L’influence familiale – source de sagesse et de leadership

Quelle influence avez-vous sur votre famille ? Les exemples de Rahab et d’Acan nous fournissent des leçons éternelles sur la manière dont nous pouvons influencer nos proches.

L’étude de l’influence que la famille exerce sur l’enfant constitue un défi de taille. Compte tenu des paramètres variables des foyers modernes, il peut être difficile d’identifier et de quantifier l’impact qu’a tel ou tel parent sur l’enfant. Comment trouver des dénominateurs communs quand on compare les enfants adoptifs aux enfants naturels ; les parents naturels aux parents uniques, ainsi que les beaux-parents ?

Quelle influence l’un de ces parents peut-il exercer sur l’enfant quand il devient adolescent, et même dans la vingtaine, la trentaine et la quarantaine ? En fait, quelle influence ont les parents sur tous leurs proches, peu importe leur âge ? Ils finissent par tous prendre leurs propres décisions, par vivre comme ils le souhaitent ; quand on essaie d’influencer positivement ses proches, cela en vaut-il la peine ? Absolument !

Deux exemples bibliques

On trouve, inséré dans la description de la conquête de Canaan par les Israélites, l’histoire de deux familles ayant chacune – dans son clan – un membre influent et des évènements majeurs les affectant respectivement, à quelques jours d’intervalle. L’histoire de ces familles nous concerne.

Rahab, une héroïne insoupçonnée

Dans la première de ces deux familles, vivait Rahab. Cette femme – une païenne, prostituée de métier, vivant à Jéricho (Josué 2:1) – ne semblait guère destinée à devenir une héroïne.

Deux espions israélites se rendirent à Jéricho avant son siège, pour se renseigner sur ce qui s’y passait, et ils décidèrent de passer la nuit chez Rahab. Ils se disaient qu’en faisant ainsi, ils n’éveilleraient pas les soupçons des habitants de la ville. Hélas, leur présence chez Rahab et leur identité  ne tardèrent pas à être révélées au roi, qui s’empressa d’ordonner à Rahab de les lui livrer.

Les espions durent être étonnés  que cette femme bien renseignée les cache et risque sa vie pour leur permettre de s’échapper. Elle fit savoir au roi que les espions étaient effectivement venus chez elle, mais elle prétendit ignorer leur identité et qu’ils venaient juste de partir avant que les portes de la ville ne soient fermées pour la nuit. Plus tard, ce soir-là, Rahab confia aux espions qu’elle savait que Dieu leur avait donné le pays, ce qui effrayait les habitants. Elle leur donna des instructions supplémentaires sur la manière de quitter la ville sans se faire capturer. 

Leur rappelant la faveur qu’elle venait de leur faire, elle leur demanda de lui rendre la pareille. « Je vous prie, jurez-moi par l’Eternel que vous aurez pour la maison de mon père la même bonté que j’ai eue pour vous. Donnez-moi l’assurance que vous laisserez vivre mon père, ma mère, mes frères, mes sœurs, et tous ceux qui leur appartiennent, et que vous nous sauverez de la mort » (Josué 2:12-13). Les espions acceptèrent, et des arrangements furent faits pour identifier la maison de Rahab par un cordon de fil rouge accroché à une fenêtre. La vie de ceux qui viendraient dans sa maison serait épargnée lors du siège de la ville.

Par ses mesures courageuses et son influence, elle sauva la vie de tous les membres de sa famille qui prirent refuge dans sa maison (Josué 6:25). Rahab avait probablement appris que la prostitution et le mensonge sont des péchés. Sa foi la poussa à obéir au Dieu d’Israël et à ses lois. Elle se maria et devint un membre respecté d’Israël. Son fils Boaz allait faire partie de la lignée du roi David (Matthieu 1:5-6). Dans l’épître aux Hébreux, Rahab est citée comme exemple de foi (Hébreux 11:31) et l’apôtre Jacques l’a citée pour montrer le lien entre la foi et les œuvres (Jacques 2:25).

Acan, un leader malavisé

Après que les Israélites, avec l’aide miraculeuse de Dieu, aient réussi à prendre Jéricho, ils la brûlèrent. Le seul butin qu’ils en tirèrent fut « tout l’argent et tout l’or, tous les objets d’airain et de fer », lesquels devaient être « consacrés à l’Eternel », et être placés « dans le trésor de l’Eternel » (Josué 6:19). Hélas, un dénommé Acan, de la tribu de Juda, convoita une partie du butin : « un beau manteau de Schinear, deux cents sicles d’argent, et un lingot d’or » qu’il cacha dans sa tente (Josué 7:21). La désobéissance d’Acan ne passa pas inaperçue pour Dieu. Lorsque les Israélites se préparèrent à prendre la ville suivante – Aï – et qu’ils estimèrent n’avoir à utiliser que 2 000 à 3 000 de leurs hommes pour la prendre, ils furent fort découragés quand les habitants d’Aï les vainquirent, tuant 36 des leurs. Josué et les anciens ne tardèrent pas à découvrir pourquoi.

