Pour avoir des familles unies et solides

Que faire pour protéger nos foyers de la vague d’attaques visant à détruire la famille traditionnelle ? Que faire pour avoir des familles unies et solides ?

En 1979, les Pirates – l’équipe de joueurs professionnels de baseball de la ville américaine de Pittsburgh – surprenaient une foule de gens en gagnant la coupe du championnat du monde. C’était une équipe très unie et, pour le montrer, elle avait adopté la chanson populaire de Sister Sledge  « Nous sommes une famille » pour décrire sa force et son unité. L’expression « La famille » avait été imprimée sur le toit de son abri, sur des bannières, des autocollants de pare-chocs et sur des maillots, un peu partout. Ces joueurs se disent être une famille.

La famille traditionnelle peut, parallèlement, être décrite comme une équipe que l’on souhaite unifiée et solidaire. Néanmoins, nous savons que certaines équipes n’ont pas vraiment le chic pour agir de concert dans les moments difficiles, et il n’est pas rare de voir certains joueurs se critiquer mutuellement pour les problèmes que l’équipe affronte régulièrement.

Hélas, la même remarque s’applique à bien des familles. Que faire pour solidifier et protéger nos foyers ?

Le mariage et la famille font l’objet d’attaques virulentes

Les changements radicaux dans notre culture et dans les définitions du mariage et de la famille affectent bien des gens. Il n’y a pas si longtemps, le mariage était largement apprécié en tant qu’institution unissant un homme et une femme, et faisant équipe pour éduquer ses enfants. Mettre au monde des enfants, les éduquer, les protéger et leur fournir ce dont ils ont besoin passaient pour les tâches essentielles des parents.

Néanmoins, les changements dramatiques qui ont eu lieu dans notre société ont modifié la composition de nombreuses familles. Décrivant les résultats du recensement américain de 2010, le New York Times a fait remarquer que « les couples mariés représentaient 48% des foyers américains en 2010… c’était légèrement moins qu’en 2000, mais très en dessous des 78% composés par les couples mariés en 1950. De surcroit, 1/5 des foyers représentait des familles traditionnelles – des couples mariés ayant des enfants – soit ¼ en moins de ce qu’ils étaient il y a 10 ans et 43% de moins qu’en 1950. »

L’impact de ces changements sur les enfants est tout aussi dramatique. L’article du New York Times poursuit : « W. Bradford Wilcox, directeur du National Marriage Project à l’université de Virginie explique que le repli [de l’institution…] du mariage est néfaste à la société du fait de la sécurité amoindrie des enfants. “C’est inquiétant parce que ces enfants courent davantage le risque d’être la proie à l’instabilité, de relations familiales complexes et de la pauvreté » (« Les couples mariés, d’après ce recensement, ne représentent plus la majorité », 26 mai 2011).

Vu la fréquence des divorces et les diverses structures familiales « de rechange », l’idée d’un mariage solide et d’une famille unie peut, de nos jours, sembler illusoire ou impossible pour beaucoup d’enfants. « L’état de nos unions » – un rapport annuel sur le mariage et la famille, aux Etats-Unis, fourni par le National Marriage Project – révèle des changements inquiétants et profonds dans cette bifurcation culturelle dramatique, et dans son impact sur les enfants. Les statistiques américaines fournies par le National Marriage Project’s 2012 “Social Indicators of Marital Health and Well-Being” sont choquantes :

  • À présent, 40% de tous les enfants, et 72% des enfants de souche africaine sont nés hors mariage.
  • Le nombre de couples en union libre et ayant des enfants est à présent 15 fois supérieur à ce qu’il était en 1960, et 40% de tous les enfants passeront quelque temps dans un foyer en union libre, en grandissant.
  • Un million d’enfants, environ, chaque année, voient leurs parents divorcer et en font les frais.

Cet abandon du nucléus familial est directement lié aux attitudes qu’ont les jeunes adultes, dont moins de la moitié croient qu’il est mal d’avoir des enfants en dehors du mariage.

D’après Stephanie J. Ventura, du National Center for Health Statistics, environ 1,7 million de bébés sont nés en 2007 de femmes non mariées – une augmentation de 26% par rapport au 1,4 million dans la même catégorie, en 2002, et plus du double qu’en 1980. Les femmes non mariées étaient responsables de 39,7% de toutes les naissances, aux Etats-Unis, en 2007, soit 34% de plus qu’en 2002 et plus du double qu’en 1980.

Que faut-il faire, si l’on veut avoir des familles solides et unies ?

Des relations solides et de l’amour

Des liens d’amour entre membres de la même famille sont essentiels. Toute famille qui a des rapports sains et engagés est protégée et solidifiée. Quand des défis se dressent – ce qui est parfois le cas – les familles unies se serrent les coudes ou résolvent les problèmes elles-mêmes.

Le fondement de ces familles solides et unies est l’amour. La Bible définit l’amour comme – entre autres – ne soupçonnant point le mal, n’étant point envieux, se réjouissant de la vérité et supportant tout (1 Corinthiens 13:4-7). Une famille où règne l’amour partage ses rêves, ses espoirs, ses biens, ses souvenirs, ses sourires, ses froncements de sourcils, ses réussites et ses échecs. Elle fournit un abri dans la tempête, un port d’attache quand les vagues de la vie se font trop menaçantes. Aucun de ses membres ne se sent isolé.

