Le prophète Jérémie

Jérémie fut choisi par Dieu, avant sa naissance, pour proclamer un message précis aux nations, exhortant les gens à avoir un autre cœur, à se tourner vers le vrai Dieu. Son message nous concerne.

Jérémie, fils de Hilkija, un lévite, naquit apparemment entre 650 et 645 avant notre ère. Il était d’Anathoth, un petit village situé à environ 5 km au nord-est de Jérusalem, dans le territoire de Benjamin (Jérémie 1:1). Dieu commença à le former pour sa future mission dès sa jeunesse, lorsqu’il se préparait à remplir son rôle sacré de sacrificateur.

Au temps de Josias, roi de Juda, la treizième année de son règne (vers 627 avant notre ère), Dieu appela Jérémie (verset 2) alors qu’il n’était encore qu’un enfant (verset 5). En fait, avant qu’il soit sorti du sein de sa mère, l’Éternel l’avait consacré et l’avait établi prophète sur tout Israël et sur les nations (même verset).

L’Éternel donna à Jérémie un schéma de son ministère prophétique : « Voici, je mets mes paroles dans ta bouche. Regarde, je t’établis aujourd’hui sur les nations et sur les royaumes, pour que tu arraches et que tu abattes, pour que tu ruines et que tu détruises, pour que tu bâtisses et que tu plantes » (versets 9-10). Autrement dit, Dieu avait décidé de confier à Jérémie la mission de proclamer la destruction et la création de certaines nations avant que ne soit établi le Royaume de Dieu.

La vie et l’époque de Jérémie

Jérémie fut prophète de Dieu pendant le règne de cinq rois de Juda (Josias, Joachaz, Jojakim, Jojakin et Sédécias). Il continua même de plaider la cause de Dieu auprès de Juda lors de la destruction de Jérusalem par les Babyloniens, en 586 avant notre ère (Jérémie 1:3 ; 52:7-11).

Son ministère prophétique s’étendit sur plus de 40 ans pendant lesquels il écrivit le livre portant son nom, et celui des Lamentations. Il vécut à la même époque que les prophètes Sophonie, Nahum, Habakuk, Daniel et Ézéchiel.

La restauration de l’alliance divine

Jérémie fut d’une génération qui assista à la démolition de hauts lieux païens, d’autels, de statues, d’idoles et même de temples datant de l’époque du roi Salomon (2 Rois 23:10-15). Lorsqu’il débuta son ministère, le roi de Juda – Josias – n’avait que 21 ans. Ce dernier avait déjà commencé à effectuer d’importantes réformes visant à ramener Juda au culte du vrai Dieu (2 Chroniques 34:3).

Cinq ans plus tard, le livre de la loi – qui avait été ignoré – fut découvert dans un recoin du temple, à Jérusalem (2 Rois 22:3, 8). Jérémie se consacra à prêcher « les paroles de cette alliance » au peuple de Jérusalem et dans tout Juda (Jérémie 11:1-8). Cette année-là, la Pâque – une fête de l’Éternel qu’on avait négligé d’observer (2 Rois 23:22-23) – fut de nouveau célébrée par la nation.

Le défi de Jérémie

Dieu appela Jérémie à remplir son ministère prophétique un an environ après que le roi Josias ait commencé à engager la nation dans une grande réforme consistant à éliminer l’idolâtrie endémique instaurée par son père Amon et son grand-père Manassé (2 Rois 21:10, 20). Un siècle plus tôt, le roi Ézéchias avait effectué des réformes religieuses en Juda (2 Rois 18:4) mais son fils Manassé avait répandu la vile pratique des sacrifices d’enfants et de l’adoration de « la reine du ciel » (Jérémie 7:18 ; 44:19) – pratiques qui subsista du temps de Jérémie (Jérémie 7:31 ; 19:5 ; 32:35).

C’est dans cette situation que Jérémie fut chargé de révéler au peuple ses péchés et les terribles conséquences qu’il subissait du fait qu’il les ignorait. Jérémie était de ceux qui avaient espéré en un renouveau spirituel permanent, mais la situation devint tragique quand le juste Josias mourut subitement à l’âge de 39 ans. Tout le pays s’affligea de sa disparition, y compris Jérémie (2 Chroniques 35:25).

En fin de compte, les réformes de Josias n’allaient pas suffire à écarter de Juda et de Jérusalem le châtiment divin – les péchés de Manassé s’étant profondément enracinés dans les coutumes du peuple (Jérémie 15:4 ; 2 Rois 23:26-27). Le jugement allait maintenant s’abattre sur la nation, du fait de sa méchanceté.

De cause à effet

Dieu chargea Jérémie d’annoncer la destruction imminente de Jérusalem par des envahisseurs venus du nord (Jérémie 1:14-15 ; 4:6 ; 6:22-23). Le peuple avait violé son alliance avec Dieu (Jérémie 11:10). Il avait oublié l’Éternel et avait adoré d’autres dieux (Jérémie 2:8 ; 7:9 ; 11:13), étant même allé jusqu’à ériger des autels à Baal afin d’y brûler ses enfants au feu en  holocaustes (Jérémie 19:4-5).  

