666: Le nombre de la bête

Quelle est l’identité de la bête de l’Apocalypse dont le nombre est 666 ? Que signifie ce nombre dans la Bible ? En quoi nous concerne-t-il ?

Dans le 13e chapitre de l’Apocalypse, l’apôtre Jean décrit une vision qu’il a eue de deux bêtes qui doivent surgir au temps de la fin, avant le retour de Christ. La première de ces bêtes représente un dirigeant civil puissant qui exercera son autorité « sur toute tribu, tout peuple, toute langue, et toute nation » (verset 7).

Dans cette vision, Jean voit un dragon – Satan – donnant à la bête ce poste d’autorité (verset 2) et voit le monde entier suivre ce dirigeant qui, incidemment, adore ledit dragon (versets 3-4). Tous ceux dont le nom n’est pas inscrit dans le livre de vie de l’Agneau (Christ) adorent ce dirigeant humain (versets 4-8).

Dans cette vision, l’apôtre Jean voit aussi une autre bête surgissant sur la terre et soutenant la première bête. Cette seconde bête sera un dirigeant religieux qui se servira de ses pouvoirs magiques pour séduire l’humanité (versets 13-14) et qui fera en sorte que « tous ceux qui n’adoreraient pas l’image de la bête soient tués » (verset 15).

Dans d’autres passages des Écritures, l’individu représenté par la seconde bête est appelé « l’homme impie » (ou « l’homme du péché » selon la version Ostervald, ou « la personnification du mal » selon la Nouvelle Bible Segond) dans 2 Thessaloniciens 2:3 ; l’« antéchrist » (1 Jean 2:18) et « le faux prophète » (Apocalypse 16:13 ; Apocalypse 19:20). Pour de plus amples détails à son sujet, lire notre article L’Antéchrist.

Le culte de l’image de la bête

L’idée que cette seconde bête puisse inciter les gens à « adorer l’image de la [première] bête » (Apocalypse 13:15) peut paraître bien étrange, à notre époque moderne. Cela sert à authentifier une autre puissance incitant les gens à la respecter.

Plusieurs commentaires bibliques, y compris celui d’Adam Clark (Adam Clarke’s Commentary on the Bible) et celui d’Albert Barnes (dans ses Notes on the Bible) ont proposé une explication, il y a près de 200 ans, citant le chef de l’Église catholique – le pape – qui a forcé les gens à accepter la restauration de l’empire romain sous Charlemagne. 

À l’avenir, le dirigeant religieux que Jean vit dans cette vision forcera également les gens – sous peine de mort – à respecter le gouvernement civil qui dominera le monde. L’un des moyens dont ce dirigeant religieux imposera l’obéissance sera de contrôler l’économie mondiale. Comme Jean le remarque dans cette vision, ce futur dirigeant religieux fera en sorte que « tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçoivent une marque sur leur main droite ou sur leur front, et que personne ne puisse acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom » (versets 16-17). « La marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom » identifiera ceux qui soutiendront cette puissance satanique. (Lire, à cet effet, notre article La marque de la bête pour de plus amples détails).

Que déclare la Bible à propos du nombre 666 ?

Maintenant que nous avons examiné le contexte d’Apocalypse 13, nous pouvons diriger notre attention sur le verset 18 où nous lisons : « C’est ici la sagesse. Que celui qui a de l’intelligence calcule le nombre de la bête. Car c’est un nombre d’homme, et son nombre est six cent soixante-six. »

En juxtaposant les versets 17 et 18, nous voyons que le nombre 666 identifie la bête ; que c’est aussi un nom d’homme, qu’il est la bête et qu’il autorisera les gens à faire des transactions. Comme nous l’avons vu, pour acheter et pour vendre, les gens auront besoin d’« avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom » (verset 17).

La signification de 666

Que signifie donc le nombre 666 ? Comment le calcule-t-on ?

