Le prophète Samuel

Samuel servit fidèlement Dieu et la nation d’Israël pendant la période transitoire allant des Juges à la monarchie. Que pouvons-nous apprendre de son ministère ?

Vers la fin de la période des Juges – période d’environ 300 ans entre Josué et le roi Saül – Dieu commença à former un jeune garçon qui allait devenir un chef fort compétent et fidèle, capable de juger Israël. Après qu’il eut commencé à servir le peuple de Dieu comme juge, il remplit son rôle « pendant toute sa vie » (1 Samuel 7:15). Il enseigna aussi le peuple en tant que prophète.

La naissance de Samuel – une prière exaucée

L’histoire de Samuel débute par une scène très touchante. Anne, femme d’Elkana, prie dans le tabernacle, à Silo. Etant stérile, elle implore Dieu de lui donner un fils. Elkana est Lévite, et vit dans le territoire d’Éphraïm. Son autre femme, Peninna, qui lui a donné plusieurs enfants, mortifie Anne, du fait de sa stérilité (1 Samuel 1:4-6, 10).

Anne fait un vœu à l’Éternel : S’Il lui donne un fils, elle le Lui consacrera tous les jours de s vie (verset 11). Quelques mois plus tard, Dieu exauce sa prière. Elle devient enceinte et donne naissance à un fils, qu’elle appelle Samuel « car, dit-elle, je l’ai demandé à l’Eternel » (verset 20).

La première révélation divine de Samuel

Samuel, sevré, est confié à Éli, le sacrificateur et juge d’Israël (1 Samuel 1:9 ; 4:18). En plus d’enseigner à Samuel Qui est Dieu et quelles sont Ses instructions, Éli confie à son jeune apprenti plusieurs tâches dans le tabernacle, comme celle d’ouvrir ses portes (1 Samuel 2:18 ; 3:15).

Samuel n’est encore qu’un enfant quand Dieu commence à lui parler. Le premier message qu’il reçoit de l’Éternel donne fort à réfléchir et il s’adresse à Éli – le vieux dirigeant d’Israël. Samuel doit lui annoncer que ses deux fils dévoyés, Hophni et Phinées – qui abusent de leur autorité sacerdotale auprès du peuple et profanent les offrandes – vont subir le salaire de leur inconduite (1 Samuel 2:27-34 ; 3:2-18).

Dieu réprimande aussi sévèrement Éli qui tolère le comportement de ses fils retors. Il l’avertit qu’à cause du mépris qu’ils ont pour Lui, ses descendants « mourront dans la force de l’âge » et Il Se choisira une autre famille sacerdotale pour Le servir (1 Samuel 2:33-35). La prophétie « Je m’établirai un sacrificateur fidèle […] il marchera toujours devant mon oint » s’applique apparemment à Tsadok (1 Rois 2:27, 35).

Le rôle de Samuel en tant que prophète

À mesure que Samuel grandit et transmet fidèlement les messages divins, il devient évident que Dieu agit par lui. « Tout Israël, depuis Dan jusqu’à Beer-Schéba, reconnut que Samuel était établi prophète de l’Eternel » (1 Samuel 3:20 ; c’est nous qui soulignons tout du long). L’Écriture précise que Samuel était aussi un voyant (1 Chroniques 9:22) – autre nom pour prophète. Il faut entendre par « voyant » quelqu’un qui voit spirituellement, c’est-à-dire qui reçoit une révélation divine.

Le peuple consultait Samuel pour les questions épineuses (1 Samuel 9:6-10) et on le craignait en tant que représentant de l’Éternel (1 Samuel 12:18 ; 16:4-5). Pourtant, vu qu’il était fort soucieux de l’état de sa nation, il suppliait parfois Dieu par des prières, intercédant pour elle (1 Samuel 7:7-8 ; 15:11).

Le rôle de Samuel en tant qu’enseignant

Bien que la Bible ne nous fournisse guère de détails, il semble que Samuel ait fondé une sorte de collège à Rama « pour former de jeunes hommes dans le service prophétique » (Pulpit Commentary ; 1 Samuel 19:18-20). Ultérieurement, du temps d’Élie et d’Élisée, des écoles existaient à Bethel et Jéricho (et apparemment aussi Guilgal) où ces hommes studieux étaient appelés « les fils des prophètes » (2 Rois 2:1-7,15 ; 4:38).

Ces responsables religieux étaient formés pour faire obstacle à la corruption et pour protéger la nation en lui fournissant des hommes qualifiés capables d’agir comme chefs et conseillers enseignant le peuple à craindre Dieu. « Les prophètes enseignaient la parole de Dieu. Ils étaient les principaux porte-paroles appelant Son peuple à l’obéissance » (Holman Bible Dictionary ; rubrique « prophète »).

