6e partie : Comment les vrais chrétiens seront-ils protégés lors de la grande détresse ?

Jésus a averti Son peuple de fuir quand aura lieu l’abomination de la désolation. Pourquoi devra-t-il fuir ? Jésus décrivait-Il le ravissement secret ou quelque chose de différent ?

Dans l’article précédent de cette rubrique, nous avons parlé de la déclaration de Jésus que l’Évangile serait proclamé au temps de la fin (Matthieu 24:14).

Immédiatement après avoir dit cela, Jésus passa à un autre sujet, qui revêt une grande signification pour le peuple de Dieu – celui de la grande détresse ou grande tribulation. Cette dernière est la période de détresse prophétique de 3 ans ½ qui doit précéder le retour de Christ. D’après Jésus, cette période sera la pire de toute l’histoire de l’homme (verset 22).

Avant d’en parler, Jésus parla d’un évènement qui avertira Ses disciples que la grande détresse est sur le point de débuter.

L’abomination de la désolation – un signe pour le peuple de Dieu

Jésus passa à ce sujet en disant : « C’est pourquoi, lorsque vous verrez l’abomination de la désolation, dont a parlé le prophète Daniel, établie en lieu saint […] que ceux qui seront en Judée fuient dans les montagnes » (versets 15-16 ; lire aussi Daniel 11:31). Quelques versets plus loin, il dit qu’après cela,  « la détresse sera si grande qu’il n’y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et qu’il n’y en aura jamais » (Matthieu 24:21).

Qu’entendait Jésus par « l’abomination de la désolation » ? C’est un sujet intéressant et plutôt complexe qui – quand on l’étudie – s’avère avoir plusieurs accomplissements ; il s’est produit, et doit se produire de nouveau.

« L’abomination de la désolation » s’applique, pour commencer, à une période tragique de l’histoire des Juifs se situant entre l’Ancien et le Nouveau Testament lors de laquelle Jérusalem était sous la férule du roi grec séleucide Antiochos Épiphane. Ce dernier, en 167 avant notre ère, fit cesser les sacrifices d’animaux et érigea dans le temple de l’Éternel une statue de Zeus (un dieu païen). Cet évènement eut lieu environ 200 ans avant que Jésus ne donne cette prophétie.

Le fait que Jésus ait parlé d’un évènement historique passé comme étant encore à venir peut sembler étrange.

Ce sujet est un exemple de prophétie à accomplissements multiples. Dans le cas de l’abomination de la désolation, le premier accomplissement eut lieu en 167 avant notre ère, et un second accomplissement eut lieu en 70 de notre ère quand les Romains (à l’instar des Grecs) mirent fin aux sacrifices et profanèrent – et détruisirent – le temple à Jérusalem.  

Néanmoins, il est clair que Jésus faisait allusion au temps de la fin et à la grande détresse encore à venir. Le prophète Daniel – quand il parle du temps « où sera dressée l’abomination du dévastateur » (Daniel 12:11) – fait clairement allusion au temps de la fin. Cela montre bien qu’il doit encore y avoir un autre accomplissement de cette prophétie.

Ceux qui étudient les prophéties bibliques s’attendent donc à une troisième « abomination de la désolation » à Jérusalem. Pour qu’on mette fin aux sacrifices d’animaux, il faut d’abord qu’on se soit mis de nouveau à en offrir. Aucun sacrifice n’a été offert à Jérusalem depuis que les Romains ont détruit le temple, il y a 1950 ans ; néanmoins, divers groupes à présent à Jérusalem essaient de réintroduire ces holocaustes. C’est quelque chose que nous conseillons souvent à nos lecteurs de surveiller.

À quoi devons-nous nous attendre ?

Résumons : 3 ans ½ avant le retour de Christ, un puissant dirigeant européen investira Jérusalem à la tête d’une puissante armée ; mettra fin aux sacrifices offerts par les Juifs ; et remplacera les holocaustes juifs par une fausse religion. Jésus nous a aussi avertis que cet évènement sera imminent « lorsque vous verrez Jérusalem investie par des armées » (Luc 21:20). Nous vous conseillons à cet effet notre article intitulé « Que représente l’abomination de la désolation ? »

Le moment de fuir

Revenons à ce qu’a dit Jésus dans Sa prophétie du mont des Oliviers. Notons ce qui, selon Lui, doit ensuite se produire : « Alors, que ceux qui seront en Judée fuient dans les montagnes ; que celui qui sera sur le toit ne descende pas pour prendre ce qui est dans sa maison ; et que celui qui sera dans les champs ne retourne pas en arrière pour prendre son manteau. Malheur aux femmes qui seront enceintes et à celles qui allaiteront en ces jours-là ! Priez pour que votre fuite n’arrive pas en hiver, ni un jour de sabbat » (Matthieu 24:16-20).

