Que ton règne vienne !

En quoi le royaume de Dieu est-il si important ? Pourquoi Jésus nous a-t-Il dit de prier «Que ton règne vienne» ?

Peu après que Jésus ait débuté Son ministère, Ses disciples Lui demandèrent comment prier. Il leur donna ce qu’on appelle communément  « Le Notre Père » – un schéma indiquant pour quoi l’on devrait prier – les principales rubriques à couvrir dans nos prières (plutôt qu’une prière toute faite à répéter machinalement).

Après leur avoir expliqué qu’ils devaient adresser leurs prières à Dieu le Père, Il leur dit de demander ce qui suit : « Notre Père qui es aux cieux ! Que ton nom soit sanctifié ; que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel » (Matthieu 6:9-10 ; c’est nous qui soulignons tout au long de cet article). Pourquoi prier « Que ton règne vienne » ?

Jésus proclamait souvent le Royaume de Dieu. Dans Matthieu 24:14, Il nous a dit que « cette bonne nouvelle [cet Évangile] du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin ». Il nous a également dit : « Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu » (Matthieu 6:33). Pourquoi ?

Il a précisé qu’au temps de la fin, « la détresse sera si grande qu’il n’y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et qu’il n’y en aura jamais. Et, si ces jours n’étaient abrégés, personne ne serait sauvé ; mais, à cause des élus, ces jours seront abrégés » (Matthieu 24:21-22). Qu’est-ce que cela signifie pour nous ? Pourquoi l’humanité va-t-elle être sur le point de s’autodétruire ?

Les hommes ne peuvent résoudre les problèmes les plus ardus de la vie

Six millénaires d’histoire humaine ont démontré que les hommes sont incapables de résoudre leurs problèmes entre eux, recourant toujours à la guerre. « Bien que les guerres aient été pratiquement constantes entre humains (on a calculé qu’au cours des 3 500 dernières années, il n’y a eu que 230 ans de paix dans le monde civilisé), ce sont les 100 dernières années dont on se souviendra indubitablement comme le siècle des guerres. De tous les décès enregistrés sur les champs de bataille au cours des 500 dernières années, les ¾ ont eu lieu au 20e siècle – soit près de 26 millions lors de la Première Guerre mondiale et 53 millions lors de la Seconde » (Michael C. Kearl, Encyclopedia of Death and Dying).  

Reconnaissant la propension humaine à guerroyer, certains ont suggéré que les guerres sont normales – et même nécessaires – et de nature à procurer à l’humanité les quelques années de paix qu’elle a connues. Forts de cette philosophie, les êtres humains se font la guerre pratiquement continuellement. Quand on croit qu’il faut se battre, on fait la guerre.

Les faiblesses du raisonnement humain

Le prophète Jérémie a expliqué le problème du raisonnement humain qui ne tient pas compte de Dieu: «  Je le sais, ô Eternel ! La voie de l’homme n’est pas en son pouvoir ; ce n’est pas à l’homme, quand il marche, à diriger ses pas » (Jérémie 10:23).

Ce que Jérémie veut dire, c’est que l’homme ne sait généralement pas comment se gouverner et prendre de bonnes décisions. Bien que la psychologie moderne nous conseille de nous livrer à l’introspection pour résoudre les problèmes de la vie, en fait, nous n’en possédons pas toujours les réponses. Il est écrit, dans le livre des Proverbes : « Telle voie paraît droite à un homme, mais son issue, c’est la voie de la mort » (Proverbes 14:12). 

Ce qu’on ignore généralement, c’est que les problèmes les plus épineux de l’humanité sont de nature spirituelle.  Hélas, nos raisonnements et nos comportements s’opposent à la ligne de vie divine.

Évoquant cette faiblesse humaine, l’apôtre Paul a écrit : L’affection de la chair [notre mentalité humaine], c’est la mort, tandis que l’affection de l’Esprit, c’est la vie et la paix ; car l’affection de la chair est inimitié contre Dieu, parce qu’elle ne se soumet pas à la loi de Dieu, et qu’elle ne le peut même pas » (Romains 8:6-7).

Plusieurs siècles auparavant, le prophète Ésaïe dit à l’ancien Israël : « Ce sont vos crimes qui mettent une séparation entre vous et votre Dieu […] vos mains sont souillées de sang, et vos doigts de crimes ; vos lèvres profèrent le mensonge, votre langue fait entendre l’iniquité.  Nul ne se plaint avec justice, nul ne plaide avec droiture ; ils s’appuient sur des choses vaines et disent des faussetés, ils conçoivent le mal et enfantent le crime » (Ésaïe 59:2-4).

Décrivant ce qui se produit quand le peuple rejette Dieu, le prophète poursuit : « Nous avons été coupables et infidèles envers l’Eternel, nous avons abandonné notre Dieu ; nous avons proféré la violence et la révolte, conçu et médité dans le cœur des paroles de mensonge ; et la délivrance s’est retirée, et le salut se tient éloigné ; car la vérité trébuche sur la place publique, et la droiture ne peut approcher. La vérité a disparu, et celui qui s’éloigne du mal est dépouillé. L’Eternel voit, d’un regard indigné, qu’il n’y a plus de droiture » (versets 13-15).

