Le vrai christianisme : Des gens imparfaits s’efforçant d’atteindre la perfection

L’une des choses les plus difficiles à faire, quand on est chrétien, est d’accepter qu’il est difficile de l’être. Pourquoi tant de chrétiens ne s’avèrent-ils pas à la hauteur des critères divins ?

« Hypocrites. »

C’est généralement de quoi on traite les adeptes de la religion chrétienne. On les dit dépassés, anachroniques ; on dit qu’en matière de bien, ils placent la barre trop haut pour tout le monde et ne parviennent même pas eux-mêmes à la franchir. 
 
Ce qu’une enquête confirme. Lors d’une enquête d’un an, en Écosse, l’agence Barna a découvert que – sur les cinq expressions utilisées le plus souvent par les Écossais pour décrire les chrétiens – celles qui revenaient le plus souvent étaient : « ils condamnent les autres » ; « ce sont des hypocrites » et « ils sont déconnectés de la réalité ».
 
Il n’y a pas qu’en Écosse qu’on le pense. Ces expressions sont les pierres lancées contre la foi chrétienne aux quatre coins du monde, et j’avoue ne pas désapprouver ceux qui s’en servent. Si on vous disait de placer tous ceux qui se disent chrétiens dans ladite catégorie, vous éprouveriez quelque difficulté à ne pas évaluer les résultats de cette enquête avec déconvenue.
 
Il suffit de consulter la Bible à cet effet ; Christ y exprime Sa frustration : « Pourquoi m’appelez-vous Seigneur, Seigneur ! et ne faites-vous pas ce que je dis ? » (Luc 6:46).
 
La leçon à en tirer ? Quiconque se revêt de l’estampille « chrétien » n’en est pas nécessairement un. Rien qu’en Écosse, sur dix personnes se disant chrétiennes, sept d’entre elles sont des personnes qui se décrivent comme telles, bien que « ne croyant pas aux éléments de base de la doctrine chrétienne et ne croyant pas personnellement en Jésus ».
 
Ce qui est évidemment contradictoire. Le mot chrétien signifie disciple de Christ. Un disciple de Christ qui ne suit pas Christ est un paradoxe – et non un chrétien. Avec des ambassadeurs de ce type, pourquoi s’étonner qu’on ait généralement une opinion si désobligeante de cette religion ?
 
Que dire, en revanche, de ceux qui s’efforcent sincèrement de suivre Christ ? On ne peut pas dire qu’ils soient parfaits non plus. Mais est-il logique de s’attendre à ce qu’ils le soient ? Et leurs échecs personnels discréditent-ils le christianisme dans son ensemble ?
 
Autrement dit, à quoi un vrai chrétien est-il supposé ressembler ?
 

Un chrétien, c’est quoi ?

Nous pourrions passer des semaines entières sur ce sujet, et ne ferions que l’effleurer. Un chrétien, c’est bien des choses, mais essentiellement, c’est quelqu’un qui agit d’une certaine manière. L’apôtre Jacques nous avertit que « la foi sans les œuvres est inutile » (Jacques 2:20), car – lorsqu’il s’agit de croire en Dieu – « les démons le croient aussi, et ils tremblent » (verset 19). Croire en Dieu est une bonne chose, mais tant qu’on n’accompagne pas cette conviction d’action, il n’y a pas grand-chose qui nous distingue des esprits démoniaques ayant pour maître Satan. Les démons croient en Dieu ; ils Le craignent, mais refusent de Lui obéir.
 
Un vrai chrétien ne se contente pas de croire en Dieu. Il se repent, se fait baptiser et reçoit le Saint-Esprit (Actes 2:38). Un vrai chrétien dialogue avec Dieu, étudie Sa Parole et s’adresse à Lui par la prière, cherchant à Le connaître de plus en plus, chaque jour (Jean 10:27).
 
Un vrai chrétien ne cesse de s’examiner, de se remettre en cause (2 Corinthiens 13:5), cherchant continuellement à s’améliorer, à croître. Il se soucie de la volonté de Dieu, s’efforce de comprendre Ses commandements, ce à quoi Il S’attend, et il s’y conforme, quels que soient les obstacles se dressant devant lui (1 Jean 5:3 ; Matthieu 7:21).
 
Un vrai chrétien fait toutes ces choses, et davantage. Mais il y a un autre trait majeur qui le caractérise ; je ne l’ai pas mentionné dans cette liste. C’est un trait dont la plupart des chrétiens, à mon avis, ne parlent pas assez, parce que cela les met mal à l’aise et dans certains cas leur fait honte. Je peux le comprendre. Ce n’est pas un aspect réjouissant sur lequel s’attarder quand on suit Dieu. Néanmoins, il importe que nous le reconnaissions, que nous en parlions, même si nous n’en sommes pas vraiment fiers ; nous devons l’accepter :
 
Un vrai chrétien est toujours imparfait.
 

Pas à la hauteur

C’est inévitable. Personne n’aime parler de ses défauts. Néanmoins, accepter les enseignements du Fils de Dieu exige qu’on reconnaisse ses faiblesses. Jésus est venu, prêchant le repentir ; c’est la première chose qu’Il prêcha – la première étape dans le message de l’Évangile (Marc 1:15). Il a également dit : « Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs » (Marc 2:17).
 
Devenir chrétien exige que l’on adopte les commandements de Dieu comme standards, et ce sont des standards qu’il est difficile de respecter. 
 
Devenir chrétien, c’est consulter les pages de la Bible et se dire en les lisant : C’est juste, puis c’est effectuer un profond examen de conscience et se dire mais moi je ne le suis pas.
 
