Le litige commercial se transforme en rixe diplomatique

Des provocations accrues, une augmentation des tarifs et diverses empoignades économiques ont congelé les relations entre l’Australie et la Chine.

Les relations entre l’Australie et la Chine – son plus grand partenaire commercial – se sont rapidement détériorées quand Canberra a, récemment, pris une posture plus rigide face à la politique étrangère de plus en plus assertive de Beijing.

Lors de l’Anzac Day, quand l’Australie et la Nouvelle-Zélande honorent leurs soldats morts à la guerre, Peter Dutton – le nouveau ministre de la défense australien – a dit au Sydney Morning Herald que l’Australie était « déjà prise d’assaut » dans le domaine cybernétique et a averti que le harcèlement chinois de Taïwan risque de mener à un conflit dans toute la région. Le secrétaire d’État aux Affaires intérieures – Michael Pezzullo – a même ajouté de manière choquante que les pays libres entendaient de nouveau le roulement des « tambours de guerre ».

Le Premier ministre australien  Scott Morrison  a annoncé une forte augmentation des dépenses militaires du pays peu avant que plusieurs journaux australiens publient un exposé confidentiel d’un ancien général, haut responsable de l’armée australienne. Il a averti que l’Australie doit se préparer pour « la forte probabilité » d’un conflit réel, car la Chine s’est déjà engagée dans des combats en zones floues – par son comportement agressif souvent secret ou nié – qui ne sont pas vraiment des actes de guerre mais qui comprennent une ingérence politique, des intrusions cybernétiques et la coercition économique.

Une guerre est-elle concevable ?

L’idée que l’Australie s’attaque seule à la Chine est plutôt saugrenue. L’Australie compte à peine 25 millions d’habitants. Ne possédant pas d’armes nucléaires et n’ayant qu’une petite marine, elle devrait faire face à une Chine nucléarisée de 1,4 milliard d’habitants, ayant un budget militaire estimé à 10 fois plus important que le sien. La Chine a un programme de construction navale sans précédent dans l’histoire et une marine qui vient de se transformer en l’une des plus fortes marines de haute-mer du monde. Néanmoins, les attitudes australiennes se sont durcies, face à l’approche autoritaire de Beijing.

Une guerre de mots

À une époque où la Chine – qui célèbre le 100e anniversaire de son parti communiste – est devenue une puissance hégémonique régionale puissante de plus en plus coercitive, les relations diplomatiques entre les deux pays ont sombré à leur niveau le plus bas et leur ton est devenu plus abrasif.

Les conflits débutent inévitablement par des propos inflammatoires et les paroles incendiaires n’ont pas manqué, dans la presse des deux pays. Le Global Times, le porte-parole du parti communiste chinois, a récemment adopté un ton belliqueux, avertissant l’Australie qu’elle subira « des conséquences insoutenables », devenant « les pauvres petits blancs de l’Asie » et « le chewing-gum collé sur les semelles de la Chine ».

Des diplomates ou des agitateurs ?

S’il faut s’attendre à ce que les médias soient à l’affut de nouvelles sensationnelles, le front diplomatique risque d’être encore plus éprouvant. Les diplomates chinois se moquent ouvertement des conflits raciaux, des infrastructures pourries, des fusillades massives et du nombre de victimes du coronavirus dans les pays occidentaux, et ils prêchent le message que la prospérité fait partie de l’avenir de la Chine, et non de celui de l’occident.

Selon le sénateur australien Rex Patrick, « la diplomatie de la Chine dépasse à présent la maltraitance », ses diplomates « ne cherchant guère à établir de bonnes relations, bien au contraire ! » L’Australie se heurte au barrage constant de nouveaux diplomates chinois qualifiés de « loups guerriers ». Étant des éléments-clés dans une Chine que le président Xi Jinping veut « ferme et se tenant bien droite »  dans le monde, ces diplomates qui se veulent à la fois loups et guerriers (une image tirée d’une franchise cinématographique chinoise de soldats du type Rambo qui se battent contre des groupes de mercenaires américains) rendent la diplomatie plus difficile, vu leur rhétorique conflictuelle conçue pour semer le chaos et défléchir le blâme.

L’un de ces « loups guerriers » – le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian – réputé pour ses provocations – dit à haute voix ce que beaucoup de fonctionnaires chinois disent ou pensent en privé – à savoir que Beijing s’est bien trop longtemps soumis aux pays occidentaux, sans chercher à se défendre, quand critiqué. Il a mêlé sa voix à un groupe de médias contrôlé par son gouvernement et qui critique le palmarès de l’Australie sur les droits de l’homme envers les réfugiés et les indigènes. Néanmoins, quand Zhao Lijian affiche une image sur Twitter représentant un soldat australien avec un couteau sous la gorge d’un enfant, les Australiens, outrés – y compris l’éditorialiste le plus lu Andrew Bolt – voient en cette image « un autre acte de guerre ».

Une puissance et des attitudes changeantes

L’Australie, riche en ressources, est un magasin de produits qui alimente la croissance spectaculaire de la Chine depuis cinquante ans. Elle est la plus grande productrice de fer du monde – élément essentiel dans la production d’acier – et 80% de sa production va au plus grand producteur et consommateur d’acier : la Chine.

