Que déclare la Bible à propos de l’argent ?

La gestion de « notre » argent est-elle un exercice purement physique de comptabilité, ou est-ce un aspect de notre caractère ? Étudiez attentivement ce que la Bible déclare à propos de l’argent.

La gestion de nos finances n’est-elle que séculière, ou est-ce aussi une question spirituelle – un test de notre caractère chrétien ? D’après la Bible, ce peut être les deux. Bien le comprendre exige que nous sachions ce que Dieu révèle à ce sujet.

L’argent n’est qu’une chose, un concept physique. À lui seul, il ne satisfait aucun de nos besoins fondamentaux comme la nourriture, l’habillement ou un toit. Il ne se mange pas. On ne le porte pas, et on n’y vit pas. Dans nos économies modernes, où l’on ne marchande plus, il représente en fait notre pouvoir d’achat. Il nous permet d’acquérir des marchandises et des services nécessaires pour vivre et de satisfaire nos besoins les plus élémentaires comme de quoi manger, des vêtements, et un endroit pour nous protéger des intempéries. Il nous permet aussi de supporter nos familles. De ce fait, on comprend que l’argent, et sa gestion, puisse passer pour quelque chose de purement physique n’impliquant que des chiffres. Nous cherchons à nous assurer que nos revenus sont au moins égaux à nos dépenses.

Beaucoup de questions monétaires sont spirituelles, impliquant des choix

L’argent ne se limite pas à de l’arithmétique. La source de nos gains et la manière dont nous dépensons notre argent comprennent des choix. Ces choix sont souvent liés à notre caractère et ont souvent une dimension spirituelle. Par exemple, Dieu est-il satisfait si nous « gagnons » notre argent par la fraude et des publicités trompeuses plutôt qu’en travaillant honnêtement ? Que nous gagnions notre pain en travaillant un mardi, ou bien un samedi – son saint sabbat – le laisse-t-il indifférent ? Si une personne a 100 € à dépenser, son caractère serait-il jugé par Dieu de la même manière si elle les dépensait pour nourrir sa famille que si elle les dépensait pour acheter de la drogue, ou pour parier lors d’une manifestation sportive, ou pour acheter des films pornographiques ? Point n’est besoin de s’engager bien longtemps dans une conversation sur la gestion financière avant que ne soient soulevées des questions spirituelles ou de caractère et sur le jugement divin.

Que déclare la Bible sur l’argent, nos richesses et notre manière de les gérer ?

Posons-nous une question. Quel est le passage le plus important, dans la Bible, à propos de l’argent, de nos richesses et de leur gestion ? Plusieurs passages vous viennent peut-être à l’esprit pour y répondre. S’agit-il de ce que Jésus a dit, dans Matthieu 6:25-34 ? Ou est-ce ce que l’apôtre Paul écrivit à Timothée dans 1 Timothée 6:10, ou 1 Timothée 5:8 ?

Serait-ce ce que Dieu dit au prophète Malachie, dans Malachie 3:10 ? Jésus a aussi parlé d’argent et des richesses, dans Luc 6:20 ; Marc 10:23-25 ; et Luc 12:15. Serait-ce ce que le psalmiste a été inspiré d’écrire dans Psaume 112:1-3 ou la réponse à notre question est-elle ce qui est dit d’Abraham – « l’ami » de Dieu et le « père » des croyants – dans Genèse 13:1-2 ?

Je vous invite à lire tous ces passages, et d’autres qui peuvent vous venir à l’esprit, avant de répondre à la question « Quel est le passage le plus important, dans la Bible, à propos de l’argent, de nos richesses et de leur gestion ? ». Quelle est votre réponse ?

Les richesses sont une bénédiction – ce que plusieurs peuvent répondre

Plusieurs personnes consultent leurs Bibles et choisissent leur réponse parmi les passages suivants : Genèse 12:1-3 ; 13:1-2; Deutéronome 28:1-8 ; Malachie 3:10 ; Psaumes 37:25 ; 112:1-3 ; Proverbes 3:13-16 ; 10:22 ; et 3 Jean 1:2. Je vous invite à lire tous ces passages. Quel que soit le passage qu’elles choisissent dans cette liste, elles se forment ensuite une opinion sur l’optique biblique – à propos de l’argent, des richesses et de leur gestion – qui peut se résumer comme suit :

La Bible enseigne que Dieu bénit matériellement et financièrement ceux qui lui plaisent, et posséder beaucoup d’argent et de grandes richesses est une bonne chose ; cela vient de Dieu. Parfois, ceux qui se concentrent sur ces passages croient en un évangile de la prospérité. Obéissez à Dieu, faites ce qui lui est agréable, et il vous bénira matériellement et s’assurera que vous êtes riches. Il semble logique que certaines personnes parviennent à cette conclusion. Plusieurs passages bibliques ne la soutiennent-elle pas ?

