Elie le prophète

Le prophète Élie exhorta l’ancien Israël à cesser de pécher et à revenir au vrai Dieu. Son message est aussi important pour nous qu’il l’était jadis.

Dieu exauça la prière du prophète Élie, faisant descendre du feu du ciel.

Cent ans, environ, s’étaient écoulés dans l’ancien Israël, depuis l’époque du roi David, qui avait établi un standard élevé de fidélité et d’intégrité au service du seul vrai Dieu. Un roi inique nommé Achab régnait dorénavant et son comportement courrouçait Dieu encore plus que celui des rois d’Israël qui l’avaient précédé (1 Rois 16:33). C’était approximativement en 870 avant notre ère.

L’apostasie régnant du temps d’Achab résultait de nombreuses années vécues sous le règne de rois corrompus et de plus en plus méchants, et le pays était dorénavant rempli d’iniquité. La majorité des gens avaient succombé à Satan et à ses démons, adorant Baal et Astarté, deux divinités païennes. Néanmoins, d’après Dieu, il y avait encore en Israël à cette époque fort corrompue 7 000 personnes qui n’adoraient pas Baal (1 Rois 19:18).

Précédemment, Dieu avait lancé plusieurs avertissements et avait attendu patiemment que Son peuple se soustraie aux influences païennes d’alentour et pratique de nouveau le vrai culte (1 Rois 14:6-16). Le moment était venu, pour Dieu, de châtier Sa nation dans l’espoir de la ramener à de meilleurs sentiments.

En effet, comme le dit l’Écriture, « le Seigneur, l’Eternel, ne fait rien sans avoir révélé son secret à ses serviteurs les prophètes » (Amos 3:7). Pour annoncer au peuple quel serait son châtiment et l’avertir qu’il devait changer, Dieu envoya un messager : le prophète Élie.

Le premier miracle d’Élie

Dans le premier passage où Élie est mentionné dans la Bible, il annonce au roi Achab qu’une terrible famine va s’abattre sur Israël pour l’éprouver et pour éprouver ses principaux responsables. « Elie […] dit à Achab : L’Eternel est vivant, le Dieu d’Israël, dont je suis le serviteur ! il n’y aura ces années-ci ni rosée ni pluie, sinon à ma parole » (1 Rois 17:1).

Retenir la pluie pendant 3 ans ½ est le premier miracle que Dieu accomplit par l’intermédiaire d’Élie. Une terrible famine allait s’ensuivre dans tout le royaume. Ce châtiment avait pour objet d’inciter la nation à se repentir de son idolâtrie. Bien que trouvant un tel châtiment fort désagréable à l’époque, sans doute Élie espérait-il que ses effets seraient potentiellement positifs si Israël se repentait de ses péchés. Dieu décide toujours de la sévérité et de la durée des châtiments qu’Il inflige et, dans le cas présent, Il inspira Élie de prier pour que toute pluie cesse, et plus tard, pour qu’elle tombe de nouveau. 

Élie en tant qu’individu

Dieu choisit cet homme d’une contrée désertique pour qu’il paraisse devant des rois, porteur d’un message d’avertissement et de repentir. Elie, le Thischbite, un habitant de Galaad, était un être humain comme vous et moi – un individu qui avait ses propres espoirs, ses propres rêves, ses propres faiblesses – mais grande était sa foi en Dieu. Élie était un prophète direct, qui avait son franc-parler et n’allait pas par quatre chemins. En prononçant les oracles de l’Éternel, il se fit des ennemis acharnés, mais ces derniers ne purent le neutraliser.

L’apôtre Jacques allait écrire d’Élie, plusieurs siècles plus tard, que c’« était un homme de la même nature que nous : il pria avec instance pour qu’il ne pleuve point, et il ne tomba point de pluie sur la terre pendant trois ans et six mois. Puis il pria de nouveau, et le ciel donna de la pluie, et la terre produisit son fruit » (Jacques 5:17-18).

Élie fut choisi par Dieu

À l’instar de bien des prophètes de l’Éternel, Élie ne chercha pas à être le messager de Dieu. C’est Dieu qui le choisit pour cette tâche. Néanmoins, une fois appelé, Élie n’hésita pas à s’acquitter de sa mission, bien que courant un grave danger face à l’inique monarque Achab. Élie n’hésita pas, quand Dieu lui dit de se rendre immédiatement dans la capitale du pays – Samarie – porteur de Son message pour le roi. Dieu envoya ensuite Élie se cacher pendant que sévissait la sécheresse qui tarit les cours d’eau et dessécha les récoltes dans tout le pays (1 Rois 17:7-15 ; 1 Rois 18:1).

