« Ne voulant pas qu’aucun périsse »

On se demande souvent si l’on a un avenir. Heureusement, il y a de l’espoir. Il n’est pas dans les intentions divines que le moindre être humain périsse.

Au fil des siècles, on a adopté bien des scénarios sur l’au-delà, comme celui d’une réincarnation ; ou l’idée que l’on va devenir une créature céleste ou un esprit omniprésent ; ou la croyance que l’on va se décomposer et retourner à jamais dans le néant. Une autre conception de l’au-delà est qu’une fois mort, on va – si l’on a été bon – aller au ciel mais que – si l’on a été mauvais – on descendra en enfer.

Cette idée de tourments éternels en enfer est née, en partie, d’une mauvaise interprétation d’Apocalypse 14:11, que l’on tire souvent hors de son contexte. L’enfer n’étant pas le point central de cet article, notre article Qu’est-ce que l’enfer ? traite de ce sujet.

L’idée que l’on va soit au paradis, soit en enfer, une fois mort, n’est pas étayée par la Bible, mais – pour les besoins de la discussion – posons quelques questions.

Que vais-je devenir ?

Si le paradis ou l’enfer étaient les destinations finales des bons ou des méchants, quels seraient les facteurs déterminant notre sort dans l’au-delà ? Adolph Hitler, Landru, Thierry Paulin, Léopold Dion, Pol Pot et Charles Manson et bien d’autres sont des noms qui nous sont familiers ; les noms de méchants ayant orchestré des génocides ou de tueurs en séries, de criminels ! Mais vous et moi ? Dans cette théorie sur l’enfer ou le paradis, peut-on commettre de mauvaises actions sans pour autant commettre des crimes odieux et mériter malgré tout de rôtir éternellement en enfer ? Qu’est-ce qui distingue les bons des mauvais ? 

La Bible contraste la loi divine au péché. La loi de Dieu est bonne (Romains 7:12), et la transgression de cette loi est un péché, c’est mal (1 Jean 3:4). En somme, une loi existe, et elle définit le bien et le mal, ce qui est bon ou mauvais. Cette loi est résumée dans les dix commandements. Ce critère en matière de bien et de mal est ferme ; il est écrit que « quiconque observe toute la loi, mais pèche contre un seul commandement, devient coupable de tous » (Jacques 2:10), ce qui n’est guère optimiste quand on croit à la théorie de l’enfer et du paradis.

Hitler, un maniaque qui a commis un génocide, a transgressé la loi divine – le sixième commandement – en exterminant plusieurs millions d’innocents. Mais moi aussi, qui suis un être ordinaire mais qui suis imparfait, j’ai transgressé la loi divine – le cinquième commandement – quand j’ai désobéi à mes parents. Et nous sommes tous coupables de transgresser la loi divine de temps à autre. Coupables sur un point… coupables sur tous. Bons pour l’enfer ! Dans ce scénario, nul n’aurait d’espoir ; nous péririons tous.

Le vrai chemin vers la félicité éternelle

Heureusement, notre récit ne se limite pas à vivre une existence remplie de luttes, à essayer de faire ce qui est bien sans y parvenir, et à être condamnés à des tourments éternels. L’avenir que notre Père céleste nous réserve est la vie éternelle dans sa famille. C’est ce qu’il nous offre, même si nous avons fait des choix terribles dans la vie (2 Corinthiens 6:14-18).

Il y a lieu d’espérer !

Cela ne veut pas dire que l’avenir que Dieu nous réserve ne s’accompagne pas d’un jugement. Nous allons être jugés. Et le jugement de Dieu est juste (Romains 2:5-9). Nous devrions tous craindre son jugement et être conscient qu’il aura lieu, car nous avons tous péché.

Mais passons à la bonne nouvelle :

Dieu vous veut.

Il me veut.

Dieu veut que tous les êtres humains ayant jamais existé connaissent la félicité éternelle. Et non seulement il veut que nous connaissions une paix et une joie éternelles, mais il nous a aussi fourni le moyen de parvenir à cet objectif. Nous avons en effet la promesse « de la vie éternelle, promise avant tous les siècles par le Dieu qui ne ment point » (Tite 1:2).

