Ésaïe le prophète

Qui était le prophète Ésaïe ? Son message était-il seulement pour le passé, ou s’applique-t-il aussi à nous ? Dieu, par la bouche de ce prophète, révèle-t-Il ce qui doit se produire en ces temps de la fin ?

Ésaïe a prédit une époque de paix où, des glaives, on forgera des hoyaux.

Ésaïe passe pour être l’un des plus grands prophètes de la Bible. Son nom signifie « YHWH [l’Éternel] est [notre] salut ». Il vécut à Jérusalem, et les prophéties que Dieu lui communiqua s’appliquaient à Israël, à Juda et à d’autres nations. D’après la tradition juive, il était de sang royal et pourrait avoir été cousin du roi Ozias et aurait eu, de ce fait, accès auprès des rois de Juda, à Jérusalem. 

D’après le récit biblique, et le livre qui porte son nom, Ésaïe eut des visions divines pendant les règnes de quatre rois de Juda : Ozias, Jotham, Achaz et Ezéchias. La période couverte se situe entre la fin du règne du roi Ozias (Ésaïe 6 :1) et le siège de Jérusalem par le roi assyrien Sanchérib. Son ministère dura au moins 40 ans, pendant la seconde moitié du 8e siècle avant notre ère.

Ésaïe était marié à une prophétesse (Ésaïe 8:3). Ils eurent deux fils dont les noms avaient une signification prophétique. L’un d’eux était Schear-Jaschub (Ésaïe 7:3 ; ce qui signifie « un reste reviendra »), et l’autre Maher-Schalal-Chasch-Baz. (Ésaïe 8:3 ; ce qui signifie « qu’on se hâte de piller »). Ésaïe et sa famille allaient être « des signes et des présages en Israël » (Ésaïe 8:18). Et ses prophéties représentent aussi pour nous, à présent, « des signes et des présages ».

D’après la tradition juive, Ésaïe mourut scié en deux par le roi Manassé, fils d’Ezéchias. Il semble qu’il soit question de lui dans Hébreux 11:37.

Bien que l’on dispose de peu de détails sur sa vie, ses prophéties et ses écrits inspirés ont été préservés au fil des générations, dans la Bible, et revêtent une haute importance pour nous à présent.

Ésaïe, l’écrivain

Le style des écrits d’Ésaïe révèle que ce dernier était très instruit. On peut lire dans The International Standard Bible Encyclopedia qu’ “en matière de richesse d’expression et d’imagerie, Ésaïe n’a pas d’équivalent, personne qui lui fasse concurrence. Son style représente ce qu’il y a de meilleur dans l’art littéraire hébreu » (« Isaiah », vol. II, p. 885). Le style, avec ses épigrammes, ses métaphores, ses interrogations, ses dialogues, ses hyperboles et ses paraboles « fait du livre d’Ésaïe le plus grand chef-d’œuvre de la littérature hébraïque » (ibid.).

Les prophéties d’Ésaïe débutent très souvent par une description des conditions historiques et par des prédictions pour son époque, puis elles annoncent un accomplissement ultérieur, à une bien plus grande échelle, avant le retour de Christ, comme c’est le cas de nombreuses prophéties, dans la Bible. Le premier accomplissement est à petite échelle, et il sera suivi d’un accomplissement à grande échelle, à l’avenir, à la fin de l’ère présente. La dualité, dans le livre d’Ésaïe, s’applique généralement aux prophéties sur Christ, Israël, Juda et plusieurs autres nations.

Il y a cependant deux exceptions : les prophéties relatives au « Jour de l’Éternel » [ou « Jour du Seigneur »] et au Royaume de Dieu. Ces prophéties sont uniques et n’ont qu’un accomplissement.

Quatre thèmes prophétiques majeurs sont traités dans le livre d’Ésaïe, et c’est sur eux que nous nous concentrerons dans le restant du présent article.