Les prophètes de Baal furent humiliés quand leurs imprécations à leur faux dieux païens – pour mettre fin à la sécheresse et fournir une pluie bien nécessaire à la terre – tombèrent dans l’oreille de la divinité sourde. Le roi Achab et ses dignitaires étaient furieux contre Élie, estimant qu’il était la cause de tant de souffrances en Israël ; et ils s’étaient mis à sa recherche, ayant même envoyé des soldats dans plusieurs pays étranger pour se saisir de lui (1 Rois 18:10).

Pour finir, le prophète reçut de Dieu l’ordre de se présenter de nouveau devant le roi Achab. Et « à peine Achab aperçut-il Elie qu’il lui dit : Est-ce toi, qui jettes le trouble en Israël ? Elie répondit : Je ne trouble point Israël ; c’est toi, au contraire, et la maison de ton père, puisque vous avez abandonné les commandements de l’Eternel et que tu es allé après les Baals » (1 Rois 18:17-18).

Épreuve de force au mont Carmel

Le plus grand miracle public d’Élie eut lieu lors d’une confrontation avec les 450 prophètes de Baal et les 400 prophètes d’Astarté, au mont Carmel. Élie invita ces faux prophètes et tout Israël à une démonstration qui allait prouver que Baal n’avait pas le moindre pouvoir face au Dieu d’Israël. L’issue de cette confrontation allait désigner le vrai Dieu (1 Rois 18:19-40).

Afin de démontrer la puissance de Dieu, Élie dit à la foule rassemblée : « Je suis resté seul des prophètes de l’Eternel, et il y a quatre cent cinquante prophètes de Baal » (1 Rois 18:22). Il avait peu avant lancé au peuple le défi suivant : « Jusqu’à quand clocherez-vous des deux côtés ? Si l’Eternel est Dieu, allez après lui ; si c’est Baal, allez après lui ! » (verset 21). Dieu allait, ce jour-là, lui fournir une preuve irréfutable qu’Il était le seul vrai Dieu d’Israël.

Le concours débuta donc. Pendant des heures, ce jour-là, les prophètes de Baal implorèrent Baal de consumer par le feu leur sacrifice. Mais ils n’obtinrent aucune réponse.

En fin de journée, Élie invoqua le Dieu d’Israël, qui fit descendre du feu du ciel et consuma le sacrifice qui Lui était adressé. Dieu exauça immédiatement la prière de Son prophète. Des milliers de personnes virent une gerbe de feu descendre du ciel, consumant la carcasse, évaporant toute l’eau qui avait été versée dans la tranchée creusée autour de l’autel, et consumant même les pierres !

Élie exposa ainsi la tromperie des faux prophètes de Baal, et enfin, les Israélites furent convaincus que seul le Dieu d’Israël pouvait accomplir un tel miracle. Élie ordonna alors l’exécution des faux prophètes (versets 36-40). Puis l’Esprit de Dieu poussa Élie à prier que la pluie tombe ; ce qui se produisit. Ainsi prit fin la terrible sécheresse (versets 42-45 ; Jacques 5:18).

Nous vous conseillons à cet effet la lecture de nos articles « À propos des prophètes : comment savoir s’ils sont vrais ou faux ? » et « Les faux prophètes ».

Les prophètes de Dieu sont haïs

Après que les faux prophètes de Baal aient été exécutés, Élie fut menacé de mort par Jézabel, l’infâme épouse du roi Achab. Cette reine d’Israël avait introduit le culte de Baal dans le pays, poussant le roi Achab à adorer ce faux dieu et avait érigé des idoles en Israël (1 Rois 16:31 ; 1 Rois 21:25-26). Les prophètes de Dieu, qui apportent des messages d’avertissements, sont souvent haïs et accusés d’être la cause des souffrances. Jézabel et les faux prophètes de Baal haïssaient Élie, et ils ne reculèrent devant rien pour essayer de le saisir.

Élie eut alors un moment de faiblesse. Il succomba au découragement. Néanmoins, Dieu le rassura, Lui redonna des forces et l’envoya de nouveau auprès d’Achab pour lui remettre un message. Lui et Jézabel mourraient d’une mort humiliante à cause des actes malfaisants qu’ils avaient commis et dont ils refusaient de se repentir (1 Rois 21:20-24).

L’histoire se répète

Le monde actuel a toujours ses Achab et ses Jézabel. L’ère présente a aussi ses formes d’idolâtrie, bien qu’elles soient plus subtiles que du temps d’Élie.

Les chapelles de cultes païens ne sont peut-être pas aussi visibles, dans cette société qui se dit souvent « chrétienne », et il n’y a peut-être pas autant d’images taillées devant lesquelles les gens se prosternent, mais des millions de gens servent leurs dieux. Les idoles de notre époque sont les richesses, la célébrité, le plaisir et les fables agréables à entendre qui occupent le cœur et l’esprit de tant de gens non disposés à adorer l’Éternel, ni même à savoir Qui Il est.