D’après l’ancien Premier ministre australien Tony Abbott, les attitudes australiennes envers Beijing se sont toujours résumées à « une cupidité mêlée de crainte ». L’Australie a récolté d’énormes bénéfices en vendant de tout, notamment beaucoup de fer, du charbon, du gaz naturel liquide, du bœuf, et beaucoup d’autres produits.

Avant COVID-19, l’Australie avait impressionné le monde, ayant survécu à la crise financière de 2008 mieux que pratiquement n’importe quel autre pays et avait progressé de manière spectaculaire pendant 29 ans sans la moindre récession, vendant ses produits uniques à la deuxième économie la plus vorace du monde.

La relation s’est aigrie

Récemment, l’Australie s’est positionnée en première ligne d’un mouvement mondial visant à faire face à la Chine. En août 2018, elle a enragé la Chine quand elle est devenue le premier pays à réussir à bannir le réseau de télécommunications de nouvelle génération 5G – le géant technologique Huawei – pour préserver sa sécurité nationale. Elle a ensuite persuadé d’autres pays de faire de même.

L’Australie a publiquement détaillé les violations des droits de l’homme à Hong-Kong et a fourni des détails effrayants de travaux forcés à Xinjiang où un million de Ouïgours ont été internés. Canberra a été le premier à réclamer une enquête internationale sur les origines du COVID-19 – un tournant décisif pour la Chine qu’il a fallu clarifier. Peu de pays ont profité de la croissance de la Chine comme l’Australie ; par conséquent, aux yeux du gouvernement chinois, l’Australie viole la règle la plus élémentaire de bienséance dans la progression de la Chine : Si vous vous enrichissez, grâce à nous, taisez-vous et soyez-en reconnaissants.

Un autre type de diplomatie

Beijing s’en est pris violemment à Canberra, agitant sa puissance économique comme une arme politique, imposant des sanctions commerciales invalidantes à l’Australie, la touchant à un point vulnérable : ses exportations lucratives vers la Chine. Beijing a soit limité ses importations d’Australie, soit imposé des tarifs punitifs à celle-ci. La brimade commence à faire ses effets, les investissements chinois en Australie ayant diminué de 61% en 2020, en plus d’une diminution de 47% en 2019, et l’on craint à présent que l’économie australienne ne puisse redevenir ce qu’elle était avant COVID.

Un exemple et un avertissement

L’offensive économique chinoise contre l’Australie a partiellement pour objet d’avertir d’autres pays de ne pas s’opposer vocalement contre les intérêts de Beijing. La Chine s’attend à ce que ses attaques contre l’Australie en dissuade d’autres – comme le Canada, l’Union Européenne et le Japon – de se joindre à une campagne menée par l’Amérique et visant à contrer la progression chinoise.

« C’est comme le canari dans la mine de charbon », a dit Heino Klink, vice-ministre adjoint américain de la défense pour l’Asie de l’Est jusqu’en janvier dernier. « Les Chinois ont clairement indiqué qu’ils vont tout faire pour essayer d’entraver le plus possible l’Australie. C’est simplement que les Chinois ont décidé que s’ils peuvent “enfermer l’Australie dans une boite”, cela envoie un message à tous les autres » (citation de Foreign Policy, 4 mai 2021).

L’Australie ne s’est pas retirée, face au courroux chinois. Les tactiques de Beijing ont plutôt renforcé les attitudes australiennes déjà rigides. D’après le dernier sondage annuel du Lowry Institute, la confiance en la Chine a chuté de moitié, ces deux dernières années, et une écrasante majorité d’Australiens (94%) disent que leur gouvernement devrait trouver d’autres marchés pour réduire la dépendance économique de leur pays envers la Chine.

Plusieurs projets d’investissements chinois ont été annulés, et plus de 1 000 autres projets commerciaux sont maintenant réévalués par la sureté de l’État – y compris divers accords de ceinture routière avec l’État de Victoria et un accord sur le port de Darwin.

Richesse ou sécurité ?

L’Australie a été impliquée dans tous les conflits majeurs de l’Amérique, au siècle dernier, mais dans les récentes décennies, Canberra a recherché un certain équilibre entre la protection du parapluie américain et les profits procurés par son commerce avec la Chine. Elle cherche à présent, comme le Japon, à augmenter ses frais pour la Défense, tout en misant – ce qui est ironique – sur son partenariat économique avec la Chine, pour les financer.

La Chine essaie depuis longtemps d’intimider l’Australie, de la désolidariser des États-Unis ; et l’Australie, de son côté, s’est efforcée de ne pas provoquer son plus grand partenaire commercial. D’après le Global Times, pour Beijing, l’Australie est une « proche collaboratrice des États-Unis dans leur stratégie anti-chinoise, qui nuit aux relations Chine-Australie » et est une multiplicatrice de force pour l’Amérique dans l’ouest du Pacifique et la mer de Chine méridionale.

