10 questions importantes à poser avant d’épouser quelqu’un

Que vous fréquentiez ou non, à présent, quelqu’un d’exceptionnel, voici 10 questions à soulever quand il s’agit de choisir votre futur conjoint ou conjointe.

Le mariage est un engagement sérieux.

En fait, mise à part votre relation avec Dieu, c’est probablement l’engagement le plus important et le plus significatif que vous ayez à prendre dans votre vie.

La décision de s’engager à obéir à Dieu en se faisant baptiser est un peu plus claire que celle de se marier. La question-clé, lors du baptême, est de savoir si l’on va ou non prendre la décision de suivre la ligne de vie divine. Pour le mariage, il y a l’obstacle supplémentaire consistant à déterminer avec qui prendre un tel engagement et à s’assurer qu’on choisit la bonne personne, sachant quoi rechercher en elle.

Ce qui est utile, dans ce processus, c’est de savoir quelles questions se poser – d’où l’importance de la liste de 10 questions-clés ci-jointe, à vous poser à propos de la personne avec laquelle vous souhaitez passer le reste de votre vie.

Cette liste est-elle détaillée ? Contient-elle toutes les questions que vous devriez vous poser avant de vous marier ? Nullement ! Mais c’est un bon point de départ, et si vous êtes disposé à les soulever et à y répondre honnêtement, elles devraient vous prouver si vous êtes ou non sur la bonne voie. 

1. Cette personne vous aime-t-elle et vous respecte-t-elle ?

Il se peut qu’à votre avis, cela va de soi, mais il est facile de prendre une attraction mutuelle pour de l’amour et du respect. Le fait que vous vous appréciiez fortement ne prouve pas que votre relation soit cimentée par ces deux qualités essentielles. Prenez donc le temps de bien y réfléchir.

L’apôtre Paul écrivit à la congrégation d’Éphèse : « Que chacun de vous aime sa femme comme lui-même, et que la femme respecte son mari » (Éphésiens 5:33).

On n’aime pas et l’on ne respecte pas quelqu’un par hasard. Ce n’est pas ainsi que les choses se passent. Pour être conséquent dans ces domaines, il faut s’efforcer quotidiennement d’exprimer ces qualités et mieux comprendre ce qu’elles représentent, aux yeux de Dieu. Si la personne que vous souhaitez épouser ne vous prouve pas concrètement qu’elle vous aime et vous respecte, le fondement de votre mariage sera défectueux dès le départ.

2. Poursuivez-vous les mêmes objectifs ? 

Le prophète Amos posa la question « Deux hommes marchent-ils ensemble, sans en être convenus ? » (Amos 3:3 ; version Ostervald). Quand on épouse quelqu’un, on accepte de faire route ensemble, pour le restant de ses jours.

Que souhaitez-vous retirer du mariage ? À quoi voulez-vous que votre vie conjugale ressemble ? Quels sont vos objectifs professionnels ? Si vous avez tous deux des objectifs différents, dans la vie, votre union en souffrira. Par contre, si vous avez les mêmes objectifs, et agissez à partir des mêmes valeurs, votre relation s’épanouira et vous croîtrez.

3. Comment l’autre affronte-t-il (ou elle) les situations stressantes ?

Il est facile de projeter de soi une image positive quand tout va bien, et au début des fréquentations, il y a beaucoup de moments décontractés et agréables. On peut même se dire que ce sera toujours le cas, mais ce n’est pas ainsi que les choses se passent. La vie injectera des tensions dans vos relations, et il est bon de savoir comment votre éventuel(le) conjoint(e) réagira dans ces situations.

Au début de notre relation, ma future épouse et moi nous étions – pendant un voyage – trompés de direction, et nous nous étions retrouvés dans des rues en construction, la nuit approchant, et dans un quartier peu sûr.

Cette expérience fut révélatrice car nous vîmes quelles étaient nos réactions respectives dans une situation imprévue et stressante. Nous avons survécu ; nous nous en sommes tirés relativement indemnes, et notre relation n’en a été que meilleure.

« Celui qui est lent à la colère vaut mieux qu’un héros, et celui qui est maître de lui-même, que celui qui prend des villes » (Proverbes 16:32). Un mariage est plus fort quand les conjoints sont maîtres d’eux-mêmes dans les moments difficiles – et il y en aura. 

