L’histoire de Caïn et d’Abel est toujours très actuelle

Pourquoi revenir sur le premier meurtre ? Parce que l’histoire de Caïn et d’Abel dévoile les difficultés que nous avons à nous entendre. Néanmoins, Dieu a des adorateurs qui refusent de suivre la voie de Caïn.

Le récit biblique des premiers humains se trouve dans les premiers chapitres de la Genèse. Ce que nous y lisons est pratiquement une synthèse de l’histoire de l’humanité. Les sept premiers chapitres de ce livre résumant plus de 1 650 ans de son histoire, on y trouve fort peu de détails à ce sujet. Néanmoins, ce qui est préservé pour nous dans la parole divine sur cette période est révélateur.

Pour situer Caïn et Abel

Avant de nous pencher sur l’importance de l’histoire de Caïn et d’Abel, prenons note de son contexte. Dans Genèse 1 et 2, il est question de Dieu préparant la terre pour la vie, y créant la flore, les créatures marines, les oiseaux, la faune et … les humains.

Dans Genèse 3, Satan entre en scène, prenant les traits d’un serpent et séduisant la première femme, Ève (évènement aussi évoqué dans Apocalypse 12:9). Le serpent dit à Ève qu’elle n’a pas besoin d’obéir à Dieu et que – contrairement à ce que lui a dit son Créateur – elle ne mourra pas si elle mange du fruit défendu. Satan lui fait croire qu’elle deviendra plutôt comme Dieu et qu’elle pourra décider comment vivre.

L’arbre de la connaissance du bien et du mal

L’argument de Satan est séduisant. Ève et son mari – Adam, le premier homme – désobéissent à Dieu en goûtant de l’arbre de la connaissance du bien et du mal (Genèse 2:16-17 ; 3:1-6). En goûtant du fruit défendu, Adam et Ève décident de s’arroger la prérogative de décider d’eux-mêmes ce qui est vrai ou faux, bon ou mauvais, convenable ou indécent, au lieu de se fier à Dieu. Cette décision tragique n’a cessé, depuis lors, d’être celle prise par l’humanité et elle ne cesse d’infliger ses terribles conséquences.

Hormis le fait que nos premiers parents aient été condamnés à mourir pour avoir péché (Romains 6:23) – avoir désobéi à l’ordre divin – Ève allait enfanter dans la douleur et dans la tristesse, et Adam allait devoir travailler dur pour que le sol produise de quoi se nourrir (Genèse 3:16-19). Mais le pire, c’était qu’ils furent chassés du jardin d’Eden et ne furent plus autorisés à accéder à l’arbre de la vie symbolisant le choix d’obéir à Dieu, ce qui les aurait menés à l’immortalité (versets 22-24). (Lire à cet effet notre article « L’arbre de la vie ».)

L’histoire de Caïn et d’Abel se trouve au chapitre suivant. Le quatrième chapitre de la Genèse décrit la formation de la civilisation humaine après qu’Adam et Ève aient choisi un style de vie consistant à décider d’eux-mêmes ce qui est bien et ce qui est mal.

Les naissances de Caïn et d’Abel

Caïn fut le premier être humain à naître. Sa naissance fut un moment de joie et d’émerveillement. Après avoir porté Caïn en elle, Ève s’écria : « J’ai acquis un homme de par l’Éternel » (Genèse 4:1). Puis Ève porta en elle un autre fils qu’elle appela Abel (verset 2). Certains érudits pensent que, d’après le texte hébreu, les deux garçons étaient jumeaux.

Caïn devint agriculteur et Abel devint berger. À un moment donné, ils firent tous deux une offrande à Dieu, en fonction de leurs occupations respectives : Caïn, des produits de ses cultures, et Abel un premier-né de son troupeau (Genèse 4:2-4). Dieu accepta l’offrande d’Abel, mais pas celle de Caïn (verset 5). L’Écriture ne précise pas pourquoi, mais Caïn trouva la réaction de Dieu injuste. Il s’estima être une victime au lieu d’être traité comme il estimait le mériter. Au lieu de s’humilier et de se demander s’il ne devait pas modifier son comportement, il se mit en colère. Dieu lui conseilla de maîtriser ses émotions (versets 5-6), mais Caïn se laissa dominer par sa colère et sa jalousie.

Ce qui est ironique, c’est que la liberté que Caïn pensait avoir en rejetant le conseil divin le rendit en fait esclave d’émotions négatives et le poussa à tuer son frère. Les rédacteurs du Nouveau Testament expliquent qu’en faisant ainsi, on devient esclave du péché (Romains 8:15 ; Galates 4:3 ; 2 Pierre 2:19).

Le premier meurtre

Pourquoi Caïn commit-il un acte aussi vil ? Pourquoi tua-t-il si méchamment son frère ? L’apôtre Jean nous le dit : « Ses œuvres étaient mauvaises, et […] celles de son frère étaient justes » (1 Jean 3:12 ; Hébreux 11:4). Dieu n’approuvait pas le style de vie de Caïn. Jude fait allusion à la mentalité et à la ligne de vie du premier-né des humains comme « la voie de Caïn » (Jude 11).

