Jésus-Christ, le prophète ?

On sait généralement que Jésus-Christ est le Fils de Dieu, mais était-Il aussi prophète ? Dans l’affirmative, quels messages-clés nous a-t-Il apportés de la part de Dieu le Père ?

Dans ses paroles instructives d’adieu aux Israélites, avant sa mort et avant que ces derniers n’entrent dans la Terre Promise, Moïse – prophète très respecté – leur donna une prophétie étonnante. Il leur dit : « L’Eternel, ton Dieu, te suscitera du milieu de toi, d’entre tes frères, un prophète comme moi : vous l’écouterez ! » Deutéronome 18:15 ; c’est nous qui soulignons tout du long).

Au verset suivant, Moïse rappelle aux Israélites la demande qu’ils avaient faite que Dieu – après qu’Il leur ait puissamment communiqué les Dix Commandements, du Sinaï – ne leur parle plus directement (verset 16 ; Deutéronome 5:22-27). Moïse répéta ensuite mot pour mot ce que Dieu lui avait dit.

Dieu avait dit à Moïse : « Ce qu’ils ont dit est bien. Je leur susciterai du milieu de leurs frères un prophète comme toi, je mettrai mes paroles dans sa bouche, et il leur dira tout ce que je lui commanderai. » (Deutéronome 18:17-18). Incidemment, ce passage précise en outre qu’un prophète est quelqu’un qui parle de la part de Dieu.

Il est clair qu’au premier siècle, on s’attendait à ce que le prophète mentionné par Moïse apparaisse. Mis à part la prophétie de Deutéronome 18:15-18, il se peut que les Juifs aient également vu dans Genèse 49:10 une allusion à la venue du Messie : « Le sceptre ne s’éloignera point de Juda, ni le bâton souverain d’entre ses pieds, jusqu’à ce que vienne le Schilo, et que les peuples lui obéissent ». Il se peut qu’ils aient aussi pensé à d’autres passages des Écritures, à ce qu’avaient annoncé plusieurs prophètes, et au livre de Daniel (Ésaïe 9:6-7 ; Jérémie 23:5-6 ; Daniel 9:24-27).

Une prise de conscience au premier siècle

Les commentaires de ceux qui allaient devenir les disciples de Jésus, en entendant parler de Lui, sont en effet intéressants. Ayant vu le Saint-Esprit descendre sur Jésus lors de Son baptême, Jean-Baptiste s’exclama : « Voilà l’Agneau de Dieu » (Jean 1:36). Après avoir passé quelque temps avec Jésus, André dit à son frère – Simon Pierre – « Nous avons trouvé le Messie (ce qui signifie Christ) » (verset 41). Après que Jésus ait dit à Philippe de Le suivre, « Philippe rencontra Nathanaël, et lui dit : Nous avons trouvé celui de qui Moïse a écrit dans la loi et dont les prophètes ont parlé, Jésus de Nazareth, fils de Joseph » (verset 45).

Lors de Son ministère terrestre, Jésus ne nia pas être celui qu’avait annoncé Moïse. Au contraire. Il déclara clairement : « Il [Moïse] a écrit à mon sujet » (Jean 5:46).

Bien que les dirigeants juifs aient rejeté Christ, un certain nombre de personnes ayant constaté l’un de Ses miracles conclurent qu’Il était le prophète annoncé par Moïse. Après qu’Il ait miraculeusement nourri 5 000 hommes, sans compter les femmes et les enfants présents, à partir de cinq pains et deux petits poissons, « Ces gens, ayant vu le miracle que Jésus avait fait, disaient : Celui-ci est vraiment le prophète qui doit venir dans le monde » (Jean 6:14).

Après la mort de Christ et la création de l’Église du Nouveau Testament, dans le ministère des disciples de Jésus, l’idée que Christ avait accompli la prophétie de Moïse continua à être évoquée. Pierre écrivit : « Moïse a dit : Le Seigneur votre Dieu vous suscitera d’entre vos frères un prophète comme moi ; vous l’écouterez dans tout ce qu’il vous dira, et quiconque n’écoutera pas ce prophète sera exterminé du milieu du peuple » (Actes 3:22-23).