Occasionnellement, Dieu confiait à Ses prophètes d’autres devoirs comme celui d’oindre de nouveaux rois et de les conseiller. Samuel fut un instrument dont Dieu Se servit pour oindre les deux premiers rois d’Israël – Saül et David (1 Samuel 9:15-16 ; 16:1). Samuel s’occupa de Saül et l’épaula pendant les premières années de son règne (1 Samuel 9:25 ; 10:25). Par la suite, quand ce dernier  abusa de son autorité royale et se mit à ignorer les ordres divins, Dieu – par la bouche de Samuel – l’informa de sa subséquente disqualification en tant que roi d’Israël (1 Samuel 15:26).

Dieu envoya alors Samuel oindre roi le jeune David. Pendant bien des années, ce dernier côtoya étroitement Samuel, et profita de ses conseils et de son expérience (1 Samuel 19:18).

Le rôle de Samuel en tant que juge

Samuel servit aussi en tant que juge principal en Israël, après la mort d’Éli. Du temps de Moïse, Dieu avait établi le poste de juge. Celui-ci avait servi en cette capacité, jugeant diverses situations pour le peuple et lui enseignant les ordonnances et les lois divines (Exode 18:16 ; Nombres 11:16). Dans ce système, il y avait un juge principal et des juges locaux adjoints dans les villes et les agglomérations d’Israël (Exode 18:21-22).

Pendant la période dite « des juges », le juge était souvent un héros militaire ou un libérateur choisi par Dieu, et qui permettait au peuple de remporter des victoires sur les ennemis d’Israël. De ce nombre étaient Josué, Gédéon, Déborah et Samson. D’après le Holman Bible Dictionary, « Samuel remplit le rôle d’un juge dans le sens général du terme, ayant été soigneusement choisi par Dieu pour son intégrité et ses capacités, pour décider de cas légaux pour le peuple. Samuel, en tant que juge, se concentra sur l’enseignement et l’administration de la justice ».

Samuel appela sa nation à se repentir

Samuel rappela souvent aux Israélites de se débarrasser de leurs idoles et de se tourner vers Dieu – principe souvent réitéré pendant la période des Juges. Les anciens Israélites oubliaient généralement leur vrai Soutien et Protecteur, quand tout allait bien.

À un moment donné, les philistins attaquèrent Israël, et 30 000 de ses fantassins périrent (1 Samuel 4:10). Dieu permit que l’objet le plus sacré pour le peuple – l’arche de l’Alliance – soit prise par les philistins (verset 11). Samuel dit alors au peuple : « Si c’est de tout votre cœur que vous revenez à l’Eternel, ôtez du milieu de vous les dieux étrangers et les Astartés [des divinités cananéennes], dirigez votre cœur vers l’Eternel, et servez-le lui seul ; et il vous délivrera de la main des Philistins » (1 Samuel 7:3). C’était ce qu’ils devaient faire pour que Dieu les établisse dans le pays et les protège de leurs ennemis.

Samuel assembla le peuple, qui jeûna ce jour-là, se repentant de ses péchés. Et Samuel intercéda pour le peuple, auprès de l’Éternel. Dieu accorda alors miraculeusement à Son peuple une victoire sur ses ennemis (1 Samuel 7:5-6, 9-10).

Ce principe s’applique toujours à présent pour toute nation qui se tourne sincèrement vers le vrai Dieu. Nous vous proposons à cet effet nos articles Le Deuxième Commandement : Tu ne te feras point d’image taillée et Qu'est-ce que le repentir ? 

L’exemple de Samuel

Samuel, qui travailla toute sa vie pour le bien de son peuple, fut le dernier juge qu’eut Israël avant  l’instauration de la monarchie que ce dernier avait réclamée. D’après la Bible, bien qu’Israël ait eu à se battre à plusieurs reprises et ait essuyé plusieurs revers militaires, dans l’ensemble, la nation survécut et prospéra sous la conduite de Samuel. En fin de compte, l’ordre fut rétabli, la piété encouragée, et la nation vécut paisiblement et prospéra.

« Ainsi les Philistins furent humiliés, et ils ne vinrent plus sur le territoire d’Israël. La main de l’Eternel fut contre les Philistins pendant toute la vie de Samuel. Les villes que les Philistins avaient prises sur Israël retournèrent à Israël, depuis Ekron jusqu’à Gath, avec leur territoire ; Israël les arracha de la main des Philistins. Et il y eut paix entre Israël et les Amoréens » (1 Samuel 7:13-14).

La vie de Samuel sert d’exemple aux croyants de notre temps. Son obéissance à Dieu, sa foi (Hébreux 11:32) et sa propension à intercéder pour le peuple (Jérémie 15:1) sont des principes clés dont il est bon de s’inspirer.