Cette « voie de Caïn » avec ses idées et ses comportements faussés continue d’être suivie. Elle est la raison des conflits actuels entre les peuples et les nations. Les gens s’estiment maltraités et méprisés et ils réagissent par la colère. Et hélas, dans bien trop de cas, on a été maltraité par d’autres. Ce que cela ne cesse de nous enseigner, c’est que quand nous ne faisons pas confiance à Dieu et acceptons l’encouragement de Satan de rejeter l’Éternel, cela nous pousse souvent à ne pas faire confiance aux autres et à ne pas les respecter.

Le gardien de mon frère

Après que Caïn ait tué son frère, Dieu lui demanda ce qu’Abel était devenu. Sa réponse fut : « Je ne sais pas ; suis-je le gardien de mon frère ? » (Genèse 4:9). Caïn mentit ; il savait pertinemment où était son frère. Il est clair, d’après la Bible, que nous devons aimer et respecter nos semblables. Jésus distilla les Dix Commandements en deux grands commandements : l’amour pour Dieu et l’amour pour le prochain (Marc 12:29-31). D’après cette instruction, il est clair que nous sommes les gardiens de nos frères.

Comment devons-nous réagir, nous autres chrétiens, quand nous sommes maltraités ou avons l’impression que c’est le cas ? Dans ces situations, nous devons nous souvenir que Dieu dit à Caïn qu’il était responsable de ses actes. Il lui dit qu’il devait dominer les émotions négatives qu’il ressentait, afin de ne pas pécher (Genèse 4:6-7). Les peuples et les nations ont besoin de suivre ce conseil. Nous devons examiner nos voies pour savoir si elles sont justes devant Dieu. Si nous avons péché, nous devons nous repentir. Si nous n’avons pas péché, nous devons néanmoins respecter les autres. Quand nous aimons Dieu en respectant ses bonnes lois, nous sommes en paix et davantage en mesure d’aimer nos semblables.

Hélas, rares sont ceux qui tiennent compte des instructions divines, et notre monde est saturé de colère, de divisions, de jalousies, de meurtres et de guerres. La colère hautement polarisée reflétée dans la politique, les groupes extrémistes et entre les nations actuelles existe parce que les gens ont suivi la voie de Caïn.

Le fruit de l’arbre défendu

Après avoir ignoré les instructions divines et avoir tué son frère, Caïn en subit les conséquences. Ses terres furent maudites. Son occupation en tant qu’agriculteur allait devenir bien plus ardue et il allait vivre en fugitif et en vagabond pour le restant de ses jours (versets 11-12).

Caïn se plaignit, disant à Dieu que son châtiment était injuste et qu’il craignait qu’on le tue. Dieu plaça alors sur Caïn une marque pour empêcher qu’on le tue (verset 15). Néanmoins, il semble qu’il ait vécu le restant de sa vie dans la crainte d’être mis à mort.

Du bien et du mal

Quand les humains rejettent les instructions divines, ils choisissent, en somme, ce que produit « l’arbre de la connaissance du bien et du mal » (Genèse 2:17). Bien que ce choix mène à la mort et non à la vie (Proverbes 14:12), une certaine dose de bien peut en résulter car c’est un mélange de bien et de mal.

Les descendants de Caïn étaient doués pour la musique et pour fondre et forger le bronze et le fer – aptitudes pouvant être utilisées pour le bien comme pour le mal (Genèse 4:21-22). Parmi les mauvais fruits que les descendants de Caïn ont produits et goûtés, on compte la polygamie et l’insécurité issues de la vie dans un monde rempli de violence, de méchanceté et de mal (versets 19, 23-24 ; Genèse 6:5). Quand on vit retranché de Dieu et qu’on s’oppose à ses instructions, les amendes sont sévères.

La voie de Caïn par rapport à celle de la justice

Ce que l’on ne remarque généralement pas, en lisant les premiers chapitres de la Genèse, c’est que l’humanité s’est divisée en deux groupes ; la majorité a suivi la voie de Caïn, et quelques rares personnes, la ligne de vie divine. La voie d’Abel était juste (1 Jean 3:12). Après la mort d’Abel, Ève enfanta un autre fils qu’elle appela Seth. Ève déclara : « Dieu m’a donnée un autre fils à la place d’Abel, que Caïn a tué » (Genèse 4:25).

L’Écriture indique qu’au moins certains descendants de Seth s’efforcèrent de suivre l’exemple d’Abel en suivant son mode de vie : Hénoc et Noé « marchèrent avec Dieu » (Genèse 5:24 ; 6:9). Hélas, l’immense majorité des êtres humains suivit la voie de Caïn, et Dieu décida de mettre fin à cette dégénérescence ; il épargna Noé et sa famille – une minorité qui s’efforçait de suivre la voie de la justice – préservant ainsi l’espèce humaine du déluge.

Jésus déclara aussi que – grâce à quelques élus – la génération du temps de la fin serait sauvée d’une destruction totale (Matthieu 24:22,37). L’histoire de Caïn et d’Abel nous concerne. L’Éternel continue de respecter la minorité actuelle qui s’efforce de vivre selon la voie de la justice.

La célébration annuelle de la Pentecôte (qui a lieu cette année le 16 mai) commémore la fondation de l’Église de Dieu, que Jésus appela ses « élus » et son « petit troupeau » (Actes 2:37-47 ; Luc 12:32). Ces thèmes nous rappellent que Dieu honore les quelques individus qui s’efforcent de vivre comme Abel, Hénoc et Noé.

Les deux styles de vie différents choisis par Caïn ou Abel sont toujours pratiqués ; ce sont « la voie de Caïn » et Abel. Laquelle allez-vous choisir ?