Jésus-Christ, le thème majeur

Près d’un tiers des chapitres du livre d’Ésaïe contient des prophéties sur le Christ, sur Son premier et Son second avènements. Ésaïe fournit plus de prophéties sur le second avènement de notre Sauveur que n’importe quel autre prophète de l’Ancien Testament. Les prophéties suivantes sont quelques-unes de celles relatives au premier et au second avènements de Christ :

  • « Il sera le juge des nations » (Ésaïe 2:4).
  • Il allait être « le germe de l’Eternel » (Ésaïe 4:2 ; 11:1).
  • Il allait naître d’une vierge et être appelé « Emmanuel » (Ésaïe 7:14 ; 8:8, 10).
  • Il allait être « une pierre d’achoppement, un rocher de scandale » (Ésaïe 8:14).
  • « La domination reposera sur son épaule » et on l’appellera « Prince de la paix » (Ésaïe 9:6-7).
  • Il est écrit que le Saint-Esprit « reposera sur lui » (Ésaïe 11:2).
  • Il allait être « une pierre éprouvée, une pierre angulaire de prix, solidement posée » (Ésaïe 28:16).

Il est directement question de Christ dans plus de la moitié des chapitres entre Ésaïe 40 et Ésaïe 61. Et à n’en pas douter, le chapitre le plus important relatif au salut de l’humanité est Ésaïe 53. Cette prophétie décrit l’ampleur de Ses souffrances lors de Son sacrifice pour les péchés de tous les êtres humains.

Dans cette section, se trouve une description relative à Son premier avènement. On peut lire, dans Ésaïe 52:14,  que « son visage était défiguré, tant son aspect différait de celui des fils de l’homme ». Au chapitre suivant, on note qu’Il ressemblait à « Monsieur tout le monde », ayant une apparence ordinaire ; qu’Il allait être « si méprisé que nous n’en faisions aucun cas » (version Ostervald), et « c’est par ses meurtrissures [plaies] que nous sommes guéris » de nos maux (Ésaïe 53:2-5). 

Ce chapitre charnière montre qu’Il allait offrir Sa vie en sacrifice pour nos péchés. L’agneau pascal symbolisait cet acte miséricordieux (Ésaïe 53:7 ; Exode 12:5 ; 1 Corinthiens 5:7). Plusieurs déclarations sur Sa mort sont ensuite ajoutées : « Il était retranché de la terre des vivants » (Ésaïe 53:8) ; « On a mis son sépulcre parmi les méchants » (verset 9) ; Il a « livré sa vie en sacrifice pour le péché » (verset 10) ; et a « épandu son âme à la mort » (verset 12, version Martin).

À travers tout le livre, Dieu révèle que Jésus devait d’abord venir sur terre en tant qu’homme, pour remédier au péché, puis revenir dans Son état glorifié, après avoir ressuscité des morts, pour instaurer le Royaume de Dieu (lire aussi Hébreux 9:28). Ne comprenant pas que Jésus devait venir sur terre à deux reprises, beaucoup de Juifs L’ont rejeté lors de Son premier avènement car Il n’a pas accompli à ce moment-là les prophéties relatives à Son règne sur terre et à Son établissement d’un gouvernement éternel devant avoir lieu lors de Son second avènement (Ésaïe 9:6-7 ; 40:10).

Fait intéressant, Dieu révèle aussi, par Ésaïe, que Christ ressusciterait après avoir été crucifié. Le prophète a écrit : « Tes morts vivront, même mon corps mort vivra ; ils se relèveront » (Ésaïe 26 :19 ; version Martin). Et avant Ésaïe, le roi David avait annoncé la mort et la résurrection de Christ (Psaumes 16:10).

Avertissements et promesses pour Israël et Juda

En somme, le sujet principal du livre d’Ésaïe est celui d’avertissements pour Israël et Juda, tant pour l’époque où vécut le prophète que pour notre temps. Les 11 premiers chapitres décrivent beaucoup de péchés sociaux, moraux et religieux analogues à ceux que commettent aujourd’hui les descendants modernes d’Israël et de Juda. (Lire à cet effet notre article « Les 12 tribus d’Israël »).