Jérémie exposa plusieurs des péchés courants des gens, comme leur orgueil et leur ingratitude envers la bonté divine, comme l’idolâtrie (Jérémie 44:1-30) ; l’adultère (Jérémie 5:7-9 ; 7:9) ; leur mépris pour les étrangers qu’ils opprimaient, ainsi que pour des veuves et des orphelins (Jérémie 7:5-6) ; le mensonge et la diffamation (Jérémie 9 :4-6) et la profanation du sabbat (Jérémie 17:19-27). (De combien de ces péchés notre monde moderne est-il également coupable ?)

Jérémie fit savoir au peuple qu’à cause de ses péchés, Dieu cesserait de le bénir (Jérémie 16:5-10) et la nation allait mourir de faim. Des envahisseurs les pilleraient ; et pour finir, ils seraient emmenés captifs dans un autre pays (Jérémie 14:12 ; 15:1-4 ; 16:4 ; 19:8-9 ; 25:8-9).

Jérémie allait être témoin du désastre dont Dieu avait menacé le peuple pour sa méchanceté, et il allait partager l’affliction et les épreuves qui allaient succéder à la destruction de Jérusalem. En fait, peu après la mort de Josias, dans les 11 ans  de règne de Jojakim qui suivirent, les Babyloniens attaquèrent sans relâche les villes de Juda, jusqu’à ce que Jérusalem soit totalement détruite et que la nation juive cesse d’exister.

Jérémie vécut à Jérusalem pendant cette époque terrible, assista à son siège et à sa destruction aux mains des Babyloniens (Jérémie 37:4-5 ; 38:2,28 ; 39:1).

Dieu interdit à Son prophète d’épouser une femme, pendant son ministère. Sans doute voulut-Il lui éviter la terreur et les soucis supplémentaires qu’il aurait connus s’il en avait eu une et avait eu des enfants à ce moment-là (Jérémie 16:1-6).

Persécuté

Après la mort du roi Josias, les épreuves du prophète augmentèrent. Son message provoqua une forte hostilité et on chercha à lui ôter la vie, notamment dans Anathoth, sa ville natale (Jérémie 11:21). Sa propre famille complota même contre lui et le trahit (Jérémie 12:6).

Il fut aussi persécuté à Jérusalem, quand Paschhur, un sacrificateur, le frappa et le jeta un jour dans la prison qui était à la porte supérieure de Benjamin (Jérémie 20:1-2). Il se lamenta : « Tu m’as persuadé, Eternel, et je me suis laissé persuader ; tu m’as saisi, tu m’as vaincu. Et je suis chaque jour un objet de raillerie, tout le monde se moque de moi » (verset 7).

Par  la suite, quelques hommes malveillants obtinrent du roi la permission d’arrêter Jérémie pour avoir prophétisé le désastre qui allait s’abattre sur eux. Ils descendirent Jérémie avec des cordes dans une citerne et ce dernier s’enfonça dans la boue (Jérémie 38:1-6). Quand un autre dignitaire apprit le sort de l’homme de Dieu, il persuada le roi de le sauver avant qu’il ne meure de faim au fond de la citerne (versets 7-13).

Néanmoins, Jérémie savait qu’il devait transmettre le message que Dieu lui avait confié. « Si je dis : Je ne ferai plus mention de lui, je ne parlerai plus en son nom, il y a dans mon cœur comme un feu dévorant qui est renfermé dans mes os. Je m’efforce de le contenir, et je ne le puis » (Jérémie 20:9).

Dieu promit à Son serviteur que s’il proclamait avec force son message et ne se laissait pas intimider par le peuple, Il lui donnerait la force dont il avait besoin pour endurer la persécution. Il lui dit : « Je te rendrai pour ce peuple comme une forte muraille d’airain ; ils te feront la guerre, mais ils ne te vaincront pas ; car je serai avec toi pour te sauver et te délivrer, dit l’Eternel. Je te délivrerai de la main des méchants, je te sauverai de la main des violents » Jérémie 15:20-21).

Les messages divins transmis par Jérémie

L’Éternel avertit le peuple  – par la bouche de Son prophète – qu’il devait revenir à Lui. Il lui envoya aussi un autre message : Il S’apprêtait à juger Juda. Son châtiment était imminent. Néanmoins, l’Éternel fit aussi à Son peuple la promesse encourageante de sa future restauration dans Son futur Royaume messianique (Jérémie 23:3-8). Et avant que Juda ne soit détruite, Il lui révéla qu’Il protégerait les exilés juifs pendant leur séjour à Babylone (Jérémie 29:5-7), et qu’Il les ferait revenir en Judée 70 ans plus tard (Jérémie 25:11-12 ; 29:10 ; 33:6-7).