Un Élie du temps de la fin

Certaines prophéties bibliques doivent s’accomplir plus d’une fois. Il semble – d’après plusieurs prophéties bibliques – qu’une tâche comme celle d’Élie doive s’accomplir à la fin de l’ère présente, avant que la colère divine ne s’abatte sur ce monde pécheur. Le prophète Malachie, entre autres, a en effet déclaré : « Voici, je vous enverrai Elie, le prophète, avant que le jour de l’Eternel arrive, ce jour grand et redoutable » (Malachie 4:5).

De même que Jean-Baptiste est venu « avec l’esprit et la puissance d’Elie » (Luc 1:17), il a été prophétisé que cet accomplissement, au temps de la fin, aura une mission analogue à celle d’Élie. La Bible indique qu’un message similaire, incitant les gens à se repentir et à obéir à Dieu, doit être prêché avant le retour de Christ par l’Église de Dieu (Matthieu 24:14 ; 28:19-20).

Ce que Dieu désire à présent

Nous pouvons apprendre quel est le message de l’Élie du temps de la fin en étudiant la mission de Jean-Baptiste. L’ange Gabriel fut porteur d’un message de la part de Dieu, d’après lequel un prophète allait venir, annonçant que Jésus était le Christ, le Messie tant attendu. Jean-Baptiste était ce prophète, et Jésus déclara qu’il était « l’Élie qui devait venir », en plus de celui qui allait venir encore plus tard (Matthieu 11:14 : 17:12).

Un ange déclara, à propos de la mission de Jean-Baptiste, « Il ramènera plusieurs des fils d’Israël au Seigneur, leur Dieu ; il marchera devant Dieu avec l’esprit et la puissance d’Elie, pour ramener les cœurs des pères vers les enfants, et les rebelles à la sagesse des justes, afin de préparer au Seigneur un peuple bien disposé » (Luc 1:16-17).

Les messages d’Élie et des autres prophètes de l’Ancien Testament ont joué un rôle important dans l’établissement de l’Église du Nouveau Testament. Paul expliqua aux membres de l’Église au premier siècle qu’ils faisaient partie de « la maison de Dieu », étant « édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus-Christ lui-même étant la pierre angulaire » (Éphésiens 2:19-20 ; c’est nous qui soulignons).

Au temps de la fin, peu avant que n’ait lieu le jour du Seigneur, ce « jour grand et redoutable », le monde entendra de nouveau le message prêché par le prophète Élie. Comme nous l’avons mentionné plus haut, le passage de Malachie 4:5-6 semble indiquer qu’une tâche similaire à celle d’Élie doive être accomplie avant le retour de Christ. De plus, alors que le monde entre dans cette période de jugement, deux témoins doivent apparaître, dotés eux aussi du pouvoir de retenir la pluie pendant 3 ans ½, et cette fois, sur toutes les nations.

Jésus a dit : « Je donnerai à mes deux témoins le pouvoir de prophétiser, revêtus de sacs, pendant mille deux cent soixante jours […] Ils ont le pouvoir de fermer le ciel, afin qu’il ne tombe point de pluie pendant les jours de leur prophétie ; et ils ont le pouvoir de changer les eaux en sang, et de frapper la terre de toute espèce de plaies, chaque fois qu’ils le voudront » (Apocalypse 11:3,6).

Dieu ne prendra aucun plaisir à infliger ces châtiments, et les nations désobéissantes devront apprendre quelles sont Ses intentions à leur égard. « Ce que je désire, est-ce que le méchant meure ? dit le Seigneur, l’Eternel. N’est-ce pas qu’il change de conduite et qu’il vive ? (Ézéchiel 18:23 ; lire également Ézéchiel 33:11).

Le message des deux témoins ressemblera à celui d’Élie. Ce sera un appel au repentir et il préparera un certain nombre d’individus au Second Avènement de Christ. Nous vous proposons à ce sujet nos articles « Comprendre le mystérieux livre de l’Apocalypse » et « Que signifie se repentir ? »

Élie passe pour avoir été l’un des prophètes les plus importants de l’Ancien Testament. Il s’acquitta fidèlement de la mission divine, courant pourtant un grave danger et passant par bien des épreuves. Il était « la voix de celui qui crie dans le désert », condamnant le péché et exposant les faux prophètes et les fausses religions de son temps.

Du temps de ce prophète, un retour à la vraie religion se produisit. La vie d’Élie fut consacrée à la restauration de la vraie religion en Israël. Son admonition qu’il faut servir Dieu fidèlement et de tout son cœur est aussi importante aujourd’hui qu’elle l’était jadis.

Nous vous proposons également notre article « Les prophètes de la Bible ».