Le roi du septentrion

Le prophète Daniel a parlé du « roi du septentrion » qui sera impliqué au Moyen-Orient avant le retour de Christ. De qui s’agit-il ? Et que va-t-il faire ?

Dans Daniel 11:40, il est question du « roi du midi » (ou du Sud) attaquant le « roi du septentrion » (ou « du Nord » ou « de l’Aquilon ») « au temps de la fin ». S’il est clair que cela doit avoir lieu au temps de la fin, ce qui l’est moins, c’est l’identité de ces deux « rois ». Pour le savoir, il importe d’examiner le contexte de la longue prophétie contenue dans ce chapitre.

Le contexte de Daniel 11

Le cadre de ce chapitre – qui contient la prophétie la plus longue de la Bible – est décrit dans le chapitre précédent. On y lit que Daniel en prend connaissance « la troisième année de Cyrus, roi de Perse » (Daniel 10:1). D’après The Expositor’s Bible Commentary publié par Frank Gaebelein, cela se situe entre 535 et 534 avant notre ère. Cette prophétie fut donc faite plus de 500 ans avant la venue de Christ sur terre en tant qu’homme.

Les évènements qui y sont prophétisés ont commencé à se produire peu après que Daniel ait reçu cette vision, et ils doivent s’échelonner jusqu’au retour de Christ.

Il importe de noter ce que déclare l’ange, pour aider Daniel à comprendre le sens de cette vision. Ce messager divin dit au prophète : « Je viens maintenant pour te faire connaître ce qui doit arriver à ton peuple dans la suite des temps [ou « dans les derniers jours » – version Ostervald) ; car la vision concerne encore ces temps-là » (Daniel 10:14 ; c’est nous qui soulignons tout du long).

Non seulement cette prophétie allait se réaliser beaucoup plus tard, mais elle concernait aussi ce qui allait arriver au peuple juif auquel appartenait Daniel.

Daniel 11 : le roi du septentrion et le roi du midi

Les quatre premiers versets de Daniel 11 évoquent les empires perse et gréco-macédonien. Ce  passage fournit des détails historiques étonnants qui confirment la véracité de la Bible. Au verset 4, est prophétisée la division du royaume d’Alexandre le Grand en quatre régions, après sa mort. Aux versets 5 et 6, sont mentionnés, pour la première fois dans Daniel 11, les rois du septentrion et du midi.

Le point central de cette prophétie de Daniel 11 étant le sort réservé au peuple juif (Daniel 10:14), lorsqu’il est question du nord et du sud – dans ce chapitre – c’est par rapport à Jérusalem.

Les détails fournis dans ce chapitre peuvent prêter à confusion, mais quand on compare cette prophétie à l’histoire, son sens s’éclaircit. Une ressource comme The Expositor’s Bible Commentary s’avère utile pour identifier ce qui s’est passé dans le passé et comment ces prédictions se sont matérialisées.

Les Séleucides (le roi du septentrion) et les Ptolémées (le roi du midi)

Les deux puissances majeures existant au nord et au sud de Jérusalem après la mort d’Alexandre le Grand étaient la Syrie, au nord (ses rois étant Séleucos ou Antiochos) et l’Égypte au sud (son roi étant Ptolémée). La prophétie de Daniel 11:5-31 fait donc allusion aux interactions historiques entre le roi du septentrion (du nord) et le roi du midi (du sud).

Cette prophétie semble ensuite inclure l’histoire des Maccabées – une famille juive qui dirigea la résistance contre Antiochos et ses successeurs, du fait de leurs efforts visant à obliger le peuple juif à accepter des pratiques païennes grecques (versets 32-39).

Le premier accomplissement de l’abomination de la désolation

« En 167 [avant notre ère] Antiochos Épiphane ordonna l’abolition de la loi juive et que les cérémonies du culte helléniste soient instituées […] Un autel de Zeus fut érigé sur l’autel des sacrifices à Jérusalem ; un sacrifice y fut offert le 25 de chaque mois, à partir du 25 chislev (décembre) en 167 avant notre ère (1 Maccabées 154:59 ; 2 Maccabées 6:1, 7). Le 25e jour du mois étant l’anniversaire de naissance d’Épiphane, ces sacrifices lui étaient donc offerts. La littérature apocalyptique appelle cet autel à Zeus “l’abomination du dévastateur” (Daniel 11:31 ; 12:11) »  (Bo Reicke, The New Testament Era, p. 55-56). 

Pour plus de détails sur les divers accomplissements de la prophétie sur cette profanation, nous vous proposons notre article Que représente l’abomination de la désolation ?.

On croit que l’allusion, au verset 35, au temps de la fin décrit l’époque précédant immédiatement le retour de Christ. S’il se peut que ce soit le cas, il faut aussi comprendre qu’il peut s’agir simplement de la conclusion de la période d’épreuves des Maccabées. Évidemment, ce passage peut aussi avoir une double signification – se référer à l’époque des Maccabées, mais aussi à une période ultérieure.

Les versets 35 à 39 semblent décrire divers actes d’Antiochos, du temps des Maccabées, mais ils préfigurent également diverses actions qui seront commises par la « bête » décrite dans l’Apocalypse et devant apparaître peu avant le retour de Christ ici-bas.

Une interruption dans l’histoire du roi du septentrion et celui du midi ?

