La mort et la vie sont au pouvoir de la langue

Les propos irrespectueux se multiplient. Que déclare la Bible sur nos échanges verbaux et sur le pouvoir de nos paroles ? Comment pouvons-nous nous améliorer dans ce domaine ?

Le roi Salomon fit la remarque suivante à propos du pouvoir de nos paroles : « La mort et la vie sont au pouvoir de la langue » (Proverbes 18:21). La vérité de ce proverbe est, de nos jours, confirmée.

Les propos choquants et désobligeants sont hélas de plus en plus courants. Plusieurs enquêtes effectuées sur plusieurs années par Weber Shandwick et KRC Research ont révélé que « les Américains ne cessent de se plaindre que l’incivilité fait du tort à l’Amérique, nuit à sa position dans le monde et nuit à notre démocratie » (Civility in America 2019: Solutions for Tomorrow).

Dans leur rapport de 2019, les enquêteurs notent : « L’enquête de cette année montre, une fois de plus, que les Américains s’inquiètent fortement de l’état de la courtoisie dans notre pays. Il en résulte que pour l’immense majorité de nos citoyens – 93% – l’incivilité est un problème, et même un problème majeur (68%). Ce taux inquiétant n’a guère changé depuis 2010 ».

Comme causes de cette incivilité, les Américains – peu importe leur appartenance politique – blâment les médias sociaux et Internet, la Maison Blanche, les politiciens en général, les médias d’information, et les activistes sociaux aussi bien libéraux que conservateurs.

La pandémie de COVID-19 a miné encore davantage notre aptitude à dialoguer poliment. Tim Levine, président du Department of Communication Studies at the University of Alabama at Birmingham note: « Des recherches importantes intéressantes existent sur les effets de l’isolation sociale sur la communication. L’un de ses impacts est que, moins nous avons de contacts avec les autres, plus nous nous mettons à nous méfier d’eux. Cela peut en placer certains sur la défensive et pousser les gens dans un engrenage où l’isolement mène à la méfiance, laquelle pousse les gens dans une attitude défensive qui accentue la méfiance et conduit à un isolement encore plus grand, produisant un effet Pygmalion » (cité par Yvonne Taunton ; How Has COVID-19 Affected the Way We Communicate?”).

L’incivilité politique

Vu l’effet collectif qu’elles ont sur tous les citoyens, les relations toxiques entre partis politiques sont particulièrement malsaines pour les démocraties. Malheureusement, le genre de communications hautement partisanes, accusatoires et haineuses se sont considérablement multipliées. Un mois avant l’élection présidentielle américaine de 2020, dans un article d’opinion de Politico, rédigé par divers auteurs chevronnés, on a pu lire : « Les Américains croient de plus en plus que la violence est justifiée si l’adversaire gagne ».

Au même moment, une enquête menée par Northwestern University a révélé que « le mépris pour le parti politique adverse, à présent – et pour la toute première fois – surpasse l’affection que l’on a pour son propre parti ». Ladite enquête se sert de l’expression « sectarisme politique » pour décrire ce que peuvent évoquer les communications désobligeantes et chargées d’émotions qui sont échangées. D’après l’auteur principal Eli Finkel, « l’état actuel de sectarisme politique engendre des préjugés, la discrimination et la déformation cognitive, sapant la capacité qu’a le gouvernement de s’acquitter de ses fonctions de base – représenter le peuple et résoudre ses problèmes. Ce faisant, ils rend les gens de plus en plus disposés à soutenir des candidats qui sapent la démocratie et favorisent la violence pour soutenir leurs objectifs politiques » (Northwestern.edu).

Bien que les enquêtes citées aient été effectuées aux États-Unis, l’incivilité ne se limite pas à l’Amérique. Un bref coup d’œil sur les procédures aux Nations Unies et sur les échanges entre les chefs d’État – y compris américain, russe, chinois, nord-coréen, iranien et israélien – révèlent (ou dissimulent à peine) les profondes divisions et la méfiance existant entre certaines nations.

Quelques versets bibliques sur la langue, dans l’Ancien Testament

Les passages traitant de la langue ne manquent pas. La Bible n’est pas en reste quand il s’agit de nous guider sagement sur la manière dont nous devons communiquer verbalement. Examinons les passages suivants dans l’Ancien Testament :

  • Exode 20:16  : « Tu ne porteras point de faux témoignage contre ton prochain. »
  • Psaume 34:13 : « Préserve ta langue du mal, et tes lèvres des paroles trompeuses. »
  • Psaume 37:30 : « La bouche du juste annonce la sagesse, et sa langue proclame la justice. »
  • Psaume 120:2 : « Eternel, délivre mon âme de la lèvre mensongère, de la langue trompeuse ! »
  • Proverbes 10:19 : « Celui qui parle beaucoup ne manque pas de pécher, mais celui qui retient ses lèvres est un homme prudent. »
  • Proverbes 12:19 : « La lèvre véridique est affermie pour toujours, mais la langue fausse ne subsiste qu’un instant. »
  • Proverbes 13:3 : « Celui qui veille sur sa bouche garde son âme ; celui qui ouvre de grandes lèvres court à sa perte. »

Le neuvième des dix commandements nous dit de ne pas mentir. D’autres passages de sagesse de l’Ancien Testament affirment qu’une personne pieuse veille à ce qui sort de sa bouche.

