Le modèle divin de la famille

Le mariage et la famille n’ont pas simplement évolué ; les familles modernes ne se conforment pas au modèle biblique. Comprendre ce que Dieu a prévu pour elles peut nous aider à améliorer nos foyers.

D’après la Bible, le mariage symbolise un grand et merveilleux mystère (Éphésiens 5:32). Elle décrit en outre le résultat de l’amour étonnant de Dieu au niveau familial :

« Voyez quel amour le Père nous a témoigné, pour que nous soyons appelés enfants de Dieu ! » (1 Jean 3:1).

Or, ces superlatifs contrastent énormément avec les réalités de nos familles modernes. Vu les misères que ces dernières procurent à tant de gens, le mariage et la famille semblent être des institutions passées de mode qu’il faille éliminer pour « évoluer ».

Un accident fortuit ou un modèle ?

Comment le mariage et la famille sont-ils devenus des éléments de base quasi universels dans diverses cultures, dans le monde, à travers l’histoire ? Ceux qui pensent que la famille est un produit de l’évolution pensent que la monogamie est une erreur de parcours.

Selon l’anthropologue Margaret Mead, « les pères sont des nécessités biologiques, mais aussi des accidents de la société ». Elle estime que d’autres structures sociales, n’attribuant pas au père le rôle qu’il n’a cessé de remplir, auraient tout aussi bien pu s’imposer.

Selon le biologiste évolutionniste David P. Barash, « la monogamie est menacée du fait de notre biologie. Les hommes, typiquement, sont plus imposants que les femmes, ont plus de muscles, sont plus enclins à la violence et deviennent sexuellement et socialement mûrs plus tard. Ces traits sont typiques d’une espèce animale dans laquelle le mâle fait concurrence à d’autres mâles pour s’accoupler avec un certain nombre de femelles » (« Is Monogamy Over? », Time du 21 septembre 2015, p. 64). Néanmoins, il a également dit :

« Bien que la monogamie ne soit pas naturelle et, de ce fait, ne soit pas facile, elle offre le bénéfice des soins de deux parents. Il est rare, pour toute espèce, que le mâle et la femelle s’occupent de leurs petits, à moins que les mâles soient certains d’être génétiquement apparentés aux petits, une assurance que seule la monogamie peut fournir. Et les enfants des humains ayant plus besoin des soins, de la protection et de l’investissement des parents, probablement plus que n’importe quel autre animal, ils bénéficient de la monogamie ».

D’autres savants ont catalogué les autres avantages fournis par le mariage et la famille. La couverture de la revue Time du 13 juin 2016 résumait plusieurs des avantages qu’offre le mariage, dans notre monde moderne qui change rapidement :

« Conjointement, de nouvelles preuves ne cessent de s’accumuler démontrant qu’il y a peu de choses  qui soient aussi bonnes, pour notre bien-être et nos finances, que le fait de rester marié.

Les couples qui sont restés ensemble jusqu’à leurs vieux jours ont trouvé qu’être ensemble a été une expérience sublime, déclare Karl Pillemer – gérontologue à Cornell University ayant effectué une enquête poussée sur 700 personnes âgées, pour son livre 30 Lessons for Loving. Tous – 100% d’entre eux – ont déclaré à un moment donné que la longévité de leur mariage était ce qu’il y avait de meilleur dans leur vie ».

Mais il a ajouté : « Tous ont aussi déclaré que “le mariage est difficile”, voire “réellement difficile” ou “réellement très difficile” » (p. 38).

(Les bénéfices, pour les enfants grandissant dans des familles ayant deux parents solides ont été documentés dans de nombreuses enquêtes. Lire à cet effet notre encart « Faits sur la famille »).

Les institutions que sont le mariage et la famille sont-elles le fruit du plus pur des hasards lors d’une supposée « évolution » ? Les avantages et les défis de ces relations intimes ont-ils, au contraire, une raison bien précise ?

Dès le commencement

Dieu prétend être l’Auteur du mariage et de la famille.

Quand on interrogea Jésus sur le divorce, Il en clarifia le contexte :

« N’avez-vous pas lu que le créateur, au commencement, fit l’homme et la femme et qu’il dit : C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair ? Ainsi ils ne sont plus deux, mais ils sont une seule chair. Que l’homme donc ne sépare pas ce que Dieu a joint »          (Matthieu 19:4-6).

