Que déclare la Bible à propos des jeux de hasard?

Les effets négatifs des jeux de hasard sont abondamment débattus. Toutefois, il y a une autorité qui a plus de poids que toutes les opinions humaines. Que déclare la Bible à ce sujet ?

Bien que la Bible ne parle pas des casinos et ne se prononce pas directement sur les jeux de hasard, elle traite de la mentalité qui incite les gens à s’y livrer, et traite des effets courants liés à ces activités. Réfléchissons aux conseils suivants, tirés des Écritures :

Soutiens de famille

  • D’après la Bible, nous devons être de bons gestionnaires des biens dont nous disposons (Luc 12:42) ; autrement dit, nous devons gérer sagement nos ressources. Jouer,  parier, jouer aux machines à sous, dépenser son argent dans des casinos n’équivaut pas à gérer sagement ses biens. C’est sérieusement risquer son argent ; les statistiques le démontrent : les chances ne sont pas en faveur des joueurs.
  • La Bible nous enseigne également que nous devrions utiliser nos ressources pour pourvoir aux besoins de nos familles, et non risquer de tout perdre en nous imaginant gagner plus en jouant. Il y a une dimension spirituelle évidente à la manière dont nous gérons nos finances.

Il est écrit: « Si quelqu’un n’a pas soin des siens, et principalement de ceux de sa famille, il a renié la foi, et il est pire qu’un infidèle » (1 Timothée 5:8). Pesez soigneusement chacun de ces mots et les implications de cette puissante déclaration. Le mot grec original traduit ici en français par « infidèle » décrit notamment « un païen… quelqu’un à qui l’on ne peut faire confiance » (Strong’s Hebrew and Greek Dictionaries).

La différence entre nos dépenses légitimes et l’amour de l’argent

La Bible reconnait qu’on a besoin d’argent. Jésus, lorsqu’Il enseigna à Ses disciples comment prier, inclut la mention : « Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien » (Matthieu 6:11). Ce qui veut dire que non seulement il est bien de demander à Dieu de pourvoir à nos besoins, mais aussi que nous devrions le Lui demander tous les jours. Bien entendu, pourvoir à ces besoins coûte souvent de l’argent.

Par contre, l’envie de se procurer de l’argent peut devenir une addiction. C’est là quelque chose de bien réel. La Bible nous met en garde : « l’amour de l’argent est une racine de tous les maux ; et quelques-uns, en étant possédés, se sont égarés loin de la foi, et se sont jetés eux-mêmes dans bien des tourments » (1 Timothée 6:10).

Demandez-vous si la manière dont vous gérez vos finances supplée à vos besoins et à ceux de votre famille, ou si gagner de l’argent est devenu pour vous une addiction. Reconnaître que l’on a franchi la ligne de démarcation entre être responsable et avoir développé une dépendance pour l’argent exige du courage et de l’humilité.

Les pauvres, les riches, et tous ceux qui se situent entre les deux sont susceptibles de développer une addiction pour le jeu. Beaucoup de pauvres jouent à la loterie, s’imaginant gagner et s’extirper de leur pauvreté. Or, leurs chances de gagner sont si minimes qu’on dit souvent de ces jeux de hasard qu’ils sont « un impôt pour les pauvres ». Mais ce qui est encore plus grave, c’est que – d’après la Bible – l’amour de l’argent peut empêcher certaines personnes d’entrer un jour dans le Royaume de Dieu.

La définition de la convoitise et de la cupidité

  • Dieu déclare que nous ne devrions jamais convoiter ou être cupides. La convoitise et la cupidité sont des péchés (Exode 20:17 ; Colossiens 3:5 ; 1 Timothée 3:3). Le mot convoitise n’étant guère plus utilisé de nos jours, tâchons de le définir : « désir extrême ou immodéré de posséder quelque chose, cupidité » (Larousse.fr) ; « fort désir de possession, avidité » (Linternaute.com). Pour ce qui est de la cupidité : « désir immodéré de l’argent et des richesses » (Larousse) ; « désir excessif du gain, de l’argent » (Linternaute).
  • Il est écrit : « Ne vous livrez pas à l’amour de l’argent ; contentez-vous de ce que vous avez ; car Dieu lui-même a dit : Je ne te délaisserai point, et je ne t’abandonnerai point » (Hébreux 13:5). Et encore : « Celui qui est adonné au gain déshonnête, trouble sa maison ; mais celui qui hait les présents vivra » (Proverbes 15:27, version Ostervald).

Renoncez à l’idée qu’en jouant vous pouvez améliorer votre situation et celle de votre famille. Ces passages démontrent qu’il s’agit là d’un mensonge. Si c’est ce que nous pensons, nous nous faisons des illusions.

