Les résurrections de la Bible

La Bible parle de la résurrection de Jésus-Christ, et de deux autres résurrections d’êtres humains. En quoi consistent ces trois résurrections ?

Le mot résurrection est synonyme de revivre après avoir été mort. Quand on parle de la résurrection, en général, on veut parler du Christ ressuscité à la vie éternelle après avoir été crucifié. Dans le chapitre dit de la résurrection pour les lecteurs de la Bible, l’apôtre Paul explique que la résurrection de Christ était essentielle pour quiconque a l’espérance de la vie éternelle (1 Corinthiens 15:14-18). La mort et la résurrection du Christ ont rendu possible le pardon de nos péchés, la communication de la puissance du Saint-Esprit aux chrétiens, et leur éventuel accès à la vie éternelle.

Paul précise ensuite qu’il y aura plusieurs résurrections, chacune à une époque différente : « Et comme tous meurent en Adam, de même aussi tous revivront en Christ, mais chacun en son rang. Christ comme prémices, puis ceux qui appartiennent à Christ, lors de son avènement. Ensuite viendra la fin, quand il remettra le royaume à celui qui est Dieu et Père, après avoir réduit à l’impuissance toute domination, toute autorité et toute puissance. Car il faut qu’il règne jusqu’à ce qu’il ait mis tous ses ennemis sous ses pieds. Le dernier ennemi qui sera réduit à l’impuissance, c’est la mort » (1 Corinthiens 15:22-26).

La première résurrection

L’apôtre Jean nous fournit des détails supplémentaires à ce propos, se servant en fait de l’expression première résurrection pour décrire ceux qui sont disciples de Christ, ayant en eux la puissance du Saint-Esprit.

Le 20e chapitre de l’Apocalypse fournit une chronologie des événements majeurs devant avoir lieu après le retour du Christ sur Terre. Après que Satan aura été lié et placé en détention de manière à ne plus séduire le monde, pendant mille ans, Jean précise : « Et je vis des trônes ; et à ceux qui s’y assirent fut donné le pouvoir de juger. Et je vis les âmes de ceux qui avaient été décapités à cause du témoignage de Jésus et à cause de la parole de Dieu, et de ceux qui n’avaient pas adoré la bête ni son image, et qui n’avaient pas reçu la marque sur leur front et sur leur main. Ils revinrent à la vie, et ils régnèrent avec Christ pendant mille ans » (verset 4).

La résurrection des saints – des vrais chrétiens – est une résurrection à la vie éternelle : « Heureux et saints ceux qui ont part à la première résurrection ! La seconde mort n’a point de pouvoir sur eux ; mais ils seront sacrificateurs de Dieu et de Christ, et ils régneront avec lui pendant mille ans » (verset 6).

La seconde résurrection

Le fait qu’il y aura une première résurrection sous-entend automatiquement qu’il y en aura plus d’une. L’apôtre Jean parle d’une autre époque de résurrection, mille ans plus tard, dans Apocalypse 20:5 : « Les autres morts ne revinrent point à la vie jusqu’à ce que les mille ans soient accomplis. »

Lors de la seconde résurrection, les morts sont décrits comme se tenant devant « un grand trône blanc » (verset 11) : «  Et je vis les morts, les grands et les petits, qui se tenaient devant le trône. Des livres furent ouverts. Et un autre livre fut ouvert, celui qui est le livre de vie. Et les morts furent jugés selon leurs œuvres, d’après ce qui était écrit dans ces livres » (verset 12).

Jésus décrivit cette période de jugement comme une époque où des êtres humains de divers pays, ayant vécu à diverses périodes dans l’histoire, revivront en même temps, et Il précisa que ceux qui n’auront pas entendu Son message ni vu Ses miracles seront traités moins rigoureusement que les habitants de Chorazin, de Bethsaïda et de Capernaüm (Matthieu 11:21-24 ; 12:41-42). Selon Lui, ceux qui entendirent Sa prédication étaient plus responsables (avaient moins d’excuses) que les gens de Sodome : « Et toi, Capernaüm, seras-tu élevée jusqu’au ciel ? Non. Tu seras abaissée jusqu’au séjour des morts ; car, si les miracles qui ont été faits au milieu de toi avaient été faits dans Sodome, elle subsisterait encore aujourd’hui. C’est pourquoi je vous le dis : au jour du jugement, le pays de Sodome sera traité moins rigoureusement que toi » (Matthieu 11:23-24).