Albert Barnes, dans ses notes sur Apocalypse 13:18, explique que les lettres grecques avaient des valeurs numériques. Plusieurs noms, comme « Lateinos, le Latin », « Néron Caesar », « Diocles Augustus (Dioclesian),  « C.F. Julianus Caesar Atheus (l’Apostat) », « Luther », « Romanus » et « Roman » équivalent à 666. Bien qu’il y ait d’autres possibilités, Barnes ajoute « ce qui remarquable, c’est le nombre de fois qu’il est clairement fait allusion à Rome et à la papauté ».

Il est également intéressant de noter qu’Irénée – écrivain ecclésiastique du second siècle – suggéra que ce nombre (666) faisait allusion à l’empire (romain) latin (Adam Clarke’s Commentary on the Bible, rubrique : Apocalypse 13:18).

Compte tenu de ces explications, voyons si la Bible laisse à penser qu’il s’agira d’une renaissance de l’empire romain.

La bête et l’empire romain

Par un songe que le roi Nebucadnetsar eut, Dieu révéla l’apparition, dans l’histoire, de quatre grands empires mondiaux à partir de son époque (Daniel 2:31-43). L’histoire révèle qu’il s’agissait de l’empire babylonien ou chaldéen de Nebucadnetsar ; de l’empire médo-perse ; de l’empire gréco-macédonien ; et de l’empire romain.

Plus tard, Daniel vit – dans une vision – quatre bêtes, quatre animaux représentant aussi ces quatre empires. Le quatrième animal « avait dix cornes » (Daniel 7:7). Comme l’a écrit Albert Barnes dans ses Notes on the Bible, sur Daniel 7:7-8, « la corne est un symbole de puissance et elle est fréquemment utilisée dans ce sens en tant qu’emblème ou symbole, dans Daniel ».

Daniel écrit : « Je considérai les cornes, et voici, une autre petite corne sortit du milieu d’elles, et trois des premières cornes furent arrachées devant cette corne ; et voici, elle avait des yeux comme des yeux d’homme, et une bouche, qui parlait avec arrogance » (Daniel 7:8).

Les cornes représentaient des royaumes qui – à travers l’histoire – feraient partie de l’empire romain, et la petite corne représentait une puissance religieuse. Dans sa vision, Daniel vit cette puissance religieuse « faire la guerre aux saints, et l’emporter sur eux, jusqu’au moment où l’ancien des jours vint donner droit aux saints du Très-Haut, et le temps arriva où les saints furent en possession du royaume » (versets 21-22).

La renaissance de l’empire romain dans les prophéties du temps de la fin

Ce que nous apprenons des versets ci-dessus, c’est que ce quatrième animal – qui, d’après l’histoire, représentait l’empire romain – allait renaître à plusieurs reprises, et une dernière fois, avec son dirigeant religieux à l’époque du retour de Christ. Sous sa forme finale, cet empire comprendra « dix rois, qui n’ont pas encore reçu de royaume, mais qui reçoivent autorité comme rois pendant une heure avec la bête […] ils donnent leur puissance et leur autorité à la bête » (Apocalypse 17:12-13).

Ladite bête, et ceux qui la soutiennent – qui acceptent « la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom » – combattront contre Christ quand il reviendra pour établir le Royaume de Dieu (verset 14).

Mis à part 666, ce que vous devez savoir

Quand la bête apparaîtra à la fin de l’ère présente, ce qui compte surtout, c’est que vous demeuriez proche de Dieu. Pour être sauvé, il faudra que vous ayez « l’amour de la vérité » (2 Thessaloniciens 2:10) et foi en Christ (Éphésiens 2:8). Simplement savoir comment calculer le nombre de la bête et comprendre la signification de 666 ne vous sauvera pas.

Pour développer votre relation avec Dieu, soyez certain d’étudier ce que – d’après la Bible – Dieu veut que nous fassions individuellement, ce qui est résumé dans notre brochure gratuite Transformez votre vie.