Dieu est-Il réel ?

Si Dieu existe, pourquoi n’est-Il pas plus réel pour bien des gens ? Comment prouver qu’Il existe ? Pourquoi cette question est-elle si difficile à élucider, et comment le sera-t-elle tout compte fait pour tous les incrédules ?

L'homme avec qui je parlais avait réussi, était très cultivé, intelligent, et était un homme d’affaires prospère. Côté religion, il était indécis, se disant agnostique. Il n’était pas athée ; il ne savait tout simplement pas si Dieu est réel et – de ce fait, il ne pratiquait aucune religion.

Comment sait-on ?

L’agnosticisme – doctrine selon laquelle il est impossible de prouver si Dieu existe ou non – fait de plus en plus d’adeptes en occident. On ne croit pas en Dieu pour toutes sortes de raisons.

Pour commencer, le doute est alimenté par l’adoption de la théorie de l’Evolution de Charles Darwin, qui postule une explication sans Dieu de nos origines. On pense souvent que la croyance en Dieu n’est que superstition et n’est que pour les simples d’esprit.

De pair avec le défi de croire en un Dieu invisible, on se demande aussi comment Dieu peut bien exister, tant il y a de souffrances dans le monde. On se demande comment – s’Il est amour – Il pourrait permettre toutes ces catastrophes naturelles, toutes ces guerres et toutes ces inquisitions au nom de la religion – lesquelles ont causé la mort d’un nombre incalculable d’êtres humains au fil des siècles.

On doute aussi de son existence, notant les variations au sein du christianisme et les arguments sur la manière dont la Bible devrait être comprise.

Autre facteur contribuant à l’incrédulité : la conduite immorale et hypocrite de certains représentants du clergé, qui sont pourtant supposés avoir des vies exemplaires.

Puis il y a ceux qui contestent la manière dont la Bible dit aux gens de vivre, préférant s’arroger la prérogative de décider eux-mêmes ce qui est bien ou mal, et rejetant la possibilité qu’une autorité suprême ait le pouvoir de leur dicter comment vivre. Les standards divins en matière de comportement sexuel, par exemple, passent souvent pour être trop restrictifs, surannés et inutiles.

Pourquoi toute cette confusion à propos de l’existence de Dieu ? La Bible nous éclaire quelque peu à ce sujet et nous fournit deux moyens clés de prouver que Dieu est réel.

Des raisons d’être confus

Pour comprendre pourquoi il est difficile, pour les gens, de croire en Dieu, il importe de remonter au début de l’histoire humaine, quand un évènement – dont la portée se fait encore sentir – eut lieu. Bien que pour un grand nombre d’individus, l’histoire d’Adam et Ève ne soit qu’une fable, Christ et les apôtres ont affirmé qu’il s’agit bien d’un évènement historique (Marc 10:6 ; 1 Timothée 2:13 ; 2 Corinthiens 11:3).

D’après l’Écriture, Dieu avertit Adam et Ève de ne pas goûter à « l’arbre de la connaissance du bien et du mal », précisant : « car le jour où tu en mangeras, tu mourras certainement » (Genèse 2:17).

Leur Créateur leur donna ce précieux conseil qui – s’ils en avaient tenu compte – leur aurait procuré de grandes bénédictions. L’une de ces dernières, s’ils avaient cru leur Créateur et Lui avaient fait confiance, leur aurait permis de goûter à « l’arbre de la vie » qui représentait la vie éternelle (Genèse 3:22-24).

Hélas, Ève goba un mensonge proféré par un être spirituel maléfique appelé Satan qui était et continue d’être l’adversaire de Dieu et de l’humanité. Cet être inique, appelé « le serpent » dans ce passage de l’Écriture, objecta à l’instruction divine et déclara : « Vous ne mourrez point ; mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et que vous serez comme Dieu, connaissant le bien et le mal » (versets 4-5).

La duperie de Satan plut à Ève, et satisfit sa soif de liberté de choix. D’après ce raisonnement, les humains n’avaient pas besoin de Dieu, qui n’était pas juste, et ces derniers étaient capables de raisonner, de décider d’eux-mêmes et n’avaient pas besoin qu’on les guide. Ève crut à ce mensonge et prit du fruit défendu. Adam lui emboita le pas (2 Corinthiens 11:3 ; 1 Timothée 2:14).

La fausse représentation satanique de Dieu et de Ses instructions pour l’humanité persiste ; Satan « séduit toute la terre » (Apocalypse 12:9). La philosophie d’après laquelle nous pouvons nous débrouiller seuls sans Dieu est une sorte d’« endurcissement » ou de « voile » qui prive les gens de discernement, et les empêche de croire en l’existence de Dieu (Éphésiens 4:18 ; 2 Corinthiens 3:14-16).

Quand les êtres humains rejettent leur Créateur, ils cessent de raisonner logiquement. Comme on peut le lire dans les Psaumes, « L’insensé dit en son cœur, il n’y a point de Dieu ! » (Psaumes 14:1 ; 53:1). Paul précise même que le rejet de Dieu mène à la corruption intellectuelle (Romains 1:21-22, 28).

Preuve no 1 que Dieu est réel : les bénéfices de Sa voie

Dieu ne S’oppose pas à ce que les gens se servent de leur tête pour prouver qu’Il existe. L’un des moyens de le faire consiste à noter les résultats de l’obéissance et de la désobéissance à Ses instructions. Comme Il le dit jadis à des gens qui rejetaient Ses instructions, « Venez maintenant et débattons nos droits » (Ésaïe 1:18 ; version Ostervald).