La dualité dans le cadre historique en tant que prophétie pour la fin de l’ère présente est notoire au chapitre 11, où l’on peut lire : « Dans ce même temps, le Seigneur étendra une seconde fois sa main pour ramener Son peuple de captivité » (verset 11). Cette restauration aura lieu pendant et après le second avènement de Christ (versets 4-10).

Les avertissements lancés à Israël et à Juda pour leurs péchés nationaux se poursuivent des chapitres 41 à 49. À la différence près que dans ces chapitres Dieu les encourage, leur promettant de les racheter en fin de compte. En voici quelques exemples :

  • « Toi, Israël, tu es mon serviteur, et toi, Jacob, tu es celui que j’ai élu » (Ésaïe 41:8-9 ; 49:3 ; version Martin).
  • « Je ne me souviendrai plus de tes péchés » (Ésaïe 43:25).
  • « Je veux encore vous porter, vous soutenir et vous sauver » (Ésaïe 46:4).
  • L’Éternel est « le rédempteur, le Saint d’Israël » (Ésaïe 49:7 ; 44:22).

Des chapitres 56 à 59, Dieu continue de réprimander et d’avertir Israël et Juda pour leurs péchés. Dans ces chapitres, l’un et l’autre sont accusés d’hypocrisie dans le culte qu’ils rendent à Dieu. Deux chapitres, en particulier, traitent de l’hypocrisie religieuse. Il s’agit d’Ésaïe 56, qui met l’accent sur l’observance du sabbat, et Ésaïe 58 qui traite du jeûne observé pour de mauvais motifs et aussi de l’observance du sabbat.

Les prophéties pour Israël et Juda, dans le livre d’Ésaïe, s’achèvent sur une note encourageante pour l’avenir du peuple élu que Dieu – dans Son immense miséricorde – finira par délivrer dans Son Royaume proche (Ésaïe 61:3-9 ; 63:7-9, 14).

Le jour du Seigneur

Diverses prophéties sur le jour du Seigneur (ou « jour de l’Éternel ») sont données dans les écrits de nombreux prophètes de l’Ancien Testament, et Ésaïe ne fait pas exception à la règle. Ce sujet est couvert du chapitre 2 au chapitre 66. Contrairement à la dualité des prophéties pour Israël et pour Juda, la plupart des prophéties relatives au jour du Seigneur s’appliquent à un évènement encore futur. Elles annoncent une époque d’évènements énormes et effrayants devant mener au retour de Christ. On pense souvent qu’il s’agit de la fin du monde, alors qu’en réalité il s’agit de la fin du « présent monde mauvais » (Galates 1:3 ; Nouvelle Bible Segond).

Ésaïe précise que le « jour du Seigneur » durera un an (Ésaïe 34:8 ; 61:2 ; 63:4). Le principe d’un jour pour chaque année, dans les prophéties, s’applique aussi au jour du Seigneur (Nombres 14:34 ; Ézéchiel 4:6). Il s’agit en effet, pour Dieu, de l’année du « grand jour de sa colère » (Apocalypse 6:17).

Dans les premiers chapitres sur ce sujet (2, 13 et 24), Ésaïe décrit les effets de la colère divine sur ce monde. Les hommes, terrifiés, se cacheront dans des cavernes (Ésaïe 2:19-21) ; la terre sera ébranlée et cessera éventuellement de conserver son orbite (Ésaïe 13:13) ; et elle finira par devenir une véritable ruine (Ésaïe 24:1, 3, 6). Ésaïe parle aussi du jour du Seigneur comme d’une époque de conflits armés (Ésaïe 31:8-9). Ces évènements sont aussi décrits dans les sept trompettes d’Apocalypse 8 et 9.

Dieu révèle aussi, par la bouche d’Ésaïe, que la « fille de Babylone » sera détruite lors du jour du Seigneur (Ésaïe 47:1, 5, 7, 9). Ces versets sont pratiquement identiques à ceux d’Apocalypse 18:7-8, 17-19, 21. Cette Babylone est le dernier gouvernement du temps de la fin et son système religieux, et ils seront détruits lors du retour de Christ.