4. Comment traite-t-il ou traite-t-elle les gens ? 

L’un des indices les plus importants révélant comment la personne que vous désirez épouser se comporte est sa manière de traiter les gens, notamment ceux qui sont incapables de changer leur situation, comme les caissières ou les serveurs, les employés, les inconnus ou les utilisateurs anonymes d’Internet. Quand il est facile d’être impoli et peu gentil sans que cela attire la moindre répercussion, comment se comporte-t-elle ?

Le livre biblique des Proverbes décrit la femme idéale comme quelqu’un qui « tend la main au malheureux, […] à l’indigent » (Proverbes 31:20). Christ a parlé de la règle d’or : « Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux » (Matthieu 7:12). Assurez-vous que la personne que vous souhaitez épouser fait preuve de gentillesse et de compassion envers les autres, même quand elle n’a rien à en retirer.

5. En l’absence d’amélioration… 

Qu’est-ce qui vous énerve le plus dans le comportement de l’autre ? Que diriez-vous si, à ce propos, rien ne devait changer ? Si cette manie allait continuer de vous irriter ? Chercheriez-vous, malgré tout, à l’épouser ?

Il est dangereux de se dire qu’une fois marié, l’autre changera. Certes, la vie apporte bien des changements, mais qui sait ? Et si ce trait de caractère ou cette manie devait subsister et même s’accentuer… cela vous laisserait-il indifférent ou serait-ce impossible à accepter ? Le contrat du mariage est un accord permanent (Matthieu 19:19) ; il importe donc que nous ne nous attendions pas à des changements qui n’auront peut-être jamais lieu.

6. Dans quelle mesure cherche-t-elle à s’améliorer ? 

Contrairement à la question précédente, être chrétien, c’est s’engager à changer. Suivre Dieu, c’est chercher à déceler ses lacunes et apprendre à mieux faire.

L’une des qualités qu’un(e) futur(e) conjoint(e) devrait avoir est le désir de s’améliorer dans les domaines dans lesquels Dieu nous dit de nous améliorer. Assurez-vous que vous épousez quelqu’un qui s’efforce de croître en tant que chrétien ou chrétienne.

7a. Mesdames, cet homme, pouvez-vous le suivre et le soutenir, même si vous n’êtes pas d’accord avec lui ? 

Paul nous fournit une instruction qui peut être difficile à avaler : « Femmes, que chacune soit soumise à son mari, comme au Seigneur ; car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l’Église qui est son corps, et dont il est le Sauveur. Or, de même que l’Église est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l’être à leur mari en toutes choses » (Éphésiens 5:22-24).

Qu’on se le dise. Dans la relation conjugale, une partie du rôle de la femme est de se soumettre à son mari. Mesdames, cela ne veut pas dire que vous n’ayez pas le droit d’exprimer ce qui vous préoccupe ou vos espoirs, laissant votre mari diriger. Cela ne veut pas dire que vous soyez supposée devenir une sorte d’esclave irréfléchie ni que vous soyez supposée vous soumettre à des choses contraires aux instructions divines. Néanmoins, être mariée signifie que vous suivez votre mari, même quand vous estimez qu’il pourrait être préférable d’agir autrement.

Assurez-vous que vous épousez un homme que vous pouvez suivre sans vous inquiéter.

7b. Messieurs, cette femme est-elle une personne dont vous tiendrez compte et apprécierez, même quand vous ne serez pas d’accord avec elle ?

Paul a aussi quelque chose à dire aux maris : « Maris, que chacun aime sa femme, comme Christ a aimé l’ Église, et s’est livré lui-même pour elle » (Éphésiens 5:25). La deuxième partie de ce verset est souvent négligée. Messieurs, nous devons aimer nos femmes comme Christ aime l’Église. D’un amour profond, imbu de sacrifice de soi et d’un engagement inébranlable. Le mari devrait prendre des décisions dans lesquelles il accorde plus d’importance à sa femme et à sa famille qu’à lui-même.

Bien qu’il incombe au mari de diriger dans cette relation, il n’est pas un patron ou un dictateur. Il est écrit : « Maris, montrez à votre tour de la sagesse dans vos rapports avec votre femme, comme avec un sexe plus faible ; honorez-la, comme devant aussi hériter avec vous de la grâce de la vie » (1 Pierre 3:7).

