Êtes-vous chrétien ou disciple du Christ ?

Le label « chrétien » est généreusement appliqué, mais être connu comme « disciple de Christ » est rare. Qu’est-ce qui diffère dans ces deux appellations ?

Je devais avoir 8 ou 9 ans quand on m’a, pour la première fois, demandé quelle Église je fréquentais. C’était un camarade de classe curieux qui me le demandait.

Quelle réponse un enfant de 8 ans donne-t-il à ce genre de question ? J’avais répondu – comme des millions d’autres enfants, adolescents, jeunes adultes et adultes le font depuis des centaines d’années – que j’étais… chrétien.

La définition du mot « chrétien »

D’après le dictionnaire, le mot « chrétien » est défini comme suit : « Se dit de quelqu’un qui a la foi en Jésus-Christ » (Larousse.fr). On dit aussi que cela décrit quelqu’un qui dit croire aux enseignements de Jésus-Christ. En revanche, la définition biblique de ce mot est plus complexe. Mon camarade de classe ne s’attendait certes pas à ce que j’ouvre ma Bible et lui montre ce qu’elle déclare à ce sujet. J’étais chrétien ; cela lui suffisait.

On pense généralement qu’un chrétien, c’est quelqu’un qui croit en l’existence de Jésus ; qui croit qu’Il était le Fils de Dieu ; qui croit qu’Il est mort crucifié ; qu’Il était le Christ, et notre Sauveur. C’est ce qu’un chrétien croit, à la base, mais le christianisme se limite-t-il à cela ?

Suffit-il de dire qu’on a la foi pour être chrétien ?

Hélas – et je dis hélas car on se méprend généralement à ce sujet – être chrétien est loin de se limiter à la prétention qu’on en est un.

L’origine du mot « chrétien »

Pour définir ce que représente ce mot, il est bon de savoir quelle est son origine. Peut-être serez-vous étonné d’apprendre que ce terme n’évoquait pas, au départ, quelque chose de positif. En fait, il n’est guère prouvé que les pratiquants des enseignements de Christ au premier siècle se soient donnés le nom de « chrétiens ».

D’après la Bible, les premiers disciples de Christ se désignaient entre eux comme « ceux qui croyaient » ou « les croyants » (Actes 5:14 ; 1 Timothée 4:12) ; les « saints » (Actes 9:13 ; Romains 1:7) ; « frères » (Actes 6:3) ; « les élus » (Colossiens 3:12 ; 2 Timothée 2:10) ; « l’Église de Dieu » (Actes 20:28) et « esclaves de Dieu » (Romains 6:22). Apparemment, ce sont les non-croyants qui les appelaient « chrétiens ».

La première mention du label « chrétiens » se trouve dans Actes 11:26. On y lit : « Ce fut à Antioche que, pour la première fois, les disciples furent appelés chrétiens ». Autrement dit, c’est le nom que leur donnaient les habitants d’Antioche.

Il n’y a que deux autres passages, dans les Écritures, où le terme « chrétien » apparait : dans Actes 26:28 où le roi Agrippa s’en sert, et dans 1 Pierre 4:16 où il est lié à la souffrance.

On peut dire, sans risquer de se tromper, qu’être traité de chrétien à présent est bien plus inoffensif qu’au premier siècle. Et la Bible se servant rarement de ce terme, il semble qu’on en ait adopté une définition bien plus générale.

Du livre des Actes à celui de l’Apocalypse, les exemples de ceux qu’on appelle chrétiens dans le Nouveau Testament décrivent des individus pleinement impliqués dans la pratique des enseignements de Christ et non des gens se contentant de se faire passer pour tels sans joindre le geste à la parole et pratiquant une religion fade. Non seulement ces vrais disciples croyaient que Jésus était le Messie, mais ils avaient pour mission dans la vie d’adhérer aux commandements de Christ et d’accepter et de répandre la doctrine authentique et véritable qu’Il leur avait enseignée.

Être un « croyant » ne se limitait pas à simplement en faire profession ; c’était pratiquer une ligne de vie précise. Comment le savons-nous ? Parce qu’ils étaient disposés à être terriblement persécutés, au point de se faire mettre à mort, d’être martyrisés pour s’accrocher à leur foi et aux doctrines de Christ.

Un chrétien – un disciple de Christ – c’est quelqu’un qui suit chaque exemple, chaque instruction, chaque commandement de Christ. D’après la Bible, les chrétiens ne se contentent pas – et de loin – de prétendre croire en Christ ; ils L’imitent en tout point, que cela soit ou non acceptable dans la société et que ce soit – ou non – facile.