Bénis soient les pauvres – autre réponse biblique à la même question

Plusieurs personnes répondent à la question par l’un des passages de la liste suivante (et je vous encourage à nouveau à lire ces passages vous-mêmes) : Marc 10:23-25 ; Luc 6:20 ; 1 Timothée 6:10 ; Jacques 2:5 ; et Apocalypse 2:8-10. Quel que soit le passage qu’elles choisissent, elles se forment une autre opinion sur l’optique biblique à ce sujet – opinion qui peut se résumer ainsi :

La Bible enseigne que Dieu permet (ou fait en sorte) que ses enfants soient pauvres, et avoir beaucoup de richesses physiques est spirituellement dangereux, inquiétant et coûteux pour les justes et contraire à la volonté divine. Ces personnes semblent elles aussi avoir le soutien de plusieurs passages pour étayer leur conclusion. Lisez les versets ci-dessus. Ces personnes sont convaincues que Dieu veut que les justes soient pauvres dans cette vie ; que c’est préférable pour eux ; qu’avoir de l’argent et des richesses les corromprait.

Une optique plus équilibrée sur ce que déclare la Bible à propos de l’argent

En fonction des circonstances et de la manière précise dont Dieu agit avec son peuple à un moment donné et à un endroit donné dans l’histoire, l’une ou l’autre de ces optiques bibliques peut être la bonne. Il est préférable de consulter de nombreux passages, et non seulement un seul ou quelques-uns, si l’on veut avoir une compréhension plus mûre et plus équilibrée sur un sujet aussi important que celui de l’argent, des richesses et de leur gestion.

En fait, la question posée au début de cet article était un peu une question-piège. Il n’y a pas un seul passage dans la Bible qui soit plus important que tous les autres. Tout ce que Dieu dit sur un sujet doit être étudié. Nous devons nous méfier de toute approche qui s’appuie sur un seul verset pour comprendre une doctrine. Le sujet de cet article n’en constitue qu’un exemple. Il est infiniment préférable d’étudier tous les passages sur un sujet, et non seulement quelques-uns, pour comprendre la volonté divine dans tel ou tel domaine. Et bien sûr, il importe de prier pour avoir une compréhension plus mûre et plus équilibrée sur n’importe quel sujet après avoir étudié autant de passages possibles à ce propos.

Dieu et l’argent – une conclusion plus mûre et plus complète

Voici une troisième liste de passages bibliques non inclus dans les deux autres listes. Si vous souhaitez prendre le temps d’étudier vous-même ce que la Bible déclare sur l’argent, tenez compte de tous les passages suivants : Deutéronome 6:10-13 ; Psaume 62:10 ; Proverbes 6:6-9 ; 13:22 ; 15:16-17 ; Matthieu 6:25-34 ; 13:22 ; Luc 3:14 ; 9:23-25 ; 12:15-21 ; Actes 20:35 ; Philippiens 4:11-12 ; 1 Timothée 6:8, 10, 17-18 ; et Apocalypse 3:15-18.

En tenir compte, en priant, aide à acquérir une compréhension plus approfondie de ce sujet. Il serait juste de dire que l’argent et les richesses physiques (nos biens) ne sont que matériels. Ils ne sont ni intrinsèquement bons ni intrinsèquement mauvais. C’est l’usage qu’en font les enfants de Dieu et leur attitude à leurs égards dont Dieu se soucie le plus. Dieu permet parfois ou fait parfois en sorte que ses enfants connaissent la pauvreté et soient dans le besoin, parfois pour les éprouver. Dans ces cas, ses enfants devraient être reconnaissants et contents d’avoir ce dont ils ont besoin, et se fier à lui pour qu’il les aide et pourvoie à leurs besoins. Dans d’autres cas, Dieu bénit son peuple abondamment, et nous devrions être reconnaissants, généreux et humbles face à ces bénédictions, n’oubliant jamais leur source.

La prière d’Agur

S’il n’y a pas, dans la Bible, un verset plus important que tous les autres sur l’argent et les richesses, sans doute serait-il bon de conclure par un dernier verset qui exprime une optique spirituellement mûre et équilibrée à ce propos. Il se trouve dans la sagesse exprimée par la prière d’Agur : « Je te demande deux choses : Ne me les refuse pas, avant que je meure ! Eloigne de moi la fausseté et la parole mensongère ; ne me donne ni pauvreté, ni richesse, accorde-moi le pain qui m’est nécessaire, de peur que, dans l’abondance, je ne te renie et ne dise : Qui est l’Éternel ? Ou que, dans la pauvreté, je ne dérobe, et ne m’attaque au nom de mon Dieu » (Proverbes 30:7-9).