Dieu a conçu la relation intime qu’est le mariage pour qu’elle soit exclusive et durable – étant symbolique des liens étroits entre Christ et Son Église (Éphésiens 5:32). Il a toujours été dans Ses intentions que les mariages produisent des enfants pieux, et que la famille reflète la relation qu’Il souhaite avoir avec nous (Malachie 2:15 ; 2 Corinthiens 6:18).

Les échecs familiaux

En dépit de ces objectifs divins, les imperfections humaines n’ont pas tardé à souiller les rapports merveilleux que Dieu souhaitait. Adam et Ève succombèrent à des tentations qui ont mené à des conditions de vie bien plus difficiles et à une guerre des sexes. Leur fils succomba à la jalousie et assassina son propre frère. La vie des familles, depuis, n’a cessé d’empirer.

Ces relations que Dieu a créées étaient-elles défectueuses ? Aucunement. Mais nous autres humains nous sommes écartés du modèle divin. Les choix humains d’options matérialistes de piètres valeurs (comme le fait de remplacer l’amour et l’engagement par la convoitise et l’égoïsme) et l’adoption de raccourcis (comme les rapports sexuels prémaritaux, le manque de préparation et l’absence de fidélité) proscrivent l’édification des rapports parfaits que Dieu a établis dans la Bible.

Le modèle divin a été suffisamment résilient pour fournir des bénéfices à des millions d’êtres humains pendant des millénaires. Nos versions humaines de la famille ont toutes eu de graves défauts et elles ont produit bien trop de maux tragiques, étant souvent dysfonctionnelles ou étant des foyers de mauvais traitements. Il ne faut pas confondre ces institutions humaines dysfonctionnelles avec les institutions originales parfaites que Dieu a conçues.

Le modèle divin

La Bible fournit de nombreuses clés permettant de développer le genre de relations que Dieu souhaite. Parlons brièvement de quatre d’entre elles.

  • L’amour et le respect. L’apôtre Paul fournit plusieurs directives aux époux, dans Éphésiens 5:33 : « Que chacun de vous aime sa femme comme lui-même, et que la femme respecte son mari. » L’amour et le respect sont indispensables dans toutes les relations, mais dans ce passage, à partir du verset 22, Paul semble indiquer qu’en aimant sa femme de façon altruiste, comme Christ aime l’Église, le mari pourvoit à un besoin profond pour sa femme, facilitant son devoir de le respecter et de l’aimer. Parallèlement, quand sa femme le respecte, cela pourvoit à un besoin profond qu’il a, et cela l’aide à l’aimer et à la respecter. Tout ceci contribue à créer une ambiance saine de soumission mutuelle et d’appréciation envers Dieu (versets 20-21).
  • Élevez et honorez. D’après Éphésiens 6:4, les parents doivent élever leurs enfants « en les corrigeant et en les instruisant selon le Seigneur ». Ils doivent éduquer leurs enfants avec amour, leur montrer comment vivre pieusement en s’acquittant de leurs responsabilités, les encourageant et évitant de les « irriter ». Il est rappelé aux enfants « d’honorer » leurs parents conformément au Cinquième Commandement – le premier commandement avec une promesse (verset 2). S’ils apprennent tôt à honorer leurs ainés et à se soumettre à l’autorité, ils auront plus de chances de bien vivre, et longtemps (verset 3). Éduquer et honorer peuvent profiter à bien des relations, mais c’est surtout particulièrement constructif dans la relation parent/ enfant. Nous vous conseillons à cet effet la lecture de nos articles « Comment éduquer nos enfants » ; « Conseils sur l’éducation des enfants » et « Le Cinquième Commandement : Honore ton père et ta mère ». Notre section « Relations personnelles » sur notre site VieEspoirEtVerite.org contient aussi des conseils pratiques sur le mariage et la famille.

Comprendre l’ultime raison d’être de ces relations fondamentales peut aussi nous aider à ne pas trop nous attarder sur les défis et les frustrations de cette vie, conscients qu’une vie pleine de joies en tant qu’enfants de Dieu, et pour l’éternité, nous attend.