Et comme le dit aussi l’Écriture, « le Seigneur ne tarde pas dans l’accomplissement de la promesse, comme quelques-uns le croient ; mais il use de patience envers vous, ne voulant pas qu’aucun périsse, mais voulant que tous arrivent à la repentance » (2 Pierre 3:9 ; c’est nous qui soulignons tout du long).

Il y a beaucoup d’espoir !

L’apôtre Paul a aussi écrit que Dieu « veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité » (1 Timothée 2:4). Dieu souhaite que tous les êtres humains acceptent sa promesse de paix et de bonheur éternels.

À une condition…

Il importe de se repentir

Notre avenir n’est pas basé sur la présence ou l’absence de fautes dans nos vies, sur nos éventuels égarements ou notre échec à nous montrer à la hauteur de la justice divine, car nous avons tous fauté. Être inclus dans l’avenir que Dieu nous prépare dépend de notre disposition à nous repentir de nos péchés.

Christ – le Fils de Dieu – a souffert et a succombé à une mort horrible, s’appliquant les péchés passés, présents et futurs du monde. Son sacrifice a ouvert la voie à l’humanité entière, lui donnant accès à la compréhension des lois divines, lui permettant de comprendre que nous avons tous transgressé ces dernières, nous poussant à nous repentir, non seulement une fois mais toutes les fois que nous ne pratiquons pas la justice divine.

Le baptême par immersion est une condition que l’on doit remplir une fois, quand on accepte le sacrifice de Christ pour ses péchés, comme l’est l’imposition des mains d’un serviteur de Dieu pour recevoir le Saint-Esprit (Actes 2:38 ; 8:17).

Le repentir, en revanche, est un acte perpétuel exigé pour maintenir une relation avec Dieu (Jacques 4:8). Nos péchés nous séparent de Dieu. Nous devons en être purifiés grâce au repentir, si nous voulons renouveler et maintenir cette relation avec notre Père céleste, qui veut entretenir des rapports étroits avec nous tous.

La récompense de l’espoir

Voilà pourquoi il est miséricordieux à notre égard, nous accordant le don du repentir (Romains 2:4). Dieu le Père nous a ouvert cette porte dans l’espoir que le repentir fasse partie intégrante de nos vies.

Évidemment, ce qu’il souhaite, c’est que nous ne péchions pas du tout, mais dans son infinie sagesse, il comprend que nous ne pouvons être parfaits tant que nous sommes dans la chair. « La chair et le sang ne peuvent hériter le royaume de Dieu, et […] la corruption n’hérite pas l’incorruptibilité […] Car il faut que ce corps corruptible revête l’incorruptibilité, et que ce corps mortel revête l’immortalité » (1 Corinthiens 15:50, 53).

Souhaitant faire de nous ses fils et ses filles, Dieu nous fournit l’espérance d’échapper à la mort éternelle causée par nos fautes. Son plan, orchestré par son Fils Jésus-Christ, est appliqué afin que l’humanité entière, après le retour de son Sauveur, voit sa gloire et décide de se repentir, d’accepter ses voies et de vivre une existence paisible et heureuse, éternellement (Éphésiens 2:4-5, 8-9). Certains décideront de ne pas se repentir et rejetteront le don divin gratuit du salut, mais ce n’est pas ce que Dieu souhaite. Il n’est pas négligeant ; il ne tarde pas ; il est patient ; il est bienveillant. Ce qu’il souhaite, c’est que tous se détournent de leur méchanceté et se repentent. Nos mauvaises actions dans cette vie ne nous condamnent pas à des tourments éternels ; par contre, elles nous attirent un jugement. Heureusement, Dieu est miséricordieux, « ne voulant pas qu’aucun périsse, mais voulant que tous arrivent à la repentance » (2 Pierre 3:9).

Si ce que vous souhaitez, c’est avoir une relation durable avec notre Père céleste et son Fils Jésus-Christ, téléchargez notre brochure Le Dieu de la Bible.