Les sept sceaux du livre de l’Apocalypse

Le livre de l'Apocalypse décrit sept sceaux devant être ouverts avant le retour de Jésus-Christ sur terre. Que représentent-ils ?

L’Apocalypse dépeint un rouleau de parchemin scellé de sept sceaux devant être décachetés, ou « ouverts » avant le Second Avènement de Christ.

Dans le cinquième chapitre du livre de l'Apocalypse, un rouleau de parchemin est présenté à Christ, au ciel. Ce papyrus ou parchemin scellé de sept sceaux contient un scénario d’événements devant se produire avant et pendant le Second Avènement de notre Seigneur.

Ce cinquième chapitre honore Jésus et déclare qu’Il est le Seul à être jugé digne d'ouvrir ces sceaux ou de révéler ce qu’ils représentent. Bien que cet événement se produise avant même l'ouverture de ces sceaux, d'autres éléments – qui sont davantage un survol d’autres événements, y compris ceux devant se produire plus tard – sont aussi insérés dans ce chapitre. Par exemple, Apocalypse 5:9-10 parlent d’êtres rachetés, qui seront rois et sacrificateurs sur la terre ; et le verset 13 parle de « toutes les créatures qui sont dans le ciel, sur la terre, sous la terre, sur la mer » qui louent Dieu le Père et l'Agneau.

Loin d'indiquer un enlèvement secret des saints avant l'ouverture des sceaux, ces versets indiquent ce qui se passera après ce moment-là, quand le plan de Dieu sera accompli. Après avoir donné cet aperçu, le chapitre six et les chapitres successifs expliquent plus en détail comment cela se produira – comment il n’y aura finalement que des justes qui resteront. Ces justes loueront Dieu.

Quant au résultat final du plan divin, nous notons que lorsqu’« un nouveau ciel » et « une nouvelle terre » sont instaurés (Apocalypse 21:1), seuls les fidèles, ceux qui ont vaincu, demeurent. « Celui qui vaincra héritera ces choses ; je serai son Dieu, et il sera mon fils. Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les débauchés, les magiciens, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l’étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort » (versets 7-8).

Le jour vient où « toutes les créatures » dont parle Apocalypse 5:13, loueront Dieu le Père et Jésus-Christ. Pour en savoir plus sur les saints au retour du Christ, lire Y aura-t-il un enlèvement secret ?

Les quatre cavaliers de l'Apocalypse

Les quatre premiers sceaux et leur signification pour les habitants de la Terre étant présentés métaphoriquement comme des messagers chevauchant des montures de couleurs différentes, on les appelle communément les quatre cavaliers de l'Apocalypse. Le mot apocalypse vient du mot grec apokalupsis, signifiant divulgation ou révélation. Par conséquent, lorsqu’il est question de ces quatre cavaliers, il est question de ce qu’ils représentent.

Les quatre premiers sceaux faisant l’objet de notre article Que représentent les quatre cavaliers de l'Apocalypse ? nous n’en parlerons ici que brièvement, nous concentrant davantage sur les trois derniers sceaux.

Le premier sceau – un cheval blanc

Quand le premier sceau fut ouvert, l'apôtre Jean écrivit : « Je regardai, et voici, parut un cheval blanc. Celui qui le montait avait un arc ; une couronne lui fut donnée, et il partit en vainqueur et pour vaincre  » (Apocalypse 6:2).

En comparant les sceaux aux événements annoncés par Christ dans Sa célèbre prophétie du mont des Oliviers, on découvre qu’il s’agit d’une séduction religieuse (voir Matthieu 24:5).

Le deuxième sceau – un cheval roux

Lorsque le second sceau fut ouvert, Jean déclara : « Et il sortit un autre cheval roux. Celui qui le montait reçut le pouvoir d’enlever la paix de la terre, afin que les hommes s’égorgent les uns les autres ; et une grande épée lui fut donnée » (Apocalypse 6: 4).

Ce second sceau – ce second cheval – correspond à l'explication suivante du Christ : « Vous entendrez parler de guerres et de bruits de guerres » et « une nation s’élèvera contre une nation » (Matthieu 24:6-7).

Le troisième sceau – un cheval noir

Quant au troisième sceau, Jean dit : « Quand il ouvrit le troisième sceau, j’entendis le troisième être vivant qui disait : Viens. Je regardai, et voici, parut un cheval noir. Celui qui le montait tenait une balance dans sa main. Et j’entendis au milieu des quatre êtres vivants une voix qui disait : Une mesure de blé pour un denier, et trois mesures d’orge pour un denier ; mais ne fais point de mal à l’huile et au vin » (Apocalypse 6:5-6).