Un travail honnête ou un gain gratuit

  • La Bible nous dit de travailler, ce qui est le contraire d’acquérir malhonnêtement de l’argent ou risquer inutilement de perdre ce que l’on a gagné. La voie divine met l’accent sur la générosité et non sur l’avarice et la cupidité. « Que celui qui dérobait ne dérobe plus ; mais plutôt qu’il travaille, en faisant de ses mains ce qui est bien, pour avoir de quoi donner à celui qui est dans le besoin » (Éphésiens 4:28).

La Bible parle aussi des conséquences de la paresse : « Les désirs du paresseux le tuent, parce que ses mains refusent de travailler » (Proverbes 21:25). La paresse est un qualificatif adéquat pour l’attrait qu’exerce le jeu. Ce dernier peut faire croire à n’importe qui – pas seulement les pauvres – au fantasme selon lequel on peut obtenir quelque chose gratuitement.

La puissance contrôlant votre vie

  • Les vrais chrétiens ont pour maître Dieu, et c’est Lui qu’ils servent ; l’argent n’est pas leur maître. Saviez-vous que la Bible vous avertit du conflit qui pourrait exister entre les deux ? « Nul ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l’un, et aimera l’autre ; ou il s’attachera à l’un, et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon » (Matthieu 6:24). Mammon est un autre mot qu’on n’utilise guère plus. D’après Larousse, c’est un « terme araméen qui, dans la littérature judéo-chrétienne, personnifie les biens matériels dont l’homme se fait l’esclave » (Petit Larousse illustré).
  • Même si jouer était bénéfique, toute personne honnête reconnaîtrait qu’il est facile d’en devenir esclave. Or, nous savons que jouer (toujours dans le contexte des jeux de hasard, des loteries et des casinos) n’est pas bénéfique. Quand on franchit la ligne de démarcation séparant, d’une main, l’usage judicieux et légitime de l’argent et, de l’autre, l’addiction pour les richesses, cela définit notre mode de vie ; les biens matériels sont devenus notre dieu – une idole ! On remarque, à partir de ce verset, que notre salut éternel est en jeu. Ce n’est donc pas une mince affaire.
  • Nous ne devons pas devenir esclaves d’addictions. Et là encore, les statistiques l’indiquent clairement : pour bien des gens, le jeu est une drogue, une addiction. Comme le dit l’Écriture : « chacun est esclave de ce qui a triomphé de lui » (2 Pierre 2:19). Nous devons être assujettis à la puissance divine, et non à une substance quelconque ou à un désir incontrôlé de se procurer quelque gain. Quand quelque chose exerce un contrôle sur nous, nous en sommes dépendants.
  • L’apôtre Paul, s’adressant à l’Église de Corinthe, écrivit : « Tout m’est permis, mais tout n’est pas utile ; tout m’est permis, mais je ne me laisserai asservir par quoi que ce soit » (1 Corinthiens 6:12).

Le jeu n’apporte rien de bon. Il ne bénéficie à personne ; ni aux individus impliqués, ni aux familles, ni à la société. Hélas, beaucoup de gouvernements font la politique de l’autruche et ignorent sciemment les désavantages du jeu, utilisant les loteries, les tombolas, les casinos et les jeux de hasard à des fins lucratives. Cela exploite les personnes vulnérables au lieu de les aider.  

Le jeu – un loisir ?

Certains voient dans le jeu un loisir, prétendant qu’il ne diffère en rien des dépenses que l’on fait pour toute autre forme de loisir ou d’amusement. Notons évidemment que tout amusement chrétien ne comprend pas des comportements répréhensibles. Les loisirs chrétiens ne devraient inclure que des dépenses sur des fonds disponibles (des sommes que l’on peut se permettre de dépenser) sur quelque chose qui s’inscrit dans les limites de la loi divine et que vous et votre famille appréciez. Par définition, le jeu (tout jeu de hasard, toute loterie, tombola ou dépense dans un casino) n’est pas un loisir ou un amusement pour les chrétiens.

Il est bien connu que le jeu devient aisément une addiction ; que c’est un piège qui détruit les êtres, les familles et la société. Ce n’est pas un moyen innocent ni louable de s’amuser.

Comme nous venons de le voir, beaucoup de maux peuvent provenir des jeux de hasard – dont le pire est la perte de son salut, de la vie éternelle. Christ a promis aux croyants : « Toutes ces choses [la nourriture, le vêtement, un logis], ce sont les païens qui les recherchent. Votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez premièrement [et Christ établit ici nos priorités – ce que nous devrions rechercher en premier, les valeurs spirituelles et non la recherche de biens matériels] le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus » (Matthieu 6:32-33).

La lecture de notre article « Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu » vous aidera à déterminer quelles devraient être vos priorités.