« Tout à coup, en un instant » — une leçon sur le coronavirus et les prophéties

On néglige souvent une leçon importante à propos des prophéties. La pandémie de coronavirus nous rappelle que nous devons être spirituellement prêts à affronter ce qui va se passer !

« Tout à coup, en un instant, tout a changé pour nous ! »

C’est certainement ce qu’on dira un jour en se remémorant la pandémie de coronavirus ayant affecté le monde en 2020. La rapidité avec laquelle elle s’est étendue, n’épargnant pratiquement aucun pays, est l’un des aspects les plus stupéfiants de cette expérience.

Ce qui, par contre, nous échappe plus souvent, c’est que cette pandémie est un signe avant-coureur d’autres manchettes qui ont déjà été écrites, bien que décrivant quelque chose qui n’a pas encore eu lieu. De quoi s’agit-il ? Des prophéties bibliques à propos d’évènements mondiaux qui culmineront à la fin de l’ère présente.

Il se peut que ces évènements annoncés par Jésus et les prophètes qui L’ont succédés vous soient bien connus, mais cette pandémie de coronavirus est une grande leçon concernant un autre élément très important auquel vous devez réfléchir : la rapidité effarante avec laquelle les prophéties peuvent s’accomplir !

Un mur élevé, une ruine soudaine

Le palmarès des rapports de l’humanité avec Dieu est évident : nous rechignons à Le croire et à Le prendre au sérieux. Nous avons du mal à tenir compte de Ses avertissements que la vie peut changer tout à coup, surtout quand les choses semblent bien aller sur le moment. Jadis, les citoyens des royaumes d’Israël et de Juda ont appris cette leçon à leurs dépens. En dépit des mises en garde répétées des prophètes de l’Éternel, c’était « un peuple rebelle […] des enfants qui ne veulent point écouter la loi de l’Éternel » et qui disaient « Ne nous prophétisez pas des vérités, dites-nous des choses flatteuses, prophétisez des chimères ! […] éloignez de notre présence le Saint d’Israël ! » (Ésaïe 30:9-11).

« Puisque vous rejetez cette parole, que vous vous confiez dans la violence et dans les détours et que vous les prenez pour appuis, dit Dieu, ce crime sera pour vous comme une partie crevassée qui menace ruine et fait saillie dans un mur élevé, dont l’écroulement arrive tout à coup, en un instant » (versets 12-13 ; c’est nous qui soulignons). Que cet avertissement divin est visuel !

Dieu demeure souvent silencieux pendant longtemps, pendant que les péchés s’accumulent dans la vie d’un individu – ou dans la société – mais quand le mur du péché s’écroule sur nous, il s’accompagne d’une destruction soudaine.

Ce fut le cas des 10 tribus d’Israël ; l’impensable se produisit. Comme l’Éternel le leur avait dit : « Il élève une bannière pour les peuples lointains, et il en siffle un des extrémités de la terre : Et voici, il arrive avec promptitude et légèreté » (Ésaïe 5:26). Après avoir été patient pendant des siècles, Dieu permit enfin que Son peuple soit soudain conquis et emmené captif par l’Assyrie.

Lents à apprendre

Il semble aussi que nous autres humains soyons lents à apprendre. En l’espace de quelques décennies, Dieu avertit pareillement le peuple du royaume de Juda du désastre qui le menaçait, du fait de ses péchés continuels. « Ils sont habiles pour faire le mal, mais ils ne savent pas faire le bien » (Jérémie 4:22). Leurs péchés comprenaient la convoitise, la fausse religion, la pratique de plusieurs abominations, ainsi que le rejet des lois et des paroles divines.

En tant que porte-parole de l’Éternel, Jérémie plaida avec le peuple : « Ainsi parle l’Éternel : Placez-vous sur les chemins, regardez, et demandez quels sont les anciens sentiers, quelle est la bonne voie ; marchez-y, et vous trouverez le repos de vos âmes ! Mais ils répondent : Nous n’y marcherons pas » (Jérémie 6:16).

Il alla même jusqu’à décrire précisément comment s’abattrait leur châtiment : « Voici, un peuple vient du pays du septentrion », « le dévastateur vient sur nous à l’improviste » (Ésaïe 6:22 et 26). Dieu finit par ôter Sa protection, et Juda fut stupéfait quand, tout à coup, le peuple se vit vaincu et son temple détruit.

Le passé va se répéter.

Le sort des anciens royaumes d’Israël et de Juda sert d’avertissement de ce qui attend le monde. L’une des prophéties majeures sur le temps de la fin a affaire avec ce qui doit se passer à l’époque appelée le Jour du Seigneur (ou Jour de l’Éternel).