Cette description imagée symbolisait l'enseignement de Christ qu'« il y aura, en divers lieux, des famines » avant Son retour (Matthieu 24:7).

Le quatrième sceau – un cheval verdâtre

Décrivant le quatrième cheval, Jean écrivit : « Je regardai, et voici, parut un cheval d’une couleur verdâtre. Celui qui le montait se nommait la mort, et le séjour des morts l’accompagnait. Le pouvoir leur fut donné sur le quart de la terre, pour faire périr les hommes par l’épée, par la famine, par la mortalité, et par les bêtes sauvages de la terre » (Apocalypse 6:8).

Cette description se rapporte à des épidémies qui doivent avoir lieu sur Terre avant le Second Avènement de Christ (Matthieu 24:7 – Versions Ostervald ; Martin).

Les événements représentés par les quatre premiers sceaux – la séduction religieuse, la guerre, la famine et les épidémies se  produisent déjà. Étant des signes annonçant l’imminence du Second Avènement de Jésus, ils ne sont que « le commencement des douleurs » (Matthieu 24:8) ; ces événements effrayants vont s’intensifier vers la fin.

Le cinquième sceau – la tribulation

« Quand il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l’autel les âmes de ceux qui avaient été immolés à cause de la parole de Dieu et à cause du témoignage qu’ils avaient rendu. Ils crièrent d’une voix forte, en disant : Jusqu’à quand, Maître saint et véritable, tarderas-tu à juger, et à tirer vengeance de notre sang sur les habitants de la terre ? Une robe blanche fut donnée à chacun d’eux ; et il leur fut dit de se tenir en repos quelque temps encore, jusqu’à ce que soit complet le nombre de leurs compagnons de service et de leurs frères qui devaient être mis à mort comme eux » (Apocalypse 6:9-11).

  • Le contexte

Avant de nous concentrer sur le sens de ce sceau, remarquons le contexte de cette vision. Jean ayant vu des martyrs fidèles à travers les siècles demandant à Dieu comment et quand ces  meurtres seraient vengés, on a supposé  – à tort – que ces saints sont vivants au paradis et attendent que Dieu juge ceux qui les ont tués. Il faut se rappeler qu’il s’agit d’une vision, que c’est symbolique, et que cela ne décrit pas nécessairement la réalité mais plutôt ce qui va, à l’avenir, se passer.

Parfois, la Bible se sert de métaphores pour symboliser des événements passés, présents ou futurs. Ces métaphores ne doivent pas être prises à la lettre. Par exemple, Dieu Se sert d’une métaphore dans le livre de la Genèse, où Caïn tue son frère Abel. Dieu dit à Caïn : « La voix du sang de ton frère crie de la terre jusqu’à moi » (Genèse 4:10). Le sang crie ! C’est là une métaphore ; c’est figuratif, poétique.

La vision du cinquième sceau – dans laquelle les martyrs fidèles, au fil des siècles, attendent le juste jugement de Dieu sur le monde – symbolise le dessein de Dieu pour l'humanité, qui est de « conduire à la gloire beaucoup de fils » (Hébreux 2:10). Paul décrit ce processus métaphoriquement en disant : « Or, nous savons que, jusqu’à ce jour, la création tout entière soupire et souffre les douleurs de l’enfantement » (Romains 8:22). Il faut se rappeler que l’objet principal de l'Apocalypse,  avec ses divers sceaux, est de montrer ce qui se passera dans l'avenir et de montrer que le plan du salut de Dieu s’accomplira.

  • La signification

La vision du cinquième sceau représente la grande tribulation (ou grande détresse) que connaitront  les descendants physiques de Jacob et le peuple fidèle de Dieu, avant le retour du Christ.

La décrivant, Jésus a dit, « Alors on vous livrera à la détresse et on vous tuera ; vous serez détestés de toutes les nations à cause de mon nom. Ce sera pour beaucoup une cause de chute ; ils se livreront, ils se détesteront les uns les autres.» (Matthieu 24:9-10, – Nouvelle Bible Segond, c’est nous qui soulignons).

Et Jésus d’ajouter : « Car alors il y aura une grande tribulation, telle qu’il n’y en a point eu depuis le commencement du monde jusqu’à maintenant, et qu’il n’y en aura jamais. Et si ces jours-là n’eussent été abrégés, nulle chair n’eût été sauvée ; mais, à cause des élus, ces jours-là seront abrégés » (versets 21-22 – Version Darby).