Le mensonge

À mesure que nous approchons de la fin de l’ère présente devant précéder immédiatement le retour de Christ sur terre, le refus de l’humanité d’obéir à Dieu – et les raisonnements tordus qui accompagnent ce choix – va en pousser beaucoup à croire à un faux dirigeant religieux.

Dans 2 Thessaloniciens 2, il est en effet question d’un individu qui – au temps de la fin – doit en séduire beaucoup, s’asseyant dans le temple de Dieu et se proclamant Dieu. D’après le verset 11, « Aussi Dieu leur envoie-t-il une puissance d’égarement, pour qu’ils croient au mensonge » (verset 11).

Ce que ce verset veut dire, c’est que Dieu va laisser les hommes agir à leur guise, faire leurs propres choix, y compris celui de Le rejeter et de rejeter Ses directives ; Dieu ne les séduira pas délibérément. Quand les hommes optent pour leurs voies au lieu de celles de Dieu, ils deviennent incapables de prendre de bonnes décisions. La pratique moderne des nations consistant à éloigner Dieu et la Bible du public illustre bien cela. À mesure que Dieu et Ses voies sont laissés de côté, les humains perdent les conseils spirituels dont ils ont désespérément besoin.

Le rejet de Dieu a ses conséquences

Le récit d’Adam et Ève dans le jardin d’Eden révèle que les humains ont perdu leur aptitude à prendre de bonnes décisions. Au commencement, dans Genèse 2:15-17, il est écrit que Dieu était – et est – maître de toute situation. Il y est révélé comme Créateur et Monarque. Il détient toute autorité et Il donne des commandements sur la manière dont les gens devraient vivre. Malheureusement, Adam et Ève rejetèrent la révélation et l’autorité divine dans leur vie.

Dans Genèse 3:1-7 et 9-11, Adam et Ève décident de croire au mensonge de Satan selon lequel les humains sont capables de prendre les bonnes décisions sans l’aide divine. C’est là le mensonge qui séduisit nos premiers parents. Ce dernier, Satan l’a répandu, nous faisant croire que nous pouvons décider de nous-mêmes, sans l’aide de Dieu, ce qui est bien et ce qui est mal.

Quelle est donc la solution au raisonnement faussé des hommes, au faux raisonnement responsable des guerres, de la violence, de la douleur et de la souffrance ? Elle se trouve dans le Notre Père : « Que ton règne vienne ». Le Royaume de Dieu, sous la direction de Jésus-Christ, doit être instauré afin de sauver l’humanité des conséquences de ses voies. En pensant à cela, nombreux sont ceux qui – de nos jours – croient que la vérité est relative ; que l’enseignement biblique n’est qu’une opinion parmi tant d’autres. Or, Jésus – en parlant de la Bible (de la Parole de Dieu) – a déclaré qu’elle est « la vérité » (Jean 17:17). En rejetant les conseils divins, le raisonnement  malavisé de l’humanité a engendré bien des péchés et beaucoup de violence (voir Romains 1 et Ésaïe 59). Les premiers chapitres de la Genèse illustrent également le rejet de Dieu et la dégénérescence des hommes, devenus violents du fait de leurs choix.

Pourquoi le Royaume doit être instauré

Quelle est donc la solution au raisonnement faussé des hommes, responsable des guerres, de la violence, de la douleur et de la souffrance ? « Que ton règne vienne » ! La voilà, la solution ! Le Royaume de Dieu, sous la direction de Jésus-Christ, doit venir pour sauver l’humanité de ses propres voies.

Jésus proclamait un royaume et un nouveau monde dans lequel « le Très-Haut domine sur le règne des hommes, qu’il […] donne à qui il lui plaît » (Daniel 4:17). Dans ce royaume, la nature des hommes sera changée et ils suivront de leur gré les instructions de leur Créateur.

L’homme ne peut se gouverner, parce qu’il a rejeté la révélation et l’autorité divines. Au lieu de suivre les directives divines, qui produisent la paix, il s’est – à son propre détriment – arrogé la prérogative de définir le bien et le mal. Quand Jésus nous a dit de prier « Que ton règne vienne », Il savait que l’homme, de par ses choix, atteindrait le stade où « si ces jours n’étaient abrégés, personne ne serait sauvé » (Matthieu 24:22).

Cela nous concerne

La décision la plus importante que nous ayons à prendre est de décider à qui nous allons nous soumettre, dans la vie. Si nous nous soumettons à l’autorité divine et suivons les directives divines, nous pouvons trouver la voie menant à la paix et à la vie éternelle.

Quand nous prions pour que le Royaume de Dieu vienne, nous nous remémorons nos responsabilités envers notre Créateur et nous conservons la vision de l’avenir merveilleux que Dieu a promis à ceux qui répondent à Son appel. C’est un avenir merveilleux que vous ne voudrez pas manquer. N’oubliez pas de prier « Que ton règne vienne ! » et de vivre en conséquence.

Afin d’en savoir plus, ne manquez pas de consulter notre section sur le Royaume de Dieu.