Dieu voulait que les gens réfléchissent sur le fait qu’à cause de leurs péchés, leur nation déclinait gravement ; elle n’avait pas de bons chefs, la terre était dévastée, les villes étaient calcinées, et le pays était envahi par des étrangers (versets 4-7).

La décadence de leur nation aurait pu être inversée s’ils avaient réformé leurs voies. « Si vous obéissez volontairement, vous mangerez le meilleur du pays » (verset 19).

Dans ce cas, Dieu demanda aux gens de comparer les résultats positifs qu’engendrerait leur obéissance aux résultats désastreux de leur désobéissance. Cette leçon sur les bénédictions qu’engendre l’obéissance et les malédictions qu’engendre la désobéissance (Lévitique 26 ; Deutéronome 28) était intemporelle ; c’était – hélas ! – une vérité qu’ils négligeaient.

Plusieurs siècles plus tard, Dieu leur suggéra le même raisonnement, par la bouche du prophète Malachie. Il invita Son peuple à Le mettre « à l’épreuve » pour savoir s’Il le bénirait s’il Lui versait fidèlement ses dîmes (Malachie 3:10). Ce principe –consistant à mettre Dieu à l’épreuve en notant les résultats positifs produits par l’obéissance à Ses lois bénéfiques – est toujours valable.

Hélas ! bien des gens se méprennent en se disant devoir d’abord prouver l’existence de Dieu avant de se mettre à obéir à Ses commandements. D’après la Bible, c’est là mettre la charrue avant les bœufs.

Le roi David comprenait cette vérité-clé : « Le commencement de la sagesse, c’est la crainte de l’Éternel. Tous ceux qui pratiquent ses commandements sont vraiment sages » (Psaumes 111:10 ; version Ostervald).

Quand nous vivons comme Dieu nous conseille de le faire, nous devenons plus sages. Quand on constate les résultats de la pratique de la ligne de vie divine, par rapport à celle d’autres philosophies, ces résultats prouvent que Dieu existe.

Preuve no 2 que Dieu est réel : la création contre l’Évolution

Un autre moyen de prouver que Dieu est réel consiste à honnêtement examiner le monde où nous vivons. La beauté, la complexité et l’organisation de notre monde physique indique la présence d’un Architecte suprême. La création, à elle seule, prouve l’existence d’un Créateur. Pour reprendre les mots du roi David, « les cieux racontent la gloire de Dieu, et l’étendue manifeste l’œuvre de ses mains » (Psaumes 19:1).

Par contraste, face aux preuves de l’existence de Dieu fournies par la Création, les adeptes de la théorie darwinienne de l’Évolution prétendent que cette dernière est scientifiquement prouvée. Or, cette affirmation est une « demie-vérité » trompeuse.

La microévolution – les changements infimes constatés dans des espèces comme l’espèce canine – est certes prouvée. En revanche, la macroévolution – l’hypothèse selon laquelle d’infimes changements dans une espèce peuvent, au fil du temps, produire des espèces nouvelles et éventuellement des formes de vie très différentes – n’a jamais été prouvée ; en fait, elle est « astronomiquement improbable ».

Pour beaucoup de personnes qui réfléchissent – y compris un nombre croissant de savants – la théorie de Darwin comporte de graves lacunes. D’où provient la matière ? Si l’humanité a évolué, où se trouvent tous les fossiles qui auraient pu documenter les améliorations progressives de notre espèce ?

La science et le raisonnement, quand ils sont honnêtes, ne s’opposent pas. Nous vous conseillons à cet effet notre série d’articles affichés sur notre site VieEspoirEtVerite.org sous la rubrique « Dieu existe-t-Il ? »

La confusion sur la réalité de Dieu va être éliminée

Il est clair, d’après la Bible, que pour bénéficier de tous les avantages que Dieu veut nous offrir – y compris la vie éternelle – nous devons croire en Son existence et nous conformer à Ses instructions (Marc 16:16 ; Hébreux 11:6).  Et quand nous le faisons, le « voile » de la confusion sur Son existence et sur ce qu’Il attend de nous disparaît. Comme Paul l’a expliqué, « lorsque les cœurs se convertissent au Seigneur, le voile est ôté » (2 Corinthiens 3:16).

Bien que le nombre de personnes – appelées à présent par Dieu et capables de voir clairement de quoi il en retourne au milieu de toute la confusion entourant Son existence et Son plan – soit infime, l’heure vient où tout cela changera radicalement. Le retour de Christ clarifiera les choses pour tous, à propos de l’existence divine.

Il est écrit qu’à Son retour, « tout œil le verra » (Apocalypse 1:7). De plus, Satan sera mis hors d’état de nuire pendant 1 000 ans, de sorte qu’il ne pourra plus séduire l’humanité (Apocalypse 20:1-3). Tous apprendront les voies divines ; Christ gouvernera toutes les nations (Ésaïe 2:2-4).

Sous ces conditions utopiques, tous sauront que Dieu existe (Hébreux 8:11) et auront la possibilité d’accéder à la vie éternelle. Pour en savoir plus sur cet avenir merveilleux, lire notre brochure gratuite Le mystère du Royaume.