Ce sceau représente la colère de Satan, qui sera dirigée contre l'humanité et en particulier contre le peuple de Dieu. Dieu nous met en garde contre les exactions de Satan, au temps de la fin : « Malheur à vous, habitants de la terre et de la mer ; car le diable est descendu vers vous en grande fureur, sachant qu’il n’a que peu de temps » (Apocalypse 12:12, –Version Ostervald).

Le sixième sceau – des perturbations cosmiques

Décrivant ce qu'il a vu lors de l’ouverture de ce sceau, Jean écrivit : « Je regardai, quand il ouvrit le sixième sceau ; et il y eut un grand tremblement de terre, le soleil devint noir comme un sac de crin, la lune entière devint comme du sang, et les étoiles du ciel tombèrent sur la terre, comme les figues vertes d’un figuier secoué par un vent violent. Le ciel se retira comme un livre qu’on roule ; et toutes les montagnes et les îles furent remuées de leurs places » (Apocalypse 6:12-14).

Ces événements surnaturels ont été prédits longtemps à l’avance comme signes du jour de l’Éternel, de l’époque du retour de Christ ici-bas. Le prophète Joël décrit cette période comme un « jour de ténèbres et d’obscurité, jour de nuées et de brouillards » et un moment où « le soleil et la lune s’obscurcissent, et les étoiles retirent leur éclat… Les cieux et la terre sont ébranlés » (Joël 2:2 ; Joël 3:15-16).

Quand ces événements impressionnants se produiront, l'humanité se rendra compte que Dieu est en train de châtier les habitants de la terre pour leur désobéissance à Ses lois. « Les rois de la terre, les grands, les chefs militaires, les riches, les puissants, tous les esclaves et les hommes libres, se cachèrent dans les cavernes et dans les rochers des montagnes. Et ils disaient aux montagnes et aux rochers : Tombez sur nous, et cachez nous devant la face de celui qui est assis sur le trône, et devant la colère de l’Agneau ; car le grand jour de sa colère est venu, et qui peut subsister ? » (Apocalypse 6:15-17).

Le septième sceau – la colère et la miséricorde de Dieu

La signification du septième sceau, qui comprend sept trompettes, commence à être révélée dans Apocalypse 8. Ce sceau, qui symbolise le Jour du Seigneur, représente le thème prédominant du livre de l'Apocalypse. Il représente à la fois « la colère de l'Agneau » (Apocalypse 6:16) – déversée sur l'humanité à cause de sa désobéissance aux lois de Dieu – et la miséricorde de Dieu, qui – avec le retour de Jésus-Christ sur terre – va établir son Royaume.

Avant l’ouverture du septième sceau, Dieu marquera d’un autre sceau, un groupe de 144 000 personnes, représentant les 12 tribus d'Israël et une grande foule (Apocalypse 7:3-4, 9).

Le mot grec sphragizo, traduit par « marquer du sceau », a le sens d’estampage ou de marquage pour des fins de sécurité. Ce même mot est utilisé par Paul dans Éphésiens 1:13 pour décrire les chrétiens qui ont été « scellés du Saint-Esprit qui avait été promis » et dans Éphésiens 4:30 pour décrire les chrétiens qui ont été « scellés pour le jour de la rédemption ». Le peuple fidèle de Dieu sera ainsi protégé des châtiments devant bientôt s’abattre sur le restant de l'humanité, sur ceux qui se rebellent contre l’Éternel.

Au moment où le septième sceau est ouvert, sept trompettes – représentant une série de châtiments – se préparent à sonner (Apocalypse 8:6). Au moment où la cinquième trompette sonnera, le châtiment sera si sévère que « les hommes chercheront la mort, et ils ne la trouveront pas ; ils désireront mourir, et la mort fuira loin d’eux » (Apocalypse 9:6). Au cours des évènements révélés par la sixième trompette, un tiers de l'humanité mourra (verset 18).

Pour en savoir plus sur les raisons pour lesquelles Dieu est en colère contre l'humanité, voir l'article La colère de Dieu.

La miséricorde divine sera rapidement appliquée lorsque la septième trompette sonnera pour annoncer que « Le royaume du monde est remis à notre Seigneur et à son Christ » (Apocalypse 11:15).

Bien qu'il y aura encore « sept derniers fléaux », appelé aussi « sept coupes d’or, pleines de la colère du Dieu qui vit aux siècles des siècles » par qui « s’accomplit la colère de Dieu » (Apocalypse 15:1, 7), la situation sur terre s’améliorera ensuite rapidement. Lorsque Christ reviendra comme Roi des rois et Seigneur des seigneurs, le Royaume de Dieu sera établi et 1000 ans de paix et de prospérité débuteront.