Quelques versets bibliques sur la langue, dans le Nouveau Testament

Lors de son ministère terrestre, Jésus approfondit l’importance d’un choix judicieux de nos paroles.

  • Matthieu 12:36-37 « Je vous le dis : au jour du jugement, les hommes rendront compte de toute parole vaine qu’ils auront proférée. Car par tes paroles tu seras justifié, et par tes paroles tu seras condamné. »

Dans d’autres passages du Nouveau Testament, Jacques et Pierre reviennent sur l’affirmation de Jésus.

  • Jacques 3:2 : « Nous bronchons tous de plusieurs manières. Si quelqu’un ne bronche point en paroles, c’est un homme parfait, capable de tenir tout son corps en bride. »
  • Jacques 3:7-10 : « Toutes les espèces de bêtes, d’oiseaux, de reptiles et d’animaux marins, sont domptés et ont été domptés par l’homme ; mais la langue, aucun homme ne peut la dompter ; c’est un mal qu’on ne peut réprimer ; elle est pleine d’un venin mortel. Par elle nous bénissons le Seigneur notre Père, et par elle nous maudissons les hommes faits à l’image de Dieu. De la même bouche sortent la bénédiction et la malédiction. Il ne faut pas, mes frères, qu’il en soit ainsi. »
  • 1 Pierre 3:10 : « Si quelqu’un, en effet, veut aimer la vie et voir des jours heureux, qu’il préserve sa langue du mal et ses lèvres des paroles trompeuses. »

Ce que nous enseigne le Nouveau Testament à propos de la maîtrise de nos paroles ajoute à ce que nous enseigne l’Ancien Testament. D’après Jésus, nous serons justifiés – jugés justes aux yeux de Dieu – par nos paroles, jugés en fonction de ce que nous disons.

Des clés pour parler juste

On nous propose plusieurs recommandations pour améliorer le discours public. Par exemple…

  • Consultez des sources dignes de confiance avant de croire et de disséminer quelque information.
  • Écoutez respectueusement le point de vue de votre interlocuteur avant de répondre.
  • Efforcez-vous de montrer un bon exemple dans vos communications.

Ces suggestions ont du mérite et sont étayées par la Bible (Proverbes 18:17 ; Jacques 1:19 ; Matthieu 5:16). Néanmoins, il existe un fondement encore plus solide pour nous aider à appliquer ce conseil. Cette pépite de vérité sur le fondement de toute pieuse communication est liée à l’enseignement de Jésus que nous serons justifiés et jugés par les paroles que nous proférons. Sa remarque avisée était que « c’est de l’abondance du cœur que la bouche parle » (Matthieu 12:34).

Ce que Jésus disait, c’est que nous autres, humains, disons ce que nous pensons. Si nous voulons avoir des échanges verbaux civils et respectueux, nous devons commencer par respecter les autres. Pour nous aider à acquérir cette optique, nous devons suivre le conseil simple mais profond de Pierre : « Honorez tout le monde ; aimez les frères ; craignez Dieu ; honorez le roi » (1 Pierre 2:17).

Comment apprendre à respecter les autres

La Bible nous dit que pour acquérir un point de vue qui respecte tout le monde, nous devons suivre un processus appelé conversion (Actes 3:19). La Bible explique que nous autres, humains, avons une nature inhérente qui s’affectionne de la chair et dont la propension est « la débauche, l’impureté, le dérèglement, l’idolâtrie, la magie, les rivalités, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l’envie… » (Romains 8:7 ; Galates 5:19-20). La liste complète des « œuvres de la chair » ne s’arrête pas là, mais il est facile de voir que ces traits, en particulier, engendrent des échanges verbaux désobligeants, irrespectueux, insultants.

Non maitrisée, notre propension naturelle est d’être égoïste et peu respectueux des autres. Cette mentalité est la cause fondamentale des propos acerbes de notre époque. Si la maîtrise de soi peut mitiger la tendance que nous avons d’être égoïstes et peu respectueux des autres, nous autres, humains, ne pouvons pas pleinement maîtriser nos propos. Comme l’a écrit Jacques, « la langue, aucun homme ne peut la dompter ; c’est un mal qu’on ne peut réprimer ; elle est pleine d’un venin mortel » (Jacques 3:8).

Le meilleur moyen de nous améliorer définitivement dans la manière dont nous raisonnons et dans les propos qui en découlent, c’est de nous repentir de nos péchés – y compris d’être offensant dans nos propos – de nous faire baptiser afin de recevoir le Saint-Esprit (Actes 2:38). L’Esprit de Dieu est l’étincelle d’une nouvelle vie en nous qui peut transformer nos vies entières – y compris notre mentalité et notre manière de nous exprimer. L’Esprit de Dieu ne nous contrôle certes pas ; une lutte continue de faire rage entre nos deux natures, mais avec l’aide de Dieu, notre nature spirituelle peut conquérir notre nature charnelle.

Paul fait allusion à ce changement de mentalité comme un processus par lequel nous sommes « transformés », passant de notre nature humaine à une nature chrétienne. Comme il l’a expliqué, « ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence » (Romains 12:2 ; 2 Corinthiens 3:18). Pour en savoir plus sur les moyens d’effectuer ce changement dans votre vie, nous vous proposons notre brochure gratuite Transformez votre vie.