Pourquoi leur faudra-t-il fuir ? L’abomination de la désolation déclenchera une détresse qui « sera si grande qu’il n’y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et qu’il n’y en aura jamais » (verset 21). Le monde entier sombrera dans une période de 3 ans ½ de guerres et d’angoisses qui seront les plus atroces dans l’histoire humaine.

Cette période de catastrophes et de souffrances universelles sera particulièrement dangereuse pour l’Église de Dieu. Le peuple de Dieu sera la cible de persécutions extrêmes – alimentées par la fureur de Satan (Marc 13:11-13 ; Apocalypse 6:9-11 ; 12:13 ; 17:6). C’est pourquoi Jésus avertit Son peuple et lui donne l’ordre de fuir quand il verra l’abomination de la désolation s’installer. Il lui faudra fuir immédiatement et ne pas regarder en arrière (ce qui rappelle la fuite de Lot et de sa famille avant la destruction de Sodome, dans Genèse 19).

Jésus décrivait-Il un enlèvement secret ?

L’une des idées fausses les plus courantes à propos de cette prophétie est celle que Jésus enlèvera au ciel les chrétiens, pour les protéger de la détresse. Il y a plusieurs problèmes avec cette théorie, et une lecture attentive de cette prophétie du mont des Oliviers suffit à prouver que cette idée est erronée.

Lisez attentivement Matthieu 24:16-20 et vous remarquerez que dans chaque exemple que cite Jésus, ceux qui fuient vont ailleurs, sur terre. Aucun de ces exemples n’aurait de sens si Dieu avait l’intention de soudain enlever les chrétiens et de les faire monter au ciel. Réfléchissez. Si vous allez être enlevés…

Pourquoi fuir dans les montagnes ?

Pourquoi ne pas retourner en arrière pour prendre son manteau ?

Pourquoi être enceinte serait-il un problème ?

Pourquoi vaudrait-il mieux que ce ne soit pas en hiver ?

Pourquoi vaudrait-il mieux que ce ne soit pas un jour de sabbat ?

Jésus décrivait quelque chose de totalement différent d’un enlèvement (ou « ravissement »). Ses propos dans la prophétie du mont des Oliviers s’harmonisent parfaitement avec d’autres prophéties selon lesquelles le peuple de Dieu sera protégé, de la grande détresse, quelque part sur terre. (Lire à cet effet notre article « Y aura-t-il un enlèvement secret ? »)

Une protection prophétisée dans l’Apocalypse au temps de la fin

Ce qui doit se produire est clairement décrit : « Quand le dragon [Satan] vit qu’il avait été précipité sur la terre, il poursuivit la femme [l’Église] qui avait enfanté le fils. Et les deux ailes du grand aigle [un symbole de la protection divine] furent données à la femme, afin qu’elle s’envole au désert, vers son lieu, où elle est nourrie [protégée et soignée] un temps, des temps, et la moitié d’un temps, loin de la face du serpent » (Apocalypse 12:13-14).

L’Église va donc être emmenée à « son lieu », « au désert » (verset 14). La Bible ne décrit jamais le ciel comme un désert. Ce « lieu », situé « au désert » se trouve sur « la terre » (verset 16). C’est là que Dieu gardera l’Église « à l’heure de la tentation qui va venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre » (Apocalypse 3:10).

Par conséquent, quand on juxtapose les prophéties de l’Apocalypse, on note qu’une partie du peuple de Dieu s’enfuira de ses demeures après l’établissement de l’abomination de la désolation et avant le début de la grande détresse. Nous ignorons comment le peuple de Dieu sera emmené là-bas et où se trouvera ce « lieu », mais il y a deux choses que nous savons :

Le peuple de Dieu devra prendre l’initiative de fuir sans tarder et sans hésiter quand il deviendra clair que le moment est venu.

Dieu guidera miraculeusement Son peuple jusqu’à l’emplacement où Il le protégera. Ce n’est pas quelque chose que les vrais chrétiens ont besoin de connaître, ou de planifier d’avance.

Notre souci majeur ne devrait pas être de savoir où ce sera ou comment nous y rendre. Dieu fournira ces informations le moment venu. Ce qui importe, c’est que nous soyons alertes, veillions, et soyons spirituellement forts – avant que cela se produise.

C’est effectivement ce que Jésus nous a dit de faire : « Veillez donc et priez en tout temps, afin que vous ayez la force d’échapper à toutes ces choses qui arriveront, et de paraître debout devant le Fils de l’homme » (Luc 21:36). (Nous vous proposons à cet effet notre article « Prêts pour la fin du monde ? »)