La comédie non divine de Dante

Dante est mort il y a 700 ans, mais ses visions poétiques d’un enfer et d’un paradis lui ont survécu. Ont-elles un rapport avec ce que la Bible enseigne sur l’au-delà ?

«Toi qui entre ici, abandonne tout espoir ! » C’est par ces propos tristement célèbres que Dante, – poète florentin du 14e siècle – accueillait dans sa Divine Comédie ceux qui se retrouvaient supposément en enfer.

L’influence persistante du poète du Moyen-âge Dante Alighieri est remarquable. L’idée, que se faisait cet auteur, de l’au-delà a – depuis lors – façonné et grisé l’imagination d’un nombre incalculable de lecteurs, d’artistes, d’écrivains et de théologiens. Ses intérêts politiques et son activisme, centrés sur une dispute relative au rôle de la papauté dans le gouvernement civil, s’étaient traduits par son bannissement de Florence. Dans son exil, Dante composa son poème aujourd’hui très connu – la Divine Comédie. L’œuvre relate le cheminement mythique de l’auteur par trois cantiques : l’enfer, le purgatoire et le paradis.

L’enfer

Le premier de ces cantiques – l’enfer – comprend une description saisissante de pécheurs et de méchants qui étaient souvent des contemporains de l’auteur et qui sont éternellement torturés et châtiés. Sa description a solidifié l’idée que l’occident se fait de l’enfer, dans l’au-delà. Dans ce poème, Virgile – qui sert de guide à Dante dans l’enfer et dans le purgatoire – déclare, aux portes de l’enfer : « Je serai ton guide, et hors d’ici je te conduirai par un lieu éternel, où tu ouïras les hurlements du désespoir et tu verras les antiques esprits désolés, dont chacun à grands cris appelle une seconde mort ».

Dans l’esprit tordu et fantaisiste de Dante, l’enfer est « un lieu éternel » où les condamnés passent l’éternité dans l’angoisse, la frustration et la violence. Cette version de l’enfer effraie et choque souvent les croyants. Cette description imaginaire et grossière de ces malheureux, prisonniers de l’enfer, rend son récit encore plus convaincant.

Le purgatoire et le paradis

Parallèlement, les cantiques suivants de Dante – sur le purgatoire et le paradis – fournissent d’autres visions imaginaires. Ses tableaux convaincants ont captivé l’imagination de bien des gens et ont contribué à répandre une fausse conception de l’au-delà.

Dans son purgatoire, les morts ne sont pas morts ; ils vivent éternellement dans l’espoir d’enfin accéder au paradis. Dans le paradis, là encore, les morts ne sont pas morts ; ils vivent éternellement dans un cirque confus de planètes et d’amas interstellaires.

700 ans plus tard

Dante est mort il y a 700 ans, le 13 ou le 14 septembre 1321. À partir de l’optique théologique qu’il a décrite dans sa Divine Comédie, on devrait s’attendre à ce qu’il se soit retrouvé en enfer, au purgatoire ou bien au paradis, ce jour-là. Or, qu’est-il advenu de lui ?

Les flammes extinguibles de Dante

La Divine Comédie – en partie théologique, en partie politique et en partie vengeance personnelle, met l’accent sur ce qui se passe après qu’on meurt. Les humains ont instinctivement besoin de savoir ce qui se passe après leur existence physique limitée. En créant les humains, Dieu a « fait toute chose belle en son temps ; même il a mis dans leur cœur la pensée de l’éternité » (Ecclésiaste 3:11). Ayant largement rejeté les directives de leur créateur, ils ont inventé toutes sortes de mythes sur l’éternité. Chaque culture et chaque civilisation a élaboré ses propres conceptions de l’au-delà, souhaitant satisfaire cette soif innée d’éternité.

Une grande partie du monde chrétien a adopté l’idée que l’enfer ou le paradis représentent notre destination finale outre-tombe. Bien que généralement rejetée par les protestants et les chrétiens orthodoxes, l’idée d’un purgatoire continue d’être approuvée par l’Église catholique. D’autres religions ont des idées tout aussi alambiquées sur l’au-delà.

Qu’est devenu Dante Alighieri et, en fait, tous ceux qui sont morts ? En étudiant ce sujet, nous devrions rejeter toutes ces descriptions traditionnelles ou littéraires sur ce sujet, et consulter la Bible.

Ce que déclare la Bible à propos de l’enfer, du purgatoire et du paradis

Quand certaines traductions françaises utilisent le mot « enfer », il ne s’agit pas, dans l’original, de ce qu’on pense généralement ; cela ne décrit pas un lieu de tourments éternels comme l’a décrit Dante. Nous vous conseillons à cet effet notre article « Qu'est-ce que l'enfer ? » et les articles connexes. L’un des mots traduits par « enfer » dans plusieurs Bible françaises est le mot grec hadès. Ce mot décrit essentiellement la tombe. Contrairement au lieu de tourments éternels sadique imaginaire de Dante, l’enfer – ou l’hadès – de la Bible est un endroit plutôt paisible et silencieux.