Autre message encourageant dans ce livre : Dieu était disposé à épargner la nation et à la bénir si le peuple se repentait de ses péchés (Jérémie 7:5-7 ; 18:1-11). Ce qui était remarquable, c’était que Dieu – bien qu’ayant décrété de punir Juda – offrit au peuple un moyen d’échapper à Sa colère :

« Au moment où j’aurai parlé d’une nation, d’un royaume, pour arracher, pour démolir et pour détruire, si cette nation dont j’aurai parlé, revient de sa méchanceté, je me repentirai aussi du mal que je pensais lui faire » (Jérémie 18:7-8 ; version Ostervald).

Mais Dieu nous rappelle aussi que l’inverse s’applique également : « Et au moment où j’aurai parlé d’une nation, d’un royaume, pour édifier et pour planter, s’il fait ce qui est mal à mes yeux, et n’écoute point ma voix, je me repentirai aussi du bien que j’avais dit vouloir lui faire » (versets 9-10 ; ibid.).

Il y a lieu d’espérer

Jérémie mentionne plusieurs choses que le peuple de Dieu pouvait espérer pendant sa captivité à Babylone et par la suite :

  • L’Éternel allait ramener un reste en Juda et ils allaient rebâtir Jérusalem et le temple (Jérémie 29:10-14 ; 30:2-3).
  • L’Éternel allait susciter un descendant de David pour Le servir et guider Son peuple,  faisant allusion à la venue du Christ (Jérémie 23:5-6 ; 33:14-17).
  • L’Éternel allait ramener un reste en Israël une seconde fois, réunifier les royaumes israélites du nord et du sud pour qu’il forme un seul royaume dans le Royaume de Dieu (Jérémie 3:18 ; 16:14-15 ; 23:7-8 ; 30:18-22 ; 32:36-44 ; 33:23-26).
  • L’Éternel allait panser les plaies de Son peuple, rétablir Son alliance avec lui, le faire de nouveau prospérer et replacer Israël dans son pays (Jérémie 30:12-17 ; 31:27-28, 31-34 ; 32:38-41).

Un message qui nous concerne

Dieu est miséricordieux et patient avec les péchés des hommes et leur ignorance, mais Il ne les supportera pas indéfiniment (Exode 34:6-7). Il a envoyé de nombreux messagers dans l’ancien Israël, exhortant les gens à revenir à Lui avant qu’Il les remette sur le droit chemin (Néhémie 9:30 ; Jérémie 25:4-7). Ce principe s’applique aussi à nous.

Le moment approche rapidement où, pour commencer, les descendants des Israélites vont être punis lors de la grande détresse (ou tribulation) ; et ensuite, où l’orgueil des nations sera rabaissé par la colère divine (Ésaïe 2:11-17 ; 13:11-13). Après cela, les cœurs des hommes se tourneront vers leur Créateur.

À cette époque-là, Dieu donnera aux gens un cœur à Le connaître : « Je leur donnerai un cœur pour qu’ils connaissent que je suis l’Eternel ; ils seront mon peuple, et je serai leur Dieu, s’ils reviennent à moi de tout leur cœur » (Jérémie 24:7).

L’Éternel dit au peuple de Juda, avant qu’il ne soit emmené captif : « Je connais les projets que j’ai formés sur vous, dit l’Eternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l’espérance. Vous m’invoquerez, et vous partirez ; vous me prierez, et je vous exaucerai. Vous me chercherez, et vous me trouverez, si vous me cherchez de tout votre cœur » (Jérémie 29:11-13).

Jérémie fut souvent inspiré de ne pas s’attarder sur les scènes déprimantes du moment, mais d’imaginer l’avenir glorieux que Dieu réserve à Son peuple quand il reviendra des pays où il aura été emmené captif par ses ennemis, pour s’établir dans son pays (Jérémie 31:12). Cela se produira à grande échelle quand Christ reviendra pour instaurer le Royaume de Dieu.

Des rôles doubles

Les prophètes de Dieu ont souvent joué un rôle double. Premièrement, celui d’avertir une nation méchante du jugement divin tout en l’exhortant à se repentir de ses péchés ; deuxièmement, celui d’encourager les fidèles de l’époque, et de notre temps, à demeurer fermes en vivant pieusement et en demeurant proches de Dieu face à l’iniquité croissante.

Ces conditions existeront dans le monde avant le retour de Christ (Matthieu 24:11-12). Les serviteurs de Dieu doivent proclamer avec assurance un message d’avertissement et d’appel au repentir aux nations (Matthieu 24:14 ; Marc 16:15-16), mais aussi un message d’espoir et de réconfort pour ceux qui craignent Dieu et font Sa volonté (Romains 2:7-8 ; Jacques 5:7-8, 11).

Ce message, c’est l’Évangile du Royaume de Dieu ; nous devons le comprendre et agir en conséquence.

La prédication de Jérémie est essentiellement tombée dans des oreilles de sourds. Peu y réagirent. Ceux qui y prêtèrent attention sauvèrent leurs vies et celles de leurs chers.

La question est de savoir si vous allez réagir !