Les chrétiens dont parle la Bible – comme Paul, Pierre, Étienne, Timothée, Barnabas, Dorcas, Priscille, Aquila et beaucoup d’autres – vécurent et moururent souvent dans de grandes souffrances, suivant les instructions et l’exemple de Christ. Eux aussi persévérèrent bravement contre les ennemis de leur ligne de vie, comme les fidèles serviteurs de Dieu qui les avaient précédés et dont il est question dans Hébreux 11 :

« D’autres subirent les moqueries et le fouet, les chaînes et la prison ; ils furent lapidés, sciés, torturés ; ils moururent tués par l’épée ; ils allèrent çà et là, vêtus de peaux de brebis et de peaux de chèvres, dénués de tout, persécutés, maltraités — eux dont le monde n’était pas digne — errants dans les déserts et les montagnes, dans les cavernes et les antres de la terre »  (versets 36-38).

Les vrais chrétiens, comme l’indiquent les exemples des premiers croyants dans le Nouveau Testament, sont disposés à renoncer à leurs propres désirs et à consacrer chaque aspect de leur vie à suivre Christ – Celui dont ils portent le nom ! Être un vrai « disciple de Christ » consiste en fait à vivre comme Il a vécu.

La définition biblique d’un disciple

Si être un vrai chrétien consiste à suivre les exemples et les enseignements de Christ, qu’est-ce qu’un disciple ? Est-ce un chrétien d’un niveau plus élevé – quelqu’un qui a fait ses preuves et s’est avéré être plus juste qu’un « chrétien ordinaire » ?

Le mot grec original traduit en français par « disciple » – mathetes – signifie « apprenti, élève, disciple » ; décrit « quelqu’un qui suit l’enseignement de quelqu’un d’autre » (Thayer’s Greek Lexicon). Bien que le mot « disciple » soit souvent utilisé pour décrire les 12 apôtres qui étaient proches de Jésus, les évangiles et le livre des Actes s’en servent dans un sens plus général, pour décrire tous ceux qui suivent Christ.

Comme l’a précisé Jésus, « le disciple n’est pas plus que le maître ; mais tout disciple accompli sera comme son maître » (Luc 6:40). Et Il a expliqué quelles sont les conditions à remplir pour être l’un de Ses disciples : « Quiconque ne porte pas sa croix, et ne me suit pas, ne peut être mon disciple » (Luc 14:27). Il faut – pour être un disciple de Christ – être disposé à renoncer à tout ce qu’offre le monde (verset 33), et Christ S’attend à ce que nous adhérions à Ses enseignements : « Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples » (Jean 8:31).

Jésus n’a pas seulement insisté sur notre relation avec Lui ; Il S’attend à ce que Ses disciples aient le standard le plus élevé de comportement entre eux. Il a dit : « Je vous donne un commandement nouveau : Aimez-vous les uns les autres ; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres » (Jean 13:34-35).

Nous devrions également être bienveillants et respecter « tous les hommes » – pas seulement les autres disciples (1 Timothée 2:1 ; Tite 3:2). Il nous a tous créés et « veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité » (1 Timothée 2:4).

Être un disciple de Christ signifie donc pratiquer – adhérer à – Ses enseignements, imitant Ses actes et traitant nos frères humains d’une manière chrétienne – ayant un amour sincère pour tous, n’importe où, tous les jours.

Y a-t-il une différence entre un chrétien et un disciple ?

Les parallèles sont évidents.

Quand on juxtapose les définitions d’un chrétien et d’un disciple, on constate aisément qu’elles ne diffèrent en rien. Être un vrai chrétien, c’est être un disciple ; et être un disciple de Christ, c’est être un vrai chrétien. Les deux sont solides dans leurs convictions ; adhèrent de tout cœur au message de Christ, appliquent chaque aspect de ce message, quoi qu’il arrive.

Il n’y a qu’un seul moyen d’être un vrai disciple de Christ ; c’est bien plus que se contenter de croire que Jésus – le Fils de Dieu – est venu  pour ôter les péchés du monde. Il s’agit pour nous de conformer nos vies à chacune de Ses instructions ؘ– pas seulement de Le reconnaître mais aussi de modifier notre manière de vivre. Il s’agit de garder Ses commandements – d’observer Son sabbat hebdomadaire et Ses sabbats annuels ; renoncer à l’immoralité sexuelle ; traiter notre prochain avec amour et respect, peu importe sa race ou sa nationalité ; et faire tout notre possible pour refléter la vie de notre Sauveur Jésus-Christ.

Comme l’a précisé Jean, « Celui qui dit qu’il demeure en lui doit marcher aussi comme il a marché lui-même » (1 Jean 2:6 ; 1 Pierre 2:21). Cela exige que l’on se repente de ses péchés passés, et que l’on se fasse baptiser pour recevoir le Saint-Esprit – ce qui nous aide à vraiment suivre Christ (Actes 2:38).

Si c’est ce que nous faisons, nous pouvons être un vrai chrétien et un vrai disciple de Christ. Si vous souhaitez devenir de plus en plus comme Christ, nous vous proposons notre brochure gratuite Transformez votre vie.