Parallèlement, Étienne – prenant la parole avant d’être lapidé – fit aussi allusion à la prophétie de Moïse (Actes 7:37). Et Paul, devant le roi Agrippa, déclara : « Grâce au secours de Dieu, j’ai subsisté jusqu’à ce jour, rendant témoignage devant les petits et les grands, sans m’écarter en rien de ce que les prophètes et Moïse ont déclaré devoir arriver, savoir que le Christ souffrirait, et que, ressuscité le premier d’entre les morts, il annoncerait la lumière au peuple et aux nations » (Actes 26:22-23).

Toujours d’actualité

Un autre aspect de cette prophétie de Deutéronome 18 mérite notre entière attention. Après que Dieu ait précisé que ce prophète dirait tout ce qu’Il lui ordonnait de dire, on peut lire : « Si quelqu’un n’écoute pas mes paroles qu’il dira en mon nom, c’est moi qui lui en demanderai compte » (verset 19).

Avant la crucifixion de Jésus, Jacques, Pierre et Jean furent privilégiés d’avoir une vision de Christ dans Son état glorifié… En cette occasion, Jésus « fut transfiguré devant eux ; son visage resplendit comme le soleil, et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière » (Matthieu 17:2).   Évoquant apparemment la directive, dans Deutéronome 18, pour les gens d’écouter ce qu’aurait à dire le futur prophète, « une voix fit entendre de la nuée ces paroles : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection : écoutez-le ! » (verset 5).

Pendant Son ministère terrestre, Jésus ne cessa de parler des paroles de Son Père. Comme Il le fit remarquer à Philippe, « Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m’as pas connu, Philippe ! Celui qui m’a vu a vu le Père ; comment dis-tu : Montre-nous le Père ? Ne crois-tu pas que je suis dans le Père, et que le Père est en moi ? Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même ; et le Père qui demeure en moi, c’est lui qui fait les œuvres » (Jean 14:9-10).

Pierre déclara avec force à son auditoire : « Moïse a dit : Le Seigneur votre Dieu vous suscitera d’entre vos frères un prophète [Christ] comme moi ; vous l’écouterez dans tout ce qu’il vous dira » (Actes 3:23). L’Épître aux Hébreux nous rappelle également que le Père « nous a parlé par le Fils » (Hébreux 1:2).

Par conséquent, que devons-nous écouter de Jésus, le Prophète, et le Fils de Dieu ?

Bien que l’espace limité du présent article ne nous permette pas de couvrir toutes les instructions qu’Il nous a données de la part du Père, voici quelques-unes des plus importantes :

  • « Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes ; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout soit arrivé. Celui donc qui supprimera l’un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux ; mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux » (Matthieu 5:17-19). Pour en savoir plus sur les commandements divins, lire notre article « Le respect des Dix Commandements est-il confirmé dans le Nouveau Testament ? ».
  •  « Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais seulement celui qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux » (Matthieu 7:21). Pour en savoir plus sur l’avenir que Dieu prépare à ceux qui Lui obéissent, lire notre article « Qu’est-ce que le Royaume de Dieu ? »
  • « Après que Jean eut été livré, Jésus alla dans la Galilée, prêchant l’Evangile de Dieu. Il disait : Le temps est accompli, et le royaume de Dieu est proche. Repentez-vous, et croyez à la bonne nouvelle » (Marc 1:14-15). Pour mieux comprendre ce que Dieu S’attend de nous, nous vous proposons notre article « Le message du Messie : Repentez-vous ».

Jésus était – et est – le Prophète annoncé dans Deutéronome 18 et dans plusieurs passages de l’Ancien Testament, dans Ésaïe, dans Jérémie et dans Daniel.