Que représente l’abomination de la désolation ?

Jésus fit allusion à l’abomination de la désolation devant présager, au temps de la fin, Son Second Avènement. Que représente, selon la Bible, ce mystérieux évènement ?

Dans Matthieu 24:15, Le Christ fit allusion à « l’abomination de la désolation », précisant que cet évènement serait un signe du temps de la fin, et présagerait l’imminence de Son Second Avènement sur terre. Il faisait allusion à une prophétie faite par le prophète Daniel (Daniel 12:11).  

La racine hébraïque du mot traduit en français par abomination est shaqats – qui signifie « être dégoûtant, abominer¸ détester » (« Abomination of Desolation,” International Standard Bible Encyclopedia – c’est nous qui traduisons). On s’en servait souvent pour décrire des pratiques idolâtres, notamment celles portant le plus atteinte à la décence et à la morale. Dans le Nouveau Testament, cela décrit quelque chose de détestable. Albert Barnes, dans son commentaire, ajoute que l’expression « abomination de la désolation » est une expression hébraïque décrivant « un destructeur rempli de haine ou abominable » (notes sur Matthieu 24:15).

Les prophéties bibliques décrivent souvent plus d’un accomplissement pour une prédiction donnée, et il ne fait aucun doute que c’est précisément le cas avec cette prophétie du livre de Daniel. En étudiant quelques accomplissements passés, nous pouvons déterminer à quoi nous attendre, à l’avenir.

La première « abomination de la désolation »

Daniel prophétisa que le successeur de l’un des généraux d’Alexandre le Grand « dresse[rait] l’abomination du dévastateur » (Daniel 11:31).

Le dirigeant grec Antiochos Epiphane fut le « roi du septentrion » qui accomplit cette prophétie. Il interdit strictement toute forme de culte parmi les Juifs ; et d’autres pratiques, comme la circoncision, furent strictement interdites elles aussi, sous peine de mort. Des sacrifices furent offerts, mais à diverses divinités païennes. Et en 167 avant notre ère, un autel fut érigé en l’honneur du dieu grec Zeus, dans le temple de l’Éternel, à Jérusalem. Des porcs – des animaux impurs, selon la Bible – furent sacrifiés sur cet autel, profanant encore davantage le lieu saint. C’était dégoûtant, abominable et détestable aux yeux du peuple juif, et c’était le premier accomplissement de l’abomination de la désolation

Le deuxième accomplissement

Un autre accomplissement eut lieu en 70 de notre ère, quand les armées romaines détruisirent Jérusalem ; et cette fois encore, le temple et son autel furent profanés. Cette fois, le temple proprement dit, et l’autel, furent détruits et n’ont jusqu’à présent pas été rebâtis. Le passage de Luc 21:20 identifie les armées romaines ayant saccagé Jérusalem en l’an 70 comme responsables de sa désolation. Cet événement semble aussi être un type d’un évènement analogue devant se produire peu avant le retour de Christ sur terre (versets 20-24).

Un accomplissement futur

À propos de la fin de l’ère présente, quand Il reviendra sur terre (lors de Son Second Avènement), Christ a dit : « C’est pourquoi, lorsque vous verrez l’abomination de la désolation, dont a parlé le prophète Daniel, établie en lieu saint, — que celui qui lit fasse attention ! — alors, que ceux qui seront en Judée fuient dans les montagnes » (versets 15-16). Daniel – le prophète auquel Jésus fit allusion – apprit lors d’une vision qu’il eut, que ses paroles seraient « scellées jusqu’au temps de la fin » (Daniel 12:9) et que « depuis le temps où cessera le sacrifice perpétuel, et où sera dressée l’abomination du dévastateur, il y aura mille deux cent quatre-vingt-dix jours » (verset 11). Le compte à rebours de ces jours doit apparemment s’achever au moment du retour de Christ. Une autre abomination de la désolation doit donc avoir lieu.

Il importe également de noter que le verset précédent, qui mentionne l’établissement de cette abomination de la désolation, précise en outre que les sacrifices journaliers seront interrompus. Les Juifs n’offrant pas à présent de sacrifices, cela signifie qu’ils vont de nouveau en offrir. Pour que cela se fasse, un autel doit être érigé. La signification de cet accomplissement, au temps de la fin, de la prophétie sur cette « abomination du dévastateur » n’a pas encore été révélée, mais lorsqu’elle aura lieu, « ceux qui auront de l’intelligence comprendront » (Daniel 12:10).

Nul ne sait combien de temps ces sacrifices seront offerts, mais à un moment donné, on les fera cesser. Et d’après ce qui s’est passé jadis, quelque chose d’abominable se produira au dit lieu. Cela se produira peu avant le retour de Christ, qui viendra instaurer le Royaume de Dieu sur terre.