L’époque de la colère divine touchera à sa fin quand « on sonnera de la grande trompette » (Ésaïe 27:13) et que Christ reviendra sur la terre (Apocalypse 11:15).

Bien que lorsqu’il est question du jour du Seigneur, l’accent soit souvent placé sur la colère divine (le châtiment qui touchera les rebelles pendant un an avant le retour de Christ), l’apôtre Jean se sert aussi de cette expression dans un sens plus général, dans Apocalypse 1:10, pour décrire, certes, la colère divine, mais aussi le Millenium et les évènements qui auront lieu après le retour de Christ. Pratiquement tous les prophètes de l’Ancien Testament qui avertissent le monde du jugement divin lors du jour du Seigneur ont aussi annoncé la paix et la prospérité qui donneront suite à ce jugement. Pour de plus amples détails, lire notre article « Qu’est-ce que le jour du Seigneur ? ».

Le Royaume de Dieu

Le dernier thème majeur traité dans le livre d’Ésaïe est le royaume de Dieu, que Jésus inaugurera à Son retour. Le terme « royaume » n’apparaît pas dans le livre, mais cette ère future est décrite dans beaucoup de chapitres de ce dernier, du début à la fin.

Voici quelques-unes de ces prophéties sur ce Royaume proche :

  • L’Éternel établira Son Royaume sur toutes les nations, enseignera aux hommes Ses voies, et jugera les nations (Ésaïe 2:2-4).
  • Le « germe » sanctifiera Jérusalem et ceux qui y résideront (Ésaïe 4:2-6).
  • « La domination reposera sur son épaule », « on l’appellera  « Prince de la paix », Il donnera « à l’empire de l’accroissement, et une paix sans fin au trône de David et à son royaume » (Ésaïe 9:6-7).
  • Tous les animaux vivront en paix entre eux et ne seront plus sauvages et « la terre sera remplie de la connaissance de l’Eternel » (Ésaïe 11:6-9).
  • L’Éternel ramènera Israël dans son pays (Ésaïe 14:1-2).
  • Les sourds entendront, les aveugles verront, et les descendants de Jacob « sanctifieront » le nom de l’Éternel (Ésaïe 29:18,22-24).
  • Un roi et des princes gouverneront dans le repos et la sécurité (Ésaïe 32:1, 15-18).
  • « Le désert et le pays aride se réjouiront ; la solitude s’égaiera, et fleurira comme un narcisse » ; les infirmes seront guéris et « des eaux jailliront dans le désert » (Ésaïe 35 :1-10).

Il y a de nombreuses prophéties sur le Royaume de Dieu, aux chapitres 44 à 66. C’est un thème clé du livre. Tout ce qui est écrit pointe vers le gouvernement divin, paisible et éternel, et vers « de nouveaux cieux et une nouvelle terre » (Ésaïe 65:17).

D’autres sujets traités dans Ésaïe

Mis à part les quatre thèmes majeurs mentionnés ci-dessus, plusieurs autres sujets importants sont traités dans le livre d’Ésaïe comme, par exemple,

  • Diverses prophéties sur le jugement de nombreux pays (Ésaïe 13-24).
  • La tentative de Lucifer de renverser Dieu (Ésaïe 14:12-14).
  • L’invasion de Juda par Sanchérib, sa défaite et sa mort, ainsi que la prolongation des jours d’Ézéchias (Ésaïe 36-39).
  • Plusieurs chapitres qui parlent de ceux qui servent Dieu et Lui obéissent (Ésaïe 25-26, 54, 61-62)

L’actualité du livre d’Ésaïe

Les prophéties d’Ésaïe concernent toutes les générations, mais elles pointent surtout vers la fin de l’ère présente quand Christ va revenir et établir le Royaume de Dieu. Les avertissements relatifs au jour du Seigneur et ceux sur Israël et Juda nous concernent aussi.

Si nous prenons ces avertissements divins au sérieux, nous pouvons être certains que les promesses de miséricorde et de salut expliquées dans ce livre seront tenues grâce à Christ. Si vous souhaitez changer votre manière de vivre afin de faire partie du Royaume de Dieu proche, consultez notre section « Croître ».