Devenir chrétien exige de savoir que ce que vous êtes n’est pas ce que vous voulez être – savoir que l’objectif final est toujours en avant ; que se repentir, changer et croître sont des processus qui requièrent toute une vie – et non une simple fin de semaine – d’efforts.
 
Les chrétiens échouent ; ils ont des défauts ; de temps-à-autre, ils prennent de terribles décisions et commettent de graves fautes, parce qu’ils ne sont pas Christ. Ce sont des êtres humains imparfaits essayant d’emboiter le pas à un Dieu parfait, et personne ne peut y parvenir sans trébucher occasionnellement.
 

Hypocrisie ou humanité ?

Dans sa forme la plus littérale, le mot grec hupokrisis traduit en français par hypocrisie signifie simplement jouer la comédie. Le succès des productions théâtrales, du temps de Christ, dépendait fortement de la compétence des hupokrites – des acteurs. Plus ces derniers étaient des hupokrites, plus la pièce était convaincante. Quand Jésus accusait les dirigeants religieux d’hypocrisie, Il les accusait de jouer la comédie, de jouer un rôle, d’être des acteurs pour leur auditoire, alors que leur cœur était entièrement différent. Leur piété était théâtrale et non sincère.
 
Deux mille ans plus tard, le mot hypocrisie est un terme qu’on a tendance à utiliser avec moins de discernement. Au lieu de l’utiliser pour décrire une tromperie flagrante, on s’en sert pour décrire quelqu’un qui ne se conforme pas aux valeurs qu’il professe. 
 
Ce n’est pas toujours de l’hypocrisie. Parfois, on est simplement humain. Tous les êtres humains ont du mal à se montrer à la hauteur quand il s’agit de pratiquer les valeurs morales auxquelles ils croient et qui s’avèrent difficiles à pratiquer. Leur application varie d’un individu à l’autre.
 

Face à nos faiblesses

Quand nous voyons quelque chose de cassé, deux possibilités d’offrent à nous. Ou bien nous essayons d’y remédier, ou bien nous nous convainquons que le dommage est en fait une amélioration et nous nous disons qu’il en est mieux ainsi. Généralement, les gens ont tendance à choisir cette deuxième option. Dans ce cas, nous n’avons rien à changer, mis à part les opinions de certains.
 
Nous vivons dans un monde où rien ne va plus, plein de personnes dysfonctionnelles. Rien ne va plus du fait de nos péchés, de notre rejet de la ligne de vie parfaite de Dieu. Toutes les fois que les choses empirent, on dirait que le monde se réjouit, prétendant que c’est une amélioration – qu’il aurait dû en être ainsi dès le commencement. Entre-temps, Dieu intervient dans la vie d’individus disposés à admettre qu’ils sont dysfonctionnels, reconnaissent que cela doit changer, ne se réjouissant pas, eux, que c’est la nouvelle norme.
 
C’est à cela que ressemble un vrai chrétien ; c’est un fidèle serviteur de Dieu accomplissant une mission de toute une vie consistant à travailler avec Dieu et à réparer ce qui est cassé ou ne va pas ou est un péché, dans sa vie. La vie du chrétien n’est pas dénuée de défauts et de fautes. Ce n’est pas un monument d’albâtre brillant dédié à la perfection ; en fait, il y a des moments où ce n’est guère mieux qu’un fouillis hideux prêt à être transformé, par la puissance du Saint-Esprit, en une création très spéciale.
 

Le chrétien n’abandonne pas

Dieu sait qu’Il a appelé Son peuple à faire des choses qui sont difficiles, et Il ne S’attend pas à ce qu’il vive sans écoper en chemin des bosses et des égratignures.
 
Comme l’apôtre Paul a été inspiré de l’écrire, « Nous sommes pressés de toute manière, mais non réduits à l’extrémité ; dans la détresse, mais non dans le désespoir ; persécutés, mais non abandonnés ; abattus, mais non perdus ; portant toujours avec nous dans notre corps la mort de Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre corps […]  C’est pourquoi nous ne perdons pas courage. Et même si notre homme extérieur se détruit, notre homme intérieur se renouvelle de jour en jour » (2 Corinthiens 4:8-10, 16).
 
Dans cette vie, nous devons nous attendre à être triturés. Nous connaissons des échecs, commettons des erreurs, et sommes loin d’égaler les standards parfaits de Dieu. Mais un vrai chrétien refuse de se démonter. Il sait que « sept fois le juste tombe, et il se relève » (Proverbes 24:16 ; c’est nous qui soulignons).
 
Ce qui compte, ce n’est pas le nombre de fois que vous chutez, mais le nombre de fois que vous vous relevez.
 
Peu importe les coups qu’il reçoit, le vrai chrétien se soucie de ce qui se passe à l’intérieur – « afin que l’épreuve de votre foi, plus précieuse que l’or périssable (qui cependant est éprouvé par le feu), ait pour résultat la louange, la gloire et l’honneur, lorsque Jésus-Christ apparaîtra » (1 Pierre 1:7).
 
En somme, c’est cela, être chrétien. Les disciples de Christ ne deviennent pas parfaits en un jour, mais ils reconnaissent, dès le premier jour, que la perfection est l’objectif à atteindre. Et tous les jours qui suivent sont consacrés à se rapprocher de ce dernier.
 
Pour en savoir plus à propos de ce que signifie « tendre à ce qui est parfait » (Hébreux 6:1), lire notre brochure gratuite intitulée Transformez votre vie !