En 65 avant notre ère, l’empire romain vainquit la Syrie séleucide et en 30 avant notre ère, il vainquit aussi l’Égypte. De ce fait, le roi du septentrion et le roi du midi furent soumis à Rome. Il est aussi intéressant de noter que la première partie détaillée de cette prophétie semble s’interrompre avant le premier siècle, et ne continuer à s’accomplir qu’au « temps de la fin » dont parle Daniel au chapitre 11 et au verset 40.

Pourquoi cette interruption d’environ 2 000 ans entre ces versets ? Peut-être est-ce dû au fait qu’il n’y a pas eu de nation juive au Moyen-Orient pendant cette période. Avec la fondation de l’État d’Israël en 1948, le roi du septentrion et le roi du midi ont de nouveau un rôle à jouer dans le sort du peuple juif en Terre sainte.

Il faut bien comprendre que l’État moderne d’Israël se compose essentiellement de Juifs. Juda – l’ancêtre des Juifs – était l’un des 12 frères dont les descendants ont été appelés collectivement les Israélites. D’autres prophéties s’appliquent aux descendants des autres frères. La nation moderne d’Israël est surtout peuplée de Juifs – et non de descendants des autres frères. Nous vous proposons à cet effet notre article Les 12 tribus d'Israël.

Ces détails précisés, nous sommes maintenant prêts à examiner Daniel 11:40 et les versets suivants.

Le roi du septentrion au temps de la fin

Ce passage révèle que le roi du septentrion, qui représentera probablement la renaissance de l’empire romain (le quatrième royaume mentionné dans Daniel 2 et 7 et dans Apocalypse 17) réussira à contre-attaquer le roi du midi.

« Au temps de la fin, le roi du midi se heurtera contre lui. Et le roi du septentrion fondra sur lui comme une tempête, avec des chars et des cavaliers, et avec de nombreux navires ; il s’avancera dans les terres, se répandra comme un torrent et débordera. Il entrera dans le plus beau des pays, et plusieurs succomberont ; mais Edom, Moab, et les principaux des enfants d’Ammon seront délivrés de sa main » (Daniel 11:40-41).

Les versets 41 à 43 indiquent que – ce faisant – « il entrera dans le plus beau des pays » (la Terre sainte) et qu’il « se rendra maître des trésors d’or et d’argent, et de toutes les choses précieuses de l’Egypte » (verset 43).

Pour ce qui est de l’identité du roi du midi, le règne des Ptolémées en Égypte s’est achevé il y a longtemps. Néanmoins, il semble que l’Égypte va de nouveau être le roi du midi ou se joindre à d’autres nations représentant cette puissance devant exister au temps de la fin, avant le retour de Christ (verset 43).

Un conflit au Moyen-Orient qui a, pour foyer, Jérusalem

Pourquoi le roi du midi attaquera-t-il le roi du septentrion, amorçant ce conflit, à la fin de l’ère présente ? Peut-être à cause de désaccords économiques ; ou à cause du traitement des musulmans en Europe. Peut-être s’agira-t-il d’un conflit religieux du fait de la présence du « roi du septentrion » au Moyen-Orient.

Peu importe la raison – ou les raisons – pour laquelle « le roi du midi » et « le roi du septentrion » s’opposeront ; il est prophétisé, dans le livre de Zacharie, que Jérusalem deviendra un foyer de conflit avant le retour de Christ.

« Je ferai de Jérusalem une coupe d’étourdissement »

Dieu nous avertit : « Je ferai de Jérusalem une coupe d’étourdissement pour tous les peuples d’alentour, et aussi pour Juda dans le siège de Jérusalem. En ce jour-là, je ferai de Jérusalem une pierre pesante pour tous les peuples ; tous ceux qui la soulèveront seront meurtris ; et toutes les nations de la terre s’assembleront contre elle » (Zacharie 12:2-3).

L’expression une coupe d’étourdissement semble décrire la confusion qui régnera, due peut-être à l’émotion causée parmi les nations en présence ou au casse-tête que la situation leur posera. Quant à Jérusalem devenant une pierre pesante pour tous les peuples, cette ville est destinée à être un point chaud affectant des nations bien au-delà de son périmètre.

Ceux qui essaieront de soulever cette pierre pesante – de résoudre le problème – paieront cher leur tentative. Nous vous proposons à ce sujet notre article Les conflits du Moyen-Orient.

Harmaguédon et la bataille finale pour Jérusalem

Que les conflits centrés sur Jérusalem soient ou ne soient pas le catalyseur provoquant le conflit initial entre le roi du septentrion et le roi du midi au temps de la fin, Dieu révèle par la bouche de son prophète Zacharie que toutes les nations finiront par être impliquées dans un conflit ayant Jérusalem comme point de mire.

Après que les armées des nations se seront rassemblées à Harmaguédon (Apocalypse 16:16), elles se dirigeront sur Jérusalem. Dieu dit : « Voici, le jour de l’Eternel arrive, et tes dépouilles seront partagées au milieu de toi. Je rassemblerai toutes les nations pour qu’elles attaquent Jérusalem » (Zacharie 14:1-2).

Et la prophétie de poursuivre : « L’Eternel paraîtra, et il combattra ces nations » (verset 3). Après avoir brillamment remporté cette bataille et éliminé toute opposition, il instaurera le Royaume de Dieu sur terre.