Le purgatoire (imaginaire) dont parle Dante – en tant que lieu où ceux qui n’ont pas été vraiment justes mais pas non plus vraiment méchants se prépareraient à aller au paradis – n’est pas biblique. Cette option intermédiaire a été concoctée « d’un mélange de paganisme et de philosophie humaine » (Encyclopédie Britannica) et ne s’appuie aucunement sur la Bible.

Que dire du paradis (ou du ciel) ? S’agit-il de la récompense des justes ? Jésus a bien précisé : « Personne n’est monté au ciel, si ce n’est celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme qui est dans le ciel » (Jean 3:13). La Bible ne dit pas que les justes vont au ciel, ou au paradis, quand ils meurent.

Ce que nous devenons, quand nous mourons

L’auteur de l’Ecclésiaste précise : « Les vivants, en effet, savent qu’ils mourront ; mais les morts ne savent rien, et il n’y a pour eux plus de salaire, puisque leur mémoire est oubliée […] il n’y a ni œuvre, ni pensée, ni science, ni sagesse, dans le séjour des morts, où tu vas » (Ecclésiaste 9:5, 10).

D’après la Bible, les morts, petits comme grands, y compris Dante Alighieri, reposent à présent dans leurs sépulcres, ne connaissant ni agonie ni joie, n’étant conscients de rien. L’apôtre Paul, s’adressant aux chrétiens fidèles de Thessalonique, compara la mort au sommeil (1 Thessaloniciens 4:13). Les morts ne sont conscients de rien. En fait, « tout a été fait de la poussière, et tout retourne à la poussière » (Ecclésiaste 3:20). Après la mort, le corps se décompose et redevient poussière. (Consulter à cet effet notre brochure gratuite Le dernier ennemi – Que devient-on, une fois mort ?).

Ne fait-on cependant que sombrer dans un profond sommeil et redevenir poussière ? La tombe est, certes, notre destination physique finale, mais se passe-t-il quelque chose ensuite ? Pourquoi Dieu aurait-il mis en nous la pensée de l’éternité s’il n’y a aucun espoir après cette brève existence physique ? Ce serait-il agi d’un simple acte de « divine comédie » ? Les défunts n’ont-ils aucun avenir ?

Un plan infiniment plus magistral

Dieu a prévu pour l’humanité quelque chose d’infiniment supérieur à quelques années d’une simple existence physique. Il nous révèle ses projets pour sa famille humaine dans ses fêtes (Lévitique 23). Ses jours saints fournissent le plan d’ensemble de ses desseins à votre encontre. Ce plan consiste également à comprendre notre avenir, après la mort. Pour une explication plus détaillée sur ce sujet, lire notre brochure gratuite Des jours fériés aux jours saints : le plan divin pour vous.

Quand Christ reviendra, ses fidèles serviteurs sortiront de leurs sépulcres : « Nous les vivants, restés pour l’avènement du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui sont décédés. Car le Seigneur lui-même, à un signal donné, à la voix d’un archange, et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront premièrement » (1 Thessaloniciens 4:15-16).

Paul a précisé que les justes qui sommeillent dans leurs sépulcres, qui sont morts en la foi, ressusciteront au retour de Christ. Cela est répété dans 1 Corinthiens : « Ceux qui appartiennent à Christ, lors de son avènement » seront ressuscités et deviendront esprits lors du Second Avènement de Christ (1 Corinthiens 15:22-23). Paul précise encore : « Nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons changés, en un instant, en un clin d’œil, à la dernière trompette. La trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous, nous serons changés » (versets 51-52). Cette vie sera incorruptible, éternelle, spirituelle. Paul nous dit : « Consolez-vous donc les uns les autres par ces paroles » (1 Thessaloniciens 4:18).

Dieu a projeté d’offrir la vie éternelle à ses enfants humains, y compris ceux qui ont vécu et sont redevenus poussière sans avoir développé des rapports avec lui. La dernière fête dans son cycle de fêtes sacrées, souvent appelée le Dernier Grand Jour, illustre une seconde résurrection. Cette résurrection, à une autre vie physique, offre aux autres morts, « les grands et les petits » (Apocalypse 20:11-13), l’occasion de connaître Dieu, de se repentir de leurs péchés et d’opter pour le chemin de la vie éternelle (lire à cet effet notre article « Le Dernier Grand Jour : la récolte finale »).

Accueillez le plan divin

Les projets divins sont infiniment supérieurs à la quête de Dante dans la Divine Comédie. Lui – et beaucoup d’autres qui sont retournés à la poussière – vont avoir l’occasion de connaître le plan de Dieu quand ils revivront physiquement.

Qu’en est-il de vous ?

Les fêtes de l’Éternel soulignent ce que notre Créateur accomplit pour l’humanité. Des chrétiens fidèles, de par le monde, célèbrent ces fêtes, chaque année. Si le plan de Dieu vous intéresse, vous pouvez commencer à les célébrer dès à présent. Après tout, l’éternité vous attend !