Qu’entendait-Il par « moins rigoureusement » ? Si cette période de jugement était seulement une époque de condamnation, et si tous les pécheurs recevaient le même châtiment – la mort éternelle (Romains 6:23) – il serait illogique que certains soient traités « moins rigoureusement ». Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que – dans la Bible – l’idée de jugement revêt un sens bien plus général qu’une simple condamnation. Les vrais chrétiens sont jugés à présent (1 Pierre 4:17) ; par conséquent, ce processus peut avoir une issue positive. Et chaque être humain ayant jamais vécu sera jugé dans le sens biblique du terme (Hébreux 9:27). Être jugé n’est donc pas toujours synonyme d’être condamné.

Notre Dieu est un Dieu de justice et de miséricorde (Michée 6:8 et Matthieu 23:23). Il nous dit qu’Il veut que tous parviennent à la connaissance de la vérité, se repentent, et soient sauvés (1 Timothée 2:4 ; 2 Pierre 3:9). Mais comment est-ce possible quand des milliards d’individus ont vécu et sont morts sans avoir jamais connu la vérité divine – et un nombre considérable d’individus, à travers l’histoire, n’ont jamais entendu ne serait-ce que le seul « nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés » (Actes 4:12) ?

Une autre prophétie sur la seconde résurrection explique cet apparent dilemme. Le prophète Ézéchiel a prophétisé sur une époque où Dieu ressuscitera les ossements desséchés des morts, et leur permettra de revivre physiquement. Non seulement Il leur permettra de vivre de nouveau dans leur propre pays, mais Il ajoute : « Je mettrai mon Esprit en vous, et vous vivrez ; je vous rétablirai dans votre pays, et vous saurez que moi, l’Eternel, j’ai parlé et agi, dit l’Eternel » (Ézéchiel 37:14).

Par conséquent, de même que Dieu offre Son Esprit et un processus de jugement et de miséricorde à Son Église à présent, Il rendra Son Esprit disponible à ceux qui n’ont jamais eu cette occasion auparavant. Les livres de la Bible s’ouvriront à leur compréhension, et le livre de vie sera ouvert, pour permettre à ceux qui se repentent et qui acceptent Jésus-Christ en tant que leur Sauveur d’y être ajoutés (Apocalypse 20:12).

Une troisième résurrection

Si les saints héritent la vie éternelle lors de la première résurrection, et si le reste des morts – qui n’ont encore jamais eu l’occasion d’être sauvés – ressuscitent lors de la seconde résurrection, qui reste-t-il à ressusciter ? Que doit-il se produire avant que Christ remette le Royaume au Père et détruise le dernier ennemi – la mort (1 Corinthiens 15:24-26) ?

La description faite par l’apôtre Jean à la fin du 20e chapitre de l’Apocalypse est celle d’une troisième résurrection : celle des méchants incorrigibles – de ceux qui refusent de se repentir. « Puis la mort et le séjour des morts furent jetés dans l’étang de feu. C’est la seconde mort, l’étang de feu. Quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie fut jeté dans l’étang de feu » (versets 14-15). Cette seconde mort n’est pas une torture éternelle mais une mort rapide et miséricordieuse de laquelle on ne ressuscite plus. Dieu dit que les méchants seront consumés et deviendront de la cendre (Malachie 4:1-3).

À partir de ce moment-là, « la mort ne sera plus ; il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu » (Apocalypse 21:4).

Des résurrections à une vie physique

En plus de ces résurrections à venir, et de celle de Christ, la Bible décrit aussi plusieurs miracles où des êtres humains furent ressuscités physiquement, comme Lazare et les personnes ressuscités à la mort de Jésus (Jean 11:14-44 ; Matthieu 27:50-53). Ces personnes-là vécurent encore quelque temps, puis moururent, et attendent maintenant une future résurrection.