Dieu révéla au prophète Sophonie un aperçu détaillé d’une grande partie des évènements devant encore s’accomplir. Au début de son livre, il voit une époque où « le grand jour de l’Éternel est proche » (Sophonie 1:14). Et cela est répété, pour bien montrer la rapidité avec laquelle il doit arriver : « Il est proche, il arrive en toute hâte ; le jour de l’Éternel fait entendre sa voix, et le héros pousse des cris amers ».

Au verset 18, il ajoute : « Ni leur argent ni leur or ne pourront les délivrer, au jour de la fureur de l’Éternel ; par le feu de sa jalousie tout le pays sera consumé ; car il détruira soudain tous les habitants du pays ».

Un autre prophète annonçant le retour de Christ met lui aussi l’accent sur la soudaineté avec laquelle cet évènement se produira : « Voici, j’enverrai mon messager ; il préparera le chemin devant moi. Et soudain entrera dans son temple le Seigneur que vous cherchez ; et le messager de l’alliance que vous désirez, voici, il vient, dit l’Éternel des armées » (Malachie 3:1).

L’apôtre Paul savait que le monde ne remarquera pas les conditions régnant avant le retour de Christ et sera de ce fait stupéfait de la rapidité avec laquelle elles se succéderont : « Le jour du Seigneur viendra comme un voleur dans la nuit. Quand les hommes diront : Paix et sûreté ! alors une ruine soudaine les surprendra, comme les douleurs de l’enfantement surprennent la femme enceinte, et ils n’échapperont point » (1 Thessaloniciens 5:2-3).

Beaucoup d’autres évènements bouleversants sont prophétisés pour la période précédant le retour de Christ, or, faut-il s’attendre à ce que le monde réagisse différemment ? Ne devrions-nous pas plutôt nous dire que les paroles que Dieu dit jadis à Babylone servent toujours d’avertissement pour tous les peuples à présent ? Dieu déclara : « Le malheur viendra sur toi, sans que tu en voies l’aurore ; la calamité tombera sur toi, sans que tu puisses la conjurer ; et la ruine fondra sur toi tout à coup, à l’improviste » (Ésaïe 47:11).

Le jugement soudain de la Babylone du temps de la fin

On vous dira : « C’est du passé ; il y a belle lurette que Babylone a cessé d’exister ! » Et bien non ! Cet empire mondial était un précurseur de la société actuelle, du temps de la fin. À cinq reprises, dans le livre de l’Apocalypse, Dieu appelle le système politico-religieux du temps de la fin… « Babylone », et Il précise dans le 18e chapitre que ce qu’il advint de l’antique Babylone va de nouveau se produire.

« Autant elle s’est glorifiée et plongée dans le luxe, autant donnez-lui de tourment et de deuil. Parce qu’elle dit en son cœur : Je suis assise en reine, je ne suis point veuve, et je ne verrai point de deuil ! à cause de cela, en un même jour, ses fléaux arriveront, la mort, le deuil, et la famine, et elle sera consumée par le feu » (versets 7-8). Dieu déclare que le monde entier en sera stupéfait.

« Et tous les rois de la terre, qui se sont livrés avec elle à la débauche et au luxe, pleureront et se lamenteront à cause d’elle, quand ils verront la fumée de son embrasement. Se tenant éloignés, dans la crainte de son tourment, ils diront : Malheur ! malheur ! La grande ville, Babylone, la ville puissante ! En une seule heure est venu ton jugement ! » (versets 9-10).

Deux fois de plus, dans les versets suivants, se trouve l’expression « en une seule heure ». À l’instar de celle « en un même jour », elle ne doit pas nécessairement être prise à la lettre, mais elle met l’accent sur la rapidité avec laquelle ces évènements doivent se produire.

Non seulement ce qui va se passer, mais aussi la rapidité avec laquelle cela doit se passer, seront stupéfiants !

Veillons-nous ou dormons-nous ?

Dans ce schéma d’ensemble de l’histoire et des prophéties pour l’avenir, se trouvent trois leçons importantes :

Dieu est patient, et parfois muet, quand Il voit les gens pécher de plus en plus. Néanmoins, nous ne devons surtout pas prendre Sa patience et Son silence pour Son approbation ou Son désintéressement (Psaume 50:21).

Quand Dieu estime que le moment est venu d’intervenir, rien ne L’arrête ! Il peut rapidement et tout à coup obtenir le résultat qu’Il désire, quel qu’il soit.