Beijing a amassé un énorme arsenal de missiles balistiques et s’empresse de fabriquer de nouveaux porte-avions. De plus, ses ambitions pour sa ceinture économique d’une nouvelle route de la soie augmentent sa force économique – et d’éventuelles bases militaires – dans le sud-ouest du Pacifique ou dans l’océan Indien, ce qui risque de menacer les routes de navigation australiennes.

Le comportement de la Chine a poussé le Premier ministre australien Morrison à contacter ouvertement des pays qu’il a qualifié de « pays aux mêmes idées »  disposés à former un front unifié contre l’agression chinoise. Cela s’est traduit récemment par une surveillance soutenue du réseau de renseignement des « Cinq Yeux » comprenant notamment les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada et la Nouvelle-Zélande. Ce front unifié se sert également du « Quad » (Quadrilateral Security Dialogue) – une alliance libre sur la sécurité, avec les États-Unis, le Japon et l’Inde – qu’on a ressuscitée pour former ce que certains appellent « l’OTAN de l’Asie ».

Taïwan dans le collimateur

Même si les ripostes aux représailles actuelles diminuent, la Chine a fermement l’intention de remplacer les États-Unis comme puissance dominante en Asie. Les partenaires de Washington, comme l’Australie, vont inévitablement devoir prendre des positions que Beijing va rejeter. La poudrière la plus dangereuse, dans la région, est la possibilité d’une invasion chinoise de Taïwan – un conflit qui risque d’englober toute l’Asie et même les États-Unis.

La Chine estime que Taïwan fait partie de son territoire, et elle s’est engagée à le réunifier, par la force si nécessaire. Elle fait de plus en plus pression militairement sur Taïwan, avec ses manœuvres régulières d’assaut amphibies et ses vols militaires menaçants dans l’espace aérien de l’île.

Beijing convoite les nombreuses sociétés de haute technologie basées à Taïwan, notamment TSMC (Taiwan Semiconductor) qui passe pour être la société la plus importante au monde, puisqu’elle conçoit et fabrique des puces de semi-conducteurs de pointe nettement meilleures que celles fabriquées aux États-Unis. Beijing (et le monde entier) a besoin de ces puces essentielles non seulement pour les ordinateurs mais aussi pour les missiles, l’intelligence artificielle, les télécommunications de pointe et la robotique.

Des bénédictions indescriptibles

L’Australie, depuis sa fondation à la fin du 18e siècle, est façonnée par sa dépendance incontestée envers une alliance avec une puissance dominante lointaine. L’Angleterre l’a aidée en ce sens, jusqu’en 1942, avec sa flotte puissante, maîtresse des ports stratégiques de Singapour et de Hongkong. Les États-Unis ont ensuite pris le relai, avec leur marine puissante, gardienne des routes maritimes commerciales clés de l’Asie du Sud-Est, y compris le détroit de Malacca, dont dépend l’Australie.

Le contrôle de ces voies maritimes commerciales, ou des richesses minières pratiquement illimitées que possède l’Australie, ne sont cependant pas le fruit du hasard. Ces bénédictions lui ont été promises il y a plusieurs millénaires – non à cause de sa grandeur, de sa puissance militaire ou de sa supériorité raciale, mais du fait de l’obéissance de l’un des ancêtres de sa nation.

Une histoire révélée d’avance

Dans la Genèse, sont décrits deux peuples devant devenir des puissances mondiales dans les décennies précédant le retour de Christ sur terre. Il s’agit des descendants modernes d’Éphraïm et de Manassé (Genèse 48:19-22; 49:22-26). Les descendants d’Éphraïm allaient devenir « une multitude de nations » (la Grande Bretagne, le Canada, l’Afrique du Sud, l’Australie et la Nouvelle-Zélande) et ceux de Manassé un « grand » peuple (les États-Unis).

La Bible précise que les bénédictions physiques accordées aux descendants d’Abraham comprendraient une forte population, d’abondantes ressources naturelles, la puissance militaire et même le contrôle de points stratégiques commerciaux (Genèse 12:2-3; 22:17; 49:24-26).

Les prophéties bibliques révèlent non seulement la raison pour laquelle ces peuples – y compris les Australiens – sont devenus influents historiquement, mais aussi pourquoi ils diminueront et chuteront à la fin de l'ère présente. Ce sera dû au fait qu’ils n’auront cessé de se détourner du Dieu qui les a bénis (Ézéchiel 5:1-7).

Les nations de l’Israël moderne subiront les mêmes châtiments et la même chute soudaine que l’ancien Israël (Deutéronome 28:20; Ésaïe 9:13-14; 30:10-13) si elles ne reconnaissent pas leurs péchés et ne s’en repentent pas. Ces Israélites modernes ont été immensément bénis, du fait de l’obéissance d’Abraham. Ils finiront par comprendre – comme toute l’humanité – que les bénédictions viennent de l’obéissance à Dieu et que les châtiments s’abattent sur tous ceux qui se détournent de lui.

Les prophéties, qui sont certaines, indiquent que la désobéissance à la loi divine inflige ses propres fléaux (Ézéchiel 6:7-10). Dieu a donc conseillé aux enfants d’Israël, jadis comme à présent, de « choisir la vie » afin qu’il puisse continuer de nous bénir (Deutéronome 30:19-20).