Assurez-vous que vous épousez une femme dont les idées et les opinions vous aideront à prendre de meilleures décisions en tant que chef.

8. À quoi ressemble sa relation avec Dieu ? 

Paul ne mâche pas ses mots : «  Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l’iniquité ? ou qu’y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres ? Quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial ? ou quelle part a le fidèle avec l’infidèle ? Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu et les idoles ? Car nous sommes le temple du Dieu vivant » (2 Corinthiens 6:14-16).

Cet enseignement n’est pas facultatif. Ce n’est pas une question de préférences. Ce n’est pas une simple suggestion ni un scénario idéal. Il est question de partager les mêmes objectifs. Si la personne à laquelle vous vous intéressez ne croit pas en Dieu et ne souhaite pas suivre la ligne de vie divine, ne vous attendez pas à tomber d’accord.

Et si telle croyance ou tel style de vie est mis en veilleuse ; si quelque chose est repoussé pour laisser la place à autre chose, selon vous, vous sera-t-il plus facile ou plus difficile d’obéir au commandement « Croissez dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ » (2 Pierre 3:18) ?

Épousez quelqu’un dont le dévouement pour la voie divine vous encourage à vous améliorer dans la vie. 

9. Cette personne est-elle disposée à accorder à Dieu la priorité ?

Il s’agit là de quelque chose de bien difficile. Ce n’est pas ce qu’Hollywood préconise quand on y parle de l’amour, ni de toutes ces citations émouvantes affichées sur les médias sociaux. Le monde qui nous entoure déclare que l’amour véritable consiste à trouver quelqu’un qui vous donne la place de choix dans son univers, qui vous donne la priorité en tout.

Le mariage représente bien des choses, mais ce ne devrait pas être cela. Jamais.

Dieu était sérieux quand Il a dit : « Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face » (Exode 20:3). Ce n’était pas une blague. Rien, absolument rien ni personne – y compris votre époux ou épouse bien-aimée – ne doit s’interposer entre vous et Dieu (Deutéronome 13:6-8).

Jésus a aussi insisté sur le fait que Dieu doit avoir la priorité quand Il a dit : « Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus » (Matthieu 6:33).

Quand on perd de vue ce qui – ou qui – doit avoir la priorité dans nos vies, les autres domaines, dans l’existence, deviennent secondaires dans la lancée. « Toutes ces choses » – toutes les bénédictions et les avantages de la vie – y compris le mariage – passent après Dieu.

Si vous voulez avoir un mariage réussi, assurez-vous de trouver quelqu’un qui donne la priorité à Dieu et vous donne la seconde place.

10. À quoi ressemble votre relation avec Dieu ? 

Dans tout ceci, un point capital est sous-entendu : Dieu est important pour vous aussi. Vous vous efforcez de Lui donner la priorité ; vous traitez les autres avec compassion. Vous vous efforcez de vous améliorer et de croître en tant qu’enfant de Dieu. Et c’est bilatéral ; si vous vous posez ces questions à propos de la personne que vous souhaitez épouser, cette dernière, espérons-le, va se poser les mêmes à votre sujet.

Que quelqu’un vous vienne à l’esprit quand vous vous posez ces questions ou que vous cherchiez quelqu’un de spécial, l’une des meilleures choses que vous puissiez faire est de commencer par vous demander si vous êtes vous-même à la hauteur, pour ce qui est de satisfaire ces conditions. C’est un projet de toute une vie, et il y a toujours moyen pour nous de nous améliorer, pour notre bien comme pour celui de notre conjoint ou conjointe.

Il est écrit, dans le livre des Proverbes, que « celui qui trouve une femme trouve le bonheur ; c’est une grâce qu’il obtient de l’Éternel » (Proverbes 18:22) et qu’«une maison et des richesses sont l’héritage venu des pères ; mais une femme prudente est un don de l’Éternel » (Proverbes 19:14).

Le mariage, quand il unit deux personnes compatibles et pour les bonnes raisons, est une merveilleuse bénédiction divine, et il n’est jamais trop tôt (ni trop tard) pour commencer à nous y préparer.

Pour de plus amples détails à ce sujet, consulter nos articles Cinq traits que les hommes devraient rechercher dans une femme chrétienne et Cinq traits que les femmes devraient rechercher dans un homme chrétien.