Les gens sont invariablement pris au dépourvu et choqués par la soudaineté des évènements quand ils se déroulent, même quand ils ont été avertis.

Cela nous amène à un autre élément-clé sur lequel Jésus a insisté. Parlant de Son retour sur terre, Il a dit : « Pour ce qui est du jour ou de l’heure, personne ne le sait, ni les anges dans le ciel, ni le Fils, mais le Père seul. Prenez garde, veillez et priez ; car vous ne savez quand ce temps viendra » (Marc 13:32-33).

Et Christ d’ajouter, de nouveau : « Veillez donc, car vous ne savez quand viendra le maître de la maison, ou le soir, ou au milieu de la nuit, ou au chant du coq, ou le matin ; craignez qu’il ne vous trouve endormis, à son arrivée soudaine. Ce que je vous dis, je le dis à tous, veillez » (versets 35-37).

Sur quoi veiller ?

Nous devons, certes, veiller – observer ce qui se passe dans le monde – et comprendre les raisons de son état. N’importe qui peut voir ce qui se passe sur terre, mais rares sont ceux qui savent pourquoi les évènements qui s’y déroulent ont lieu et où ils vont mener, notamment à la lumière des prophéties bibliques.

Nous devons néanmoins, avant tout, veiller à ce que notre état spirituel soit bon. Jésus a dit : « Vous aussi, tenez-vous prêts, car le Fils de l’homme viendra à l’heure où vous n’y penserez pas » (Matthieu 24:44). Son message qui s’adresse à nous tous est très clair. Nous devons veiller sur nous-mêmes ! Pourquoi ? Parce que nous pouvons très bien savoir ce qui se passe dans le monde en étant malgré tout spirituellement endormis, ignorant ce qui ne va pas dans nos vies !

Il y a une différence entre veiller et être prêt. Être prêts ne dépend pas de ce que nous savons à propos des évènements mondiaux ni de ce que nous avons assemblé tous les morceaux du puzzle des prophéties. Être prêts a affaire avec notre condition spirituelle !

Jésus a développé ce thème dans Matthieu 25 avec Sa parabole des vierges sages et des vierges folles, insistant doublement sur le fait que nous devons veiller sur nous-mêmes et être spirituellement prêts pour Son retour. « Celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui [Christ, l’époux] dans la salle des noces » (verset 10). Et quand les vierges folles le supplièrent de les laisser entrer, elles ont dû être choquées d’entendre l’époux leur répondre : « Je ne vous connais pas ».

Il est urgent de veiller, ou vous paniquerez plus tard

C’est clair. Les évènements annonçant le retour de Christ nous ont été expliqués, mais ceux qui ne jugent pas utile de connaître Dieu avant que ces évènements n’aient lieu paniqueront quand ils commenceront à se dérouler.

Dans le récit de Luc, Christ insiste encore davantage : « Prenez garde à vous-mêmes, de crainte que vos cœurs ne s’appesantissent par les excès du manger et du boire, et par les soucis de la vie, et que ce jour ne vienne sur vous à l’improviste ; car il viendra comme un filet sur tous ceux qui habitent sur la surface de toute la terre. Veillez donc et priez en tout temps, afin que vous ayez la force d’échapper à toutes ces choses qui arriveront, et de paraître debout devant le Fils de l’homme » (Luc 21:34-36).

Les évènements prophétisés qui doivent bientôt se produire et mener au retour de Christ ne vont pas prendre Dieu au dépourvu ; ils ne Lui sembleront pas soudains ! Le sentiment qu’ils seront soudains et surprenants sera une réaction humaine. Pourquoi ? Parce qu’en dépit des avertissements divins, nous autres humains sommes enclins à être « appesantis », distraits par tant d’autres choses, dans la vie, plutôt qu’à nous soucier des choses de Dieu.

Nous publions souvent dans Discerner, et sur notre site VieEspoirEtVerite.org, des articles expliquant les nombreux évènements prophétisés pour le temps de la fin. La pandémie de coronavirus, à elle seule, sert déjà de puissant témoignage à l’une des grandes leçons des prophéties – les évènements mondiaux peuvent se dérouler tout à coup. Elle nous rappelle l’urgence des propos de Paul dans 1 Thessaloniciens 5:4-6 : « Vous, frères, vous n’êtes pas dans les ténèbres, pour que ce jour vous surprenne comme un voleur ; vous êtes tous des enfants de la lumière et des enfants du jour. Nous ne sommes point de la nuit ni des ténèbres. Ne dormons donc point comme les autres, mais veillons et soyons sobres ».