « Que signifie se repentir ? » et ceux affichés dans notre section sur le baptême.