Dieu dit : « Israël a péché ; ils ont transgressé mon alliance que je leur ai prescrite, ils ont pris des choses dévouées par interdit, ils les ont dérobées et ont menti, et ils les ont cachées parmi leurs bagages. Aussi les enfants d’Israël ne peuvent-ils résister à leurs ennemis […] je ne serai plus avec vous, si vous ne détruisez pas l’interdit du milieu de vous » (versets 11-12).

Le lendemain matin, les Israélites découvrirent qu’Acan était celui qui avait péché. Après avoir récupéré les objets consacrés, « Josué et tout Israël avec lui prirent Acan, fils de Zérach, l’argent, le manteau, le lingot d’or, les fils et les filles d’Acan, ses bœufs, ses ânes, ses brebis, sa tente, et tout ce qui lui appartenait […] Et tout Israël le lapida. On les brûla au feu, on les lapida » (versets 24-25). Acan ne fut pas pour les siens le genre de protecteur dont avait besoin sa famille. Apparemment, sa mauvaise influence causa la destruction de tous ses proches.

Pourquoi Dieu punit-il la famille d’Acan ?

Dieu ne tient pas pour responsables les membres de la famille pour les péchés de l’un des siens. Comme il l’a précisé, « On ne fera point mourir les pères pour les enfants, et l’on ne fera point mourir les enfants pour les pères ; on fera mourir chacun pour son péché » (Deutéronome 24:16 ; Ézéchiel 18:20).

Pourquoi toute la famille d’Acan fut-elle exécutée ? Il semble que tous les membres de sa famille immédiate aient été de connivence. Dieu – qui sait tout et voit tout – indique que plusieurs personnes avaient péché (« ils ont […] pris des choses dévouées par interdit, ils les ont dérobées et ont menti » (Josué 7 :11 ; c’est nous qui soulignons). Dans son commentaire Through the Bible Day by Day, F.B. Meyer écrit: « La famille d’Acan avait participé à ce crime. Le contraire eut été inconcevable, les articles ayant été enterrés dans la tente commune » (notes sur Josué 7:16-26).

Une leçon-clé à tirer de l’histoire d’Acan est que nos actes peuvent énormément en influencer et en affecter d’autres. Acan « ne fut pas le seul qui périt à cause de son crime » (Josué 22:20).

La responsabilité familiale

La Bible cite d’autres personnes – Noé, Abraham, Lois, Eunice etc. – qui influencèrent positivement leurs proches. Ces exemples montrent que la direction et l’influence familiale sont énormes. Comment pouvons-nous avoir un impact aussi positif sur nos proches ? Notre exemple individuel est souvent la plus forte influence que nous puissions avoir sur les êtres qui nous sont chers.

S’il est tentant de se dire que ce que l’on fait ne regarde personne, il est erroné de croire que nos actions n’affectent pas les autres.  Nos propos et nos actions affectent autrui, notamment notre famille.

Les anciens Israélites apprirent, par les actions d’Acan, ce que le péché d’une personne peut provoquer sur sa famille et sur toute une nation. Quelque 1 500 ans plus tard, l’apôtre Paul compara la tolérance de la congrégation de Corinthe – pour l’immoralité sexuelle de l’un des leurs – à un peu de levain qui fait lever toute la pâte (1 Corinthiens 5:1,6).

Une formation spirituelle

L’un des cadeaux les plus précieux que nous puissions offrir à nos familles est d’être pour elles un bon exemple spirituel. La Bible nous dit clairement : « Instruis l’enfant selon la voie qu’il doit suivre ; et quand il sera vieux, il ne s’en détournera pas » (Proverbes 22:6) ; et elle nous dit d’enseigner à nos enfants les avantages qu’il y a à soigneusement observer les commandements divins (Deutéronome 6:20-25).

Cette directive biblique a amplement été testée et prouvée par des recherches modernes. D’après un article affiché sur Marripedia, intitulé Effects of Religious Practice on Society, « d’abondantes recherches, effectuées ces cinq dernières décennies, ont démontré les bénéfices de la pratique religieuse pour la société. La pratique religieuse favorise le bien-être des individus, des familles et de la communauté ». Il est notamment précisé que « la fréquentation régulière d’offices religieux est liée à une vie de famille saine, stable ; à des mariages solides ; et à des enfants ayant de bonnes manières. Le culte religieux mène aussi à une réduction des cas de violence domestique, des crimes, de la consommation de drogue ; et de l’addiction.

« De surcroît, la pratique religieuse peut améliorer la santé physique et mentale, la longévité et l’acquisition de connaissances. Ces dividendes profitent à toutes les générations – les parents et les grands-parents transmettant ces bénéfices aux générations montantes » (ibid.).

Ces acquis sont enregistrés à partir de la pratique religieuse, en général, plus nous suivons les enseignements et les valeurs de la Bible, plus les bénédictions sont grandes.

Pour une étude plus approfondie sur les raisons d’être du mariage et de la famille, lire notre article intitulé « Le modèle divin de la famille ». Si vous souhaitez savoir ce que la Bible déclare à propos de l’éducation des enfants, nous vous proposons notre article « Comment éduquer nos enfants » et les articles connexes affichés sur notre site VieEspoirEtVerite.org.