La famille résiliente

Trop de familles, de nos jours, semblent se faire l’écho de la boutade du comédien Robert Orben : « Comment oublier les propos immortels de Winston Churchill – “Nous nous battrons sur les plages ; nous nous battrons sur les ères de débarquement ; nous nous battrons dans les champs et dans les rues ; nous nous battrons dans les collines !” Cela décrit bien nos vacances familiales ! »

En revanche, la famille où règne l’amour et qui est engagée est résiliente; et la famille résiliente lutte, unie, et se relève face à des problèmes qui détruiraient d’autres foyers.

Nos familles peuvent s’inspirer de la description que nous donne l’apôtre Paul de la résilience des chrétiens du premier siècle face aux dures épreuves : « Nous sommes pressés de toute manière, mais non réduits à l’extrémité ; dans la détresse, mais non dans le désespoir ; persécutés, mais non abandonnés ; abattus, mais non perdus » (2 Corinthiens 4:8-9). Paul et les chrétiens fidèles se fiaient à Dieu pour recevoir la force et le soutien dont ils avaient besoin pour affronter les épreuves, et les familles peuvent faire de même.

Le pouvoir de l’exemple

Des liens solides entre membres d’une même famille peuvent augmenter l’influence d’un exemple positif.

Paul loua plusieurs membres de la famille de Timothée pour leur exemple positif : « gardant le souvenir de la foi sincère qui est en toi, qui habita d’abord dans ton aïeule Loïs et dans ta mère Eunice, et qui, j’en suis persuadé, habite aussi en toi » (2 Timothée 1:5).

La Bible fournit également d’autres exemples de liens serrés pouvant être développés. Prenons l’exemple de Ruth et de Naomi : Ruth avait épousé le fils de Naomi, mais il était décédé. Ruth aurait pu retourner vers son peuple et chercher un autre mari ; or, Ruth décida de conserver l’héritage de son défunt mari en restant avec sa belle-mère Naomi.

Ruth décela quelque chose dans Naomi, et le Dieu de cette dernière la poussa à dire : « Ne me presse pas de te laisser, de retourner loin de toi ! Où tu iras, j’irai, où tu demeureras, je demeurerai ; ton peuple sera mon peuple, et ton Dieu sera mon Dieu ; où tu mourras, je mourrai, et j’y serai enterrée. Que l’Eternel me traite dans toute sa rigueur, si autre chose que la mort vient à me séparer de toi ! » (Ruth 1:16-17).

Dieu veut que nous développions des liens solides de loyauté familiale et d’amour filial. Il veut que nous partagions avec Lui nos rêves, nos espoirs, nos biens et nos souvenirs, en famille. Il veut que nous édifiions des liens familiaux solides et que nous L’adorions et L’honorions en famille.

Quels sont les outils dont nous avons besoin pour fonder des familles solides et unies ?

Des qualités familiales critiques

Voici plusieurs qualités familiales que Family Connections (une publication du North Dakota State University Extension Service) décrit comme étant couramment identifiées dans les enquêtes sur ce qui cimente les familles solides et unies :

  1. Les membres des familles solides et résilientes s’occupent les uns des autres, se rendant disponibles et faisant nettement de cela une priorité, œuvrant activement pour créer des liens familiaux satisfaisants.
  2. Les membres des familles solides et résilientes passent délibérément et consciencieusement du temps ensemble et aiment travailler et jouer ensemble.
  3. Les membres des familles solides et résilientes dialoguent clairement et avec gentillesse entre eux. Le dialogue est l’élément vital de leurs rapports familiaux. Ce dialogue familial sain consiste pour eux à s’écouter mutuellement, à essayer de se comprendre et à faire de réels efforts pour explorer leurs préoccupations. Chacun perfectionne son dialogue, écoute attentivement ce que les autres ont à dire et essaie de communiquer de manière positive et efficace.
  4.  Les membres des familles solides et résilientes cultivent l’amour et le respect mutuel en échangeant des compliments, en exprimant leur appréciation et leur soutien et en s’entraidant à se sentir bien dans leur peau.
  5. Les membres des familles solides et résilientes travaillent ensemble pour résoudre leurs problèmes et pour faire face aux défis, en se serrant les coudes, en s’entraidant et en s’aidant positivement.
  6. Les membres des familles solides et résilientes sont aux petits soins les uns pour les autres, s’assurant que les besoins de chacun – financiers, de santé, d’entretien domestique – sont comblés du mieux possible.
  7. Les membres des familles solides et résilientes développent des valeurs religieuses, spirituelles et morales collectives qui leur fournissent une orientation commune. Les enquêtes sur les familles solides ne cessent de constater l’importance de valeurs et de convictions mutuelles qui donnent à chacun de leurs membres un sentiment d’identité et de direction communes. Ces valeurs peuvent devenir une source de force pour les membres de la famille quand la vie devient difficile ». (Sean Brotherson, “Building a Strong Family,” Family Connections, pp. 5-6).

Une famille spirituelle

Dieu est, Lui aussi, en train de fonder Sa propre famille. Cette dernière s’identifiera par les mêmes traits que ceux qu’Il nous enseigne dans Sa Parole – la Bible. Dieu désire avoir une très grande famille, chacun de ses membres faisant sa part pour contribuer à la santé et au bien-être communs.

Comme l’a expliqué l’apôtre Jean, « Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n’a pas encore été manifesté ; mais nous savons que, lorsqu’il paraîtra, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu’il est. Quiconque a cette espérance en lui se purifie, comme lui-même est pur » (1 Jean 3:2-3).

Comme dans toute famille solide, nous serons identifiés comme faisant partie de la famille divine en reflétant le caractère de notre Père céleste et de Son Fils Jésus-Christ. Faire activement partie du Royaume de Dieu sera notre identité familiale future.

Ne manquez pas de consulter nos sections sur le mariage et sur l’éducation des enfants